Le Gendarme (série de films)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le brigade de gendarmerie de Saint-Tropez lors de son traditionnel défilé sur le port, à l'époque du Gendarme et les Extra-terrestres (1979). De gauche à droite : Michel Galabru, Louis de Funès, Maurice Risch, Guy Grosso, Michel Modo et Jean-Pierre Rambal.

Le Gendarme de Saint-Tropez, Le Gendarme ou Les Gendarmes, est une hexalogie cinématographique française réalisée par Jean Girault[N 1].

Cette saga est composée de six opus, sortis sur une longue période de 18 ans :

D'autres projets ont été envisagés mais n'ont pas abouti.

L'acteur central de tous les films est Louis de Funès dans le rôle du maréchal des logis-chef Ludovic Cruchot, entouré notamment de Michel Galabru[N 2], Jean Lefebvre, Christian Marin, France Rumilly, le duo Grosso et Modo ainsi que Maurice Risch.

Seuls Louis de Funès, Michel Galabru, Grosso, Modo et France Rumilly ont joué dans tous les films de la série.

Historique[modifier | modifier le code]

Un premier film au triomphe inattendu[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

En 1964, au volant de sa voiture décapotable et perdu entre Sainte-Maxime et Saint-Tropez, Richard Balducci s'arrête, croyant trouver la villa qu'il cherchait. Il laisse sa caméra sur le siège, s'absente momentanément afin d'observer la villa et en revenant, s'aperçoit que sa caméra a été volée. Furieux, il se rend à la gendarmerie de Saint-Tropez, Place Blanqui, à l'entrée de la ville où il rencontre un gendarme à moitié endormi et visiblement peu emballé à l'idée d'aller jouer au gendarme et au voleur à l'heure du déjeuner. Abasourdi par l'attitude du gradé, Balducci repart en lui promettant d'écrire un film qui le rendra célèbre[1]...

Le Gendarme de Saint-Tropez[modifier | modifier le code]

Suites à succès[modifier | modifier le code]

Le Gendarme à New York[modifier | modifier le code]

Casquette et insigne de la police de New York portés par Ludovic Cruchot. Exposé au musée Louis de Funès du château de Clermont.

Dès le tournage, les scénaristes, le réalisateur et Louis de Funès évoquaient l'idée de donner une suite au Gendarme de Saint-Tropez[a]. Le triomphe commercial du film incite les producteurs René Pignères et Gérard Beytout de la SNC à lancer rapidement une nouvelle aventure de Cruchot et sa brigade[a]. Louis de Funès suggère de faire voyager son gendarme à l'étranger pour renouveler l'histoire[a]. Le succès international du film convainc les producteurs d'explorer cette piste, d'autant plus que les distributeurs étrangers se déclarent très intéressés par une suite[b]. Après avoir pensé à Mexico ou Tokyo, le choix de la destination se porte finalement sur New York, ville que connaît bien le scénariste Richard Balducci et qui s'avère également être familière aux spectateurs du monde entier[b].

Sur le tournage, de premières difficultés apparaissent avec Jean Lefebvre, conduisant à réduire son rôle.

Le Gendarme se marie[modifier | modifier le code]

Claude Gensac, l'interprète de Josépha, en 1993.

Après deux succès d'affilée, le réalisateur Jean Girault, son co-scénariste Jacques Vilfrid, et leur partenaire Richard Balducci décident d'un troisième film dans lequel le personnage de Louis de Funès se marierait[c]. Pour être sûr que le sujet plaise aux amateurs de la série, Girault et Vilfrid lancent un sondage dans la presse et obtiennent des résultats favorables pour un film où Cruchot convole[d]. Au détour d'un interview, en juin 1967, lorsqu'il tourne Les Grandes Vacances, l'acteur principal qualifie d'« ultime Gendarme » Le Gendarme se marie[2]. Il choisit Claude Gensac pour tenir le rôle de la nouvelle épouse de Cruchot, la maintenant ainsi dans ce statut d'épouse de ses personnages après Oscar et Les Grandes Vacances[c].

Des précédents films, reviennent tous les autres gendarmes — Michel Galabru, Jean Lefebvre, Christian Marin, Guy Grosso et Michel Modo — ainsi que Geneviève Grad dans le rôle de la fille de Cruchot et France Rumilly dans le rôle de la religieuse[e]. Yves Vincent apparaît pour la première dans le rôle du colonel de gendarmerie[e].

Le Gendarme en balade[modifier | modifier le code]

Années d'incertitude[modifier | modifier le code]

À la rentrée 1973, où Louis de Funès entame la pièce La Valse des toréadors, la presse évoque Le Fantôme du Gendarme de Saint-Tropez, dont Richard Balducci a écrit le scénario, et qui doit se tourner au cours de la saison[f].

Au printemps 1974, Richard Balducci travaille sur un cinquième épisode intitulé Le Gendarme à l'exercice, avec un tournage prévu au début de l'été 1975[3]. Après l'éprouvante performance de La Valse des toréadors au théâtre, où il a plusieurs alertes cardiaques, Louis de Funès annule le projet, préférant prendre une pause d'un an avant de se lancer dans Le Crocodile de Gérard Oury, dont le tournage prévu pour mai 1975 s'annonce très physique[g].

Retour tardif[modifier | modifier le code]

Le Gendarme et les Extra-terrestres[modifier | modifier le code]

En septembre 1977, après son retour réussi au cinéma, Louis de Funès fait part au producteur Gérard Beytout de sa volonté de retrouver le gendarme de Saint-Tropez[h]. Le mois suivant, il demande au scénariste Jacques Vilfrid de se lancer dans l'écriture du projet[h]. Richard Balducci ne s'implique que de loin dans ce cinquième film[4]. Impressionné par Rencontres du troisième type de Steven Spielberg et ses effets spéciaux, l'acteur principal décide que le cinquième film aura pour intrigue une rencontre entre des extraterrestres et la brigade de Saint-Tropez[i]. Le thème des extraterrestres est alors très à la mode en cette fin des années 1970, au cinéma comme à la télévision, en plein renouveau de la science-fiction enclenché par le succès de La Guerre des étoiles[i].

Le tournage est endeuillé par l'accident mortel provoqué par une cascade ratée devant la gendarmerie.

Le Gendarme et les Extra-terrestres sort en et comptabilise 6 millions d'entrées en plus d'un an[5]. La critique réserve un accueil sévère au film, même si certains estiment qu'il est « sauvé » par la prestation de Louis de Funès[j].

Une revanche des extra-terrestres[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc de gendarmes effondrés sur le sol.
Les extra-terrestres vaincus par la brigade de Saint-Tropez devaient se venger dans une suite.

Le surprenant succès en salles du cinquième film incite l'équipe à penser immédiatement à un sixième, mettant en scène la vengeance des extra-terrestres battus[k]. Lors de la promotion, Louis de Funès évoque ses envies et ses potentiels futurs films : « J'ai commencé à écrire. D'autres, aussi, écrivent pour moi… Je prends des notes tout le temps… Des choses qui m'amusent, des situations muettes de préférence. Je voudrais que mon prochain film soit presque muet »[l]. La future production prend corps à l'été 1979[m]. Lors du tournage de L'Avare, projet plus personnel que monte Louis de Funès entre-temps, le prochain Gendarme est annoncé, provisoirement intitulé Le Gendarme et la Revanche des Extra-terrestres[6]. Suivant le rêve — souvent évoqué mais sans cesse reporté — de l'acteur principal de tourner un film muet, cette suite dans l'espace aurait été presque muette, avec beaucoup d'effets spéciaux, des scènes en apesanteur, des trucages vidéo et des trouvailles sonores[n],[m].

L'un des synopsis envisagés serait que Cruchot soit enlevé par les extra-terrestres revanchards et, après un voyage en apesanteur, serait conduit sur une planète étrange, propice à des expériences anormales[o]. Louis de Funès lui-même évoque l'intrigue en ces termes : « Les extra-terrestres ont perdu une bataille mais pas la guerre. Ils m'enlèvent avec tous les gendarmes, et nous voilà dans l'espace, en apesanteur puis sur une planète bizarre, où nous attendent d'insolites aventures »[m]. Une autre possibilité serait que la brigade soit enlevée et amenée sur une planète uniquement peuplées de jolies filles ; la production lance une annonce dans France-Soir auprès des jeunes comédiennes qui doivent envoyer une photo en pied pour postuler sur Le Gendarme et la Vengeance des Extra-terrestres, à la fin de l'année 1979[p].

Le sixième Gendarme est sur le point d'être tourné à l'été 1981[3]. Les décors sont en préparation et les repérages ont été lancés[3]. Après L'Avare, Louis de Funès annule le projet et s'oriente plutôt sur l'adaptation du roman La Soupe aux choux de René Fallet, une autre histoire de rencontre extra-terrestre, qui sort en salles en [q],[7]. Au moment de revenir au Gendarme de Saint-Tropez, l'idée d'un retour des extra-terrestres est de nouveau écartée, pour ne pas lasser le public de l'acteur après déjà deux films sur le sujet[k],[n],[7].

Le Gendarme et les Gendarmettes[modifier | modifier le code]

Photo en couleur centrée sur une tombe noire au milieu d'un cimetière.
La tombe de Jean Girault, mort avant que le sixième Gendarme ne soit terminé.

Le scénariste Jacques Vilfrid trouve le sujet définitif du sixième film lorsqu'il apprend dans la presse la formation de femmes à l'école de gendarmerie de Fontainebleau[n],[r]. L'époque voit la féminisation de nombreux métiers et la Gendarmerie nationale est progressivement ouverte aux femmes à l'aube des années 1980[n],[s],[t],[8]. Le Gendarme et les Gendarmettes confronte ainsi la brigade de Saint-Tropez à de nouvelles recrues féminines[n],[r]. Le projet est lancé en 1981[t]. Jean Girault, Louis de Funès, son amie Macha Béranger, et le producteur Gérard Beytout participent également à l'écriture[n],[u].

Le tournage se déroule d'abord à Saint-Tropez et ses environs au printemps 1982 et se poursuit ensuite aux studios de Boulogne[t],[r],[v]. Sur le plateau, Louis de Funès partage la réalisation avec Jean Girault, comme ils l'ont fait sur L'Avare et La Soupe aux choux, mais à l'inverse de L'Avare, l'acteur ne signe pas la réalisation cette fois-ci[w]. Le comédien s'occupe ainsi de la mise en scène et de la direction d'acteurs, en laissant la technique à son partenaire expérimenté[x],[y]. Les précautions médicales prises pour la vedette, toujours surveillée par un cardiologue, réduisent le tournage à seulement trois ou quatre jours de travail par semaine sur une durée hors-normes de deux mois et demi à Saint-Tropez, laissant à l'équipe de longs moments de détente[v],[z],[9],[10],[11].

Alors que la mort de l'acteur principal est redoutée par l'équipe, l'état de santé de Jean Girault devient préoccupant[aa],[ab]. Le réalisateur s'affaiblit de jour en jour, perd du poids, délègue de plus en plus de responsabilités à ses assistants et finit très diminué à la fin du tournage tropézien[ab],[v]. Maurice Risch explique : « Jean était en train de partir et Louis, qui était aussi très affaibli, ne suffisait pas pour maîtriser les choses. Tony Aboyantz, le premier assistant-réalisateur, essayait de tenir le film la tête hors de l'eau »[ac]. Jean Girault est admis à l'hôpital au retour de l'équipe en région parisienne[z],[v]. Les prises de vues en studios ont lieu sans lui, menées tant bien que mal par Tony Aboyantz, dans une ambiance pesante[z],[v],[7]. Il meurt le , sans voir son film terminé[z],[7], et sa disparition ôte à son meilleur ami Jacques Vilfrid toute envie d'écrire pour le cinéma[12]. Tony Aboyantz dirige ensuite le montage, aidé notamment de Louis de Funès et du compositeur Raymond Lefebvre[r],[ad],[13].

Le Gendarme et les Gendarmettes sort en octobre 1982 et enregistre 4,1 millions d'entrées en un an[14]. La critique, jugeant la série devenue trop longue et immuable, descend le film, avec notamment la critique assassine d'André Rollin dans Le Canard enchaîné : « De Funès c'est fini ? La salle était presque vide. L'écran également »[ae],[af].

Idées de suites de Richard Balducci[modifier | modifier le code]

Après Le Gendarme et les Gendarmettes, malgré la mort de Jean Girault et le désistement de Jacques Vilfrid, de nouveaux films du Gendarme sont possibles, la série de films pouvant en réalité se prolonger tant que le désire Louis de Funès, légitime de reprendre son personnage autant de fois qu'il veut[15],[aa]. De son côté, Richard Balducci, coscénariste des premiers films, imaginait déjà plusieurs idées pour une suite dans la veine science-fiction du cinquième[4],[16]. Dans les années 2000, il parle d'un scénario qui aurait montré le gendarme perdu dans le triangle des Bermudes[4],[ag]. Il mentionne aussi une autre idée qu'il nomme Le Gendarme en orbite, où la brigade serait envoyée dans l'espace régler la circulation interplanétaire devenue chaotique[ag],[12].

Un document intitulé Projet de scénario pour une suite au film Le Gendarme et les Extra-terrestres est retrouvé en 2010 dans les archives du scénariste Jean Halain, fidèle collaborateur funésien mais qui n'a jamais œuvré sur un Gendarme[17],[N 3]. Cette ébauche commence en plein carnaval sur la promenade des Anglais à Nice, où un char célèbre la victoire de la brigade de Saint-Tropez sur les extra-terrestres avec d'immenses effigies des gendarmes, un spectacle devant lequel tombe nez à nez la vraie brigade de passage à Nice[17]. Cette suite met en scène le retour inopportun des extra-terrestres venus se venger : les gendarmes se retrouvent dans leur soucoupe volante et doivent rencontrent leur chef, appelé le Grand Stratège ou le Maître Souverain[17]. À leur retour sur Terre, ils sont déposés sur une île du triangle des Bermudes, « la zone diabolique des catastrophes et des disparitions », élément correspondant à l'intrigue évoquée par Balducci[17]. Ce scénario retrouvé reste encore très mystérieux puisqu'on ne sait qui en est l'auteur et pourquoi un scénario d'un Gendarme serait dans les affaires de Jean Halain alors qu'il n'a jamais écrit pour la série[17].

« Il y avait tellement de circulation entre les planètes qu'on avait décidé [de] mettre un peu d'ordre, mettre des feux rouges, faire la circulation… Et on avait décidé d'envoyer la brigade de Saint-Tropez en orbite là-haut. Dans cette espèce de capsule, Gerber devient complètement fou de peur et tape sur tout. La capsule se met à tourner à l'envers de la rotation de la terre. Ce qui fait que toutes les trois minutes elle remontait d’une journée. Quand ils reviennent sur Terre, ils voient un type sur un cheval blanc sur une colline. Ils sont à Waterloo et c'est l'Empereur ! »

— Richard Balducci, à propos du Gendarme et l'Empereur[12].

Enfin, l'autre projet de Richard Balducci est une histoire de voyage dans le temps qu'il titre Le Gendarme et l'Empereur, repartant de l'idée de la brigade de Saint-Tropez chargée de mettre de l'ordre dans la circulation spatiale[ag],[ah]. L'intrigue amène leur vaisseau à se détraquer après de mauvaises manipulations et à tourner à l'envers de la rotation de la Terre, remontant ainsi dans le temps : les gendarmes atterrissent en pleine bataille de Waterloo, le , et rencontrent l'empereur Napoléon Ier[ag],[ah],[16],[N 4]. Cruchot et ses gendarmes tentent de l'aider à remporter la bataille[18]. Ils lui font part des inventions du XXe siècle, notamment militaires[ah]. Par la suite, l'Empereur les accusent de trahison et les gendarmes s'échappent en regagnant leur vaisseau pour rentrer à leur époque à Saint-Tropez[ah]. Ce voyage dans le passé laisse imaginer à Balducci l'histoire de la famille Cruchot, en particulier un ancêtre soldat de la Grande Armée et témoin toutes les campagnes de Napoléon[N 5]. Balducci, tournant en parallèle des films avec Jean Lefebvre, réintègre même le personnage de Fougasse[16]. L'écriture aurait été entamée en 1982[ah],[16] mais une annonce paraît pourtant dès 1980 dans Le Film français[ai],[19]. Le Gendarme et l'Empereur aurait été approuvé par Louis de Funès[16]. Un exemplaire de ce dernier scénario d'une quarantaine de pages est exposé au musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez, présenté comme « le septième Gendarme », et un fac-similé agrémenté d'un storyboard est proposé à la vente[16].

Sans Louis de Funès ?[modifier | modifier le code]

Louis de Funès, vedette, moteur, et co-auteur officieux de la série, meurt d'un dernier infarctus le . Sa disparition met un terme définitif aux films du Gendarme. Il semble impossible de poursuivre la série de films sans son acteur vedette[20].

En 1985, Richard Balducci poursuit l'univers du Gendarme par clin d'œil en reprenant le personnage de la religieuse interprétée par France Rumilly dans son film Le Facteur de Saint-Tropez, où apparaissent également le bâtiment classique de la gendarmerie et une brigade différente[21]. Plusieurs années après, Balducci élabore des synopsis de courts épisodes pour une série télévisée intitulée Les Nouveaux Gendarmes de Saint-Tropez, projet qu'il présente comme une suite aux films[ag]. Son idée est vite abandonnée, le scénariste jugeant que « ces nouveaux gendarmes auraient du tort à leurs ainés »[ag].

À une époque indéterminée, une idée de pièce de théâtre d'hommage au Gendarme de Saint-Tropez et à Louis de Funès est proposée aux « rescapés » de la série Michel Modo, Guy Grosso, Maurice Risch et Patrick Préjean[20].

Postérité[modifier | modifier le code]

Exploitations ultérieures[modifier | modifier le code]

Un marronnier télévisuel[modifier | modifier le code]

Logo représentant un M noir derrière un 6 rouge.
Propriétaire du catalogue de la S.N.C., la chaîne M6 diffuse et édite en vidéo tous les films du Gendarme.

Le catalogue de la Société nouvelle de cinématographie, dont font partie les six films de la série, devient plus tard la propriété de la Compagnie Luxembourgeoise de Télédiffusion (CLT), détenteur de RTL, puis est acheté par le groupe M6 en 2005[22]. Les films du Gendarme sont une importante source de revenus pour ce catalogue de films anciens, notamment à travers l'édition en vidéo[22]. La chaîne M6 a fait de la série un « standard » de la télévision française, avec une diffusion de l'ensemble des films tous les deux ans, le plus souvent au cours de l'été, avec un succès d'audience inaltérable malgré la récurrence de leur passages à la télévision[22],[23]. En 2001 déjà, le journaliste Pierre de Boishue remarquait dans Le Figaro la « fascination qu'exerce sur le public cette fresque indémodable, parce que complètement dépassée, parfois désopilante et rediffusée sans fin »[u].

Éditions en vidéo[modifier | modifier le code]

Un coffret de VHS intitulé Le Gendarme, l'intégrale sort en 1999[24]. En 2002, l'hexalogie est éditée en DVD par TF1 Vidéo dans un coffret Le Gendarme, l'intégrale[25],[26]. Les droits de distribution passent ensuite de TF1 vidéo à M6, qui publie en 2005 un nouveau coffret nommé Les Gendarmes[27],[26]. En 2006, chacun des films constitue un numéro de la collection de DVD « Comiques de légende »[28]. Un coffret Les Gendarmes de Saint-Tropez, bénéficiant d'une remastérisation en haute définition, paraît en 2007[26]. En 2010, un coffret intégral en Blu-ray sort, toujours sous le titre Les Gendarmes de Saint-Tropez[29], et est également disponible en DVD[30]. En 2014, un coffret Blu-ray / DVD de luxe, nommé 50e anniversaire, Les Gendarmes de Saint-Tropez, la saga, paraît à l'occasion des cinquante ans du premier film[31].

La mort des interprètes des gendarmes[modifier | modifier le code]

Après la mort du réalisateur, c'est celle de Louis de Funès, qui tenait le rôle du maréchal des logis-chef Cruchot, qui met définitivement fin à la série : l'acteur décède le [32], soit quelques mois après la sortie du Gendarme et les Gendarmettes.

Dix-huit ans plus tard, c'est Guy Grosso, qui tenait le rôle du gendarme Tricart, qui meurt, le . Quelques mois plus tard, Jean-Pierre Rambal, qui n'a joué que dans un film de la série, Le Gendarme et les Extra-terrestres, dans lequel il interprète le gendarme Taupin, meurt le [33]. Trois ans après, Jean Lefebvre, l'interprète du gendarme Fougasse, décède d'une crise cardiaque, à Marrakech au Maroc, le [34]. L'autre membre du duo « Grosso et Modo », Michel Modo, qui jouait le gendarme Berlicot, décède d'un cancer le . Christian Marin, qui tenait le rôle du gendarme Merlot, décède le [35], à l'âge de 83 ans, quelques semaines après avoir achevé la rédaction de ses mémoires. Michel Galabru, qui tenait le rôle de l’adjudant Gerber, resta ainsi le dernier « gendarme » des quatre premiers films de la saga encore en vie ; il poursuivit sa carrière de comédien jusqu'à sa mort, le , à l'âge de 93 ans.

Maurice Risch, dans le rôle du gendarme Beaupied, et Patrick Préjean, dans celui du gendarme Perlin, sont donc, en 2022, les deux derniers « gendarmes » encore vivants[20]. En ce qui concerne, les autres personnages de la série, seule France Rumilly, l'interprète de la mère supérieure, qui a joué dans tous les films, et Geneviève Grad, interprète de Nicole Cruchot, dans le début de la série, sont les deux dernières actrices encore en vie.

Hommages[modifier | modifier le code]

En 2022, à l'occasion du quarantième anniversaire du dernier film, le Manneken-Pis est habillé en gendarme de Saint-Tropez[36].

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Titre Le Gendarme de Saint-Tropez Le Gendarme à New York Le Gendarme se marie Le Gendarme en balade Le Gendarme et les Extra-terrestres Le Gendarme et les Gendarmettes
Réalisation Jean Girault
Tony Aboyantz
Scénario Richard Balducci, Jean Girault, Jacques Vilfrid
Gérard Beytout
Louis de Funès
Photographie Marc Fossard Edmond Séchan Marcel Grignon Pierre Montazel Marcel Grignon Jean Boffety
Montage Jean-Michel Gautier Albert Jurgenson Jean-Michel Gautier Armand Psenny Michel Lewin
Musique Raymond Lefèvre
Production Gérard Beytout
René Pignères
Genre Comédie policière
Comédie romantique Science-fiction
Nationalité(s) Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Année de sortie 1964 1965 1968 1970 1979 1982

Distribution[modifier | modifier le code]

Les gendarmes principaux[modifier | modifier le code]

Titres
Le Gendarme de Saint-Tropez
(1964)
Le Gendarme à New York
(1965)
Le Gendarme se marie
(1968)
Le Gendarme en balade
(1970)
Le Gendarme et les Extra-terrestres
(1979)
Le Gendarme et les Gendarmettes
(1982)
Ludovic Cruchot Louis de Funès
Jérôme Gerber Michel Galabru[N 2]
Tricart Guy Grosso
Berlicot Michel Modo
Lucien Fougasse Jean Lefebvre
Albert Merlot Christian Marin
Beaupied Maurice Risch
Taupin Jean-Pierre Rambal
Perlin Patrick Préjean

Autres personnages[modifier | modifier le code]

Titres
Le Gendarme de Saint-Tropez
(1964)
Le Gendarme à New York
(1965)
Le Gendarme se marie
(1968)
Le Gendarme en balade
(1970)
Le Gendarme et les Extra-terrestres
(1979)
Le Gendarme et les Gendarmettes
(1982)
sœur/mère Clotilde France Rumilly
Josépha Cruchot Claude Gensac[N 6] Maria Mauban[N 7] Claude Gensac
Nicole Cruchot Geneviève Grad
Cécilia/Germaine Gerber Nicole Vervil Viviane Méry Nicole Vervil Micheline Bourday
Le colonel Yves Vincent Jacques François
André-Hugues Boiselier Claude Piéplu
Richard Daniel Cauchy
Émilie Lareine-Leroy Maria Pacôme
Jean-Luc Patrice Laffont
Franck Davis Alan Scott
Berthier René Berthier
Christine Rocourt Catherine Serre
Marianne Bonnet Babeth Étienne
Isabelle Leroy Sophie Michaud
Yo Macumba Nicaise Jean-Louis

La musique de Raymond Lefebvre[modifier | modifier le code]

Box-office en France[modifier | modifier le code]

Titre Réalisateur Année Entrées
Le Gendarme de Saint-Tropez Jean Girault 1964 7 809 334
Le Gendarme à New York Jean Girault 1965 5 495 045
Le Gendarme se marie Jean Girault 1968 6 828 626
Le Gendarme en balade Jean Girault 1970 4 870 673
Le Gendarme et les Extra-terrestres Jean Girault 1979 6 280 070
Le Gendarme et les Gendarmettes Jean Girault et Tony Aboyantz 1982 4 209 139
Total 35 492 887

Erreurs de continuité[modifier | modifier le code]

Par négligence, des erreurs de continuité se glissent d'un film à l'autre.

  • Les prénoms de certains personnages varient ainsi entre certains films. L'adjudant Gerber se prénomme Jérôme dans les quatre premiers films, puis Antoine dans Le Gendarme et les Extra-terrestres et Alphonse à la fin du premier film Le Gendarme de Saint-Tropez et dans le film Le Gendarme et les Gendarmettes[37]. La religieuse « folle du volant » s'appelle sœur Clotilde dans les cinq premiers films mais les dialogues du Le Gendarme et les Gendarmettes la prénomment Marie-Ange[37] ; en revanche, le fait qu'elle devienne Mère supérieure de son couvent dans Le Gendarme en balade est respecté, et on lui dit « ma mère » et non plus « ma sœur » à partir du quatrième film.
  • De mêmes acteurs sont engagés dans des rôles différents au cours de la série, notamment Mario David, Pierre Repp et le « troisième couteau » Dominique Zardi.
  • Des erreurs de grade sont aussi commises. Gerber est promu adjudant-chef dans Le Gendarme se marie et garde ses galons dans Le Gendarme en balade, mais porte des galons d'adjudant dans Le Gendarme et les Gendarmettes.

Autres suites envisagées[modifier | modifier le code]

Tout au long des aventures des gendarmes, de nombreuses pistes ont été explorées pour donner une suite aux différents épisodes de la série. On a ainsi évoqué dans les années 1960, la possibilité d'un Gendarme en Union soviétique[12] ; d'un Gendarme au Japon[38],[39], où la brigade de Saint-Tropez aurait eu pour mission de retrouver le tableau de La Joconde mystérieusement disparu ; d'un Gendarme à Genève[réf. nécessaire] ; d'un Gendarme à Bethléem en 1965[40], dans lequel la brigade de Saint-Tropez serait téléportée dans la ville où est né le Christ (L’idée sera finalement reprise dans un conte de Noël radiophonique diffusé sur Europe 1 le . Dans ce conte Louis de Funès interprète « le maréchal des logis chef Asmaël, de la gendarmerie montée palestinienne, brigade de Bethléem, 15 ans de service, campagne contre les philistins, campagne contre les égyptiens, médaille de la reconnaissance biblique » alors que Michel Galabru incarne l’adjudant Zacchari, supérieur d'Asmaël[41]), ou encore d'un Gendarme à Mexico en 1968, se déroulant lors des Jeux olympiques d'été[39]. D'autres scénarios ont également été avancés comme Le Fantôme du gendarme de Saint-Tropez [38], ou Le gendarme à l'exercice en 1975[42].

La gendarmerie nationale et les films[modifier | modifier le code]

Après le succès de la suite Le Gendarme à New York, et tandis qu'un troisième film s'annonce, ce qui devient une série de films est alors conspué par certains gendarmes, qui considèrent leur institution tournée en ridicule[43]. Des gendarmes à la retraite — n'étant plus tenus au devoir de réserve — lancent des pétitions, relayées par L'Essor de la Gendarmerie et de la Garde, pour interdire le tournage de nouveaux films du Gendarme de Saint-Tropez[43]. Yvon Bourges, secrétaire d'État chargé de l'Information, répond officiellement qu'aucune interdiction de ces films n'est envisagée par le gouvernement[43]. Dans un esprit d'apaisement, un message d'avertissement est présenté avant le générique ouvrant Le Gendarme se marie (1968), répété dans Le Gendarme en balade (1970) et Le Gendarme et les Extra-terrestres (1979)[43],[u],[aj] :

« Ce film vous présente de nouvelles aventures d'un gendarme « hors-série ».
Œuvre d'imagination faite pour votre divertissement, il est, par delà la fantaisie, un hommage indirect, puisqu'il en est l'objet, à un grand Corps de l'État dont les personnels se signalent au respect des populations par leur pondération et leur valeur. »

— Message ouvrant Le Gendarme se marie, Le Gendarme en balade et Le Gendarme et les Extra-terrestres[43].

Les deux acteurs principaux sont honorés par la gendarmerie française pour avoir contribué à la série. Le , lors du tournage du Gendarme en balade, Louis de Funès est reçu officiellement par le 405e régiment d'artillerie anti-aérienne à Hyères, qui le fait « première classe d'honneur » pour services rendus à la gendarmerie nationale[44],[45]. Le , au cours du festival de RamatuelleMichel Galabru joue une pièce de théâtre, une délégation de quatre gendarmes de la véritable brigade de Saint-Tropez monte sur scène après la représentation, alors que le comédien salue le public : ils lui décernent le titre honorifique d'« adjudant d'honneur de la gendarmerie nationale » et lui remettent un képi d'adjudant[46],[47]. Ému, Michel Galabru déclare avec humour : « C'est un retour glorieux au passé. Hélas, nous ne sommes qu'un ou deux survivants ! Et regardez dans quel état que je suis » avant de conclure : « Cet honneur, je le reçois avec beaucoup de plaisir et je vous remercie infiniment »[46],[47].

La série de films est mise en avant lors d'une exposition consacrée aux représentations audiovisuelles de la gendarmerie, au musée de la Gendarmerie nationale, en 2021[48].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Gendarme de Saint-Tropez[modifier | modifier le code]

L’ancienne gendarmerie de Saint-Tropez qui a servi de décor aux cinq premiers films.

Grâce aux loyaux services rendus à une commune non nommée des Hautes-Alpes[49],[50], où il était jusqu'ici en poste, Ludovic Cruchot, simple maréchal des logis de la gendarmerie, est muté dans le Var, à Saint-Tropez tout en étant promu maréchal des logis-chef.

Arrivé sur les lieux de sa nouvelle affectation, Cruchot participe aux vaines et répétitives chasses aux nudistes organisées par son supérieur, l'adjudant Gerber, tandis que de son côté sa fille Nicole, qui s'ennuyait autrefois à mourir dans son village, est éblouie par le luxe de sa nouvelle ville. Mais, n'arrivant pas à se faire accepter par les jeunes bourgeois de la station balnéaire, elle s'invente un père fictif richissime : celui-ci serait milliardaire, posséderait un yacht dans cette cité et s'appellerait Archibald Ferguson, qu'elle n'aurait jamais rencontré.

Contraint par Nicole et bien malgré lui, Cruchot va se retrouver au cœur du manège de sa fille, qui va le mêler à son histoire et par là même, à la recherche d'un Rembrandt volé (au musée de l'Annonciade), lorsque les amis de cette dernière chercheront à le rencontrer. Il essayera pourtant et par tous les moyens de préserver son identité officielle intacte au vu de son adjudant et de ses collègues.

Le Gendarme à New York[modifier | modifier le code]

Cantine militaire en métal avec l'inscription « Maréchal des logis-chef Cruchot », utilisée dans Le Gendarme à New York et revue dans Le Gendarme et les Gendarmettes. Musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez.

Les gendarmes de Saint-Tropez ont été choisis pour représenter la France lors d'un congrès international de la gendarmerie à New York. Après un voyage sur le paquebot France, ils débarquent à Manhattan. Bientôt, Cruchot croit voir sa fille Nicole un peu partout... Et pour cause : celle-ci, désireuse de découvrir le « Nouveau Monde », s'est embarquée sur le navire comme passagère clandestine, à l'insu de son père.
Se faisant arrêter par la douane à son arrivée, Nicole est abordée par un journaliste auprès duquel elle se fait passer pour une orpheline avide de découvrir l'Amérique. Ému, et pensant tirer un bel article de cette histoire, le journaliste la prend sous son aile.
Cruchot et sa brigade découvrent New York, sauf Fougasse qui, tombé malade durant la traversée, a été hospitalisé et qui y restera jusqu'à la fin du séjour (ils découvrent après plusieurs jours d'examen qu'il était victime d'une allergie aux oiseaux de mer. Et lorsqu'il veut rejoindre les autres, il se casse la jambe).

Tout le monde finit par croire que Cruchot est fou et a des hallucinations en croyant voir Nicole partout. Il ira même jusqu'à consulter un psychanalyste. Mais bientôt, Cruchot finit par retrouver la trace de Nicole. Il aura alors toutes les peines du monde, notamment avec la police américaine qui recherche sa fille, à faire rentrer celle-ci sans que Gerber et les autres ne la voient. Gerber découvrira pourtant la vérité à leur retour à Saint-Tropez et promet à Cruchot que cela lui coûtera cher.

Le Gendarme se marie[modifier | modifier le code]

Le film débute un 1er juillet, fatidique et traditionnelle date de grand départ en vacances.

Le maréchal des logis-chef Cruchot se voit confier une mission d'envergure afin de traquer les chauffards et les verbaliser. Cette opération va s'avérer pleine de surprises et d'imprévus notamment celui qui termine l'opération par la poursuite d'une conductrice se souciant peu des règles du code de la route et conduisant sa Ford Mustang décapotable avec fougue. Cette poursuite se terminera devant la gendarmerie de Saint-Tropez. La pimpante veuve du colonel de gendarmerie Lefrançois, Josépha, est l'intrépide conductrice de la belle décapotable. Elle vient se faire connaitre à la gendarmerie du lieu de son séjour estival. Accueillie fort civilement par l'adjudant Gerber, celui-ci qui doit s'absenter provisoirement. Cruchot arrivant sur ces entrefaites, tombe nez à nez avec la « chauffarde » dont il ignore l'identité et en profite pour la sermonner, puis la verbaliser. Mais au retour de son supérieur, qui lui fait aussitôt prendre conscience de sa méprise, il se verra remis très sérieusement à sa place et devra se faire tout petit face à cette superbe femme aux relations puissantes. Le « coup de foudre » s'opère aussitôt, d'autant que Josépha est ravie de faire la connaissance de la toute petite fille de Cruchot, Nicole, qui en réalité s'avérera nettement plus grande…

Bientôt, celle-ci n'hésite pas à pousser son nouvel amant à prendre du galon, en l'incitant à préparer le concours d'adjudant-chef, avec la complicité de Nicole. Il se verra soumis à un régime sévère garant d'un incontestable succès, au grand dam de l'adjudant Gerber qui vise lui aussi l'avancement.
Cruchot gagne l'examen et est promu adjudant-chef au grand regret de Gerber. Mais le règne de Cruchot prendra vite fin lorsqu'on apprend qu'il y a eu une erreur dans les résultats et c'est Gerber qui obtient le grade d'adjudant-chef. Celui-ci compte bien prendre sa revanche sur Cruchot.

Pendant ce temps, Fredo le Boucher, un dangereux bandit s'évade (il s'était glissé dans un cours de danse où se trouvait Cruchot pour essayer d'échapper aux gendarmes. Cruchot, ne voulant pas être vu par ses hommes et ne reconnaissant pas tout de suite le bandit, tente de s'échapper avec lui mais finit par aider ses hommes à le capturer). Désireux de se venger de Cruchot, il utilise Josépha comme appât pour l'attirer mais c'est Gerber qui répond à l'appel à la suite d'une erreur. Fredo tente alors de s'enfuir vers la frontière avec Josépha comme otage. Cruchot le prend en chasse et réussit à l'arrêter. À la fin, Cruchot (ayant atteint lui aussi le grade d'adjudant-chef) se marie avec Josépha en même temps que Nicole avec un de ses amis.

Le Gendarme en balade[modifier | modifier le code]

Le maréchal des logis chef Cruchot a été mis à la retraite comme tous les membres de la brigade, remplacés par une équipe plus jeune et aux méthodes plus modernes.

Six mois plus tard, Cruchot s'ennuie ferme en retraite dans le château de son épouse, pourtant débordante d'attention à son égard pour le sortir de sa morosité : promenades à cheval, système de surveillance ultra sophistiqué de la propriété n'obéissant qu'à ses ordres, visite du curé… Rien n'y fait, même le lavage de la voiture qu'il revendique.

Lors d'une visite inopinée, l'adjudant Gerber et sa femme, pris au départ pour des intrus, tombent dans une ancienne oubliette grâce au fameux système de détection radar offert par Josépha. Cruchot montre alors à Gerber son musée-souvenir, ils évoquent leur passé révolu à la gendarmerie de Saint-Tropez. Puis ils reçoivent un vieux compagnon de service, le gendarme Merlot, qui leur apprend que Fougasse est devenu amnésique.

Également accompagné de leur collègues Tricard et Berlicot, ils décident d'aller porter secours à leur ancien camarade et de faire un pèlerinage aux sources. Cependant, trop excités à l'idée de porter à nouveau l'uniforme, les Gendarmes entrent dans l'illégalité, côtoient malgré eux les hippies, déjouent un jeu d'enfants extrêmement dangereux et retrouvent cette sympathique et bienvenue complicité avec les sœurs dont la meilleure conductrice (sœur Clotilde) est devenue Mère supérieure du couvent devenu orphelinat. Malgré la traque acharnée de leurs successeurs, ils brilleront une fois de plus. Ainsi ridiculisés, les « nouveaux » devront rendre la place à leurs aînés, trop heureux de reprendre leur poste de gendarmes de Saint-Tropez et de recevoir un hommage mérité.

Le Gendarme et les Extra-terrestres[modifier | modifier le code]

Louis de Funès sur le tournage du film Le Gendarme et les Extra-terrestres, en 1978.

Les membres de la brigade de gendarmerie de Saint-Tropez tombent des nues lorsqu'ils rencontrent les uns après les autres leurs doubles, sous forme d'extraterrestres se disant pacifiques. La venue d'une soucoupe volante, l'émotion qu'elle déclenche et la peur de l'inconnu vont faire venir la presse du monde entier dans la petite localité balnéaire. Mais comment reconnaître les vrais gendarmes des faux ? Comment reconnaître les humains des extraterrestres qui prennent l'apparence de tout un chacun ? Cruchot et ses collègues découvriront que ces extraterrestres sont faits de métal, qu'ils « sonnent creux » quand on les frappe et qu'ils boivent de l'huile…

Le premier gendarme à voir la soucoupe est un nouveau nommé Beaupied mais personne ne le prend au sérieux... jusqu'à ce que Cruchot ne la voie à son tour et que des extraterrestres entrent en contact avec lui pour énoncer leurs intentions prétendument pacifiques.

Cruchot moleste Gerber et le colonel en les prenant pour des extraterrestres et est mis aux arrêts. Il s'échappe et se met à traquer les extraterrestres et à chercher une preuve de leur existence à présenter à ses supérieurs. Cette traque et les quiproquos qu'elle induit lui attirent les foudres de Josépha.

Finalement, les gendarmes découvrent la faiblesse des extraterrestres : ils rouillent au contact de l'eau. Ils leur tendent un piège avec une fausse soucoupe comme appât. Les gendarmes doivent faire alors face à leurs doubles et les mettent en fuite... Mais, lors de la parade finale, les gendarmes « rouillés » tombent au sol comme des machines hors-service : c'étaient les extraterrestres. Les vrais gendarmes apparaissent dans la soucoupe qui finit par tomber en mer, heureusement sans dommage pour ses occupants. Le couple Cruchot-Josépha se réconcilie.

Le Gendarme et les Gendarmettes[modifier | modifier le code]

Dans ses locaux flambant neufs, la brigade de Saint-Tropez, ayant fait l'acquisition d'un ordinateur si puissant qu'il répond à toutes les questions, est chargée d'accueillir, de prendre soin et de former un contingent de quatre jeunes femmes en uniforme. Un spécialiste de l'espionnage informatique enlève, l'une après l'autre, les nouvelles recrues. L'existence de la brigade étant mise en danger par ces enlèvements dont la raison semble inexplicable, nos gendarmes déploieront au péril de leur vie, des trésors d'ingéniosité pour retrouver ces femmes dont ils avaient la garde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La réalisation du dernier film, Le Gendarme et les Gendarmettes, a été terminée par Tony Aboyantz, l'assistant-réalisateur du film (et de tous les autres de la série), en raison de la mort de Jean Girault.
  2. a et b Au départ, l'adjudant Gerber devait être interprété par Pierre Mondy. Ce dernier, occupé par une pièce de théâtre, n'a finalement pas pu tourner le film et a donc été remplacé par Michel Galabru.
  3. Scénariste des films de son père André Hunebelle, dont les Fantomas, Jean Halain avait été placé par Louis de Funès sur l'écriture des scénarios d’Oscar, Hibernatus, L'Homme orchestre et Sur un arbre perché. Après avoir co-écrit ensemble Le Grand Restaurant dans les années 1960, ils se retrouve bien plus tard sur ceux de L'Avare (1980) et La Soupe aux choux (1981).
  4. Une version de ce scénario montre la brigade subir l'entraînement des astronautes et employer la fusée Ariane pour sa mission dans l'espace, où une collision avec un autre engin provoque la rotation autour de la Terre[ah]. Une autre version les fait monter à bord du vaisseau abandonné par les extra-terrestres dans le cinquième film.
  5. Dans son ébauche de scénario, Richard Balducci situe l'origine de la famille en Ardèche avec un nommé Armand Cruchot, qui vécut à la fin de l'Ancien Régime. Son fils Ernest, soldat de la Grande Armée, a accompagné Napoléon durant toutes ses campagnes, jusqu'à Waterloo. Il s'est marié avec une certaine Léontine et s'est ré-installé en Ardèche. Leur fils Armand, était garde forestier dans le même département et leur petit-fils, Alphonse (père de Ludovic Cruchot) fut facteur à Gap dans les Hautes-Alpes (département où commence d'ailleurs Le Gendarme de Saint-Tropez)[ah].
  6. La première "madame Cruchot" en 1968 aurait très bien pu être Simone Valère, rencontrée en 1951 dans Ma femme est formidable, et indisponible en 1967 pour un rôle d'épouse dans Les grandes vacances et Oscar.
  7. Louis de Funès l'a croisée trente ans avant en 1949, sur le tournage de Pas de week-end pour notre amour dont elle était la tête d'affiche.

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Dicale 2009, p. 270.
  2. a et b Dicale 2009, p. 271.
  3. a et b Dicale 2009, p. 363.
  4. Loubier 2014, p. 234.
  5. a et b Dicale 2009, p. 364.
  6. Dicale 2009, p. 464-466.
  7. Loubier 2014, p. 405.
  8. a et b Raggianti 2007, p. 141.
  9. a et b Dicale 2009, p. 476.
  10. Raggianti 2007, p. 142.
  11. a et b Raggianti 2007, p. 153.
  12. Dicale 2009, p. 483.
  13. a b et c Jean-Jacques Jelot-Blanc, Louis de Funès, une légende, Paris, éditions Anne Carrière, , 345 p. (ISBN 2-910188-07-8), p. 288.
  14. a b c d e et f Dicale 2009, p. 504.
  15. Raggianti 2007, p. 159.
  16. Dicale 2009, p. 466.
  17. Dicale 2009, p. 498.
  18. a b c et d Raggianti 2007, p. 162.
  19. François Dieu, « Du Gendarme de Saint-Tropez à Une femme d'honneur : quelques repères sur la féminisation de la gendarmerie », Revue française de science politique, no 41,‎ , p. 39-46 (présentation en ligne).
  20. a b et c Schafer 2014, p. 50.
  21. a b et c Sébastien Le Pajolec, « Cinégénie du gendarme ? La série du Gendarme de Saint-Tropez », Sociétés & Représentations, Cairn.info, vol. 16 « Figures de gendarmes », no 2,‎ , p. 131-143 (lire en ligne).
  22. a b c d et e Dicale 2009, p. 506.
  23. Dicale 2009, p. 501.
  24. Dicale 2009, p. 488.
  25. Loubier 2014, p. 437.
  26. a b c et d Raggianti 2007, p. 168.
  27. a et b Galabru et Raveleau 2016, p. 122.
  28. a et b Raggianti 2007, p. 167.
  29. Dicale 2009, p. 508.
  30. Schafer 2014, p. 53.
  31. Dicale 2009, p. 507.
  32. Loubier 2014, p. 452.
  33. a b c d e et f Raggianti 2007, p. 60.
  34. a b c d e f et g Richard Balducci, Le Gendarme et l'Empereur, musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez, , 40 p. (ISBN 2952225788 et 9782952225786).
  35. Philippe Lombard, Ça tourne mal ! L'histoire tumultueuse et méconnue du cinéma français, La Tengo, 2020.
  36. Jean-Noël Luc, Histoire des gendarmes de la maréchaussée à nos jours, Nouveau Monde, , 448 p. (ISBN 9782369422389, lire en ligne), p. 154.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Gendarme de Saint-Tropez », sur FilmsActu (consulté le ).
  2. « Souvenirs de Juin 1967 : Louis de Funès tournait Les Grandes Vacances au Havre » [vidéo], sur ina.fr, Normandie actualités, France Régions 3 Rouen.
  3. a b et c « De Funès : un drôle de gendarme à Saint-Tropez », sur www.varmatin.com, Var-Matin, (consulté le ).
  4. a b et c Franck et Jérôme Gavard-Perret, « Interview de Richard Balducci », sur Autour de Louis de Funès, (consulté le ).
  5. Fabrice Ferment/CNC, « Box-office France 1979 (entrées du 1er au 31 décembre 1979) », sur www.top-france.fr
  6. Philippe de L'Estang, « Sur le plateau de L'Avare », Première, no 34,‎ , p. 43-45 (lire en ligne, consulté le ).
  7. a b c et d Gilles Botineau et Jérémie Imbert, « Le Gendarme de Saint-Tropez : coulisses d'une saga culte », Dossiers, sur CineComedies, .
  8. Philippe Poisson, « Quelques repères sur la féminisation de la gendarmerie », sur www.aamfg.fr, .
  9. Jérôme Lachasse, « Louis de Funès : ses anciens partenaires racontent ses dernières années », sur www.bfmtv.com, BFM TV, (consulté le ).
  10. Franck et Jérôme Gavard-Perret, « Interview des gendarmettes à Saint-Tropez », sur Autour de Louis de Funès, (consulté le ).
  11. Caroline Berger, « Patrick Préjean et Maurice Risch : Les souvenirs des deux derniers gendarmes », sur www.francedimanche.fr, France Dimanche, .
  12. a b c et d Louis de Funès et les gendarmes, documentaire de Jérôme Wybon, Paris Première, 2014.
  13. Michaël Ponchon, « Entretien avec Raymond Lefèvre : La drôle de ballade des Gendarmes de Saint-Tropez », Interviews, sur www.underscores.fr, .
  14. Fabrice Ferment/CNC, « Cote Officielle 1982 », sur www.top-france.fr (consulté le ).
  15. Louis de Funès et les gendarmes, film documentaire de Jérôme Wybon diffusé en 2014 sur Paris Première. Extrait : [vidéo] Louis De Funès et Les Gendarmes – Extrait 8 Docu sur YouTube.
  16. a b c d e et f Thomas Léodet, « Le gendarme et l'empereur, un scénario de Richard Balducci », sur Écran et Toile (consulté le ).
  17. a b c d et e Franck et Jérôme Gavard-Perret, « Jean Halain : Un scénario qui n'aura jamais vu le jour », sur Autour de Louis de Funès, (consulté le ).
  18. [vidéo] BFM TV, La gendarmerie de Saint-Tropez transformée en musée sur YouTube, (consulté le ).
  19. Jérôme Wybon, « Publicité mentionnant Le Gendarme de St-Tropez et l'Empereur », sur Twitter, (consulté le ).
  20. a b et c Caroline Berger, « Patrick Préjean et Maurice Risch : Les souvenirs des deux derniers gendarmes », sur www.francedimanche.fr, France Dimanche, .
  21. Guillaume Joffroy, « Le Gendarme - "Soeur Clotilde" : Qu'est devenue France Rumilly ? », sur www.purepeople.com, .
  22. a b et c Stéphane Beauchet, « Rencontre avec SNC — Ellen Schafer », Interviews, sur dvdclassik.com, .
  23. Dicale 2009, p. 518.
  24. Le Gendarme, l'intégrale, Compagnie internationale de communication, 1999 (BNF 38425943).
  25. Le Gendarme, l'intégrale, TF1 vidéo, 2002 (BNF 38605092).
  26. a b et c Sabrina Piazzi et Franck Brissard, « Test DVD : Coffret Les Gendarmes de Saint-Tropez », sur cinema.jeuxactu.com, (consulté le ).
  27. Les Gendarmes, Société nouvelle de distribution, 2006 (BNF 40111726).
  28. Le Gendarme et les Gendarmettes, M6 interactions, coll. « Comiques de légende », 2006 (BNF 40123402).
  29. Les Gendarmes de Saint-Tropez, Société nouvelle de distribution, M6 Interactions, 2009 (BNF 42135982).
  30. Les Gendarmes de Saint-Tropez, Société nouvelle de distribution, M6 Interactions, 2009 (BNF 41436304)
  31. Emmanuel Gauguet, « Le Gendarme de Saint-Tropez a 50 ans », sur CineComedies, .
  32. « Annonce du décès de Louis de Funès » [vidéo], sur ina.fr
  33. Olivier Sinqsous, « Jean-Pierre Rambal (biographie) », sur www.cineartistes.com, (consulté le )
  34. A.P, « Jean Lefebvre est mort d'une crise cardiaque », sur www.tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le )
  35. « Christian Marin, mort d'un gendarme de Saint-Tropez », sur www.lepoint.fr,
  36. Camila Giudice, « INSOLITE. En Belgique, le célèbre Manneken Pis revêt le costume du Gendarme à Saint-Tropez », sur france3-regions.francetvinfo.fr, .
  37. a et b « Le Gendarme et les Gendarmettes (1982) », sur www.erreursdefilms.com (consulté le ).
  38. a et b Allociné.
  39. a et b Sylvain Raggianti, Le Gendarme de Saint-Tropez : Louis de Funès, histoire d'une saga, Paris, Flammarion, 2007 - Interview de Michel Modo, p75
  40. Émission radiodiffusée sur Europe 1 en décembre 1966. Titre : "Le Gendarme de Bethléem" avec : Louis de Funès, Élisabeth Wiener, Jacqueline Morane, Pierre Tornade, Michel Galabru... Texte : Claude Dufresne. Réalisation : Francis Morane.
  41. « Le Gendarme de Bethléem avec Louis De Funes & Michel Galabru » [vidéo], sur YouTube (consulté le ).
  42. De Funès : un drôle de gendarme à Saint-Tropez, Nice Matin, 6 janvier 2013
  43. a b c d et e Dicale 2009, p. 364.
  44. Raggianti 2007, p. 77.
  45. Loubier 2014, p. 353.
  46. a et b [vidéo] Michel Galabru et les gendarmes de Saint-Tropez (2009) sur Dailymotion
  47. a et b Clémentine Coreau, « Michel Galabru : Il rempile chez les gendarmes ! », sur www.francedimanche.fr, France Dimanche, .
  48. [vidéo] IDF1, Au Musée de la Gendarmerie Nationale : Les Gendarmes crèvent l'écran ! sur YouTube, émission IDF1 Chez Vous, 2021.
  49. Cependant, les extérieurs des premières scènes ont été tournés à Belvédère, dans les Alpes-Maritimes, cf. page « Belvédère (06) », consultée le 10 mars 2013.
  50. Probablement à Gap, où le père de Ludovic Cruchot était facteur si on en croit le scénario du Gendarme et l'Empereur, page 34 - Le gendarme et l'empereur. Richard Balducci. Musée de la gendarmerie et du cinéma, 2016

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]