Rue de la Grande-Truanderie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
1er arrt
Rue de la Grande-Truanderie
Les rues de la petite (à gauche) et la grande (à droite) Truanderie
Les rues de la petite (à gauche) et la grande (à droite) Truanderie
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Halles
Début 55, boulevard de Sébastopol
Fin Rue Mondétour
Morphologie
Longueur 174 m
Largeur Minimum : 4 m
Historique
Création Avant le XIIe siècle (en partie)
Ancien nom Via Mendicatrix major
Rue de la Grant-Truanderie
Géocodification
Ville de Paris 4238
DGI 4278

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de la Grande-Truanderie

La rue de la Grande-Truanderie est une voie, ancienne, du 1er arrondissement de Paris, en France.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

On ne connait pas l'origine exacte du nom, il existe deux thèses :

  • La première, défendue par Sauval et Cenalis qui pensent que le nom de « truanderie » viendrait du mot truand qui signifie en vieux langage et en terme populaire « fainéant, vaurien, mendiant, gueux… ». Ceux qui soutiennent cet aphorisme disent qu'en 1313 cette rue était nommée « la Truanderie » car elle était à l'extrémité nord de Paris, le long des murs de Philippe-Auguste et qu'elle était habitée par des vauriens, des diseurs de bonne aventure, et que c'était une véritable cour des Miracles[1].
  • La seconde, défendue par Jaillot qui pense que le nom viendrait de « truage », qui signifie impôts[2]. En effet, il y avait, rue de la Grande-Truanderie, un bureau ou l'on percevait les droits d'entrée des marchandises entrant dans Paris[1].

Situation[modifier | modifier le code]

En 1817, la rue de la Grande-Truanderie, d'une longueur de 243 mètres, commençait aux nos 163-165, rue Saint-Denis et finissait aux nos 18-20, rue Montorgueil. Elle était située dans l'ancien 5e arrondissement dans le quartier Montorgueil[3].

Les numéros de la rue étaient rouges[1]. Le dernier numéro impair était le no 61 et le dernier numéro pair était le no 60.

Place formée par le côté des numéros pairs de la « rue de la Grande-Truanderie » (à gauche) et le côté des numéros impairs de la rue de la Petite-Truanderie (à droite).

Actuellement, la rue, qui fait partie du 1er arrondissement quartier des Halles, d'une longueur de 34 mètres, débute au no 55, boulevard de Sébastopol et se termine rue Mondétour. Entre son début au boulevard Sébastopol et la rue Saint-Denis, elle longe l'église Saint-Leu-Saint-Gilles.

Entre la rue Saint-Denis et sa fin au niveau de la rue Mondétour, elle forme le côté nord d'une place triangulaire. Le côté sud de la place est formé par la rue de la Petite-Truanderie, la partie centrale de cette place étant autrefois occupée par des immeubles aujourd'hui détruits. À la jonction des rues Pirouette, Mondétour, de la Petite-Truanderie et de la Grande-Truanderie se trouvait le carrefour de la Tour sur lequel était situé le Puits-d'Amour.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue de la Grande-Truanderie, comme la rue de la Petite-Truanderie, était déjà construite en 1250. Son emplacement faisait anciennement partie du petit fief de Thérouanne, dont la moitié environ fut cédée, en 1181, à Philippe-Auguste par Adam, archidiacre de Paris, puis évêque de Thérouanne. L'emplacement qui n'était pas nécessaire à la construction des halles resta à l'évêque et fut bientôt envahi par des marchands de toutes espèces qui firent construire à peu près en même temps, des voies publiques aux abords de ces marchés.

Robert Cenalis, dans son Histoire de France, dédiée en 1555 à Henri II, nomme la rue de la Grande-Truanderie Via Mendicatrix major.

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris, de Guillot de Paris, sous le nom de « rue de la Grant-Truanderie ».

La rue de la Grande-Truanderie formait l'une des limites du fief de Joigny. Il y avait, rue de la Grande-Truanderie, un bureau où l'on percevait les droits d'entrée des marchandises entrant dans Paris[1]. Au XVIIIe siècle, la rue de la Grande-Truanderie allait jusqu'à la rue Montorgueil[4].

Une décision ministérielle du 28 prairial an IX (), signée Chaptal fixe la moindre largeur de cette voie publique à 8 mètres.

Accès[modifier | modifier le code]

La rue de la Grande-Truanderie est desservie par la ligne (M)(4) à la station de métro Les Halles, par le (RER)(A) à la station Châtelet - Les Halles ainsi que par les lignes de bus (BUS) RATP 29 38 39 47.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  2. « Truage », définition sur cnrtl.fr.
  3. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 20e quartier « Montorgueil », îlot no 1, F/31/82/13, îlot nos 2 à 6, F/31/82/14, îlot no 16, F/31/82/23, îlot no 17, F/31/82/24, îlot nos 18 et 19, F/31/82/25, îlot no 20, F/31/82/26.
  4. Philippe Godoy, Le Guide du promeneur. 1er arrondissement, édition Parisgramme, 1999.