Section de l'Indivisibilité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La section de l’Indivisibilité était, sous la Révolution française, une section révolutionnaire parisienne[1].

Représentants[modifier | modifier le code]

Elle était représentée à la Commune de Paris par :

  • Levasseur, (Lucien), Négociant, rue Saint-Antoine, n. 127[2]
  • P. Rémy (1749-1794), tabletier, administrateur de police, guillotiné le 11 thermidor an II,
  • Jean-Baptiste Vincent (1758-1794), maçon, guillotiné le 11 thermidor an II.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette section s’appela « section de la Place-Royale » jusqu’en août 1792. Elle devint « section des Fédérés » et prit le nom de « section de l’Indivisibilité » en juillet 1793.

Territoire[modifier | modifier le code]

Le nord du Marais et la place des Vosges.

Limites[modifier | modifier le code]

La rue du Temple et celle des Filles-du-Calvaire, à droite, à prendre de la rue des Francs-Bourgeois jusqu’au boulevard ; le boulevard à droite, depuis la rue des Filles-du-Calvaire, jusqu’à la porte Saint-Antoine ; la rue Saint-Antoine à droite, depuis la porte Saint-Antoine jusqu’à la rue Culture-Sainte-Catherine ; la rue Culture-Sainte-Catherine à droite, jusqu’à la rue Neuve-Sainte-Catherine ; la rue Neuve-Sainte-Catherine et des Francs-Bourgeois à droite, à prendre de la rue Culture-Sainte-Catherine jusqu’à la rue du Temple[3].

Intérieur[modifier | modifier le code]

Les rues de l’Oseille, du Pont-aux-Choux, Saint-Louis, de l’Égout, Royale, Place Royale ; les rues Guémenée, des Tournelles, Jean-Beau-Sire, de la Mule, du Foin, des Minimes, Neuve-Saint-Gilles, Saint-Gilles, des Douze-Portes, du Harlay, Saint-Claude, Saint-François, du Roi-Doré, Saint-Gervais, Saint-Anastase, Coutures-Saint-Gervais, de la Perle, Barbette, du Parc-Royal, Payenne, des Trois-Pavillons, de Thorigny, etc., et généralement toutes les rues, culs-de-sacs, places, etc. enclavées dans cette limite.

Local[modifier | modifier le code]

La section de l’Indivisibilité se réunissait dans la chapelle du couvent des Minimes, situé 12 rue de Béarn ; chapelle dont on peut voir quelques vestiges dans la façade de la caserne qui l'a remplacée.

Population[modifier | modifier le code]

11 840 habitants, dont 1 170 ouvriers et 955 économiquement faibles. La section comprenait 1 900 citoyens actifs.

9 Thermidor an II[modifier | modifier le code]

Lors de la chute de Robespierre, le 9 thermidor an II, la section de l’Indivisibilité resta fidèle à la Convention nationale, mais ses trois représentants à la Commune de Paris lui prêtèrent serment et furent guillotinés le 11 thermidor an II.

Évolution[modifier | modifier le code]

Après le regroupement par quatre des sections révolutionnaires par la loi du 19 vendémiaire an IV () qui porte création de 12 arrondissements, la présente section est maintenue comme subdivision administrative, puis devient, par arrêté préfectoral du , le quartier du Marais (8e arrondissement de Paris)[4],[5].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Plan avec les sections révolutionnaires de Paris
  2. Almanach national de France l’an 2, p391
  3. Procès-verbal de l’Assemblée nationale, t. 22, Paris, Baudouin, 1789, p. 70-71.
  4. Dictionnaire historique des rues et monuments de Paris, de Félix et Louis Lazare, 1855.
  5. Ne doit pas être confondu avec la section de l'Homme-Armé, adjacente, connue sous le nom de « section du Marais » de septembre 1792 à juin 1795.