Manfra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la bande dessinée
Cet article est une ébauche concernant la bande dessinée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article contient une ou plusieurs listes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

Page d'aide sur les redirections « Franga » redirige ici. Pour les autres significations, voir Franga (homonymie) et Franc albanais.

Le manfra[1] (Plus couramment appelé global manga) est un mot-valise apparu en 2005 pour désigner les œuvres de bandes dessinées réalisées par des auteurs francophones souhaitant travailler dans un format, et / ou un style de dessin et / ou un genre de narration inspirés par la bande dessinée asiatique. Le terme manfra et franga est un néologisme contractant les termes « franco-belge » et « manga » en un seul mot.

Plus d'une quarantaine de titres parus chez divers éditeurs sont classés par certaines sources comme manfra[interprétation personnelle]. Ce terme n'est pas apprécié de beaucoup d'auteurs français : « Au lieu de continuer à appeler ça un manga, on est français, on va appeler ça autrement. On ne pourrait pas juste garder le terme comme il est ? » demande Bastien Vivès « Le manfra c'est une manière de voler le manga aux japonais. » y ajoute Balak lors d'une interview au We Do BD 2015 par l'Originale.

Les éditeurs français de manga ont ouvert la voie à un format identique à celui des mangas, et réservé aux auteurs souhaitant se lancer dans la création de BD inspirées par les mangas. Une « deuxième vague » est arrivée à partir d'octobre 2006 avec le lancement de Shogun Mag par les Humanoïdes Associés. Par l'intermédiaire de cette publication, Des nouvelles séries ont été produites par des auteurs français et européens.

Liste de manfras[modifier | modifier le code]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ces BD ont des caractéristiques très proches des mangas ou des manhwas :

  • dessin (style assez dynamique, petits nez, grands yeux pour permettre de montrer les sentiments, personnages expressifs, super-déformations, exagération des attitudes…) ;
  • dialogues et textes (présence nombreuse des onomatopées, bruitages, interjections, sons divers, texte qui répète le sentiment, forme des bulles...) ;
  • mise en page (peu de cases par page, cases non rectilignes, mise en page explosée, cadrage et mise en scène découpant une action en plusieurs cases…) ;
  • narration (thèmes et genres abordés, mise en scène, « simplicité » des dialogues et des scènes (pas ou peu d'ellipses), lignes de vitesse (speedline, focus line)…)
  • format du livre (dimensions, nombre de pages, sens de lecture, en noir et blanc (avec trames)…)

Ce format a même divergé pour devenir un genre à part entière, plus proche des mangas des années 1980–90, avec l'utilisation à outrance de trames (qui sont peu à peu délaissées dans les mangas actuels japonais) et un dessin souvent proche du shōjo et cela même pour des mangas dits de type shōnen.

Par ailleurs, ils répondent aux mêmes segmentations du marché (shojo, shonen…), utilisent des thèmes ou des genres similaires (romance, fantastique, etc.). On peut aussi y trouver des références et des influences socio-culturelles comme dans les mangas.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le « manfra » gagne du terrain », sur leparisien.fr (consulté le 3 mai 2016)
  2. « Patrick Sobral et le phénomène des Légendaires », sur Actua BD,‎ (consulté le 18 août 2015)
  3. « Nomad, tome 1 : Mémoire vive », sur Babelio (consulté le 18 août 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]