Liste des évêques et archevêques de Reims

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armes de l'archevêché de Reims
Article général Pour un article plus général, voir Archidiocèse de Reims.

Le premier texte précis concernant le diocèse de Reims date du concile d'Arles en 314 : parmi les seize évêques figurant à ce concile se trouvaient ceux de Reims (Bétause) et de Trèves, provinces de la Gaule belgique. D'après la tradition, l'évêché de Reims fut fondé vers 250 par les saints Sixte et Sinice. Aucun de leurs successeurs ne fut plus célèbre que saint Remi, mort en 533, après 74 ans d'épiscopat.
Une des prérogatives des archevêques de Reims fut de sacrer les rois de France, avec l'huile de la Sainte Ampoule. Dans la cathédrale de Reims actuelle, de Louis VIII à Charles X, vingt-cinq rois de France furent sacrés.
C'est dans la chanson de Roland, vers 750, que l'évêque Tilpin (ou Turpin) de Reims est qualifié pour la première fois d'archevêque. L'archevêque reçut le titre de primat de Gaule belgique en 1089.
En 1023, l'archevêque Ebles acquit définitivement le comté de Reims, qui fut érigé en duché-pairie entre 1060 et 1170.

Quelques noms illustres émergent de l'histoire du diocèse de Reims : après celui de saint Remi, ceux de Gerbert (Sylvestre II), de saint Bruno, et du pape Urbain II, ceux de Gerson et de Jean Mabillon ou de saint Jean-Baptiste de La Salle.

Évêques de Reims[modifier | modifier le code]

Clovis baptisé par Remi, 1825, Jean Alaux.

Archevêques de Reims[modifier | modifier le code]

L'archevêque couronnant le roi, in Livro do Armeiro-Mor, 1509, Arquivo Nacional Torre do Tombo par João de Cró.
Henri de France, 51e prélat in De Origine prima Francorum, Bernard Gui. Bibliothèque municipale, Toulouse, 1315.

Époque moderne (1453)[modifier | modifier le code]

Louis de Guise 86e archevêque.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Régime concordataire[modifier | modifier le code]

Archevêques des XXe et XXIe siècles[modifier | modifier le code]

Mgr Jordan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ivan Gobry, Clotaire II, Pygmalion, 2005
  2. cf. Jean-Pierre Papon
  3. Charles Joseph Hefele, Histoire des conciles d’après les documents originaux - Tome IV, volume 21, rub.118 et 119
  4. Charles Joseph Hefele, op. cit., p. 110
  5. Nicolas de Pellevé est à Rome de 1588 à 1592
  6. Courcelles 1821, p. 285.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]