Église Saint-Martin de Plaimpied

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Église Saint-Martin de Plaimpied
L'église Saint-Martin de Plaimpied
L'église Saint-Martin de Plaimpied
Présentation
Culte Église catholique romaine
Type Église
Rattachement Évêché de Bourges
Début de la construction 1080
Fin des travaux 1177
Style dominant Architecture romane
Protection Logo monument historique Classé MH (1853)
Géographie
Pays France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Ville Plaimpied-Givaudins
Coordonnées 46° 59′ 57″ nord, 2° 27′ 18″ est

L'église Saint-Martin de Plaimpied est une église, ancienne abbatiale, située dans la ville de Plaimpied-Givaudins, elle date du XIe et XIIe siècle, elle est réputée pour la qualité de la sculpture de ses chapiteaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église de Plaimpied-Givaudins revendique sa fondation par l'archevêque de Bourges (Richard II) mort en 1093 dont le gisant du XIIIe siècle est visible dans le transept sud[NOTE 1] ; elle constitue une importante abbaye de chanoines réguliers soumis à la règle de saint Augustin dans toute sa rigueur avec son idéal de pauvreté et de vie communautaire et l'accomplissement de toutes les fonctions ecclésiastiques au service des populations. Cette fondation contemporaine de celle de Miseray à Heugnes correspond au déploiement et à la reconstruction de nombreuses églises dans le Berry après l'an mil et au moment de la réforme grégorienne due à Grégoire VII : célibat des prêtres, condamnation du nicolaïsme, principes réaffirmés par le concile de Bourges de 1031[1].

Elle est commencée à la fin du XIe siècle (1080), la crypte est réputée avoir accueilli la sépulture de Richard II en 1093, la construction du chevet et des transepts se prolongent jusqu'en 1130 mais la nef, difficile à dater en raison de ses destructions et de ses remaniements du XVIIe siècle et du XIXe siècle, est achevée plus tard, on peut considérer que l'ensemble de la construction a pris cent ans; elle est dédiée à saint Martin[2].

Le Berry est traversé par de nombreux troubles pendant la Guerre de cent ans (1337-1453) du fait de sa position charnière entre le royaume de France et l'Aquitaine et pendant les Guerres de Religion (1562-1598), ceux-ci n'épargnent pas l'abbatiale avec incendie et destruction de la façade occidentale et des deux premières travées qui ne seront pas relevées ainsi que la voûte de la nef dans l'hypothèse où elle a été achevée; en témoigne l'épigraphie concernant la restauration par Messire Anthoine Fradet, abbé commendataire[NOTE 2], en 1654 ornée d'un bas relief de saint Georges terrassant le dragon et surmontée de ses armes[NOTE 3]. La pauvreté des habitants empêche le remplacement des cloches rompues au moment des guerres de religion. En 1564, le seigneur de Germigny leur accorde 20 livres pour la fourniture d'une petite cloche. Il faut attendre 1644 pour que l'église soit pourvue d'une cloche plus importante nommée Maria Magdalena. Dès 1774, une autre la rejoint au pignon au-dessus de la porte d'entrée ; elle est baptisée Sainte-Catherine. Pour mieux les abriter, on envisage la construction d'un clocher mais ce projet ne sera jamais réalisé. Elle fut classée monument historique en 1853[3]. Durant la Première Guerre mondiale, quelques soldats blessés de la bataille de la Somme furent accueillis à Plaimpied dans l'ancien presbytère pour être soignés et ensuite ramenés au front[4].

Restaurations[modifier | modifier le code]

Plusieurs restaurations sont nécessaires suite à la conception de l'édifice ou aux destructions.

Au XVIe siècle la poussée des voûtes nécessite l'installation d'arcs-boutants à chaque travée sur les murs nord et sud de la nef sous l'Abbé commendataire Pierre de Plas, Bertrand de Roffignac cite un contrat de 1546 concernant ces travaux et pense reconnaître les armes de cet abbé sur les piles.

En 1654 Antoine Fradet termine la reconstruction après incendie et destructions liés aux guerres. Une ou deux travées ainsi que la façade romans sont supprimées, sont refaits une nouvelle façade, le plafond de la nef et du bas-côté nord et la croisée du transept sud, les trois piliers rectangulaires du côté nord de la nef datent de cette restauration.

De 1738 à 1740 sous l'abbé Picot de Combreux mais financé par la succession de l'abbé Claude Hanriau la façade est reprise avec rétablissement d'un porche, le plafond de la nef et du bas-côté nord est refait. Une sacristie est construite contre le transept nord.

En 1750 la tour de la croisée est restaurée, amputée des deux tiers de sa hauteur.

En 1866 le porche est supprimé, les piliers de la croisée sont repris, les arcs-boutants du côté nord sont supprimés, ils étaient devenus inutiles, le bas-côté nord n'étant plus voûté; l'escalier menant à la crypte est rétabli.

En 1883 le plafond de la nef est repris.

En 1900 la voûte de chœur est refaite[5],[6].

Situation[modifier | modifier le code]

L'église se situe dans le bourg de Plaimpied-Givaudins; elle côtoie la grange aux dîmes et l'ancien logement de l'abbé, plus bas près du canal sont les anciens moulins banaux de l'abbaye. elle est proche de la mairie et du parc municipal. Elle est à dix kilomètres de la Cathédrale Saint-Étienne de Bourges et à vingt-cinq kilomètres du prieuré d'Allichamps dont l'abbaye avait la charge. Plaimpied-Givaudins est une commune située dans le département du Cher et dans la région Centre-Val de Loire. Cette commune se situe au sud de Bourges, au cœur du Berry et proche de Bruère-Allichamps (centre de la France).

Description[modifier | modifier le code]

Plan de l'église de Plaimpied (source BNF.fr
Plan de l'église de Plaimpied (source BNF.fr)
Plan de la crypte de l'église de Plaimpied (source BNF.fr)
Plan de la crypte de l'église de Plaimpied (source BNF.fr)

L'église est construite sur un plan en croix latine orienté avec une nef pseudo-basilicale au dessus d'une crypte bien conservée sous l'ensemble du chœur. La longueur totale de l'église est de 40,40 mètres, la largeur au niveau des transepts est de 22,60 mètres et la hauteur sous la coupole est de 17,09 mètres[5].

Nef[modifier | modifier le code]

La haute nef à trois vaisseaux adopte un parti basilical, elle est éclairée par des grandes baies ouvertes dans les murs des bas-côtés mais sans clair-étage. Le vaisseau central est séparé des bas-côtés, encore voûté d'arêtes pour le vaisseau sud, par des supports composés avec colonnes engagées recevant les arcs brisés des grandes arcades. Elle ne comporte que quatre travées, la façade occidentale et les deux premières travées ayant été détruites au XVIe siècle. Le vaisseau principal est couvert d'une charpente du XVIIe siècle, la voûte antérieure, si elle a existé, a été détruite "du fait des gens de guerre". La voûte du bas-côté nord s'est écroulée au XVIIe siècle, il a été recouvert d'un simple plancher, les colonnes engagées du mur nord sont la trace de cette ancienne voûte[7],[5].

Transept[modifier | modifier le code]

La croisée est couverte d'une coupole à base octogonale reposant sur des Trompes, elle est percée en son centre pour le passage des cordes du clocher, la porte de l'escalier du clocher est sur le mur ouest du transept nord. Les deux transepts sont couverts d'un berceau en arc brisé et à l'extrémité s'ouvrent par une large fenêtre en plein cintre.

Chœur[modifier | modifier le code]

Le chœur s'ouvre sur un arc brisé comme les trois autres côtés de la croisée, après deux travées il se termine par une abside voûtée en cul-de-four dont il est séparé par une arcade en plein cintre. Il est bordé de chaque côté de deux absidioles orientées parallèles dans la prolongation des nefs latérales. Outre la qualité du décor sculpté chapiteaux, frises, colonnes, ce qui en fait l'originalité est l'importance des larges baies en plein cintre de l'abside qui le rend très lumineux. A l'écoinçon des deux arcades du chœur un corbeau de chaque côté est la trace d'une poutre de gloire disparue. Deux autres absidioles échelonnées sur le mur oriental des deux transepts figuraient initialement réalisant le plan classique d'une abbaye bénédictine, seule l'absidiole côté nord a laissé une trace dans le mur extérieur[7],[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Crypte[modifier | modifier le code]

La crypte est accessible sur le côté du chœur dans le transept nord; elle est constituée de trois nefs de trois travées se terminant par des absides et est éclairée par des fenêtres au ras du sol; les colonnes sont monolithiques et les voûtes sont en arête. Ce qui donne à cette crypte son intérêt sont les peintures romanes bien préservées qui ornent l’enduit des voûtes: décor de fleurettes de têtes de moine, de cordons et même sur une croisée d'arête un svastika[8]. La sortie sud de la crypte donne sur l'extérieur depuis le XVIe siècle.

Chapiteaux et Mobilier[modifier | modifier le code]

Chapiteaux[modifier | modifier le code]

La qualité de la sculpture et l'état de préservation des chapiteaux historiés font la réputation de cette église. Le plus connu est la tentation du Christ sur le pilier sud-ouest de la croisée. Sa disposition fait que les moines venant du cloître pour rentrer dans le chœur passaient au pied de ce pilier édifiant. Il est attribué au maître de Plaimpied ; dans l'église deux autres éléments lui sont attribué l'épitaphe figurée de Sulpicius et un tailloir exposé près des fonts baptismaux; l'itinéraire artistique de ce sculpteur a été reconstitué, ses origines seraient de la basse vallée du Rhône et on lui attribue même en 1930 des chapiteaux provenant des fouilles de l'église de Nazareth, exportation de l'art roman berrichon par le vecteur des croisades[2],[9]. En face, toujours à l'entrée du chœur sur la colonne nord-ouest un acrobate en position particulière est ensuite représenté sur l'autre angle en position accroupie, certains le comprennent comme la première étape d'une conversion [10]. Dans le chœur sur le côté sud des atlantes figurent les hommes et en particulier les clercs soutenant l'église et deux pélicans au cou enlacés symbolisent la charité, le christ nourrissant son peuple ou l'amour des parents pour leurs enfants. Ailleurs des monstres dévorants ont une signification terrifiante évidente. l'interprétation de la belle sirène bi-caudale est plus difficile, classiquement être évoquant la tentation et la luxure une autre signification émerge et co-existe, celle d'une sirène bienveillante envoyée de Dieu et conseillère; l'imagier du moyen-age nous a habitué à ces différents niveaux d'interprétations et nous en avons perdu les clés[11]. Dans la nef des chats tirent la langue et évoquent le malin mais ils s'intercalent avec des pommes de pins signe de fécondité. Des lions s'affrontant sont de même facture que ceux de la première construction de l'Abbaye de la Charité sur Loire. certains chapiteaux sont seulement à décor non figuratif (rinceaux).

Mobilier[modifier | modifier le code]

L'église est dépouillée, il n'y a plus de fresque sauf dans la crypte. A l'entrée de la nef un baptistère du XIIe siècle conserve encore la trace de ses peintures. Plusieurs éléments viennent du cloître et du cimetière des moines: la stèle d'Antoine Fradet, abbé commanditaire qui a relevé l'église en 1654, ornée d'une représentation de saint Georges, des épitaphes du XIIe et XIIe siècles insérées dans le mur sud de la nef [NOTE 4], l'épitaphe du moine Sulpicius, elle représente Abraham portant l’âme du défunt et serait l'œuvre du "maître de Plaimpied" auteur de chapiteau de la tentation[2],[5]. Le gisant de Richard II daté du XIIIe siècle a été restitué par le musée de Bourges en 1993 qui le conservait depuis 1840, il est placé dans le transept sud. Dans le couloir de la crypte un couvercle de tombe du XIIIe siècle en pierre figure un toit à tuiles rondes. Deux œuvres modernes complètent ce mobilier roman: un grand Bas-relief de saint Martin partageant son manteau sur le mur du transept sud et l'autel en pierre fait par un compagnon du devoir en 2011 comme l'indique une plaque apposée à côté précisant son nom[12],[NOTE 5].

Extérieur[modifier | modifier le code]

La façade a disparu et nous n'en avons pas de trace ni de description; le côté nord de la nef est renforcé par un contrefort au niveau de la première travée; à l'angle du mur et du transept nord se situe la tour d'escalier conduisant au clocher, le clocher de la croisée n'a plus qu'un seul niveau le traitement des ouvertures visibles sont la trace d'une reconstruction partielle. Le chevet, préservé, est remarquable par les détails, la finesse et la variété de la sculpture des colonnettes et ses Modillons il comporte des arcatures aveugles qui surmontent de larges ouvertures en plein cintre éclairant le chœur. Le côté sud est percé de deux portes de chaque côté du transept une côté chœur qui est une issue de la crypte, l'autre côté nef est l'ancienne porte communicant avec le cloître aujourd'hui détruit permettant l'entrée des moines dans l'abbatiale à l'entrée du chœur. Le mur sud de la nef reçoit des contre-forts à chaque travée[2],[7].

Les bâtiments conventuels ont été détruits.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le gisant du fondateur, initialement placé dans la nef devant l'autel a été restitué par le musée de Bourges en 1993 pour le neuvième centenaire de sa mort
  2. L'abbé commendataire nommé par le roi ne fait pas partie du chapitre du monastère il en perçoit les bénéfices et a la charge de son entretien, certains Abbés de Plaimpied contribuèrent aux restaurations (voir la liste des abbés)
  3. "L'an 1654 monsieur messire Anthoine Fradet de Saint Aout conseiller du roi en ses conseils d'estat et privés abbé commanditaire de St Martin de Plaimpied et Meaubec chantre et chanoine en l'église métropolitaine et cathédrale trésaurier de la sainte chapelle du palais royal de Bourges seigneur de Marmaigne a faict rétablir cette église qui avait été bruslée autrefois par les gens de guerre"
  4. La calligraphie est proche de celle des manuscrits et non de celle des monuments, seul la date et le mois sont mentionnés, information suffisante pour célébrer l'office anniversaire.
  5. "Aymeric Héloïse Honnête Compagnon Passant Tailleur de Pierre du Devoir et du Tour de France La Fidélité de Plaimpied-Givaudins "

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Raynal, HISTOIRE DU BERRY : depuis les temps les plus anciens jusqu'en 1789, vol. 3, t. 1, Librairie de vermeil, , 485 p. (lire en ligne), p430-446.
  2. a, b, c et d Neil Stratford, « Le chapiteau de la Tentation du Christ à Plampied revisité », Bulletin monumental Société Française d'Archéologie, nos 173-4,‎ (ISBN 978-2-901837-60-2, lire en ligne).
  3. Notice no PA00096867, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. (en) International Center of Medieval Art, Gesta, A Church of Berry : the abbey of St. Martin at Plaimpied, vol. 7, 1968, JSTOR : lire en ligne
  5. a, b, c et d Bertrand de Roffignac, Guide Album de l'église Saint Martin de Plaimpied, Bourges, Tardy, , 59 p. (lire en ligne).
  6. a et b François Dshoulieres, « Plaimpied », Congrès archéologique de France, vol. 14ème session tenue à Bourges en 1931 par la société française pour la conservation des monuments historiques,‎ , p. 306-328 (lire en ligne).
  7. a, b et c Lucien Martinot, « Plaimpied », Berry roman, sur Art-roman.net (consulté le 5 janvier 2018).
  8. « La crypte la nef », Abbatiale Saint Martin, sur Mairie de Plaimpied-Givaudins (consulté le 5 janvier 2018).
  9. Paul Deschamps, « La sculpture française en Palestine et en Syrie à l'époque des Croisades », Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot, vol. 31, nos 1-2,‎ , p. 91-118 (lire en ligne).
  10. Anne Blanc et Robert Blanc, Nouvelles clefs pour l'Art Roman, Editions Dervy, (ISBN 2-85076-546-5).
  11. Jacqueline Leclercq-Marx, « La sirène dans la pensée et dans l'art de l'antiquité et du moyen age », KOREGOS,‎ (lire en ligne).
  12. « Un nouvel autel pour notre abbatiale », Le Trait d'union Petit périodique d’informations communales Plaimpied-Givaudins, no 17,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]