Hucbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hucbert (graphie française : Hubert), (vers 820 - † 864 ou 866) est un franc, fils de Boson l'Ancien. C'est donc un Bosonide. Par sa sœur Teutberge, épouse de Lothaire II de Lotharingie, deuxième fils de l'empereur d'Occident Lothaire Ier, il est un proche des Carolingiens.

Famille[modifier | modifier le code]

Hucbert est le fils de Boson l'Ancien et d'une femme dont le nom, aujourd'hui, nous reste inconnu[1] bien qu'on trouve parfois cité celui d’Engeltrude[2]. Hucbert aurait un frère et deux sœurs :

D'une épouse dont le nom est resté inconnu, Hucbert est le père de :

Biographie[modifier | modifier le code]

Ascension[modifier | modifier le code]

Dans les annales de Saint-Bertin sur l'an 855, il est dit que Louis le Germanique cède l'Helvétie à Lothaire II, roi de Lorraine son neveu et que ce dernier a épousé Theutberge, Du fait de sa parenté avec Lothaire II Hucbert, frère de l'épouse de Lothaire reçoit de la part de ce dernier le duché de Transjurane et l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune. Hucbert devient duc ou marquis de Bourgogne transjurane et également abbé laïc de l'abbaye de Saint-Maurice en Valais après avoir dépouillé Aimon des revenus de cette maison[5].

Le pape Benoît III se plaint de cette violence dans une lettre qu'il adresse aux évêques du royaume de Charles le Chauve en 856 : il reproche à Hucbert d'avoir dépouillé l'Église de Sion, en enlevant à l'évêque Aimon cette abbaye dont il avait chassé les chanoines pour la « remplir de femmes perdues et de chiens de chasse »[6]. Charles Albert Cingria précise qu'il en avait fait un véritable harem[7].

Déchéance[modifier | modifier le code]

De son côté Lothaire, « ayant pris du dégoût pour Theutberge », la répudie en 857 au profit de sa maitresse Waldrade ; par la même occasion, il veut dépouiller son beau-frère de son gouvernement. Hucbert prend donc les armes pour défendre ses intérêts et l'honneur de sa sœur. Il défait alors successivement trois armées différentes envoyées contre lui[8], et fait quelques courses en Lorraine. Ne sachant comment se défaire d'un si puissant ennemi, Lothaire s'entend avec son frère, l'empereur Louis, en lui cédant en 859, l'Helvétie. Les annales de Saint-Bertin précisent « qu'il lui cède les évêchés et comtés de Genève, de Lausanne, et de Sion, avec les monastères qui en dépendaient »[6]. En contrepartie, Louis, envoie une armée contre Hucbert sous la conduite de Conrad, le comte de Paris.

Toutefois, Hucbert ne semble pas inquiété immédiatement. En 863, on signale qu'il prend par la force l'abbaye de Lobbe et en expulse son abbé[9]. Finalement Hucbert est tué en 864[10],[7],[11], ou peut-être en 866[12], lors d'une bataille près d'Orbe contre ce comte de Paris[13] qui lui succède dans son duché et dans son titre d'abbé de Saint-Maurice[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Foundation for Medieval Genealogy, BOSO COMTE d'ARLES
  2. a et b Pierre Riché - Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe - Tableau généalogique XII, les Bosonides
  3. Pierre Riché - Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe - p.203
  4. a et b René Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933), p.47
  5. Pierre Joseph de Rivaz, Éclaircissements sur le martyre de la légion thébéenne, et sur l'époque de ..., Charles Pierre Berton, Paris, 1779, p. 75,76
  6. a et b Pierre Joseph de Rivaz, op. cit., p. 75,76
  7. a b et c Charles Albert Cingria - La Reine Berthe - p.28 ici
  8. Médieval Lands, Les Annalium Laubacensium indiquent que Lothaire, roi d'Italie, conduit son armée en Bourgogne en 858 contre Hucbertum cognatum suum.
  9. Médieval Lands, La Gesta Abbatum Gemblacensium indiquent qu'Hubertus dux, frater reginæ Tietbergæ expulse l'abbé Hartpert et encvahit l'abbaye de Lobbe en 863.
  10. Mémoires de lʹAcadémie des sciences Impériales, des arts et belles-lettres de Dijon, 1862 p. 5
  11. Les Annales de Saint-Bertin évoquent cet événement et le situent en 864 (cf. année 864) :
    « Hubert, clerc marié et abbé du monastère de Saint-Martin, est tué par les hommes de Louis, empereur d'Italie, contre la volonté duquel il tenait l'abbaye de Saint-Maurice et d'autres bénéfices dépendants de lui, et Teutberge, sa sœur, renvoyée par Lothaire, vient se remettre sous la protection de Charles. Charles lui donne le monastère d'Avenav. et confère l'abbaye de Saint-Martin à Ingelwin, diacre de son palais. ».
  12. Généalogie d'Hubert sur le site Medieval Lands
  13. Medieval Lands - The Annales Mettenses records that "Hucbertus…a Conrado comite occisus est juxta castrum…Orba".