Perturbation cognitive post-chimiothérapie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les anomalies cognitives post-chimiothérapie, ou parfois en anglais : chemobrain, décrivent les troubles cognitifs causés par un traitement chimiothérapeutique. Elles concerneraient 20 à 30 % des patients. Ces troubles ont été découverts initialement chez les patientes atteintes de cancer du sein qui se plaignaient de troubles de la mémoire ou d’autres troubles cognitifs[1].

L’existence de ces effets a été débattue mais est reconnue depuis les années 2000[2],[3]. Ces patients continuent d’avoir ces symptômes après la fin de la chimiothérapie[2]. Ces symptômes sont décelés chez les patients traités pour les cancers du sein, les cancers de l’ovaire, les cancers de la prostate, d’autres cancers hormono-dépendants[4] ou des cancers nécessitant une chimiothérapie agressive[5],[6].

Cette pertinence clinique s’accroît avec l’amélioration du pronostic des cancers[7]. La sévérité de ces troubles et leurs conséquences dans le fonctionnement des patients reste cependant difficile à quantifier[8].

Symptômes[modifier | modifier le code]

  • Troubles de la mémoire visuelle et sémantique[9]. Le test de Buschke peut évaluer ce type de difficultés en mémoire antérograde[10] ;
  • troubles de l’attention et de la concentration[9]. Il peut être évalué avec le trail making test (en) et l'évaluation de la fluence verbale[10] ;
  • troubles de la coordination motrice[9]. Le test de Groove Pegboard peut être utile pour l'évaluer[10] ;
  • trouble de la capacité à être multi-tâche[11].

Limites[modifier | modifier le code]

Certains troubles cognitifs et certaines anomalies morphologiques peuvent être observés avant le début de la chimiothérapie, ce qui limite la portée des études[12],[13],[14]. Des études longitudinales semblent donc plus appropriées pour évaluer ce phénomène[3].

Ces troubles peuvent être amplifiés par une radiothérapie crâne entier[15] ou l'anesthésie générale pendant la phase chirurgicale.

Facteurs confondants[modifier | modifier le code]

De nombreux autres facteurs peuvent entraîner un impact sur le fonctionnement cognitif[8] :

  • la ménopause ;
  • une thérapie hormonale ;
  • une anesthésie générale ;
  • une prédisposition génétique ;
  • des effets causés par le cancer lui-même ;
  • les effets secondaires de la radiothérapie ;
  • des troubles psychologiques associés (un trouble anxieux, une dépression) ;
  • une fatigue.

Incidence[modifier | modifier le code]

Ces troubles touchent environ 10 à 40 % des patients atteints de cancer du sein avec des taux plus fréquents chez les femmes avant la ménopause et les patients qui reçoivent une forte dose de chimiothérapie[4].

Pronostic[modifier | modifier le code]

Ces symptômes sont de bon pronostic. Ces troubles sont de durée variable. Il y a une amélioration significative dans les 18 mois[10]. Ils disparaissent généralement dans les 4 ans[4]. Certains peuvent durer plus de 10 ans[16].

Mécanismes proposés[modifier | modifier le code]

Toxicité cellulaire[modifier | modifier le code]

  • Un effet direct sur le cerveau de la chimiothérapie[4] mais la plupart des chimiothérapies ne passent pas la barrière hémato-encéphalique.
  • Les hormones, notamment l’œstrogène, pourraient jouer un rôle important car les anomalies cognitives rencontrées sont proches de celles retrouvées lors de la ménopause. Ces troubles sont plus fréquents chez les femmes avant la ménopause et le fait que ces symptômes puissent être améliorés par les œstrogènes[4]
  • Un stress oxydatif pourrait être impliqué[17], notamment avec la doxorubicine[18].
  • D’autres théories suggèrent des lésions vasculaires, une inflammation[19], une auto-immunité[19], une anémie, la présence de la version epsilon 4 du gène de l’apolipoprotéine E, des anomalies de la COMT, des défauts de la réparation de l'ADN[9].

Atteintes des cellules neuronales progénitrices[modifier | modifier le code]

  • Les cellules neurales progénitrices sont particulièrement vulnérables aux effets toxiques des chimiothérapies. Le 5-fluorouracil semble diminuer la viabilité de ces cellules de 55 à 70 % aux concentrations de 1 μM, alors que les cellules cancéreuses n'étaient pas affectées à cette dose[20]. D'autres chimiothérapies comme le BCNU, la cisplatine et la cytarabine ont une toxicité sur ces cellules progénitrices in vivo et in vitro[21]. Ces cellules sont impliquées dans la plupart des divisions cellulaires cérébrales.

Atteinte de l'hippocampe[modifier | modifier le code]

Le cyclophosphamide et la doxorubicine sont impliqués dans une diminution des performances mnésiques chez le rat (reconnaissance d'un nouveau lieu et tâche de conditionnement contextuel à la peur) qui serait impliqué avec une diminution des fonctions mnésiques gérées par l'hippocampe avec une diminution de la neurogenèse hippocampique. Dans le groupe traité par cyclophosphamide, on a retrouvé une augmentation de l'inflammation avec une augmentation de l'activation de la microglie au niveau de l'hippocampe[22]. Le 5-FU diminue les taux de BDNF dans l'hippocampe chez le rat. Ceci pourrait entraîner une diminution de la neurogenèse dans cette zone pour laquelle le BDNF est nécessaire, expliquant les troubles de mémoire[23]. Une diminution de la prolifération cellulaire a aussi été montrée avec le méthotrexate[23].

Atteinte des fonctions visuelles[modifier | modifier le code]

On a évoqué des lésions associées aux fonctions cognitives (fonction visuo-spatiales, visuo-motrice, mémoire visuelle)[24],[25]. Le méthotrexate a aussi une toxicité oculaire chez 27 % des patients[26].

Anomalies cérébrales[modifier | modifier le code]

On décèle chez les patients atteint de cancer[13] :

  • avant chimiothérapie, une diminution de la substance blanche et une augmentation de l'activation du réseau fronto-pariétal ;
  • chez les patients une fois traités, une diminution diffuse de la substance grise et blanche et une diminution de l'hyperactivation frontale ;
  • une diminution des volumes de substance blanche et grise, une hypoactivation frontale dans un sous-groupe de patients traités.

On a repéré des anomalies cérébrales chez les patients traités par chimiothérapie[3],[27].

On observerait une activation plus large des structures cérébrales en imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) chez les sujets traités pour un cancer que chez leur jumeau monozygote non traité[28].

Traitements impliqués[modifier | modifier le code]

Les traitements impliqués sont nombreux[3],[29],[30],[31] :

Prise en charge[modifier | modifier le code]

  • Surveillance. Le pronostic est bon sans traitement
  • Antioxydants[9]
  • Thérapies cognitivo-comportementales[9]
  • Méthylphénidate[9],[32]
  • Agonistes dopaminergiques[19]
  • Modafinil[33],[34]
  • Inhibiteurs de la mono-amine oxydase[19]
  • Œstrogènes[4]. Ils pourraient être utiles mais risquent d'entraîner une prolifération des cellules cancéreuses.
  • Érythropoïétine[9]
  • Facteurs de croissance

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tannock IF, Ahles TA, Ganz PA, Van Dam FS, « Cognitive impairment associated with chemotherapy for cancer: report of a workshop », J Clin Oncol, vol. 22, no 11,‎ , p. 2233–9 (PMID 15169812, DOI 10.1200/JCO.2004.08.094, lire en ligne[archive du ])
  2. a et b (en) Hede K, « Chemobrain is real but may need new name », J Natl Cancer Inst, vol. 100, no 3,‎ , p. 162–3, 169 (PMID 18230787, DOI 10.1093/jnci/djn007)
  3. a b c et d Jochen Kaiser, Christoph Bledowski, Jörg Dietrich, « Neural correlates of chemotherapy-related cognitive impairment », Cortex, vol. 54,‎ , p. 33-50. (ISSN 0010-9452, DOI 10.1016/j.cortex.2014.01.010, lire en ligne)
  4. a b c d e et f (en) Matsuda T, Takayama T, Tashiro M, Nakamura Y, Ohashi Y, Shimozuma K, « Mild cognitive impairment after adjuvant chemotherapy in breast cancer patients--evaluation of appropriate research design and methodology to measure symptoms », Breast Cancer, vol. 12, no 4,‎ , p. 279–87 (PMID 16286908, DOI 10.2325/jbcs.12.279, lire en ligne)
  5. (en) Ness KK, Gurney JG, « Adverse late effects of childhood cancer and its treatment on health and performance », Annu Rev Public Health., vol. 28,‎ , p. 278–302. (PMID 17367288, DOI 10.1146/annurev.publhealth.28.021406.144049, lire en ligne)
  6. (en) Baudino B. et al., « The chemotherapy long-term effect on cognitive functions and brain metabolism in lymphoma patients », Q J Nucl Med Mol Imaging, vol. 56, no 6,‎ , p. 559–568 (PMID 23172518, lire en ligne)
  7. (en) Taillibert S, Voillery D, Bernard-Marty C, « Chemobrain: is systemic chemotherapy neurotoxic? », Curr Opin Oncol, vol. 19, no 6,‎ , p. 623–7 (PMID 17906463, DOI 10.1097/CCO.0b013e3282f0e224, lire en ligne)
  8. a et b (en) Hurria A, Somlo G, Ahles T, « Renaming "chemobrain" », Cancer Invest, vol. 25, no 6,‎ , p. 373–7 (PMID 17882646, DOI 10.1080/07357900701506672, lire en ligne)
  9. a b c d e f g et h (en) Nelson CJ, Nandy N, Roth AJ, « Chemotherapy and cognitive deficits: mechanisms, findings, and potential interventions », Palliat Support Care, vol. 5, no 3,‎ , p. 273–80 (PMID 17969831)
  10. a b c et d (en) Grace Chang, Mary-Ellen Meadows, E. John Orav, Joseph H. Antin, « Mental status changes after hematopoietic stem cell transplantation », Cancer, vol. 115, no 19,‎ , p. 4625–4635 (ISSN 1097-0142, DOI 10.1002/cncr.24496, lire en ligne)
  11. Dan Silverman et Idelle Davidson, Your Brain After Chemo: A Practical Guide to Lifting the Fog and Getting Back Your Focus, Da Capo Lifelong Books, (résumé)
  12. (en) Tim A. Ahles, Andrew J. Saykin, Brenna C. McDonald, Charlotte T. Furstenberg, Bernard F. Cole, Brett S. Hanscom, Tamsin J. Mulrooney, Gary N. Schwartz, Peter A. Kaufman, « Cognitive function in breast cancer patients prior to adjuvant treatment », Breast Cancer Research and Treatment, vol. 110, no 1,‎ , p. 143–152. (ISSN 0167-6806 et 1573-7217, DOI 10.1007/s10549-007-9686-5, lire en ligne)
  13. a et b (en) Simó M, Rifà-Ros X, Rodriguez-Fornells A, Bruna J, « Chemobrain: a systematic review of structural and functional neuroimaging studies », Neurosci Biobehav Rev, vol. 37, no 8,‎ , p. 1311-21. (PMID 23660455, DOI 10.1016/j.neubiorev.2013.04.015) modifier
  14. (en) Jeffrey S. Wefel, Renato Lenzi, Richard Theriault, Aman U. Buzdar, Scott Cruickshank, Christina A. Meyers, « 'Chemobrain' in breast carcinoma?: a prologue », Cancer, vol. 101, no 3,‎ , p. 466–475. (ISSN 0008-543X, PMID 15274059, DOI 10.1002/cncr.20393)
  15. (en) Nancy D. Doolittle, Agnieszka Korfel, Meredith A. Lubow, Elisabeth Schorb, Uwe Schlegel et al., « Long-term cognitive function, neuroimaging, and quality of life in primary CNS lymphoma », Neurology, vol. 81, no 1,‎ , p. 84–92 (ISSN 0028-3878 et 1526-632X, PMID 23685932, DOI 10.1212/WNL.0b013e318297eeba, lire en ligne)
  16. (en) Silverman DH, Dy CJ, Castellon SA. et al., « Altered frontocortical, cerebellar, and basal ganglia activity in adjuvant-treated breast cancer survivors 5–10 years after chemotherapy », Breast Cancer Res Treat, vol. 103, no 3,‎ , p. 303-11. (PMID 17009108, DOI 10.1007/s10549-006-9380-z)
  17. (en) Myers JS, Pierce J. & Pazdernik T, « Neurotoxicology of chemotherapy in relation to cyotkine release, the blood brain barrier, and cognitive impairmen » Oncology Nursing Forum 2008;35(6):916-920.
  18. (en) Tangpong J, Cole MP, Sultana R. et al., « Adriamycin-mediated nitration of manganese superoxide dismutase in the central nervous system: insight into the mechanism of chemobrain », J Neurochem, vol. 100, no 1,‎ , p. 191–201 (PMID 17227439, DOI 10.1111/j.1471-4159.2006.04179.x)
  19. a b c et d Debra Barton, « Novel approaches to preventing chemotherapy-induced cognitive dysfunction in breast cancer: the art of the possible », Clinical Breast Cancer, vol. 3 Suppl 3,‎ , –121-127 (ISSN 1526-8209, PMID 12533273)
  20. (en) Han R, Dietrich J, Luebke A et al. « Systematic 5-flouracil treatment causes a syndrome of delayed myelin destruction in the central nervous system » Journal of Biology. 2008;7(4):12.
  21. (en) Dietrich J, Ruolan H, Yang Y, Margot MP, Noble M, « CNS progenitor cells and oligodendrocytes are targets of chemotherapeutic agents in vitro and in vivo » Journal of Biology 2006;5(7):22.
  22. Lori-Ann Christie, « Impaired Cognitive Function and Hippocampal Neurogenesis following Cancer Chemotherapy », Clinical Cancer Research, vol. 18, no 7,‎ , p. 1954–1965 (ISSN 1078-0432 et 1557-3265, PMID 22338017, DOI 10.1158/1078-0432.CCR-11-2000, lire en ligne)
  23. a et b (en) Mustafa S, Walker A, Bennett G et Wigmore PM, « 5-flouracil chemotherapy affects spatial working memory and newborn neurons in the adult rat hippocampus » The European Journal of Neuroscience. 2008;28(2):323-330.
  24. Raffa, R. B. & Tallarida. 2010. "Effects on the visual system might contribute to some of the cognitive deficits of cancer chemotherapy-induced ‘chemo-fog’." "Journal of Clinical Pharmacy and Therapeutics", 35 (3): 249-255.
  25. Khaw P. T., Sherwood M. B., MacKay S. L., Rossi M. J. & Schultz G. 1992. "Five-minute treatments with fluorouracil, floxuridine, and mitomycin have long-term effects on human Tenon’s capsule fibroblasts." "Archives of Ophthalmology, 110: 1150-115.
  26. Al-Tweigeri T, Nabholtz J. M., & Mackey J. R. 1996. "Ocular toxicity and cancer chemotherapy." "Cancer", 78: 1359-1373.
  27. Inagaki M, Yoshikawa E, Matsuoka Y. et al., « Smaller regional volumes of brain gray and white matter demonstrated in breast cancer survivors exposed to adjuvant chemotherapy », Cancer, vol. 109, no 1,‎ , p. 146–56 (PMID 17131349, DOI 10.1002/cncr.22368)
  28. (en) Ferguson RJ, McDonald BC, Saykin AJ, Ahles TA, « Brain structure and function differences in monozygotic twins: possible effects of breast cancer chemotherapy », J Clin Oncol, vol. 25, no 25,‎ , p. 3866-70. (PMID 17761972, PMCID PMC3329758, lire en ligne [html]) modifier
  29. (en) B. M. del Pino, « Chemotherapy-induced Peripheral Neuropathy », NCI Cancer Bulletin, vol. 7, no 4,‎ , p. 6. (lire en ligne)
  30. (en) W. Grisold, S. Oberndorfer et A. J. Windebank, « Chemotherapy and polyneuropathies », European Association of Neurooncology Magazine, vol. 12, no 1,‎ (lire en ligne [PDF])
  31. http://www.ehealthme.com/ds/herceptin/peripheral%20sensory%20neuropathy
  32. (en) Lower E, Fleishman S, Cooper A, Zeldis J, Faleck H, Manning D, « A phase III, randomized placebo-controlled trial of the safety and efficacy of d-MPH as new treatment of fatigue and "chemobrain" in adult cancer patients », ASCO Meeting Abstracts, vol. 23, no 16_suppl,‎ , p. 8000. (lire en ligne)
  33. [http://content.hamptonroads.com /story.cfm?story=133730&ran=181335 « Doctors are finding it harder to deny "Chemobrain" »]([http://web.archive.org/web/*/http://content.hamptonroads.com /story.cfm?story=133730&ran=181335 Archive] • [http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://content.hamptonroads.com /story.cfm?story=133730&ran=181335 Wikiwix] • [http://archive.is/http://content.hamptonroads.com /story.cfm?story=133730&ran=181335 Archive.is] • [https://www.google.fr/search?q=cache:http://content.hamptonroads.com /story.cfm?story=133730&ran=181335 Google] • Que faire ?) (consulté le 10 décembre 2014) The Virginian-Pilot October 2, 2007
  34. (en) Stephanie Whyche « Modafinil Relieves Cognitive Chemotherapy Side Effects » Psychiatric News, 3 août 2007;42(15):31.

Liens externes[modifier | modifier le code]