Docétaxel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Docétaxel
Image illustrative de l’article Docétaxel
structure
Identification
Synonymes

taxotère

No CAS 114977-28-5
No ECHA 100.129.246
Code ATC L01CD02
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C43H53NO14  [Isomères]
Masse molaire[1] 807,8792 ± 0,0425 g/mol
C 63,93 %, H 6,61 %, N 1,73 %, O 27,73 %,
Propriétés physiques
fusion 232 °C[réf. souhaitée]

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le docétaxel, substance active aux propriétés anticancéreuses, est un alcaloïde obtenu par hémisynthèse à partir d'une molécule extraite des feuilles de l'if européen (Taxus baccata).

Histoire et principes d'action[modifier | modifier le code]

Le docétaxel est un diterpène obtenu par hémisynthèse en 1989 à partir d'une molécule extraite des feuilles de l'if européen (Taxus baccata) à l'Institut de chimie des substances naturelles de Gif-sur-Yvette, alors dirigé par Pierre Potier, à qui sera décerné la médaille d'or du CNRS en 1998[2].

Le docétaxel est un analogue du paclitaxel, de structure voisine mais avec une activité doublée. Il en diffère surtout par sa toxicité et son efficacité antitumorale. Comme lui, il stabilise les microtubules en inhibant leur dépolymérisation par liaison stable à la tubuline et entraîne un blocage de la mitose. Il est utilisé à la dose de 100 mg/m2 toutes les trois semaines par voie intra-veineuse, en perfusion d’une heure.

Il existe une toxicité pour la moëlle osseuse (baisse des leucocytes et des thrombocytes) avec de possibles réactions d’hypersensibilité. On peut également constater des œdèmes et épanchements par rétention d'eau et des troubles neurologiques. Il est efficace pour d'assez nombreuses tumeurs. Il a surtout été employé à ses débuts pour traiter les cancers du sein métastatiques[3] ou non[4], résistants aux anthracyclines ou en rechute, puis plus tard dans les cancers du poumon et de la prostate.

Formes commerciales[modifier | modifier le code]

Docétaxel
Noms commerciaux
  • Taxotere (Belgique, France, Suisse)
Classe Agent chimiothérapeutique
Autres informations Sous classe : Taxane

Il est commercialisé sous le nom de Taxotère en Belgique, France et Suisse. En Belgique et France, il est réservé au seul usage hospitalier.

Controverse[modifier | modifier le code]

Le 15 février 2017, après une révélation du Figaro[5], l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonce[6] que six cas d'entérocolites mortelles lui ont été signalés chez des patientes traitées par l'un des génériques du docétaxel (fabriqué par le laboratoire indien Accord) pour un cancer du sein[7],[5],[8]. Le docétaxel fait partie d'un groupe générique[9] contenant deux médicaments seulement (le princeps et son générique), mais cette molécule se retrouve dans seize spécialités commercialisées en France[10]. Une recommandation à titre de précaution est alors émise par l'ANSM[11] de ne pas utiliser le docétaxel dans le traitement des cancers du sein localisés, opérables, et de le substituer par le paclitaxel en attendant les conclusions de l'enquête sanitaire. Cette recommandation est levée le 5 juillet 2017 [12] par l'ANSM et l'Institut national du cancer (INCa) qui déclarent que les investigations « ne montrent pas d’augmentation de la fréquence des effets indésirables graves et des décès liés à cette molécule ».

Divers[modifier | modifier le code]

Le docétaxel fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. http://historique.icsn.cnrs-gif.fr/spip.php?article8
  3. (en) M. Martin, T. Pienkowski, J. Mackey et al., « Adjuvant docetaxel for node-positive breast cancer », N. Engl. J. Med., vol. 352,‎ , p. 2302-13 (lire en ligne)
  4. (en) M. Martín, M.A. Seguí, A. Antón et al., « Adjuvant docetaxel for high-risk, node-negative breast cancer », N. Engl. J. Med., vol. 363,‎ , p. 2200-10 (lire en ligne)
  5. a et b https://www.francetvinfo.fr/sante/cancer/le-generique-d-un-traitement-du-cancer-du-sein-mis-en-cause-dans-5-deces_2061981.html
  6. « Docetaxel - Cas d’entérocolites d’issue fatale - Lettre aux professionnels de santé », sur ANSM.fr,
  7. Anne Jouan, « Générique anticancéreux: au moins sept morts en France », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne)
  8. Paul Benkimoun, Juliette Garnier et Pascale Santi, « Traitement du cancer du sein : enquête sur le docétaxel après plusieurs décès », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. http://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/afficheGroupeGene.php?idGrp=1335
  10. http://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/index.php#result
  11. « Docétaxel - cas d’entérocolites d’issue fatale : l’INCa en lien avec l’ANSM recommande à titre de précaution d’éviter temporairement l’utilisation du docetaxel dans les cancers du sein localisés, opérables - Point d'Information - ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé », sur ansm.sante.fr (consulté le 31 juillet 2017)
  12. « Cancers du sein : le docétaxel à nouveau autorisé », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 31 juillet 2017)
  13. WHO Model List of Essential Medicines, 18th list, avril 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]