René Margotton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René Margotton
Atelier René Margotton.jpg
René Margotton dans son atelier.
Naissance
Décès
(à 94 ans)
Paris
Nom de naissance
René Daniel Margotton
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Distinctions

René Daniel Margotton, né le à Roanne (Loire) et mort le à Paris, est un peintre, illustrateur et lithographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Margotton n'a pas connu son père, dessinateur et violoniste de talent disparu en 1915 sur le champ de bataille de la Marne. Dès sa prime enfance il se passionne pour le dessin, les couleurs, et commence ses premières huiles à Marseille. Habitant Roanne avec sa mère et son frère Henri, il devance l'appel, s'engage dans l'aviation. Mobilisé en 1939, l'armistice lui permet de retrouver son foyer et de reprendre ses travaux. Il peint beaucoup sur le motif et présente plusieurs expositions en province. La difficile période de l'Occupation passée, il s'établit à Paris en 1945 dans un appartement du 17e arrondissement avec son épouse et ses deux enfants Roland et Bernard (Bernard Romain).

Il entre à l'École des beaux-arts. Il fréquente beaucoup les musées et entre dans l’atelier de Fernand Léger en 1948, peintre pour lequel il éprouve une grande admiration. Il en conservera un certain temps l’influence avant de trouver sa propre voie. Il est donc l’héritier des cubistes avec tout ce que cela implique de rigueur et d’équilibre dans la composition des peintures. De nombreuses expositions le font dès lors connaître des collectionneurs français et étrangers et ses œuvres empreintes de féerie et de sensualité obtiennent vite un succès mondial. Consacré plus tard « peintre de la lumière »[Par qui ?], on trouve dans ses compositions hardies un climat souvent surréaliste qui ajoute dans toutes ses toiles un élément cosmique. Par la technique et la puissance de ses couleurs, il fait penser aux grands maîtres de la Renaissance italienne.

En 1979, il participe à la biennale internationale de l’art sacré. Il se lance ensuite dans des réalisations en gemmail, un art du vitrail qu’il pratiquera pour des compositions destinées à diverses églises dont la basilique Saint-Pie X à Lourdes où 20 gemmaux ont été exécutés d’après ses œuvres entre 1989 et 1993.

Il est le coprésident d'honneur de l’École des Buttes Chaumont, dont l’essence est de rassembler les grands professionnels et les grands noms internationaux de la peinture et de la sculpture d’expression figurative. Il est également coprésident d'honneur du Salon international des rencontres picturales de Paris (SIRP).

Le musée Margotton[modifier | modifier le code]

L'ancien Palais des Évêques de Bourg-Saint-Andéol abrite le musée Margotton. Son œuvre sacré est exposé dans la chapelle de style néo-gothique du XIXe siècle et dans différentes salles. D'autres peintures sont visibles dans les salles du palais.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

Lithographies[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Depuis 1937 :

Avec l'École de Paris[modifier | modifier le code]

Depuis 1949 :

Radio, télévision et filmographie[modifier | modifier le code]

René Margotton a participé à des débats radiodiffusés et a été présenté sur les chaînes de télévision américaines. La télévision française a réalisé plusieurs séquences sur son œuvre au cours d’expositions particulières et à son atelier parisien[réf. nécessaire].

Lucien Le Chevalier a réalisé un film sur l’œuvre de René Margotton[réf. nécessaire].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1979 : lauréat de la biennale internationale du gemmail et de l’art sacré, 1979.
  • 1979 : peintre de la Lumière.
  • Prix international de peinture (J.E.A., France et Outre-Mer).
  • Lauréat du gemmail de la Ville de Tours.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]