Webtoon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Webtoons (en coréen : 웹툰) sont des webcomics sud-coréens ou des manhwas qui sont publiés en ligne. Le portail web coréen Daum a créé un service de webtoon en 2003, tout comme Naver en 2004[1]. Ces services publient régulièrement des webtoons qui sont disponibles gratuitement. Selon David Welsh de Bloomberg, les bandes dessinées représentent un quart de toutes les ventes de livres en Corée du Sud, tandis que plus de 3 millions d'utilisateurs coréens ont payé pour accéder à des manhwas en ligne et 10 millions d'utilisateurs lisent des webcomics gratuits[2].

En juillet 2014, Naver avait publié 520 webtoons alors que Daum en avait publié 434[3]. Ces dernières années, ces webtoons ont gagné en popularité sur les marchés occidentaux, rivalisant avec les manga japonais[4],[5].

Étant donné que les bandes dessinées numériques ont émergé comme un média populaire, la publication imprimée de manhwa a diminué. La quantité de matériel publiée dans la forme de webtoon a maintenant atteint un montant égal à celui publié hors ligne[6].

Histoire et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Mise en page d'un ancien webtoon. Les boutons permettent de tourner la page.

Génération zero[modifier | modifier le code]

Les premiers webtoons ont été scannés d'originaux téléchargés sur Internet, généralement formatés sur une mise en page d'une seule page.

Première génération[modifier | modifier le code]

Avec le développement de la technologie, les auteurs ont pu utiliser des effets d'animation flash.

Deuxième génération[modifier | modifier le code]

Un exemple d'un webtoon de deuxième génération.

Le préchargement amélioré a permis aux futurs auteurs d'adopter une mise en page verticale avec défilement. Contrairement aux bandes dessinées avec une composition de case dense, le défilement apporte de nouvelles cases dans le visionnage. Cela rend les webtoons adaptés à une représentation progressive et continue, ce qui permet à la lecture d'un webtoon de devenir plus fluide[7].

Troisième génération[modifier | modifier le code]

Avec l'avènement du smartphone et de la tablette, les webtoons ont également migré vers de nouvelles plateformes telles que les applications.

Avant 2014, la plupart des webtoons n'étaient disponibles qu'en anglais grâce à des traductions non officielles de fans. En juillet 2014, la filiale de Naver, Line, a commencé à publier en anglais des traductions de webtoons populaires via le service Line Webtoon[8],[9].

Marché[modifier | modifier le code]

Fin 2015, le marché des webtoons et de leurs dérivés a été évalué à 420 milliards de wons (environ 316 millions d'euros)[10].

Bien que les bandes dessinées numériques soient de plus en plus populaires, la publication imprimée reste le principal moyen de diffusion de bandes dessinées. Certains éditeurs proposent du contenu en ligne et impriment du contenu simultanément[11].

Les Webtoons sont pris comme matériel de source par un certain nombre de différents médias, y compris le cinéma et la télévision; l'un des premiers exemples en est Beat (en), un film de 1997 basé sur la bande dessinée de Huh Young-man (en). L'œuvre suivante de Huh, Tazza (en), a été publiée dans le Sports Chosun et a récolté plus de 100 millions de vues sur la page d'accueil. Il a ensuite été adapté en deux films (Tazza: The High Rollers et Tazza: The Hidden Card), et une série télévisée (Tazza (en)). Une autre œuvre de Huh, Sikgaek (ko) (Le Grand Chef), a été publiée dans le Dong-a Ilbo pendant cinq ans et a été vendue en 540 000 exemplaires en version de poche.

Le service de Naver Line Webtoon, lancé en 2014, est aujourd'hui la plus grande plate-forme webtoon en Corée. Selon Naver, il atteint plus de 6,2 millions d'utilisateurs quotidiens. Le service de traduction gratuit Line Webtoon a permis aux webtoons de faire partie de la Hallyu globale[12]. Ils collaborent également avec des films[13].

Beaucoup d'entreprises profitent de cette popularité du webtoon pour y placer leur publicité: certains produits peuvent avoir leur pub durant un webtoon quelconque, mais certaines entreprises poussent la chose et créent leur propre webtoon[14].

L'une des raisons de pourquoi ce marché est aussi grandissant est la comparaison entre le prix d'un webtoon et le prix d'un comic imprimé. Ces derniers sont bien plus chers que les webtoons. Pour cette raison, beaucoup de personnes préfèrent lire des webtoons, bien plus économiques et plus facile d'accès car sur smartphone. D'ailleurs, la plupart sont gratuits[15].

De plus, beaucoup de ces webtoons se retrouvent mis en ligne sur des sites illégaux, une "aubaine" pour les personnes n'ayant pas d'argent, mais également une source de problèmes pour les dessinateurs et les éditeurs qui se trouvent alors privés de leur "gagne-pain"[16].


Les grandes plateformes en Corée du Sud[modifier | modifier le code]

Certains sites permettent de donner un classement des plateformes les plus utilisées et les plus populaires en Corée[17]. Certains noms, déjà utilisées au long de cet article, ressortent.

  1. Naver
  2. Daum
  3. Toomics
  4. Kakao Page
  5. Lezhin Comics

Généralement, on lit les webtoons sur nos smartphones. C'est d'ailleurs pour cette raison que ces nombreuses plateformes ont, en plus de leurs sites web, des applications.

En dehors de la Corée[modifier | modifier le code]

Le format des webtoons s'est également étendu vers d'autres pays avec de nombreux éditeurs proposant des webtoons originaux et traduits à lire, ainsi que des plates-formes permettant à quiconque de mettre en ligne son propre webtoon.

Asie[modifier | modifier le code]

Chine et Taïwan[modifier | modifier le code]

En Chine continentale et à Taïwan, les webtoons, ainsi que les web manhua, ont vu leur production et leur popularité augmenter car ils sont rarement publiés physiquement et, tout comme en Corée du Sud, ils ont suscité une résurgence et un intérêt pour l’industrie du manhua alors que de plus en plus de contenu est consommé numériquement. Presque tous les grands portails de webtoons en Chine sont proposés par les grandes sociétés d'Internet du pays, tandis qu'à Taïwan, les plus grands éditeurs de webtoons tels que Comico (en), Toomics et Line Webtoon (en) sont plus populaires car leurs services sont disponibles sur place, en dehors des éditeurs locaux[18].

Asie du Sud-Est[modifier | modifier le code]

L’Indonésie et la Thaïlande sont devenues des marchés importants pour l’industrie du webtoon avec Naver (sous Line Webtoon) et Comico, qui proposent à la fois des webtoons originaux et des œuvres intégralement traduits dans les deux pays. Certains webtoons réalisées en Indonésie et en Thaïlande ont même été traduites et publiées en dehors de pays comme Eggnoid. Le Vietnam a lancé son premier portail de webtoons, Vinatoon, qui propose des titres traduits de Daum Webtoon et de Mr. Blue dans l’intention d’ouvrir un autre marché[19].

Japon[modifier | modifier le code]

Les webtoons au Japon ne se sont pas aussi bien accueillis que dans d'autres pays, principalement en raison du fait que l'industrie du manga traditionnel reste le principal moyen de publication des mangas. Même les web manga, qui ont connu une hausse de popularité, sont le plus souvent publiés en noir et blanc et ne sont pas colorés comme en Corée ou en Chine, bien qu’ils soient numériques[20]. Malgré cela, certains progrès ont été réalisés pour pénétrer le marché japonais et peu à peu, de plus en plus de mangaka essayent le format webtoon pour publier leurs titres[21]. Lezhin, Comico, Naver et Kakao offrent des portails de webtoons avec des œuvres traduites pour les lecteurs japonais. Comico, l'un des plus grands éditeurs de webtoons au monde, a été créé par la filiale japonaise de NHN Entertainment (en), NHN Japan (ja). À ce jour, il n’existe que deux portails offrant des webtoons japonais originaux, Comico et Naver (sous le nom de XOY). Kakao a également connu du succès sur le marché japonais en proposant à la fois des manga sous licence et des traductions de webtoons coréens par son service, Piccoma (en). Cela a été crédité au modèle payant de webtoons que le service implémente, dans lequel certains chapitres sont offerts gratuitement pendant une courte période[22]. Kakao Japan a annoncé qu’il commencerait à proposer des webtoons originaux en japonais, coréen et chinois pour Piccoma à partir de l’été 2018[23].

En Occident[modifier | modifier le code]

De nombreux éditeurs de webtoons ont réussi à pénétrer des marchés en dehors de l’Asie, principalement aux États-Unis et dans d’autres pays anglophones[24],[25]. Lezhin, Toomics et Naver sont les seuls grands éditeurs qui traduisent leurs propres titres plutôt que de les concéder sous licence. Naver (sous la marque Line) offre même la possibilité de proposer des traductions pour les fans dans différentes langues. Spottoon et TappyToon proposent des œuvres sous licence traduites de divers éditeurs, notamment KToon, Bomtoon, Foxtoon et bien d’autres. Outre la simple consommation d’œuvres traduites, la création de webtoons non asiatiques originaux a également augmenté, en partie grâce aux sites tels que Tapas (en) et Line Webtoon, qui offrent la possibilité à chacun de soumettre son propre travail[26]. Au début, beaucoup de webtoons créés en dehors de l'Asie avaient tendance à n'être que des webcomics publiés au format webtoon, mais au fil du temps, de plus en plus d'artistes ont publié plus de titres qui sont des bandes dessinées à part entière plutôt que des webcomics reformatés. delitoon et izneo en sont des exemples de portails de webtoons proposant des œuvres originaux ou traduites en français[27],[28].

En France, les grandes plateformes sont Delitoon, Tappytoon, et Lezhin comics (ce dernier étant un peu plus spécialisé dans Boy's Love).

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Webtoon » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Korea Herald, « Korean webtoons going global », sur koreaherald.com, (consulté le 17 octobre 2017)
  2. (en) David Welsh, « Forget Manga. Here's Manhwa », sur Bloomberg LP (consulté le 17 octobre 2017)
  3. (en) Jun-Youb Lee, « Startup Battles Naver in English Webtoons », sur The Wall Street Journal, (consulté le 17 octobre 2017)
  4. (en) 박형기, « Rolling Story takes Korean webtoons to global audience », sur koreaherald.com,‎ (consulté le 17 octobre 2017)
  5. (en) « [다시 도전이다] 미생·스틸레인 웹툰작가들, 美·中 독자도 웃고 울린다 », sur Wow TV,‎ (consulté le 17 octobre 2017)
  6. (en) Sueen Noh, « "To Be or Not to Be, That Is the Question": What Is Happening with Korean Comics, (Manhwa), Today? », International Journal of Comic Art, vol. 9, no 2,‎ , p. 454
  7. (ko) Chang-wan Han, 애니메이션 연구6(Animation studies6), 한국 애니메이션 학회(École coréen d'animation),‎ , 124–139 p.
  8. (en) « Popular Mobile Webcomic Service, LINE Webtoon, Debuts in the United States and Worldwide », sur marketwatch.com, (consulté le 17 octobre 2017)
  9. (en) PARK Ji-won, « Korea's webtoon market experiences exponential growth over past 10 years », sur Arirang News, (consulté le 17 octobre 2017)
  10. (en) « South Korean 'webtoon' craze makes global waves | The Japan Times » (version du 30 novembre 2015 sur l'Internet Archive)
  11. (en) CHOI Yun-cheol, « 2009해외콘텐츠 시장조사(2009 abroad contents market research) », sur kocca.kr, 한국콘텐츠진흥원(Korea creative contents agency) (consulté le 17 octobre 2017)
  12. (en) Jung-Eun Song, Kee-Bom Nahm et Won-Ho Jang, « The Impact of Spread of Webtoon on the Development of Hallyu: The Case Study of Indonesia », 한국엔터테인먼트산업학회논문지, vol. 8, no 2,‎ , p. 357–367
  13. (ko) « 영화를 웹툰으로 미리 본다? 영화X웹툰 콜라보의 세계 », sur Naver,‎ (consulté le 17 octobre 2017)
  14. (ko) « Webtoon advertisement » (consulté le 23 janvier 2020)
  15. (ko) « Accessibility » (consulté le 23 janvier 2020)
  16. (ko) « Illegal distribution » (consulté le 23 janvier 2020)
  17. (ko) « WIIZM PRO (웹툰 분석 포털) », sur pro.wiizm.kr (consulté le 12 septembre 2019)
  18. (zh-Hant) « 台灣線上原創漫畫發威,看LINE WEBTOON和comico如何經營IP », sur bnext.com.tw, Business Next,‎ (consulté le 4 juillet 2019)
  19. https://finance.yahoo.com/news/launching-first-digital-cartoon-vietnam-040000378.html
  20. (en) Kazuaki NAGATA, « As manga goes digital via smartphone apps, do paper comics still have a place? », sur The Japan Times, (consulté le 4 juillet 2019)
  21. (en) Yoon Sung-won, « Korean game, webtoon providers cruise in Japan », sur The Korea Times, (consulté le 4 juillet 2019)
  22. (en) Elaine Ramirez, « Kakao Will Use Wildly Popular South Korean Webtoons To Build An Audience In Japan & China », sur Forbes, (consulté le 4 juillet 2019)
  23. (en) Yoichiro HIROI, « Kakao Japan ramps up manga content via smartphone app : Young artists get boost with simultaneous streaming in Japan, China, South Korea », sur asia.nikkei.com, Nihon Keizai Shinbun, (consulté le 4 juillet 2019)
  24. (en) Woo Jae-yeon, « (Yonhap Feature) Forget about manga, here comes webtoon », sur Yonhap, (consulté le 4 juillet 2019)
  25. (en) « Lezhin tops sales among comic apps in U.S. », sur Yonhap, (consulté le 4 juillet 2019)
  26. (en) Anthony Ha, « Tapas Media aims to turn digital comics into the next big entertainment franchise », sur techcrunch.com, (consulté le 4 juillet 2019)
  27. « Découvrez des webtoons coréens gratuitement sur Delitoon », sur manga-news.com, (consulté le 4 juillet 2019)
  28. « Izneo se lance dans le Webtoon ! », sur manga-news.com, (consulté le 4 juillet 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]