Nanteuil-en-Vallée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nanteuil-en-Vallée
Nanteuil-en-Vallée
Vue de Nanteuil depuis le haut de l'abbaye.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Intercommunalité Communauté de communes Val de Charente
Maire
Mandat
Lydie Rollin
2020-2026
Code postal 16700
Code commune 16242
Démographie
Gentilé Nanteuillais
Population
municipale
1 381 hab. (2020 en augmentation de 1,17 % par rapport à 2014)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 00′ 07″ nord, 0° 19′ 28″ est
Altitude Min. 82 m
Max. 218 m
Superficie 68,85 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Ruffec
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Charente-Nord
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nanteuil-en-Vallée
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nanteuil-en-Vallée
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Nanteuil-en-Vallée
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Nanteuil-en-Vallée

Nanteuil-en-Vallée est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Nanteuillais et les Nanteuillaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Nanteuil-en-Vallée est une vaste commune du Nord Charente située à 10 km à l'est de Ruffec, chef-lieu de son canton et 41 km au nord d'Angoulême. Elle est limitrophe du département de la Vienne.

Nanteuil est aussi à 7 km à l'ouest de Champagne-Mouton, 16 km au nord-ouest de Saint-Claud, 16 km au sud de Civray, 18 km au nord-est de Mansle, 27 km à l'ouest de Confolens et 65 km au sud de Poitiers[2].

La route principale est la D 740, de Ruffec à Champagne-Mouton et Confolens, qui traverse la commune d'est en ouest et passe au bourg. Des routes départementales secondaires relient le bourg aux communes voisines[3].

La gare la plus proche est celle de Ruffec, desservie par des TER et TGV à destination d'Angoulême, Poitiers, Paris et Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Hormis les communes associées (voir plus loin) et le bourg, le territoire de la seule commune de Nanteuil comprend quelques fermes isolées et petits hameaux, comme Chilloc et Chez Bouchet au nord, la Fayolle à l'est, Chez Taupignon, Chez Forté au sud, Villars à l'ouest près du bourg, etc.[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Le Bajocien et le Bathonien (Dogger, dit aussi Jurassique moyen) apparaissent sur les flancs des grandes vallées de la commune (Lizonne au nord, Argentor au sud) et le Callovien sur une petite zone à l'extrême ouest de la commune. On trouve aussi une petite zone de Toarcien (Lias, dit aussi Jurassique inférieur) dans la partie orientale du fond de la vallée de l'Argentor. Le plateau est toutefois recouvert sur la quasi-totalité de la commune par des altérites sous forme d'argile à silex (appelée aussi argile rouge à châtaigniers), et plus rarement par de l'argile à pisolithes de fer[4],[5],[6].

Le relief de la commune est celui d'un plateau relativement élevé, d'une altitude moyenne de 150 m. Des vallées assez profondes traversent ce plateau d'est en ouest, comme celle de l'Argentor au centre et celle de la Lizonne au nord.

Le point culminant de la commune est à une altitude de 218 m, situé au nord-est du bourg de Nanteuil. Le point le plus bas est à 82 m, situé le long de l'Argentor en limite ouest, en aval de Pougné. Le bourg de Nanteuil, construit dans la vallée de l'Argentor, est à 105 m d'altitude[3]. La vallée y a donc son maximum de profondeur, d'où le nom de la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Nanteuil-en-Vallée.

La commune est située dans le bassin versant de la Charente au sein du Bassin Adour-Garonne[7]. Elle est drainée par l'Argent-Or, la Lizonne, qui constituent un réseau hydrographique de 19 km de longueur totale[8],[Carte 1].

La commune est traversée d'est en ouest par deux affluents de la Charente. L'Argentor (ou Argent-Or) descend de Champagne-Mouton, passe au bourg et se jette dans la Charente sur sa rive gauche à Poursac. Plus au nord, la Lizonne, passe à Moutardon.

Le sol de la commune étant karstique, aucun autre ruisseau n'y coule, et on peut trouver de nombreux gouffres.

On trouve toutefois de nombreuses sources dans les vallées, en particulier à Nanteuil où il y a une source pétrifiante, mais aussi tout le long de l'Argentor (Font de Celette, Font des Bournats, Font de Saint-Martin, Font de Chansaut, Font de Gemarie, Font de Puyménard à Pougné, fontaine de chez Chemeraud, fontaine Saint-Jean, fontaine de l'Abbaye, source de l'arboretum, Font Trillaud à Nanteuil, Font Sereine à Saint-Gervais), et le long de la Lizonne (fontaine de Malteste, la Fontanelle, fontaine de Pain le Vin à Moutardon), etc. Aizecq a aussi sa Fontaine[3].

Gestion des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Charente ». Ce document de planification, dont le territoire correspond au bassin de la Charente, d'une superficie de 9 300 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin Charente[9]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [10].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans une grande partie du département, le climat est océanique aquitain, légèrement dégradé au nord du département.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nanteuil-en-Vallée est une commune rurale[Note 1],[11]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Ruffec, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 30 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (73 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,9 %), forêts (25,8 %), zones agricoles hétérogènes (16,5 %), prairies (13,7 %), zones urbanisées (1,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,4 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Nanteuil-en-Vallée est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, mouvements de terrains et séisme (sismicité modérée)[17]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[18].

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment la Lizonne et l'Argent-Or. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983 et 1999[19],[17].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Nanteuil-en-Vallée.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des glissements de terrain[20].

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 96,8 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 1 037 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 899 sont en en aléa moyen ou fort, soit 87 %, à comparer aux 81 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[21],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[22].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 2011 et par des mouvements de terrain en 1999[17].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Nantogilus en 989-1010[23], Nantolio en 1110[24].

L'origine du nom de Nanteuil provient du mot gaulois nantos signifiant « vallée » suivi du suffixe gaulois -ialo, transformé en -euil en français, et qui signifie « clairière ». Nanteuil, ou *Nantoialos, veut donc dire « clairière de la vallée »[25],[Note 3].

La commune de Nanteuil ne s'est appelée dans les textes officiels Nanteuil-en-Vallée qu'en 1962[26]. Cependant elle était déjà nommée ainsi localement en 1920 ; elle tire son nom de la vallée de l'Argentor, profonde à cet endroit[27].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Nanteuil-en-Vallée est liée à celle de son abbaye, dont la fondation est attribuée à Charlemagne au VIIIe siècle.

Pendant le Moyen Âge, Nanteuil était sur un chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle qui passait en Charente par Moutardon, Verteuil-sur-Charente, Tusson, Saint-Amant-de-Boixe, Angoulême, Mouthiers, Puypéroux et Aubeterre[28].

L'église paroissiale date du XIVe siècle et était autrefois une dépendance de l'abbaye.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la ligne de Ruffec à Roumazières et y possédait une gare.

Au tout début du XXe siècle, une pisciculture a été installée sur l'emplacement occupé par l'abbaye, subventionnée par l'État, et qui produisait 100 000 truites par an.

L'usine à chaux hydraulique et à ciment de la Folatière appartenait à la Société anonyme des chaux et ciments de Nanteuil et trouvait sa matière première dans les carrières de la commune[27].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Nanteuil-en-Vallée.

Cinq anciennes communes ont été réunies en 1972 à Nanteuil-en-Vallée : Aizecq, Messeux, Moutardon, Pougné et Saint-Gervais[26]. Elles ont le statut de communes associées et possèdent chacune une mairie.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Jacques Fillon    
2008 2014 Moïse Haumont SE Artisan maçon retraité
2014 2020 Didier Villat DVD Conseiller départemental depuis 2015
2020 En cours Lydie Rollin SE Commerçante

Communes associées[modifier | modifier le code]

Rose des vents Moutardon (6 km) Messeux (4,5 km) Rose des vents
Aizecq (3,5 km) N
O    Nanteuil-en-Vallée    E
S
Pougné (3 km) Saint-Gervais (3 km)

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[30].

En 2020, la commune comptait 1 381 habitants[Note 4], en augmentation de 1,17 % par rapport à 2014 (Charente : −0,6 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
7611 1701 1051 3071 3141 3791 4631 4441 328
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 2641 2751 1641 1621 1801 1621 1121 1221 152
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 038892866860814838789726637
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015
5571 5451 4491 4961 3951 4371 4451 4711 341
2020 - - - - - - - -
1 381--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 24 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 41,1 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 676 hommes pour 708 femmes, soit un taux de 51,16 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,59 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
3,3 
11,0 
75-89 ans
12,9 
28,1 
60-74 ans
26,2 
21,6 
45-59 ans
20,0 
14,4 
30-44 ans
13,9 
11,0 
15-29 ans
9,3 
13,3 
0-14 ans
14,4 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,5 
8,9 
75-89 ans
11,8 
20 
60-74 ans
20,3 
21 
45-59 ans
20,8 
16,9 
30-44 ans
16,2 
15,6 
15-29 ans
13,7 
16,6 
0-14 ans
14,7 

Remarques[modifier | modifier le code]

Nanteuil-en-Vallée a absorbé Aizecq, Messeux, Moutardon, Pougné et Saint-Gervais en 1972[26].

Au recensement de 2007, Aizecq comptait 251 habitants, Messeux 140 habitants, Moutardon 266 habitants, Pougné 102 habitants, et Saint-Gervais 217 habitants[34].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Des aurochs à la ferme de l'Aurochs vert.

La ferme de l'Aurochs vert à Pougné est un élevage d'aurochs en Charente, assez rare en France, par un passionné de la préhistoire[35].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Nanteuil possède une école primaire publique comprenant trois classes, dont une de maternelle. Le secteur du collège est Ruffec[36].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La Salle du trésor de l'abbaye.

De l'abbaye Notre-Dame de Nanteuil fondée vers 780, il reste d'une part un bâtiment carré du XIIe siècle nommé Salle du trésor qui a été classé monument historique en 1943. D'autre part l'ancienne hôtellerie nommée Grands Greniers dans le domaine de l'abbaye, datant du XIIIe ou XIVe siècle, dont les murs à l'étage gardent des traces d'une peinture murale ancienne ; ses façades et toitures ont été classés monument historique en 1962[37].

La chapelle de Boisaugeais du XVe siècle est ornée de peintures. La chapelle et son décor peint ont été classés monument historique le [38].

L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste a elle aussi été inscrite monument historique, le , sacristie exclue[39]. Elle comporte neuf stalles en bois sculpté datant du XVe siècle, classées à titre objet depuis 1933[40] ainsi qu'un chapiteau transformé en bénitier au XIIe ou XIIIe siècle inscrit depuis 1922[41].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le manoir d'Aizecq est constitué d'un logis noble à deux niveaux, d'un étage de comble et d'une aile de communs. Ce logis a gardé une lucarne à tympan en demi-cercle, des fenêtres à meneaux et une porte d'entrée ornée d'un gâble en accolade qui sont caractéristiques du XVIe siècle. Les bâtiments ont été remaniés au XIXe siècle avec deux arcades rajoutées à la façade principale qui englobe une tour d'entrée carrée flanquée d'une tourelle en suspens. L'autre façade a gardé une échauguette à toit conique à son extrémité sud[42].

Le colombier à pied, du XVIIe siècle dont l'intérieur est conservé avec ses boulins a été inscrit monument historique le [43].

Fontaine Saint-Jean.

Au bourg, on trouve la fontaine Saint-Jean.

Près du lavoir du bourg, on trouve le petit musée de la "bugée", c'est-à-dire la lessive effectuée par les buandières autrefois.

Le bourg comporte plusieurs maisons à colombage[44].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

  • Les Jardins de l'Argentor : l'arboretum créé en 1932 par l'architecte paysagiste Eugène Bureau est composé d'une soixantaine d'essences. Il surplombe un jardin aquatique situé au bord d'un canal.
  • Une fontaine pétrifiante est située dans le domaine de l'abbaye Notre-Dame.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Comme les autres Nanteuil Ce lien renvoie vers une page d'homonymie ou Nantheuil en France.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Nanteuil-en-Vallée » sur Géoportail (consulté le 22 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le )
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ruffec », sur Infoterre, (consulté le )
  7. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le )
  8. « Fiche communale de Nanteuil-en-Vallée », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le )
  9. « SAGE Charente », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  10. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  11. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Nanteuil-en-Vallée », sur Géorisques (consulté le )
  18. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  19. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  20. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  21. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  22. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Nanteuil-en-Vallée », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  23. Cartulaire de Saint-Cyprien de Poitiers
  24. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac, (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne), p. 126
  25. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 489.
  26. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 259-260
  28. Joël Guitton et al., Les chemins de Saint-Jacques en Charente, éditions Sud Ouest, , 254 p. (ISBN 978-2-8177-0053-3, présentation en ligne)
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Nanteuil-en-Vallée (16242) », (consulté le ).
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  34. [xls] Insee : recensement 2007 : fiche de synthèse Excel, onglet Communes associées.
  35. « L'aurochs dans son jardin », article du journal Sud Ouest, (consulté le )
  36. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le )
  37. « Abbaye Notre-Dame », notice no PA00104442, base Mérimée, ministère français de la Culture
  38. « Chapelle de Boisaugeais », notice no PA00104554, base Mérimée, ministère français de la Culture
  39. « Église Saint-Jean-Baptiste », notice no PA00104555, base Mérimée, ministère français de la Culture
  40. « Stalles en bois », notice no PM16000202, base Palissy, ministère français de la Culture
  41. « Bénitier », notice no PM16000201, base Palissy, ministère français de la Culture
  42. Association Promotion Patrimoine, Philippe Floris (dir.) et Pascal Talon (dir.), Châteaux, manoirs et logis : La Charente, Éditions Patrimoines & Médias, , 499 p. (ISBN 978-2-910137-05-2 et 2-910137-05-8, présentation en ligne)
  43. « Manoir d'Aizecq », notice no PA16000024, base Mérimée, ministère français de la Culture
  44. « Maisons en pans de bois », base Mémoire, ministère français de la Culture
  45. « François Dumas. Ancêtre des Dumas d'Amérique. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]