Quartier de Charonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quartier de Charonne
Quartier de Charonne
La rue Saint-Blaise avec l'église Saint-Germain-de-Charonne en perspective.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris
Arrondissement municipal 20e
Démographie
Population 67 395 hab. (2016 [1])
Densité 32 231 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 10″ nord, 2° 24′ 08″ est
Superficie 209,1 ha = 2,091 km2
Transport
Métro (M)(1)(2)(9)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quartier de Charonne
Géolocalisation sur la carte : Paris
Voir sur la carte administrative de Paris
City locator 14.svg
Quartier de Charonne

Le quartier de Charonne est le 80e quartier administratif de Paris, situé dans le 20e arrondissement. Il tient son nom de l'ancien village de Charonne, rattaché à Paris en 1860 par Napoléon III.

Limites[modifier | modifier le code]

Administrativement, le 80e quartier de Paris, dit de Charonne, est depuis 1859[2] et 1930[3] délimité par :

Plan des quartiers administratifs du 20e arrondissement, avec le quartier de Charonne au sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines du quartier de Charonne[modifier | modifier le code]

Le village de Charonne et l'église Saint-Germain vers 1830 (Étienne Bouhot, musée Carnavalet).

Le , une loi rattache à Paris les communes incluses dans l'enceinte de Thiers. La commune de Charonne est ainsi supprimée et son territoire est réparti entre Paris, Montreuil et Bagnolet[4].

Le quartier de Charonne est constitué le à partir de la partie sud de l'ancienne commune de Charonne (la partie nord étant partagée entre les quartiers du Père-Lachaise et Saint-Fargeau) et d'une petite partie du territoire de la commune de Saint-Mandé, également rattachée à Paris par la loi du [5].

Le centre du village, qui se trouvait alors au croisement de l’actuelle rue Saint-Blaise et de la rue de Bagnolet autour de l'église Saint-Germain, est scindé en deux parties entre les quartiers de Charonne et du Père-Lachaise.

Le quartier depuis 1859[modifier | modifier le code]

Encore largement rural lors de son rattachement à Paris, le quartier de Charonne se développe rapidement dans la seconde partie du XIXe siècle.

Le , la ligne 1 du métro est mise en service jusqu'à Porte de Vincennes, desservant ainsi le sud du quartier. En 1903, l'ouest du quartier est desservi par la ligne 2. Ce n'est qu'en 1933 que le métro pénètre véritablement dans le quartier, avec le prolongement de la ligne 9 jusqu'à Porte de Montreuil. Le centre et l'est du quartier ne sont pas desservis par le métro, mais par la ligne de Petite Ceinture (gare de Charonne depuis 1862, gare de la rue d'Avron depuis 1895, gare de l'avenue de Vincennes depuis 1869). Le trafic voyageur sur la ligne est toutefois interrompu en 1934.

L'hôpital de la Croix Saint-Simon est construit entre 1912 et 1920.

Après le déclassement de l'enceinte de Thiers en 1919, les territoires situés dans la zone non ædificandi des fortifications (la Zone) ont été rattachés au 12e arrondissement par les décrets du (Saint-Mandé)[6] et du (Bagnolet et Montreuil)[3]. Le boulevard périphérique de Paris a plus tard été construit à cet emplacement.

Personnalités liées au quartier[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Espace Monte-Cristo, fondation d'art contemporain établie depuis 2014 dans la rue Monte-Cristo. Elle organise des expositions de sculptures contemporaines, thématiques et gratuites[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population en 2016 Recensement de la population - Base infracommunale (IRIS).
  2. Décret du 3 novembre 1859 qui fixe les dénominations des vingt arrondissements municipaux de la ville de Paris, dans le Bulletin des lois [lire en ligne].
  3. a et b Journal officiel de la République française, 1er août 1930, p. 8863 [lire en ligne].
  4. Loi sur l'extension des limites de Paris du 16 juin 1859, dans le Bulletin des lois de l'Empire français, t. XIV, XIe série, no 738, 3 novembre 1859, p. 747-751, [lire en ligne].
  5. « Arrêté du préfet de la Seine sur les circonscriptions des arrondissements et quartiers de Paris, du 3 novembre 1859. » dans Jules Le Berquier, Administration de la commune de Paris et du département de la Seine ou…], P. Dupont, 1866, p. 457-475.
  6. Journal officiel de la République française, 19 avril 1929, p. 4564 [lire en ligne].
  7. Marie de la Fresnaye, « Les Amazones à l'honneur à la Fondation Villa Datris, Espace Monte-Cristo », sur artais-artcontemporain.org, (consulté le 31 janvier 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]