Marion Milner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marion Milner
Biographie
Nom de naissance Marion Blackett
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 98 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation University College de LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Psychanalyste, écrivain et peintreVoir et modifier les données sur Wikidata
Auteurs associés
Influencé par Sylvia PayneVoir et modifier les données sur Wikidata

Nina Marion Milner Blackett est une psychanalyste, écrivaine et peintre britannique, née le à Londres et morte dans la même ville le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née dans une famille de scientifiques (son frère Patrick Blackett reçoit le Prix Nobel de physique en 1948), Marion Milner obtient un diplôme de psychologie à l'université de Londres, puis s'intéresse à l'éducation, publiant notamment un premier ouvrage intitulé The Human Problem in Schools (1938). Elle se marie à un avocat, Dennis Miller[2], et ils ont un fils.

Elle reçoit comme cadeau d'anniversaire de ses 28 ans l'Introduction à la psychanalyse de Sigmund Freud[3], puis se forme comme psychanalyste dans les années 1940, réalisant une analyse avec Sylvia Payne, puis en 1943, avec Donald Winnicott[4] et, tout en exerçant une activité de peintre, devient membre de la Société britannique de psychanalyse en 1943, où elle rejoint le Groupe des Indépendants[5].

Elle a théorisé des idées proches de celles de Winnicott, avec qui elle dialoguait régulièrement, ainsi qu'avec Melanie Klein. Sa contribution à la théorie repose sur les liens primaires à la mère, le processus de séparation et celui de symbolisation qui complète et enrichit notamment les apports de Winnicott.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Mains du dieu vivant : compte rendu d'un traitement psychanalytique, trad Roger Lewinter, Gallimard, « Connaissance de l'inconscient », 1975 (ISBN 2-07-029095-6)
  • L'Inconscient et la Peinture : une approche psychanalytique du dessin chez l'enfant et l'adulte, Presses universitaires de France, « Le Fil rouge », 1976
  • La Folie refoulée des gens normaux : quarante-quatre années d'explorations psychanalytiques, Erès, « La Maison jaune », 2008 (ISBN 2-7492-0993-5)
  • Rêver peindre, préface d'Anna Freud, Presses universitaires de France, « Le Fil rouge », 1999 (ISBN 2-13-050346-2)
  • Une vie à soi, Gallimard, « Connaissance de l'inconscient », 1988 (ISBN 2-07-071312-1)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael Brearley, Obituary: Marion Milner, Wednesday 10 June 1998, The Independent [lire en ligne].
  • Michael Parsons, “Marion Milner”, International Journal of Psycho-Analysis, 82, 2001, p. 609.
  • Didier Rabain, « Milner-Blackett, Marion », p. 1012-1013, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 2. M/Z. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Jean-Pierre Lehmann, Marion Milner et Margaret Little : actualité de leur travail avec des psychotiques, 2012[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael Brearley, Obituary: Marion Milner, Wednesday 10 June 1998, The Independent.
  2. Ou Derm Miller (F. Robert Rodman)
  3. Michael Parsons, “Marion Milner”, International Journal of Psycho-Analysis, 82, 2001, p. 609.
  4. F. Robert Rodman (trad. de l'anglais par Danièle Faugeras & Sonia Hermellin), Winnicott, sa vie, son œuvre, Toulouse, Érès, coll. « La maison jaune », , 538 p. (ISBN 978-2-7492-0991-3), p. 181
  5. Didier Rabain, « Milner-Blackett, Marion », cf. bibliographie.
  6. Francine Caraman-Bena, « Jean-Pierre Lehmann, Marion Milner et Margaret Little, actualité de leur travail avec des psychotiques », Essaim, no 30,‎ , p. 185–194 (ISSN 1287-258X, DOI 10.3917/ess.030.0185, lire en ligne, consulté le 28 février 2018)