Saint-Georges (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Georges
Saint-Georges (Charente)
La mairie de Saint-Georges.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Intercommunalité Communauté de communes Val de Charente
Maire
Mandat
Gilbert Ballon
2014-2020
Code postal 16700
Code commune 16321
Démographie
Population
municipale
54 hab. (2017 en stagnation par rapport à 2012)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 58′ 24″ nord, 0° 16′ 18″ est
Altitude Min. 78 m
Max. 124 m
Superficie 2,25 km2
Élections
Départementales Canton de la Charente-Nord
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Georges
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Saint-Georges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges

Saint-Georges est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Saint-Georges est une commune du Nord Charente, située à huit kilomètres au sud-est de Ruffec et 37 km au nord d'Angoulême, sur la rive gauche de la Charente, au confluent de l'Argentor.

Le bourg de Saint-Georges, situé entre Verteuil-sur-Charente et Nanteuil-en-Vallée, est aussi à 11 km à l'ouest de Champagne-Mouton et 13 km au nord-est de Mansle[1].

À l'écart des routes principales, la commune est traversée par la D 76, D 187 qui longe l'Argentor, et la D 389, qui se croisent au bourg. La N 10 entre Angoulême et Poitiers passe 6 km à l'ouest (échangeurs de Villegats ou des Nègres)[2].

La gare la plus proche est celle de Ruffec, desservie par des TER et TGV à destination d'Angoulême, Poitiers, Paris et Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune ne compte qu'un seul petit hameau, situé juste à l'est du bourg : les Piaux[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Georges
Nanteuil-en-Vallée
Verteuil-sur-Charente Saint-Georges
Poursac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Le Bathonien et le Callovien (Dogger) occupent une grande partie de la surface communale. Le plateau est toutefois recouvert au nord de la commune par des altérites sous forme d'argile à silex (appelée aussi argile rouge à châtaigniers), dépôts du Tertiaire en provenance du Massif central[3],[4],[5].

Le relief de la commune est celui d'un plateau d'une altitude moyenne de 110 mètres compris entre les vallées de l'Argentor au sud et de la Charente à l'ouest. De nombreuses combes vallonnent ce plateau. Le point culminant de la commune est à une altitude de 124 mètres, situé au nord du bourg près de la limite communale. Le point le plus bas est à 78 mètres, situé le long de l'Argentor en limite sud-ouest. Le bourg, surplombant l'Argentor sur sa rive droite, est à cent mètres d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Argentor, affluent de la Charente sur sa rive gauche à Poursac, qui passe par Nanteuil-en-Vallée et au pied du bourg.

La Font Piaux est une source situé à l'est du bourg, le long de l'Argentor, au pied de la mairie. On trouve aussi deux fontaines avec lavoir au pied du bourg[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne, non datée, est Sanctus Georgius prope Vertolium (« Saint-Georges près de Verteuil »)[6].

Georges était un soldat chrétien martyrisé au IVe siècle[7],[8]. Il est traditionnellement représenté par un chevalier terrassant un dragon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la paroisse de Saint-Georges (orthographiée dans certains textes Saint-Jeurre) dépendait de la baronnie de Verteuil[9].

Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1694.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la ligne de Ruffec à Roumazières. L'industrie était représentée par un moulin à blé sur l'Argentor, le Grand Moulin de Saint-Georges, en partie sur la commune de Poursac[10],[Note 1].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 2008 Raymond Ballon    
2008 En cours Gilbert Ballon SE Retraité de l'agriculture

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2017, la commune comptait 54 habitants[Note 2], en stagnation par rapport à 2012 (Charente : -0,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
118118133140133123132121150
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
144144133135144135149140123
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1431241099788115939282
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017
767371756757545654
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Saint-Georges en 2007 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
4,0 
17,2 
75 à 89 ans
20,0 
13,8 
60 à 74 ans
20,0 
20,7 
45 à 59 ans
24,0 
20,7 
30 à 44 ans
12,0 
10,3 
15 à 29 ans
16,0 
17,2 
0 à 14 ans
4,0 
Pyramide des âges du département de la 'Charente en 2007 en pourcentage[16].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

La minoterie du Grand Moulin, appartenant à M. Paillot, une des rares encore en activité en Charente, appartenait à cette même famille au tout début du XXe siècle[10].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La façade de l'église.
  • L'église paroissiale Saint-Georges date probablement du XIIe siècle. Elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1949[17]. Sa cloche en bronze, datant de 1534, est gravée « SANCTE ANTHONI, INTERCEDE PRO NOBIS. L'AN MIL V XXXIIII. MAISTRE JEHAN BABIN P.ANTHOUNE VERRIER. ANTHOUNETTE PINOT. PIERRE BERNUCHOT ». Elle est classée monument historique au titre objet depuis 1943[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Petit Moulin de Saint-Georges, plus ancien, est situé cent mètres plus en aval.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c et d Carte IGN sous Géoportail.
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ruffec », sur Infoterre, (consulté le 7 janvier 2012)
  6. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 225
  7. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 601.
  9. Boissonnade, Cahiers de doléances de la sénéchaussée d'Angoulême et du siège royal de Cognac pour les états généraux de 1789, Imprimerie nationale, , 556 p. (lire en ligne), p. 473
  10. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 333
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  15. « Evolution et structure de la population à Saint-Georges en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  17. « Église de Saint-Georges », notice no PA00104501, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Cloche de l'église », notice no PM16000266, base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]