Bioussac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bioussac
Bioussac
La mairie de Bioussac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Nord
Intercommunalité Communauté de communes Val de Charente
Maire
Mandat
Nicolas Wisser
2014-2020
Code postal 16700
Code commune 16044
Démographie
Gentilé Bioussacois ou Bioussacais
Population
municipale
230 hab. (2015 en augmentation de 0,88 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 56″ nord, 0° 16′ 32″ est
Altitude Min. 84 m
Max. 162 m
Superficie 15,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Bioussac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Bioussac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bioussac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bioussac

Bioussac est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Bioussacois ou les Bioussacais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Bioussac est une commune située au nord du département de la Charente située à 6 km à l'est de Ruffec.

Bioussac est aussi à 5 km au nord-ouest de Nanteuil-en-Vallée, 11 km de Champagne-Mouton, 13 km de Civray, 31 km de Confolens. Angoulême, la préfecture, est à 43 km au sud[2].

La D.740 de Niort à Confolens par Chef-Boutonne et Ruffec passe à 1 km au sud du bourg. D'autres routes départementales de moindre importance traversent la commune et le bourg : la D 56, nord-sud vers Verteuil et Mansle, la D 176, du nord-ouest au sud-est, et la D 197 vers l'ouest et Ruffec. La N 10 de Poitiers à Angoulême et Bordeaux passe à Ruffec[3].

La gare la plus proche est celle de Ruffec, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Poitiers.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le bourg n'est pas plus important qu'un hameau.

À l'ouest on trouve Oyer, au sud-est le château de l'Abrègement et la Bayette, au sud Rimbert sur la route de Ruffec à Confolens et au nord Bois Régnier. On trouve aussi de nombreuses fermes[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bioussac
Taizé-Aizie
Condac Bioussac Nanteuil-en-Vallée
Barro

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Le Bathonien apparaît sur les flancs de la vallée de la Lizonne et de la Charente à l'ouest, ainsi qu'une petite zone de Callovien (ouest d'Oyer). Le plateau est toutefois recouvert en grande partie par des altérites sous forme d'argile à silex (appelée aussi argile rouge à châtaigniers). On trouve aussi une zone de sable argileux à galets à la Tuilerie. Des alluvions du Quaternaire occupent les vallées (Lizonne et Charente), dont les plus anciennes se sont accumulées en une terrasse au nord-ouest[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau assez irrégulier, d'une altitude moyenne de 130 m, bordé au nord-ouest par la vallée de la Charente et traversé en son centre par celle de la Lizonne.

Le point culminant de la commune est à une altitude de 162 m, situé dans le bois du Reclous sur la limite sud (borne IGN). Le point le plus bas est à 84 m, situé le long de la Charente sur la limite ouest. Le bourg, surplombant la vallée de la Lizonne sur sa rive sud, est à 120 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Lizonne au pied du bourg

La commune de Bioussac est traversée par la Lizonne, petit affluent de la Charente en rive gauche.

La Charente limite la commune au nord-ouest[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente.

Comme dans les trois quarts sud et ouest de la Charente, le climat est océanique aquitain, légèrement dégradé au nord du département.

Végétation[modifier | modifier le code]

La commune est riche en bois.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Buzaico en 1280, Biossaco en 1440[7].

L'origine du nom de Bioussac remonterait à un nom de personne gallo-roman Bituitius (ou gaulois Betuscius selon Dauzat), auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait au « domaine de Bituitius »[8],[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence de vestiges préhistoriques et antiques signe l'ancienneté de l'occupation. Des photos aériennes montrent au Bois de la Croix des traces de constructions d'époque indéterminée[10].

Au XIe siècle, Bioussac, dans la province de l'Angoumois, dépendait sur le point de vue religieux du diocèse de Poitiers.

L'Abrègement était jusqu'au XVIIIe siècle la propriété de la famille de Massacré. C'était un fief dépendant de la baronnie de Verteuil. En 1750, l'Abrègement est passé par mariage à la famille d'Hémery, qui le possède encore[11].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Alain Pénichon    
2008 en cours Nicolas Wisser PS Maraîcher biologique
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune a été labellisée « une fleur » par le Conseil national de villes et villages fleuris de France[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2015, la commune comptait 230 habitants[Note 1], en augmentation de 0,88 % par rapport à 2010 (Charente : +0,58 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
542446467513634595630638658
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
621598602600590573551561541
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
503531510530522527516464469
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 -
383311224244226217228230-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bioussac en 2007 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
1,7 
90  ans ou +
1,0 
8,3 
75 à 89 ans
14,4 
20,0 
60 à 74 ans
19,6 
18,3 
45 à 59 ans
21,6 
15,8 
30 à 44 ans
14,4 
21,7 
15 à 29 ans
13,4 
14,2 
0 à 14 ans
15,5 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Vivre à Bioussac[modifier | modifier le code]

La fête patronale est pour la Saint-Pierre-les-Liens.

La fête communale a lieu le dernier dimanche de juin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre date du XIXe siècle. Elle remplace l'ancienne, qui datait du XIe siècle et était dans l'ancien diocèse de Poitiers, et qui a été le siège d'un archiprêtré de 1655 à 1792. Elle fut démolie sur l'initiative du maire Jean Ferdinand Pol d'Hemmery, aussi propriétaire du château de l'Abrègement, pour être reconstruite. Elle fut consacrée en 1864. En 1928, trois cloches furent baptisées[19].

Le petit logis, proche de l'église rectangulaire avec une tour d'escalier circulaire, date du XVe siècle[20].

Le logis d'Oyer daterait du XVIe siècle.

Le parc de l'Abrègement a été classé jardin remarquable, au nombre de quatre en Charente[21]. Le château aurait été reconstruit au XVIIIe siècle. Le domaine avec son château est inscrit monument historique depuis 2014[22].

Article détaillé : Domaine de l'Abrègement.

Monuments de Bioussac

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 27 mars 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ruffec », sur Infoterre, (consulté le 7 janvier 2012)
  7. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 218
  8. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 85.
  10. « Bois de la Croix », notice no 961609215ZA, base Mémoire, ministère français de la Culture
  11. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 81
  12. Site des villes et villages fleuris, consulté le 27 décembre 2017.
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. « Évolution et structure de la population à Bioussac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  19. Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 72-73
  20. Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias, , 499 p. (ISBN 2-910137-05-8)
  21. Liste des jardins portant le label « jardin remarquable », au 31 décembre 2009
  22. Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2014 (JORF n° 0146 du 26 juin 2015 page 10778) sur Légifrance, consulté le 11 juillet 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]