Église Saint-Aignan de Chartres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Aignan.
Église Saint-Aignan de Chartres
France Eure et Loir Chartres Eglise Saint Aignan.jpg
Façade ouest de l'église Saint-Aignan.
Présentation
Type
Diocèse
Construction
XVIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Statut patrimonial
Localisation
Adresse
Place Saint-Aignan, rue des GrenetsVoir et modifier les données sur Wikidata
Chartres, Eure-et-Loir
Flag of France.svg France
Coordonnées

L'église Saint-Aignan doit son nom à l'évêque d'Orléans vers 400, époque où s'élevait là déjà une église pré-romane, remplacée plus tard par d'autres constructions qui subirent des incendies au XIIe siècle, puis en 1262. Saint-Aignan était la paroisse des comtes de Blois et de Chartres.

L'église primitive et le vestige gothique[modifier | modifier le code]

La tradition fait de l'église élevée du Ve siècle par Aignan d'Orléans, dont il ne reste rien, le lieu d'inhumation du saint. Enserrée entre le château aujourd'hui disparu des comtes de Chartres et le rempart reconstruit au IXe siècle, elle devient au Bas Moyen Âge la première église paroissiale de la cité et en demeure la plus ancienne.

Elle est reconstruite au XIVe siècle en style gothique, comme en témoigne le portail principal, unique vestige de cette époque. La modestie de celui-ci est rapport avec l'étroitesse du réseau de ruelles d'alors. La terrasse qui s'ouvre au sud recouvre l'ancien cimetière. Le chevet est alors étendu sur le haut du rempart, qui n'a plus d'utilité.

L'édifice actuel[modifier | modifier le code]

La crypte, bien éclairée par des fenêtres qui s'ouvrent sur la rue Saint-Pierre en contrebas, date de la fin du XVe siècle mais l'édifice actuel date du début du XVIe siècle. Aux derniers exercices flamboyants (profils des piliers, décorations de tympans) s'imposent les colonnettes à l'antique typiques de la Renaissance. Le petit portail du bas-côté nord porte la date de 1541. L'architecte est peut-être le même que celui de l'église Sainte-Foy, partiellement détruite à la Révolution. Son projet de voûte pour la nef, dont les colonnes devaient porter les ogives, a été annulé.

La tourelle à gauche date des XVIe et XVIIe siècles. Elle est reliée à l'édifice principal par un arc boutant portant un escalier qui date du projet de 1541. Les culées prévues pour les autres arcs-boutants restent sur les façades extérieures sans emploi. La galerie du second étage n'est élevée qu'en 1625, sous Louis XIII. On se contente d'un bardeau de bois pour recouvrir la nef et d'un triforium pour les bas-côtés.

Nationalisée sous la Révolution, l'église est généreusement reconvertie en hôpital militaire. Elle échappe aux injures de la Terreur en se faisant prison puis est revendue contre quelques assignats à un entrepreneur, qui s'en sert comme magasin de fourrage, ce qui la sauve d'un débitage.

La Restauration le rend au culte en 1822. En 1869, la peinture intérieure, fresques polychromes dans le goût romantique, est confiée à un collaborateur d'Eugène Viollet-le-Duc, Émile Boeswillwald.

L'église Saint-Aignan pendant Chartres en lumières 2006
Intérieur de l'église

Vitraux[modifier | modifier le code]

Les vitraux sont du XVIe siècle mais beaucoup ont été détériorés pendant le siège de Chartres en 1568, lors de la deuxième guerre de religion.

Malgré ces destructions, l'édifice présente un ensemble de 20 verrières classées monuments historiques en tant qu'objet[1] :

  • baies 7, 9, 11 à 15, 18[2] ;
  • baie 20[3] ;
  • baies 100 à 110[4].

La rose date du début du XVIIe siècle.

Certains vitraux ont été réalisés fin XIXe par l'atelier Lorin de Chartres[5] :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Décoration[modifier | modifier le code]

  • Clefs de voute armoriées ;
  • Dédicaces des corporations (« Messieurs les Chaussetiers »).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sauvegarde[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Aignan fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[7].

Paroisse et doyenné[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Aignan fait partie de la paroisse Notre-Dame, Chartres ville, rattachée au doyenné de Chartres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : église en Eure-et-Loir.

Liens externes[modifier | modifier le code]