Tour de France 1911

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tour de France 1911
Tour de France 1911 map-fr.svg
Généralités
Course
Étapes
15
Date
Distance
5 344 km
Pays
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Partants
84Voir et modifier les données sur Wikidata
Coureurs à l'arrivée
28
Vitesse moyenne
27,322 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième
Départ du Tour de France en 1911.

La 9e édition du Tour de France s'est déroulée du 2 juillet au sur 15 étapes pour 5 344 km. Il s'agit du septième Tour de France consécutif à utiliser un système de points (et non au temps) pour calculer le classement général.

Cette édition est particulièrement épuisante pour les coureurs. La plus longue étape disputée sur 470 km, est terminée en près de 18 heures pour les coureurs les plus rapides. Sur les 84 coureurs au départ, seuls 28 terminent la course. Après l'introduction des Pyrénées dans l'édition précédente, c'est au tour des Alpes d'être visités pour la première fois. L'édition 1911 est considérée comme le premier Tour moderne[1].

Le nouveau venu, Paul Duboc, remporte quatre étapes et est en position de remporter le Tour, lorsqu'il tombe malade lors de la dixième étape. Le vainqueur est finalement Gustave Garrigou, qui a également remporté deux étapes. Sa moyenne finale est de 27,322 km/h.

Changements par rapport au Tour précédent[modifier | modifier le code]

En 1910, le Tour de France inclut pour la première fois les Pyrénées. Ce fut un succès et donc en 1911, les organisateurs du Tour décident de faire passer les coureurs dans les Alpes[2]. La montagne préférée de l'organisateur du Tour, Henri Desgrange, est le col du Galibier, sur lequel il écrit « Ô Sappey ! ô Laffrey ! ô col Bayard ! ô Tourmalet ! je ne faillirai pas à mon devoir en écrivant qu'à côté du Galibier, vous n'êtes que de la pâle et vulgaire bibine : devant ce géant, il n'y a plus qu'à tirer son bonnet et à saluer bien bas »[3]. Avant et pendant le Tour 1910, les cyclistes avaient protesté contre l'ajout au parcours de hautes montagnes, mais au Tour 1911, tous les cyclistes importants sont bien présents[4].

Ce qui ne change pas est le système de points, comme pour les Tours 1905 à 1910. Un cycliste reçoit des points en fonction de son classement. Comme en 1910, le système de points est « nettoyé » deux fois : après les 9e et 14e étapes. Les cyclistes qui ont abandonné la course sont retirés du classement des étapes précédentes, et le classement est recalculé sans eux[5].

Depuis 1906, le Tour de France avait franchi la frontière allemande en Alsace-Lorraine. Après 1910, les autorités allemandes refusent le passage de la course, de sorte que le Tour reste en France[6].

Équipes participantes[modifier | modifier le code]

Gustave Garrigou après avoir remporté la course.

37 coureurs sont groupés dans quatre équipes et 47 sont isolés[5]. Sur ces 47 cyclistes indépendants, huit seront à l'arrivée. Le mieux classé des isolés est Jules Deloffre, quinzième au général à Paris. Les étapes possèdent des points de contrôle où les coureurs doivent signer, et sur ces points de contrôle les coureurs sponsorisés sont autorisés à recevoir de la nourriture et des boissons. Les coureurs isolés ne sont pas autorisés à recevoir de la nourriture ou des boissons pendant ces points de contrôle[7].

L'édition précédente avait été une bataille serrée entre les coéquipiers Octave Lapize et François Faber de l'équipe Alcyon, remportée par Lapize. Ce dernier a changé d'équipe pour l'équipe de La Française qui fait son retour sur la course. Lapize est rejoint par l'ancien vainqueur Lucien Petit-Breton (vainqueur en 1907 et 1908)[1]. Petit-Breton a remplacé tardivement Cyrille Van Hauwaert, qui ne se sentait pas assez en forme pour participer au Tour[7].

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

La première étape est remportée par Garrigou, un coéquipier de Faber chez Alcyon. Dans cette première étape, Petit-Breton doit quitter la course après une série d'événements malheureux[4]. L'équipe Alcyon remporte également la deuxième étape avec le Belge Jules Masselis. La troisième étape est gagnée par Faber, après une échappée solitaire de 206 km[5]. Au cours de cette étape, Émile Georget est en tête lorsqu'il est heurté par une voiture et tombe dans un ravin[4]. Dans la même étape, Faber est passé à un contrôle sans signer. En guise de pénalité, il doit s'arrêter pendant deux minutes et demi. Malgré cela, il s'impose avec un avantage de 17 minutes et prend la tête du classement général[1].

Dans la quatrième étape, Garrigou reprend la tête à son coéquipier Faber. À ce moment-là, pour Faber la possibilité de victoire finale s'éloigne, car il sait que Garrigou est un bon grimpeur, alors que lui a plus de difficultés dans les cols[1]. Dans les Alpes, Georget se montre le meilleur[5]. Garrigou termine largement devant Faber et mène maintenant de 10 points[1]. La sixième étape, avec seulement des petites ascensions, est gagnée par Faber, après une échappée solitaire de 260 kilomètres[5]. Arrivé en deuxième position, Garrigou reste toujours en tête. En troisième place, Paul Duboc, est un nouveau venu surprenant[1].

Paul Duboc termine deuxième du général.

Duboc est le plus fort de la huitième étape. Après sa victoire, il remonte en deuxième place au classement général. Dans la neuvième étape, Faber perd le contact avec Garrigou au classement général en terminant à la vingtième place. Duboc gagne encore et prouve qu'il est aussi un bon grimpeur. Il est considéré comme le favori de la dixième étape qui comprend également des cols à grimper et devient une menace sérieuse pour Garrigou au classement général[4]. Après cette étape, Garrigou est en tête avec 27 points, tandis que Duboc compte 37 points[8]. Dans cette neuvième étape, Maurice Brocco qui sait qu'il ne gagnera pas le Tour, vend ses services au plus offrant. Il est exclu de la course par l'organisateur du Tour, Desgrange, qui refuse l'idée d'aide entre cyclistes. Brocco s'oppose à cette décision et, en attendant le recours, est autorisé à courir la dixième étape de Luchon à Bayonne. Dans cette dixième étape, il attaque et termine premier avec 34 minutes d'avance. Après l'étape, il est disqualifié et sa victoire d'étape lui est retirée[5]. Toujours dans la dixième étape, Duboc s'effondre juste avant Bayonne, probablement en raison d'un empoisonnement alimentaire[9], attribué à une boisson[2]. À ce moment de la course, il mène l'étape, avec huit minutes sur le deuxième. Selon les règles, aucune aide n'est autorisée, alors les autres cyclistes passent à côté de lui pendant qu'il est allongé sur la route, vomissant. Duboc réussit à reprendre la route et termine l'étape à la 21e place, ce qui ne lui laisse plus aucun espoir pour la victoire[1]. Plusieurs années après, les historiens du vélo pensent que François Lafourcade, un cycliste qui a bien performé dans les cols du Tour de 1910, a une responsabilité dans l'affaire. Mais en 1911, le premier suspect est son principal concurrent Garrigou. Celui-ci est menacé et l'organisation du Tour lui octroie un garde du corps pour le protéger. Il est déguisé quand le Tour traverse Rouen, la ville natale de Duboc[1].

Duboc reprend ses forces et gagne deux autres étapes, mais ne peut combler l'écart avec Garrigou au classement général. Garrigou remporte donc le Tour de France. À la fin de la course à Paris, Duboc reçoit un très grand accueil, éclipsant Garrigou[1]. Les favoris d'avant-course ont abandonné tôt dans la course : Petit-Breton lors de la première étape et Lapize lors de la quatrième étape. Vainqueur en 1909, Faber, a duré plus longtemps, mais il a abandonné au cours de la douzième étape[9].

Résultats[modifier | modifier le code]

Les étapes[modifier | modifier le code]

Étape Date Villes étapes Distance Vainqueur d'étape Leader du classement général
1re étape 2 juillet ParisDunkerque 351 Drapeau : France Gustave Garrigou Drapeau : France Gustave Garrigou
2e étape 4 juillet DunkerqueLongwy 388 Drapeau : Belgique Jules Masselis Drapeau : Belgique Jules Masselis
3e étape 6 juillet LongwyBelfort 331 Drapeau : Luxembourg François Faber Drapeau : Luxembourg François Faber
4e étape 8 juillet BelfortChamonix 344 Drapeau : France Charles Crupelandt Drapeau : France Gustave Garrigou
5e étape 10 juillet ChamonixGrenoble 366 Drapeau : France Émile Georget Drapeau : France Gustave Garrigou
6e étape 12 juillet GrenobleNice 348 Drapeau : Luxembourg François Faber Drapeau : France Gustave Garrigou
7e étape 14 juillet NiceMarseille 334 Drapeau : France Charles Crupelandt Drapeau : France Gustave Garrigou
8e étape 16 juillet MarseillePerpignan 335 Drapeau : France Paul Duboc Drapeau : France Gustave Garrigou
9e étape 18 juillet PerpignanLuchon 289 Drapeau : France Paul Duboc Drapeau : France Gustave Garrigou
10e étape 20 juillet LuchonBayonne 326 Drapeau : France Maurice Brocco Drapeau : France Gustave Garrigou
11e étape 22 juillet BayonneLa Rochelle 379 Drapeau : France Paul Duboc Drapeau : France Gustave Garrigou
12e étape 23 juillet La RochelleBrest 470 Drapeau : France Marcel Godivier Drapeau : France Gustave Garrigou
13e étape 26 juillet BrestCherbourg 405 Drapeau : France Gustave Garrigou Drapeau : France Gustave Garrigou
14e étape 28 juillet CherbourgLe Havre 361 Drapeau : France Paul Duboc Drapeau : France Gustave Garrigou
15e étape 30 juillet Le HavreParis 317 Drapeau : France Marcel Godivier Drapeau : France Gustave Garrigou

Classement général[modifier | modifier le code]

Classement général final
Rang Coureur Sponsor Points
1 Drapeau : France Gustave Garrigou Alcyon 43
2 Drapeau : France Paul Duboc La Française 61
3 Drapeau : France Émile Georget La Française 84
4 Drapeau : France Charles Crupelandt La Française 109
5 Drapeau : Belgique Louis Heusghem Alcyon 135
6 Drapeau : France Marcel Godivier La Française 141
7 Drapeau : France Charles Cruchon La Française 145
8 Drapeau : France Ernest Paul Alcyon 153
9 Drapeau : Belgique Albert Dupont Le Globe 158
10 Drapeau : Belgique Henri Devroye Le Globe 171
11 Drapeau : Belgique Firmin Lambot Le Globe 178
12 Drapeau : France Henri Cornet Le Globe 190
13 Drapeau : Belgique Paul Deman 198
14 Drapeau : France Julien Maitron La Française 216
15 Drapeau : France Jules Deloffre 218
16 Drapeau : France Georges Paulmier Automoto 227
17 Drapeau : Italie Ottavio Pratesi 251
18 Drapeau : France Vincent D'Hulst 253
19 Drapeau : France Alfred Faure Automoto 256
20 Drapeau : France Lucien Pothier Le Globe 284
21 Drapeau : France Édouard Léonard Automoto 288
22 Drapeau : France Constant Ménager Le Globe 291
23 Drapeau : France Maurice Pardon Le Globe 291
24 Drapeau : Belgique Louis Colsaet 300
25 Drapeau : France Marius Vilette 329
26 Drapeau : France Ernest Ricaux Automoto 351
27 Drapeau : Italie Pietro Ghislotti 377
28 Drapeau : France Lucien Roquebert 392

Autres classements[modifier | modifier le code]

Paul Deman, treizième, est le vainqueur de la catégorie « indépendant »[10].

L'Auto nomme Paul Duboc meilleur grimpeur. Ce titre qui n'est pas officiel est le précurseur du Grand Prix de la montagne[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Bill McGann et McGann, Carol, The Story of the Tour De France: 1903-1964, Dog Ear Publishing, , 30–35 p. (ISBN 1-59858-180-5, lire en ligne)
  2. a et b Tom James, « 1911: Faber meets his Galibier » [archive du ], (consulté le 16 avril 2009)
  3. Le Galibier : le plus illustre des cols du Tour de France
  4. a, b, c et d (nl) Wim Amels, De geschiedenis van de Tour de France 1903–1984, Sport-Express, , 15–16 p. (ISBN 90-70763-05-2)
  5. a, b, c, d, e et f « 9ème Tour de France 1911 » [archive du ], Mémoire du cyclisme (consulté le 16 avril 2009)
  6. Christopher S. Thompson, The Tour de France: a cultural history, University of California Press, (ISBN 0-520-24760-4, lire en ligne), p. 68
  7. a et b (nl) « Wielrijden - De Ronde van Frankrijk », De Volksstem, Documentatiecentrum en Archief voor Daensisme en Hedendaagse Geschiedenis van de Denderstreek,‎ , p. 3 (lire en ligne[archive du ])
  8. « 9ème Tour de France 1911 - 9ème étape » [archive du ], Mémoire du cyclisme (consulté le 16 avril 2009)
  9. a et b « 1911 - 9th Tour de France » [archive du ], ASO (consulté le 16 avril 2009)
  10. « l'Historique du Tour - Année 1911 », Amaury Sport Organisation (consulté le 4 janvier 2010)
  11. Jan Cleijne, Legends of the Tour, Head of Zeus (ISBN 9781781859995, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]