Quartier de Grenelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grenelle.
Quartier de Grenelle
Rue du Commerce et l'église Saint-Jean-Baptiste
Rue du Commerce et l'église Saint-Jean-Baptiste
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris
Arrondissement municipal 15e
Démographie
Population 49 684 hab. (2010)
Densité 33 616 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 02″ nord, 2° 17′ 32″ est
Superficie 147,8 ha = 1,478 km2
Transport
Métro (M)(6)(8)(10)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quartier de Grenelle

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir la carte administrative de Paris
City locator 14.svg
Quartier de Grenelle

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir la carte topographique de Paris
City locator 14.svg
Quartier de Grenelle

Le quartier de Grenelle est le 59e quartier administratif de Paris situé dans le 15e arrondissement.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les quartiers du 15e arrondissement, le quartier de Grenelle est en rose.

Situé au nord du 15e arrondissement de Paris, le quartier de Grenelle est délimité au nord-ouest par la Seine (il comprend l’île aux Cygnes), au nord-est par l'avenue de Suffren, au sud-est par l'avenue de Lowendal et la rue de la Croix-Nivert, et au sud-ouest par la rue des Entrepreneurs, la rue Linois et le pont de Grenelle[1].

D'une superficie de 147,8 hectares, dont 11 hectares de fleuve, il est le plus petit des quatre quartiers de l'arrondissement[1].

Liste des places et rues du quartier[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Le quartier est desservi par trois lignes de métro et une de R.E.R et comporte les stations suivantes :

Il est également desservi par les lignes de bus RATP 42 70 80 82 88 et (N) N12 N61.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château et la ferme de Grenelle vers 1700, dessin publié en 1702.

La plaine de Grenelle jusqu'au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Plaine de Grenelle.

La plaine de Grenelle, lieu probable de la victoire de Labienus sur les gaulois de Camulogène, s'étalant depuis l'actuel hôtel des Invalides jusqu'à Issy-les-Moulineaux sur la rive gauche de la Seine, fut quasiment inhabitée pendant des siècles du fait de la difficulté à la cultiver.

Il s'y trouvait autrefois le château de Grenelle (devant l'actuelle place Dupleix) et la ferme de Grenelle (située entre l'actuelle rue de la Cavalerie et les avenues de Suffren et de La Motte-Picquet)[2],[3].

De 1785 à 1859 : de part et d'autre du mur des Fermiers généraux[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Grenelle (Seine) et Section des Invalides.

En 1785 entra en service dans la plaine de Grenelle une partie du mur des Fermiers généraux, dont la construction avait été entamée l'année précédente. Ce mur qui délimitait Paris avait une fonction fiscale et se franchissait par des barrières d'octroi. Dans la plaine de Grenelle celles-ci étaient initialement au nombre de trois :

Auxquelles une quatrième barrière fut ajoutée en 1840[7] :

La partie de la plaine de Grenelle située au nord du mur des Fermiers généraux se trouva ainsi, lorsque Paris fut, en 1790, découpée 48 sections, dans la section des Invalides, intégrée à l'ancien Xe arrondissement en 1795 lors de la création des 12 arrondissements et devenant le quartier des Invalides en 1811 lorsque les sections furent renommées en quartier.

L'ancienne mairie de Grenelle, place du Commerce.

Au sud du mur des Fermiers généraux, la plaine de Grenelle faisait partie de la commune de Vaugirard jusqu'en 1830. En 1824, l'entrepreneur Jean-Léonard Violet, conseiller municipal de Vaugirard, y acheta environ 105 hectares de terres et qu'il lotit très rapidement[2],[9] : c'était le village de Grenelle[10], communément appelé alors Beau-Grenelle[11], caractérisé par son réseau de rues à angle droit qui subsiste aujourd'hui. L'ensemble se détacha de la commune de Vaugirard en 1830 pour constituer la commune de Grenelle, avant d'être rattaché à Paris le 1er janvier 1860, malgré l'hostilité de ses habitants qui notamment craignaient des conséquences fiscales défavorables[12].

Depuis 1859 : Grenelle, 59e quartier de Paris[modifier | modifier le code]

Rue du Commerce en 2013.

Le quartier de Grenelle fut alors créé, en même temps qu'était créé le 15e arrondissement de Paris. Le tableau annexé à l'arrêté du préfet de la Seine du 3 novembre 1859, signé par le baron Haussmann, indique[13] :

« 59. [Quartier] De Grenelle.
Une ligne parlant du pont de Grenelle, au milieu du grand bras[14], remontant le cours du fleuve jusqu'à l'avenue de Suffren — et suivant l'axe des avenues de Suffren, — de Lowendal, de la place de l'École, des rues de la Croix-Nivert, — des Entrepreneurs et du Pont, et l'axe du pont de Grenelle jusqu'au point de départ. »

La partie située au nord-est du boulevard de Grenelle se trouvait avant 1860 sur le territoire du Xe arrondissement ancien de Paris, quartier Invalide[15], tandis que la partie située au sud-ouest de ce boulevard appartenait à l'ancienne commune de Grenelle.

C'est dans le quartier de Grenelle que se trouvait, entre 1903 et 1959, le Vélodrome d'Hiver. Les 16 et 17 juillet 1942, c'est là que furent détenues les victimes de la rafle du Vél d'Hiv.

Le cinéma Kinopanorama, construit en 1959 à l’emplacement de l’ancien cinéma Splendid (inauguré en 1919), anima le quartier de 1959 à 2002.

Un ensemble de tours fut construit à partir de 1970 le long de la Seine (le Front-de-Seine), avec un centre commercial, Beaugrenelle, constituant le cœur du nouveau quartier de Beaugrenelle. Une autre partie du quartier est occupée par le nœud commerçant autour de la rue des Entrepreneurs et de la rue du Commerce.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le quartier comptait 49 684 habitants en 2010, soit environ la population d'une commune comme Saint-Malo, Vincennes, Belfort ou encore Charleville-Mézières. Avec une densité de plus de 33 600 habitants au km2, il était en 2010 le plus dense quartier de la rive gauche de Paris (de nombreux quartiers de la rive droite sont cependant plus denses, le maximum étant atteint dans le quartier de Belleville avec près de 46 800 habitants au km2 en 2010). À titre de comparaison, la densité moyenne de Paris (y compris les Bois de Boulogne et de Vincennes) était de 21 347 habitants au km2 en 2011 et celle Manhattan de 27 212 habitants au km2 en 2012.

Découpage du quartier pour la statistique[modifier | modifier le code]

Le quartier de Grenelle est ce que l'Insee appelle un « grand quartier » et porte le numéro Insee 7511559 (les deux derniers chiffres étant parce que le quartier de Grenelle est le 59e quartier de Paris). L'Insee ne publie pas toujours directement de données statistiques à l'échelon des « grands quartiers » mais publie en revanche, outre les données au niveau communal (15e arrondissement), des données au niveau de plus petits quartiers d'environ 2000 habitants appelés « Ilots Regroupés pour l'Information Statistique » (IRIS)[16]. Chaque IRIS est lui-même découpé en plusieurs îlots. Depuis 1999, l'Insee publie à chaque recensement de population les données de recensement de chaque IRIS[16].

Le quartier de Grenelle est divisé en 21 IRIS[17]. Chaque IRIS est lui-même découpé en plusieurs îlots, chaque îlot correspondant généralement à un pâté de maisons[17].

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

Pour la population d'avant la création du quartier, voir les articles des entités administratives antérieures : Grenelle et Section des Invalides.
Population du quartier de Grenelle
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1926 1931
16 064 19 706 23 216 23 340 30 524 32 782 35 586 57 561 57 717
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2010 -
60 190 56 363 54 230 48 765 47 256 46 033 47 411 49 684 -
Population légale ou de droit (1861 à 1891)[21], sans doubles comptes (1962 à 1999)[22] puis municipale (2010). Données issues des recensements de population, exhaustifs sauf pour 1975[23], 1982[24] et 2010[25].
(Sources : 1861 à 1891 : Préfecture[18] ; 1926, 1931 : voir note[19]; 1962 à 1999 : APUR[1] ; 2010 : Insee[20].)
Évolution démographique du quartier de Grenelle depuis 1860
Sources : voir dans le tableau ci-dessus.

Marchés[modifier | modifier le code]

Deux marchés se trouvent dans le quartier[26] :

Vie de quartier[modifier | modifier le code]

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

  • Église St jean baptiste de grenelle
  • Église Saint-Léon
  • Foyer de Grenelle (Mission populaire évangélique de France)

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Le jardin Nicole-de-Hauteclocque.

Édifices[modifier | modifier le code]

Autres curiosités et points d'intérêt[modifier | modifier le code]

Personnalités liées au quartier[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Paris 1954-1999. Données statistiques. Population, logement, emploi. Paris et arrondissements, Atelier parisien d'urbanisme, septembre 2005. Les données de population proviennent de l'Insee.
  2. a et b Henri Cordier, Le vieux Paris. Grenelle. [Lucien Lambeau. Histoire des Communes annexées à Paris en 1859 publiée sous les auspices du Conseil général. Grenelle], publié dans le Journal des savants, année 1918, volume 16, numéro 1, p. 27-32.
  3. Le ci-devant château et les fermes de Grenelle sur le site de la Société historique et archéologique du XVe siècle arrondissement de Paris.
  4. Description par Alfred Delvau, Histoire anecdotique des Barrières de Paris, 1865, page 277.
  5. Idem, page 281.
  6. Idem, page 287.
  7. Le métro aérien ligne 6 occupe aujourd'hui l'emplacement du mur des Fermiers généraux et aux 4 carrefours qu'occupaient les 4 barrières de la plaine de Grenelle se trouvent les quatre stations Bir-Hakeim, Dupleix, La Motte-Piquet-Grenelle et Cambronne.
  8. Idem, page 279.
  9. Voir Le lotissement de Grenelle sur le site paris-atlas-historique.fr.
  10. Ordonnance du 22 octobre 1830 dans le Bulletin des lois du Royaume de France, 1831, érigeant « le village de Grenelle et les terrains qui en dépendent » en commune indépendante sous le nom de Grenelle
  11. Dictionnaire complet de tous les lieux de la France et de ses colonies, 1831, p. 64, article « Grenelle (le nouveau), ou Beau-Grenelle ».
  12. Voir Naissance du XVe siècle arrondissement par Jacques Couvreur, extrait du Bulletin de la Société d'histoire & archéologie du XVe siècle arrondissement de Paris no 25.
  13. « Arrêté du préfet de la Seine sur les circonscriptions des arrondissements et quartiers de Paris, du 3 novembre 1859. » dans Jules Le Berquier, Administration de la commune de Paris et du département de la Seine ou..., Paris, chez P. Dupont, 1866, p. 470.
  14. Le grand bras de la Seine est la partie du fleuve située entre l'île aux Cygnes et la rive droite tandis que le petit bras est la partie située entre cette île et la rive gauche.
  15. Voir le plan de Paris divisé en 12 arrondissements et 48 quartiers, de 1843.
  16. a et b Définition de IRISsur le site de l'Insee.
  17. a et b Cartes de positionnement des IRIS sur le site de l'Insee, dont la carte du 15e arrondissement de Paris
  18. Résultats statistiques du dénombrement de 1891 pour la ville de Paris et le département de la Seine, et renseignements relatifs aux recensements antérieurs, Préfecture de la Seine, Service de la statistique municipale, 1894. Les résultats de 1891 par quartier sont données p. 597-758 , voir en particulier le tableau de la p. 625. Résultats antérieurs, voir tableau p. 829.
  19. René Mossé, « La population de Paris d'après le recensement de 1931 », Journal de la société de statistique de Paris, n°75 (1934), p. 152-168.
  20. Population des 21 IRIS du quartier de Grenelle (« grand quartier » n°7511559) dans la Table de référence des IRIS 2012 téléchargeable depuis la page Découpage infracommunal en IRIS du site de l'Insee.
  21. Population « légale » ou « de droit », c'est-à-dire ne comprenant pas la population de passage. Pour plus de détails, voir la source du chiffre de 1891.
  22. En 1954, les personnes séjournant dans les casernes, internats, établissements scolaires et chantiers temporaires sont comptées dans la population totale.
  23. Sondage au 1/5e en 1975.
  24. Sondage au 1/4 pour 1982.
  25. Voir la description de la méthode de recensement dans l'article Chiffres de population en France, paragraphe « La population municipale ».
  26. Les marchés du 15e arrondissement de Paris

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Joanne, Les Environs de Paris illustrés itinéraire descriptif et historique, Éd. Hachette, Paris, 1856, « article Grenelle » p. 143-144. (Ancêtre des « Guides bleus ».)
  • Lucien Lambeau, Histoire des Communes annexées à Paris en 1859, tome Vaugirard, Éd. Leroux, Paris, 1912. Le chapitre 3 est consacré à Grenelle (en ligne sur Gallica, voir p. 51-81) et un plan de 1734 représente Grenelle et Vaugirard (p. 464). [compte rendu en ligne].
  • Lucien Lambeau, Histoire des Communes annexées à Paris en 1859, tome Grenelle, Éd. Leroux, Paris, 1914. [compte rendu en ligne]
  • Jean Phaure, Du village de Grenelle au XVe arrondissement de Paris, L. Thomas imprimeur, Paris, 1957.
  • Xavier Joubert, Vaugirard et Grenelle au fil des siècles, Histoire du quinzième arrondissement, S.P.I.G. imprimeur, Paris, 1960.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :