Abbaye Notre-Dame de Nanteuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye Notre-Dame de Nanteuil
La Salle du Trésor, à l'entrée sud
La Salle du Trésor, à l'entrée sud
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbaye
Début de la construction VIIIe siècle
Style dominant romane
Protection Logo monument historique Classé MH (1962)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Commune Nanteuil-en-Vallée
Coordonnées 46° 00′ 09″ N 0° 19′ 21″ E / 46.0025, 0.3225 ()46° 00′ 09″ Nord 0° 19′ 21″ Est / 46.0025, 0.3225 ()  [1]

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Abbaye Notre-Dame de Nanteuil

L'abbaye Notre-Dame de Nanteuil, ruinée, est à Nanteuil-en-Vallée, dans le département de la Charente et la région Poitou-Charentes.

Histoire de l'Abbaye[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

C'est une abbaye bénédictine, fondée fin du VIIIe siècle, dit-on, par Charlemagne.

Selon les anciennes chartes de l'abbaye, à l'endroit où l'Argentor, venant de Champagne-Mouton, décrit une courbe, s'élevaient, dès les premiers temps de l'ère chrétienne, un petit oratoire fondé, croit-on, par saint Martial.

Évolution du statut[modifier | modifier le code]

Les moines bénédictins viennent donc s'installer à Nanteuil; mais ce premier établissement est de courte durée. Au début du Xe siècle les Vikings envahissent la contrée, la mettent au pillage et ne laissent derrière eux que des ruines.

L'abbaye de Nanteuil subit le sort de celle de Charroux et est ruinée de fond en comble.

Elle est relevée de ses ruines vers la fin du Xe siècle par un personnage que les Chroniques de Nanteuil nomment Guillaume le noble, et qui pourrait être le comte d'Angoulême, Guillaume Taillefer.

L'archevêque de Bordeaux soumet la nouvelle abbaye à l'abbaye Saint-Cyprien de Poitiers, et décide qu'aucun abbé n'y sera élu sans son approbation et celle de l'abbé de Saint-Cyprien.

L'abbaye de Nanteuil prend alors rapidement une grande importance et sa renommée s'étend si bien dans les diocèses voisins, qu'en moins de douze ans, quatre de ses membres sont appelés à s'asseoir sur des sièges épiscopaux.

Lorsque Robert d'Arbrissel veut fonder le monastère de Tusson, il a à lutter contre l'abbé de Nanteuil, Gauthier, à propos d'une ancienne chapelle dont l'abbaye revendique la possession.

Les XIIe et XIIIe siècles sont l'époque la plus florissante de l'abbaye; de nombreuses donations viennent accroître ses domaines. Dès le début du XIIIe siècle, Hyrvoix, seigneur de Ruffec, avec l'assentiment de sa femme, Poqueria, reconnaît aux moines tous droits de juridiction sur le territoire de Nanteuil et leur abandonne ce qu'il peut encore posséder sur ce même territoire.

En 1304, l'abbaye de Nanteuil reçoit la visite de Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux. Moins d'un an plus tard, ayant été élu pape sous le nom de Clément V, il met l'abbaye sous la protection spéciale du Saint-Siège.

L'abbaye était située sur le chemin de Saint-Jacques qui passait en Charente par Nanteuil-en-Vallée, Tusson, Montignac, Angoulême, Mouthiers, Puypéroux, Aubeterre[2].

Guerres, pillages et destructions[modifier | modifier le code]

La Guerre de Cent Ans ne tarde pas à répandre sur la France la terreur et les ruines. Afin d'être à l'abri d'un coup de mains, les moines font entourer l'abbaye et le bourg de Nanteuil par des murailles, et improvisent des milices devant faire le guet nuit et jour.

Malgré ces précautions, l'abbaye est en premier lieu incendié par des Anglo-Normands et, quelque temps après, pillée par des Anglo-Gascons.

Une fois la paix rétablie, il faut songer à relever, une nouvelle fois, l'abbaye de ses ruines. Ce soin est confié à l'abbé Aymery Texier, ancien curé de l'église Saint-André de Ruffec.

Après avoir réuni les moines qui se sont dispersés, il réunit à la mense conventuelle le prieuré de Saint-Martin de Salles, et obtient des titulaires des autres prieurés dépendant de l'abbaye, l'abandon d'une part de leurs revenus.

En 1492, il est remplacé par Nicolas Ymbault, qui achève la restauration du monastère.

En 1530, la mise en commende de l'abbaye vient compromettre à jamais sa prospérité[3].

Perte temporaire de fonction religieuse[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, il n'y a plus dans l'abbaye que les titulaires des offices claustraux, qui sont recrutés le plus souvent dans les familles locales, et ne mènent plus la vie commune.

Au XVIIIe siècle la décadence est complète et, le 10 novembre 1770, l'évêque de Poitiers supprime définitivement l'abbaye de Nanteuil, dont les biens et revenus sont unis au séminaire de Poitiers.

Architecture de l'Abbaye[modifier | modifier le code]

L'église abbatiale de Nanteuil a été construite au XIIe siècle. C'était un édifice aux proportions immenses. La façade s'ouvrait au nord-ouest, devant la surface d'un rocher taillé à pic. Trois nefs précédaient un transept et une abside très étendus.

Le Trésor de Nanteuil[modifier | modifier le code]

La tour et les bassins

Au sud-est de l'abside, on voit encore une tour carrée, ornée sur chaque face de trois hautes arcatures, dont les doubles archivoltes reposent sur des colonnes groupées et appuyées sur des pilastres extrêmement élancés. On appelle ce petit monument le Trésor de Nanteuil. On peut penser qu'il servait de chartrier et de dépôt pour les objets précieux.

Après l'incendie et le pillage par les bandes anglaises, le Trésor était resté vide. On déposa alors dans la salle basse les ossements exhumés pendant les déblaiements exécutés dans les ruines et, cette partie de l'abbaye fut appelée le Charnier.

Le clocher[modifier | modifier le code]

L'église était surmontée de plusieurs tours aux flèches élancées, dont la dernière, démolie seulement vers 1830, contenait encore six cloches.

Les bâtiments monastiques[modifier | modifier le code]

Les bâtiments conventuels entouraient l'église, ainsi que le cloître qui s'appuyait au mur sud de la nef. Enfin les communs et servitudes s'étendaient au sud, en dehors de l'enceinte claustrale.

De tout cela, il ne reste que la porte ouest de l'abbatiale, flanquée de deux chapiteaux romans, le Trésor, et une partie fort intéressante des servitudes. Toutefois, le plan d'ensemble est encore reconnaissable[4].

Vestiges de l'abbaye
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les sculptures[modifier | modifier le code]

Sculpture sur le linteau d'un passage en haut du bourg

De nombreux débris de sculptures, provenant de l'église abbatiale, se retrouvent dans les murailles des maisons du bourg; en premier lieu, on peut citer un curieux chapiteau du XIIe siècle, conservé dans le jardin de la cure.

Activité[modifier | modifier le code]

Restauré dans les années 1950 par l'État, le Trésor est désormais visitable durant l'été.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées prises sur [[Géoportail (France)|]]
  2. Via Turonensis, variante par Angoulême
  3. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, vol. III : Arrondissement de Confolens et Ruffec, L.Coquemard, Angoulême,‎ 1917 (réimpr. Éd. de la Tour Gile, 1996), 523 p. (ISBN 2-878022-8-15)
  4. « Abbaye de Nanteuil-en-Vallée », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]