Section des Marchés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La section des Marchés était, sous la Révolution française, une section révolutionnaire parisienne[1].

Représentants[modifier | modifier le code]

Elle était représentée à la Commune de Paris par :

  • Denis-Joseph Dumontier (1743-1794), tailleur, officier municipal, administrateur de police, guillotiné le 11 thermidor an II,
  • Auguste-Germain Jobert (1744-1794), négociant, guillotiné le 11 thermidor, an II,
  • Jacques Morel (1749-1794), écrivain, guillotiné le 11 thermidor, an II.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette section s’appela d’abord « section du Marché des Innocents ». En octobre 1792, elle l’abandonna pour prendre celui de « section des Halles »[2], puis, en mai 1793 celui de « section des Marchés ».

Territoire[modifier | modifier le code]

Voisine de la section du Muséum, elle comprenait une partie du quartier des Halles centrales attenante au marché des Innocents dont elle avait pris le nom.

Limites[modifier | modifier le code]

La rue Saint-Denis, à droite, depuis la rue de la Chanvrerie jusqu’à la rue Perrin-Gasselin : la rue Perrin-Gasselin à droite : la place du Chevalier-du-Guet, à droite : la rue du Chevalier-du-Guet, à droite jusqu’à la rue des Lavandières : la rue des Lavandières, à droite, jusqu’à la rue de la Tableterie : la rue des Fourreurs, à droite ; partie de la rue des Déchargeurs, à droite, depuis la rue des Fourreurs jusqu’à la rue de la Ferronnerie : rue Saint-Honoré, (ou rue de la Chausseterie) à droite, depuis la rue de la Ferronnerie jusqu’à la rue de la Tonnellerie : rue de la Tonnellerie, à droite, jusqu’à la rue de la Fromagerie : la Halle, sans y comprendre les petits Piliers, à gauche, en allant à la rue de la Chanvrerie : la rue de la Chanvrerie, à droite, en allant à la rue Saint-Denis[3].

Intérieur[modifier | modifier le code]

Les rues de la Fromagerie, de la Cordonnerie, de la Friperie, de la Porerie, des Prêcheurs, de la Cossonnerie, aux Fers, le Marché des Innocents ; les rues de la Ferronnerie, Courtalon, de la Tableterie, Vieille-Halangerie, du Chevalier-du-Gue, à droite, la place du Chevalier-du-Guet, à droite : la place Sainte-Opportune, etc., et généralement toutes les rues, culs-de-sacs ; places, etc. enclavées dans cette limite.

Local[modifier | modifier le code]

La section des Marchés se réunissait dans l’église Sainte-Opportune qui se trouvait au niveau du no 2 de la place du même nom.

Population[modifier | modifier le code]

13 150 habitants, dont 1 700 ouvriers et 500 économiquement faibles.

9 Thermidor an II[modifier | modifier le code]

Lors de la chute de Robespierre, le 9 thermidor an II, la section des Marchés soutint la Convention nationale, malgré ses trois représentants qui prêtèrent serment à la Commune de Paris, ils furent tous les trois guillotinés le 11 thermidor an II.

Évolution[modifier | modifier le code]

Après le regroupement par quatre des sections révolutionnaires par la loi du 19 vendémiaire an IV () qui porte création de 12 arrondissements, la présente section est maintenue comme subdivision administrative, puis devient, par arrêté préfectoral du , le quartier des Marchés (4e arrondissement de Paris)[4].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]