Claude de Turin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le catholicisme image illustrant le Moyen Âge
image illustrant un évêque image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant le catholicisme, le Moyen Âge et un évêque italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Claude de Turin (c.770-780 - 827 ou 828) est un ecclésiastique d'origine hispanique qui fut évêque de Turin (816 - 827 ou 828).

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine hispanique, mais établi dès 799-800 à Lyon, où il fut formé à l'école biblique de l'évêque Leidrade, Claude (Claudius) fut évêque de Turin de 816 à sa mort, survenue vraisemblablement à la fin de l'an 827 ou en 828[1]. Sa féconde activité d'exégète à la cour de Louis le Pieux peut être tenue pour une contribution à la renaissance carolingienne. Il était un tenant virulent de l'iconoclasme[2], qu'il mit en pratique dans son diocèse piémontais, où il combattit avec la même véhémence le culte de la Croix[3]. Sa contestation s'étendit au culte des saints et au pèlerinage à Rome, dans une controverse qui l'opposa au pape Pascal Ier [4]. On ne peut nier que Claude, par certaines de ses idées, préfigure la Réforme[5]. Il fut attaqué comme hérétique par Dungal et par Jonas d'Orléans dans des écrits parvenus jusqu'à nous[6] et se défendit dans une apologie (Apologeticum) dont ses deux détracteurs nous ont conservé des passages.

Éditions[modifier | modifier le code]

Les extraits de l'Apologeticum de Claude se lisent dans les M.G.H., Epistolae, IV (= Karolini aevi II), p. 610-613 (Dümmler) ; on en trouvera une traduction française chez P. Boulhol, Claude de Turin (2002), p. 325-330. Les lettres-préfaces de Claude placées en tête de ses commentaires bibliques, ont été éditées par Dümmler dans les M.G.H., Epistolae, IV (1895), p. 590-610. La préface de l'Expositio in libro Ruth a été éditée par Ian M. Douglas, dans Sacris erudiri, 22 (1974), p. 305-313, et par Pierre Monat, Raban Maur. Claude de Turin. Deux commentaires sur le livre de Ruth. Paris, Cerf, 2009 (= Sources Chrétiennes, n° 533), p. 164-182. Le Commentaire sur Josué se lit chez P. Boulhol, Claude de Turin (2002), p. 359-418. Le Tractatus in epistola ad Ephesios et le Tractatus in epistola ad Philippenses ont été éditées par C. Ricci dans la série Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis 263. Turnhout: Brepols Publishers, 2014 (ISBN 978-2-503-55266-8).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Boucaud, «Factus est homo in animam viventem : anthropologie chrétienne et psychologie dans l'exégèse de Claude de Turin (mort v. 827/8)», dans Ineke van't Spijker (éd.), The Multiple Meaning of Scripture. The Role of Exegesis in Early-Christian and Medieval Culture, Coll. Commentaria, vol. 2, Leiden & Boston, Brill, 2009, p. 125-151.
  • Pascal Boulhol, Claude de Turin. Un évêque iconoclaste dans l'Occident carolingien. Paris, Institut d'Études Augustiniennes, 2002 (Collection des Études Augustiniennes, Série Moyen Âge et Temps Modernes, 38).
  • Pascal Boulhol, « Pratiques et enjeux de l'invective dans la controverse théologique à l'époque carolingienne : Dungal et Jonas d'Orléans contre Claude de Turin », dans Lalies, 20 (1999/2000), p. 223-252.
  • Emilio Comba, Claudio di Torino, ossia la protesta di un vescovo. Cenno storico. Firenze, Tipografia Claudiana, 1895 ; Torino, Claudiana editrice, 20042.
  • Michael Gorman, «The Commentary on Genesis of Claudius of Turin and Biblical Studies under Louis the Pious», dans Speculum, 72/2 (1997), p. 279-329.
  • Giuliana Italiani, La tradizione esegetica nel commento ai Re di Claudio di Torino. CLUSF, Cooperativa Editrice Universitaria, 1979 (= Quaderni dell'Istituto di Filologia Classica "Giorgio Pasquali" dell'Università degli Studi di Firenze, 3).
  • Edith Ann Matter, « Theological freedom in the Carolingian age : the case of Claudius of Turin », in La notion de liberté au Moyen Âge. Islam, Byzance, Occident. Penn, Paris & Dumbarton Oaks Colloquia, IV. Session des 12-15 octobre 1982. Paris, 1985, p. 51-60.
  • Suzanne F. Wemple, «Claudius of Turin's Organic Metaphor or the Carolingian Doctrine of Corporations», dans Speculum, 49/2 (1974), p. 222-237.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pascal Boulhol, Claude de Turin (2002), p. 15-31.
  2. Id., ibid., p. 97 et 104-114.
  3. Id., ibid., p. 131-155.
  4. Id., ibid., p. 115-131.
  5. Emilio Comba, Claudio di Torino (1895).
  6. Dungal, Responsa contra peruersas Claudii Taurinensis episcopi sententias, PL 105, col. 463-530 ; Jonas d'Orléans, De cultu imaginum, PL 106, col. 305-388.

Liens externes[modifier | modifier le code]