Kana (maison d'édition)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création 1996
Fondée par Yves Schlirf
Fiche d’identité
Statut Éditeur élément d'un groupe d'édition
Siège social Paris et Bruxelles
Spécialités Manga
Collections Kana, Dark Kana, (Pink) Kana, Big Kana, (Movie) Kana, Made in, Sensei, Kiko, Life
Titres phares Naruto, Yu-Gi-Oh!, Détective Conan, Death Note, Inu-Yasha, Gintama, Slam Dunk, Yū Yū Hakusho, Hunter × Hunter, Doraemon, Saint Seiya, Shaman King
Langues de publication Français
Société mère Groupe Dargaud (Média-Participations)
Site web www.kana.fr
Préfixe ISBN 978-2-505
978-2-87129
978-2-7234
978-2-8036Voir et modifier les données sur Wikidata
Environnement sectoriel
Principaux concurrents Glénat, Pika Édition, Kurokawa, Kazé, Ki-oon

Kana est une maison d'édition filiale du groupe Dargaud créée en 1996 et spécialisée dans l'édition de mangas.

Historique[modifier | modifier le code]

À l'initiative d'Yves Schlirf, libraire bruxellois proche du groupe Dargaud et passionné de manga[1], Kana est créé en 1996 et commence en publiant deux manhwa de Hyun Se Lee, Angel Dick et Armagedon. Armagedon est arrêté en cours de publication. Kana publie d'autres ouvrages orientés essentiellement vers le shōnen avec des titres comme Détective Conan, Slam Dunk, Saint Seiya, Hunter X Hunter, Yu-Gi-Oh! ou encore Yū Yū Hakusho.

En 2001 Kana ouvre sa collection shōjo avec Basara de Yumi Tamura, puis La Rose de Versailles de Riyoko Ikeda. L'éditeur publie également du seinen, avec par exemple Monster de Naoki Urasawa et plus tard Le Sommet des dieux de Jirō Taniguchi. La première moitié des années 2000 est marquée par les grands succès de Yu-Gi-Oh! et Naruto chez l'éditeur. En 2007 l'éditeur publie le manga Death Note.

Manga[modifier | modifier le code]

Catalogue[modifier | modifier le code]

Manga / Manhua / Manhwa dont la commercialisation a été arrêtée.

Dernière mise à jour : .

Numérique[modifier | modifier le code]

Les Éditions Kana proposent leurs titres en numérique sur plusieurs plateformes légales.

Tout d'abord chez Izneo, avec un système d'achat à l'acte. Et plus récemment sur la plateforme de lecture à l'abonnement Mangas.io[2].

Anime[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Yves Schlirf (int. Hervé Brient), « Entretien avec Yves Schlirf », dans Manga 10 000 Images n°3, Versailles : Éditions H, , p. 108-11.
  • Philippe Peter, « Life, une collection de mangas pour jeunes actifs », dBD, no 143,‎ , p. 48-49.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ALAIN LORFÈVRE, « Profession: éditeur de mangas », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )
  2. « Mangas.io, le «Netflix» français du manga, séduit un nombre croissant d'éditeurs », sur LEFIGARO, (consulté le )