Brettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brettes
Mairie de Brettes
Mairie de Brettes
Blason de Brettes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Nord
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Villefagnan
Maire
Mandat
Thierry André
2014-2020
Code postal 16240
Code commune 16059
Démographie
Gentilé Brettois
Population
municipale
198 hab. (2012)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 00′ 21″ N 0° 02′ 31″ E / 46.0058, 0.041946° 00′ 21″ Nord 0° 02′ 31″ Est / 46.0058, 0.0419  
Altitude Min. 75 m – Max. 126 m
Superficie 12,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Brettes

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Brettes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brettes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brettes

Brettes est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

Ses habitants sont des Brettois et des Brettoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Brettes est une commune du Nord-Charente située à 3 km à l'ouest de Villefagnan, chef-lieu de son canton.

Située non loin de la limite des Deux-Sèvres (6 km), elle est à 12 km de Ruffec (à l'est) et d'Aigre (au sud), 15 km de Chef-Boutonne, 44 km de Saint-Jean-d'Angély, 40 km d'Angoulême, 52 km de Niort, 68 km de Poitiers[2].

La route principale est la D 9, route de Villefagnan à Longré, qui traverse la commune et le bourg d'est en ouest. La D 61 et la D 303 relient aussi le bourg aux communes alentour[3].

La gare la plus proche est celle de Ruffec, desservie par des TER et grandes lignes à destination d'Angoulême, Poitiers, Bordeaux et Paris.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune comporte quelques hameaux, comme Marsillé, le Grand Villeret et le Petit Villeret, qui sont en limite sud, et la Charrière à l'ouest[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Brettes
Paizay-Naudouin-Embourie Empuré
Longré Brettes Villefagnan
Saint-Fraigne Souvigné

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Plus particulièrement, l'Oxfordien (Jurassique supérieur) occupe la surface communale. Des alluvions récentes du Quaternaire occupent les vallées à l'ouest[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'une plaine et de bas plateaux au sud. Le point culminant est à une altitude de 126 m, situé près de la limite sud-est. Le point le plus bas est à 75 m, situé le long de l'Aume sur la limite ouest. Le bourg est à 95 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Aume, affluent de la Charente en rive droite, arrose l'ouest de la commune. Elle reçoit sur sa rive gauche un petit affluent, le ruisseau des Fontaines de Frédière, naissant sur la commune voisine de Paizay-Naudouin et qui fait aussi la limite communale avec Longré, et qui rassemble d'autres ruisseaux intermittents arrosant le nord de la commune.

Au sud, un court ruisseau naissant au Grand Villeret coule en direction du sud et du ruisseau de Siarne, affluent de l'Aume.

Des bassines servant à l'irrigation ont été édifiées à l'ouest, près de la Charrière[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente.

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Brecis en 1280, Brethis en 1648[7].

L'origine du nom de Brettes remonterait à un nom de personne gaulois Brittius, ce qui correspondrait au « domaine de Brittius »[8]. Britto- est un terme de nom gaulois[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les photographies aériennes ont montré la présence d'une villa gallo-romaine au lieu-dit les Dunes[10].

L'église Saint-Cybard de Brettes appartenait à l'ancien diocèse de Poitiers[11].

Avant le XIXe siècle, des moulins à vent agitaient leurs ailes au sommet des collines (moulin de la Charrière, etc.)[12].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur au château couvert d’or, donjonné de deux pièces, ouvert et ajouré du champ, maçonné de sable ; au chef cousu de gueules chargé de trois vaches cousues de sable.
Commentaires : Blason de Brettes.

En 1570, trois vaches ornaient le blason d'argent de Brettes qui leur doit sans doute son nom, car brette signifie vache bretonne en poitevin[11],[13].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 René Gallais SE Retraité agricole
2014 en cours Thierry André   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 198 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
425 477 468 475 563 619 590 563 600
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
585 542 495 465 470 429 433 402 358
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
369 380 341 285 303 294 272 278 261
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012 -
232 208 197 197 187 189 200 198 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Brettes en 2007 en pourcentage[16].
Hommes Classe d’âge Femmes
1,0 
90  ans ou +
0,0 
12,5 
75 à 89 ans
14,1 
16,4 
60 à 74 ans
20,0 
19,2 
45 à 59 ans
16,5 
17,3 
30 à 44 ans
20,0 
15,4 
15 à 29 ans
16,4 
18,2 
0 à 14 ans
12,9 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église

L'église Saint-Cybard dont les parties basses remontent au XIIe siècle dessine un rectangle allongé. Elle a été remaniée au XVe siècle d'où l'aspect gothique des fenêtres.

Une tour d'escalier polygonale dessert le clocher carré.

La nef a été abaissée puis elle a été doublée d'une voûte de lauzes en briques en 1867 et 1868.

La pierre des morts a été ramenée devant l'église.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, un ancien château appelé la Tour de Brettes abritait une prison d'état. Ce château fut transformé au XVe siècle[11]. Il n'en reste que des contreforts percés d'archères et quelques ornements renaissance qui font remonter une partie des constructions au XVe siècle[18].

Le lavoir Saint-Cybard a été construit au-dessus du puits Saint-Cybard.

La légende veut que l'eau y a été trouvée, lors de la sécheresse de l'été 1893, après que le curé ait organisé une procession jusqu'à ce lieu.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente »,‎ (consulté le 5 avril 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ruffec », sur Infoterre,‎ (consulté le 7 janvier 2012)
  7. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols,‎ , 582 p., p. 192
  8. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Georges Dottin, La langue gauloise,‎ , 381 p. (lire en ligne)
  10. « Les Dunes », base Mémoire, ministère français de la Culture
  11. a, b et c Pascal Baudouin, « Canton de Villefagnan, commune de Brettes »,‎ (consulté le 18 août 2010)
  12. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf,‎ 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 94-95
  13. Collectif, Le Petit Robert,‎ (ISBN 2-321000112, présentation en ligne), p. 1866
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  16. « Evolution et structure de la population à Brettes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  18. Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias,‎ , 499 p. (ISBN 2-910137-05-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]