Philippe Thys (cyclisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Philippe Thys
Image dans Infobox.
Informations
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
AnderlechtVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Spécialité
Équipes amateurs
Équipes professionnelles
1912-1914Peugeot-Wolber
1917-1918Peugeot-Wolber
1919-1921La Sportive
1921Pirelli
1922-1924Peugeot-Wolber
1925Automoto-Hutchinson
1927Opel-ZR III
Principales victoires
3 grands tours
Leader du classement général Tour de France 1913, 1914 et 1920
13 victoires d'étapes dans les grands tours
Tour de France (13 étapes)
2 classiques
Tour de Lombardie 1917
Paris-Tours 1917

Philippe Thys (Thijs à l’état civil), né le à Anderlecht et mort le à Bruxelles[1], est un cycliste belge, spécialiste des courses d’endurance qui fut professionnel de 1912 à 1927. Il est surnommé "Le basset" parce qu'il est assez trapu et posé bas sur le vélo, Il est le coureur le plus complet de sa génération[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Thys.

En 1911, il remporta le Circuit français Peugeot (ou Tour de France des Indépendants), une course qu'on peut dire presque équivalente à l'actuel Tour de l'Avenir. Il fut le premier cycliste à remporter trois fois le Tour de France : en 1913, 1914 et 1920. Il aurait fait certainement bien mieux si la Première Guerre mondiale ne l'avait pas privé des meilleures années de sa carrière de cycliste, a déclaré Henri Desgrange en lui rendant hommage en 1920[2].

Avec un âge de 23 ans et 9 mois (lors de sa première victoire en 1913) il reste l’un des plus jeunes vainqueurs du Tour, le plus jeune étant Henri Cornet. À l'en croire, c'est lui qui serait à l'origine du maillot jaune, son entraîneur lui aurait demandé de porter un pull de cette couleur afin que le public pût le reconnaître comme le leader du classement. Même s'il n'y a aucune raison de douter de ses paroles, il est admis le plus souvent que c'est le Français Eugène Christophe qui a été, beaucoup plus tard, le premier à avoir porté le maillot jaune.

Philippe Thys a également remporté Paris-Tours en 1917, le Tour de Lombardie en 1917 et a été champion de Belgique de cyclo-cross en 1910. En 1921, il a remporté le Critérium des As. En 1922 et 1923, il a inscrit son nom au tableau d'honneur de Paris-Lyon. Il était capable de s'imposer aussi bien en cyclo-cross que sur route et sur piste, et il l'a prouvé en 1919 quand, associé à Marcel Dupuy, il a remporté les Six jours de Bruxelles.

Pendant la Première Guerre mondiale, il sert dans les forces aériennes françaises. Sa carrière cycliste terminée, il a été garagiste, vendeur de vélo et organisateur de voyages en cars.

Il est ensuite champion de Tir à l’arc et ensuite Président d’une société d’archers[2].

Il meurt à la Clinique Ste-Anne en 1971[3].

En 2002, Philippe Thys fait partie des coureurs retenus dans le Hall of Fame de l'Union cycliste internationale[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

  • 1909
    • 2e d'Anvers-Menen""
  • 1910
  • 1911
    • Tour de France des Indépendants :
      • Classement général
      • 2 étapes
    • Paris-Turin :
      • Classement général
      • 2 étapes
    • Paris-Toulouse

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur le Tour de France[modifier | modifier le code]

Philippe Thys fait partie des coureurs ayant remporté au moins deux étapes du Tour de France sur plus de dix années.

  • 1912 : 6e du classement général
  • 1913 : Vainqueur du classement général et de la 6e étape, leader pendant 8 jours
  • 1914 : Vainqueur du classement général et de la 1re étape, leader pendant 15 jours
  • 1919 : abandon (1re étape)
  • 1920 : Leader du classement général Vainqueur du classement général et des 2e, 9e, 12e et 13e étapes, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 14 jours
  • 1921 : non-partant (2e étape)
  • 1922 : 14e du classement général, vainqueur des 4e, 8e, 9e, 10e et 15e étapes
  • 1923 : abandon (9e étape)
  • 1924 : 11e du classement général et vainqueur des 3e et 9e étapes
  • 1925 : abandon (9e étape)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rodrigo Beenkens, « Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Philippe Thys », sur rtbf.be, (consulté le ).
  2. a b et c « Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Philippe Thys », sur RTBF (consulté le )
  3. Encyclopædia Universalis, « PHILIPPE THYS », sur Encyclopædia Universalis (consulté le )
  4. « 14 avril 2002 : les 100 ans de Paris-Roubaix et l'inauguration du CMC de l'UCI à Aigle » (version du 23 août 2018 sur l'Internet Archive), Union cycliste internationale, sur uci.ch, .
  5. Constant de Tours, Vingt jours à Paris pendant l'Exposition universelle, 1889, Maison Quantin, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :