La Faye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Faye
La Faye
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Intercommunalité Communauté de communes Val de Charente
Maire
Mandat
Éric Cornuaud
2020-2026
Code postal 16700
Code commune 16136
Démographie
Gentilé Fagussiens
Population
municipale
576 hab. (2018 en diminution de 9 % par rapport à 2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 16″ nord, 0° 08′ 51″ est
Altitude Min. 104 m
Max. 149 m
Superficie 13,44 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Ruffec
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Charente-Nord
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
La Faye
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
La Faye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Faye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Faye
Liens
Site web www.lafaye-charente.com

La Faye est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Fagussiens et Fagussiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune de La Faye est située dans le Nord Charente, à 4 km à l'ouest de la ville de Ruffec et à 42 km au nord d'Angoulême.

Appartenant au canton de Villefagnan, elle est située à 5 km à l'est de Villefagnan. Elle est aussi à 58 km de Niort et 65 km de Poitiers[2].

La commune est traversée d'est en ouest par la D 740 entre Ruffec et Villefagnan. La D 180 et D 182 relient le bourg aux communes voisines. La N 10 entre Angoulême et Poitiers est à 2,5 km à l'est du bourg[3].

La gare la plus proche est celle de Ruffec, desservie par des TER et TGV à destination d'Angoulême, Poitiers, Paris et Bordeaux. La ligne Paris - Bordeaux possède un tunnel dans la commune (le tunnel des Plans), un des trois du département[Note 1].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

De nombreux hameaux occupent la commune, comme les Loges et les Courdres au nord du bourg, Veillemorte et le Treuil à l'est, la Tachonnerie et les Plans au sud. Le bourg lui-même est composé de plusieurs hameaux satellites : les Peux, Peloquins, les Friquets, les Augereaux, les Caillers, et les Sept Portes. Chez Cartron est un lotissement de Ruffec débordant sur la commune[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Faye
La Chèvrerie Bernac
Villefagnan La Faye Ruffec
Raix Courcôme

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Plus particulièrement, le Callovien occupe la surface communale[4],[5],[6].

Le relief de la commune est celui d'un plateau d'une altitude moyenne de 130 m assez plat. Le point culminant de la commune est à une altitude de 149 m, situé à l'extrémité sud. Le point le plus bas est à 104 m, situé sur la limite orientale près de la voie ferrée et aussi sur la limite au sud-est. Le bourg est à 127 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Dû à la nature karstique du sol, aucun cours d'eau ne traverse la commune.

Le bassin versant est celui de la Charente et on trouve une petite ligne de partage des eaux entre Ruffec et Luxé marquée par le tunnel ferroviaire[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain, légèrement dégradé au nord du département aux abords du seuil du Poitou.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Faye est une commune rurale[Note 2],[7]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Ruffec, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 30 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (89 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (79 %), zones agricoles hétérogènes (8,8 %), forêts (5,6 %), zones urbanisées (4,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,8 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne est Faia au XIIIe siècle[13].

L'origine du nom de La Faye est latin fagea qui signifie hêtraie[14]. La Faye, la Fayolle, les Fayolles sont des noms fréquents en Charente[15]. Fagus, le hêtre, donne le gentilé des habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Faye a été très anciennement habitée et des photographies aériennes ont montré l'existence d'une villa gallo-romaine centrée autour d'une cour[16].

Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1611.

La Faye était autrefois le siège d'un prieuré qui dépendait de l'abbaye de Nanteuil. Au début du XXe siècle, les bâtiments du prieuré existaient encore en partie et sont devenus l'école de filles.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était traversée par trois lignes de chemin de fer : la ligne Paris-Bordeaux, la ligne de Ruffec à Roumazières (dont le tracé dans la commune a été repris en 1980 par la moitié sud de la déviation de la N 10 de Ruffec) et la ligne de Ruffec à Niort. La commune possédait une halte sur cette dernière ligne, près du bourg[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1997 Henri Dindinaud PS  
1997 2008 Jean-Claude Thomas PS  
2008 2016 Albert Saint-Louis SE Chef entreprise maçonnerie
2016 En cours Eric Cornuaud
Réélu pour le mandat 2020-2026 [18]
   
Les données manquantes sont à compléter.

En 2008 les élus de La Faye se sont fédérés à l'initiative des élus du Pays Ruffécois avec 17 communes du Nord Charente et 5 des Deux-Sèvres en une fédération qui demande des compensations aux nuisances que va leur apporter la LGV Sud Europe Atlantique[19].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris a attribué une fleur à la commune[20].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[22].

En 2018, la commune comptait 576 habitants[Note 4], en diminution de 9 % par rapport à 2013 (Charente : −0,48 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
824890770916921993864815797
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
739749736794815771705649649
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
645662623635616583518581582
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
490547519539568596600604633
2018 - - - - - - - -
576--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à La Faye en 2007 en pourcentage[25].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,7 
9,5 
75 à 89 ans
9,7 
15,7 
60 à 74 ans
14,7 
22,0 
45 à 59 ans
21,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
12,1 
15 à 29 ans
16,4 
19,3 
0 à 14 ans
16,7 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[26].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Charmé, Courcôme et La Faye.

Le RPI les P'tits Loups comporte deux classes maternelles à Courcôme. Deux classes de primaire sont à La Faye puis les élèves poursuivent leur scolarité à Charmé. Le secteur du collège est Ruffec[27].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église au centre du cimetière.
  • Cimetière circulaire
  • Domaine des Plans
  • Le vieux manoir est formé d'un corps de logis flanqué d'une tour ronde à couverture pointue couverte de tuiles.
  • Le château moderne date du Second Empire[28].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les deux autres sont celui d'Angoulême, et celui de Livernant
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le )
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ruffec », sur Infoterre, (consulté le )
  7. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 30
  14. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 280.
  15. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  16. « La Faye », base Mémoire, ministère français de la Culture
  17. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 177
  18. https://reader.cafeyn.co/fr/1980733/21598706
  19. Journal Sud Ouest du 26 juillet 2008
  20. Site des villes et villages fleuris, consulté le 7 février 2021.
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. « Evolution et structure de la population à La Faye en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le )
  26. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le )
  27. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le )
  28. Association Promotion Patrimoine, Philippe Floris (dir.) et Pascal Talon (dir.), Châteaux, manoirs et logis : La Charente, Éditions Patrimoines & Médias, , 499 p. (ISBN 978-2-910137-05-2 et 2-910137-05-8, présentation en ligne)
  29. Jean-Marie Ouvrard, « Blasons de la Charente - Lériget », (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]