Ford Mustang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mustang.
Ford "Mustang"
Ford Mustang

Marque Drapeau : États-Unis Ford
Années de production 1964 - aujourd'hui
Classe Pony car / Muscle car
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé - cabriolet - fastback

La Ford Mustang est un célèbre modèle d'automobile construit par Ford depuis 1964. Fait unique pour la marque Ford, les Mustang arborent leur propre logotype de calandre - un mustang au galop - à la place de celui du constructeur.

Ford Mustang 1964 : les origines[modifier | modifier le code]

Le marque un tournant dans l'histoire de l'industrie automobile ; ce jour-là, Ford, second constructeur mondial, présente à la foire mondiale de New York sa Mustang. Ford a en quelque sorte réinventé l'automobile pour les jeunes Américains issus du baby boom et blasés des grosses voitures lourdes et massives. Lee Iacocca, alors directeur général de Ford, avait depuis longtemps la vision d'une petite voiture sportive qui envahirait les rues (comme la Coccinelle de Volkswagen en Europe). Au lieu de faire une énième version d'une voiture déjà existante, Ford met sur roues le concept de pony car. Créée au départ comme un coupé deux places dans la plus pure tradition européenne, Lee Iacocca réalise que le succès dépend en grande partie du volume des ventes, ainsi, pour économiser les coûts de développement, les premières versions seront directement basées sur la Ford Falcon familiale. La Mustang est alors dotée en série d'un moteur de 6 cylindres en ligne de 2,8 L ou, en option, d'un V8 de 260 ci (4,2 L) ou d'un 289 ci (4,7 L). Elle est disponible en coupé hardtop ou en cabriolet (la carrosserie fastback apparaît en 1965). Il y a du chrome en abondance, ce qui la rend des plus attrayante pour les jeunes. De nombreuses options sont disponibles pour agrémenter la voiture, le but étant que chacun ait une Mustang unique. Elle est en concurrence avec la Plymouth Barracuda sortie deux semaines plus tôt mais qui n'aura pas l'immense succès de la Mustang. La version officielle du nom de Mustang viendrait de John Najjar, concepteur de la Mustang prototype I, qui aurait proposé ce nom tiré de l'avion P-51 Mustang dont il était fan. Ceci est une légende comme le précise le livre officiel de Ford sur les Mustang. Le nom Mustang provient du cheval du même nom (d'où le logo).

Mustang I[modifier | modifier le code]

Ford Mustang I
Image illustrative de l'article Ford Mustang
Ford Mustang I

Marque Drapeau : États-Unis Ford
Années de production 1964 - 1973
Production 276 683 exemplaires
Classe Pony car
Usine(s) d’assemblage Drapeau des États-Unis Dearborn
Drapeau des États-Unis San Jose
Drapeau des États-Unis Metuchen
Drapeau : Venezuela Valencia
Drapeau du Mexique Mexico
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) L6 170 ci Thriftpower
L6 200 ci Thriftpower
L6 250 ci Thriftpower
V8 260 ci Windsor
V8 289 ci Windsor
V8 302 ci Windsor
V8 302 ci Boss 302
V8 351 ci Windsor
V8 351 ci Cleveland
V8 390 ci FE
V8 427 ci FE
V8 428 ci Cobra Jet
V8 428 ci Super Cobra Jet
V8 429 ci Boss 429
Position du moteur Avant longitudinal
Cylindrée De 2 785 cm³ à 7 030 cm3
Puissance maximale De 101 ch à 375 ch (de 78 kW à 280 kW)
Couple maximal De 212 Nm à 610 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses 3 vitesses automatiques
3 vitesses manuelles
4 vitesses manuelles
Poids et performances
Poids à vide De 1 109 kg à 1 416 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé, cabriolet, fastback
Châssis Ford Falcon
Ford Cougar
Dimensions
Longueur 4 610 mm
Largeur 1 730 mm
Hauteur 1 300 mm
Empattement 2 700 mm
Chronologie des modèles
Ford Mustang II Suivant

À l'image de l'industrie automobile américaine, le « petit » coupé de chez Ford sortit en de nombreuses versions. Les trois principales sont ses formats de carrosseries :

  • Coupé : version standard du Pony car
  • Cabriolet : version à toit en toile du Coupé
  • Fastback : aussi appelé Sportsroof dès 1969, il s'agit en fait d'un toit prolongé, presque jusqu'au bout du coffre. Cela donne à la Mustang un côté encore plus dynamique.

Ensuite vinrent toutes les séries spéciales, équipées de moteurs plus ou moins puissants et d'ajouts esthétiques telles que les « Boss », les « Shelby » ou encore les « California Special ». En France, la Mustang devint la voiture américaine la plus connue du grand public. Le président de Ford France, Henry Chemin, fit beaucoup pour la notoriété du modèle, l'engageant au Rallye Monte Carlo (pilotée par Johnny Hallyday) et la faisant apparaître dans de nombreux films, Un homme et une femme de Claude Lelouch bien sûr, mais aussi Le Gendarme de Saint-Tropez de Jean Girault. Lors de ce film, c'est un exemplaire de série qui servit au tournage, le premier modèle arrivé en France via le port d'Anvers. Son numéro de série est 100145 ce qui signifie que c'est la 145e voiture sortie d'usine le premier jour du démarrage de la production en chaîne, le 5 mars 1964 à Dearborn. Les films français où elle apparaît sont nombreux et chaque Français, même les non-connaisseurs, connaît la Mustang, sa principale rivale, la Camaro, est beaucoup moins connue en dehors du cercle des passionnés d'américaines anciennes.

1964 1/2 - 1966[modifier | modifier le code]

1965[modifier | modifier le code]

La Ford Mustang démarra sa carrière le 17 avril 1964 mais cela ne l'empêcha pas de faire une entrée fracassante : 22 000 unités furent écoulées le premier jour de sa sortie. À noter qu'à cette époque Ford innova en ce sens que le modèle 65 démarra officiellement le 17 avril 1964, c'était une première et toutes ces Mustang furent estampillées modèle 65. Ce sont les collectionneurs qui nommèrent la Mustang 64 1/2 réalisant les caractéristiques différentes des voitures d'avril au 13 juillet 64. Elle écrasa littéralement les scores de la Plymouth Barracuda que la firme du groupe Chrysler se targuait d'avoir sorti deux semaines plus tôt. Un vrai mythe était né, avec une allure branchée, un prix de seulement 2 368 $ dans sa version basique équipée d'un six cylindres en ligne de 2,8 L accouplé d'une boîte manuelle trois rapports. Seuls un moteur six cylindres et deux V8 étaient disponibles. La carrosserie Fastback sortit plus tard à la mi-1964.

C'est cinq mois après sa sortie que l'année modèle 1965 commença réellement, et la liste des moteurs changea complètement. La différence principale entre les deux se situe au niveau de l'alternateur. En DC en 1964 1/2, il fut remplacé par un nouveau en AC (comme sur toutes les Ford). C'est aussi l'année que sortie la fameuse Mustang GT, dénommée « GT Equipement Package » chez le vendeur. Elle était commandée la plupart du temps avec le V8 289 ci de 225 ch. On y trouvait des feux antibrouillards sur la face avant, des décalcomanies sur les bas de caisse, des freins à disque à l'avant et un tableau de bord à 5 compteurs ronds délaissant le tableau linéaire emprunté à la Falcon.

  • L6 170 ci de 101 ch (1964 1/2 seulement)
  • L6 200 ci de 120 ch
  • V8 260 ci de 164 ch (1964 1/2 seulement)
  • V8 289 ci, carburateur double-corps, de 200 ch
  • V8 289 ci, carburateur 4 corps, de 225 ch
  • V8 289 ci de 271 ch « K-Code »
  • V8 289 ci de 306 ch (Shelby GT-350)
  • V8 289 ci de 350 ch (GT-350R)
  • V8 289 ci de 380 ch (GT-350R Paxton)

Production

  • Coupé : 501 965 exemplaires
  • Cabriolet : 101 945 exemplaires
  • Fastback : 77 079 exemplaires

1966[modifier | modifier le code]

Ford Mustang Cabriolet de 1965
Vue arrière

On observe peu de changements pour ce modèle 1966 ; l'agencement des cadrans du tableau de bord fut modifié pour la séparer encore plus de son côté Ford Falcon. En 1965, la calandre se composait de l'emblème entouré d'un corral avec une barre sur chaque côté, ces barres furent retirées en 1966. La Shelby GT-350 était toujours disponible mais l'ajout d'une boîte automatique l'éloigna quelque peu de son image de voiture de course. De plus, elle était à présent disponible en quatre couleurs dont la mythique noir et or préparée spécialement pour la société de location Hertz.

Anecdote amusante, lorsque Ford décida de vendre sa Mustang en Allemagne, ils découvrirent que le nom était déjà déposé par une société allemande. Celle-ci demanda 10 000 dollars à Ford pour pouvoir utiliser leur nom, ce que la firme américaine refusa. Elle décida alors de retirer tous les emblèmes « Mustang » et de les remplacer par « T-5 ».

  • L6 200 ci de 120 ch
  • V8 289 ci, carburateur double-corps, de 200 ch« C-Code »
  • V8 289 ci, carburateur 4 corps, de 225 ch « A-Code »
  • V8 289 ci de 271 ch « K-Code »
  • V8 289 ci de 306 ch (Shelby GT-350)
  • V8 289 ci de 360 ch (Shelby GT-350R)

Production 1966

  • Coupé : 499 751 exemplaires
  • Cabriolet : 72 119 exemplaires
  • Fastback : 35 698 exemplaires

1967 - 1968[modifier | modifier le code]

Ford Mustang 1967

La « petite » Mustang, par rapport aux normes américaines de l'époque, n'a cessé de changer de formes d'année en année ; elle a pris du volume, tant au niveau carrosserie que moteur. À chaque année correspondent quelques versions rares préparées par Shelby, la GT 500 KR de 1968 notamment.

En 1966 est lancée la principale rivale de la Mustang : la Chevrolet Camaro. Chevrolet annonce que le nom vient d'un mot d'argot français, « camaro », signifiant « camarade »[1] mais Ford rétorque ironiquement que c'est le nom d'un type de crevette (« Camarón » veut dire « crevette » en espagnol). Chevrolet dira alors qu'un Camaro était « un petit animal vicieux mangeur de Mustang »[2].

Pour le millésime 1967, Ford prépare sa réponse. Ce millésime marquera une rupture avec les précédents. Bien que l'allure générale demeure la même, on note une augmentation de l'agressivité et de la sportivité (calandre plus grande, regard moins doux, taille augmentée...) et ce notamment afin d'installer le V8 390 ci (cubic inches, ou « pouces-cube ») de 320 chevaux, un de ces big-blocks, pour concurrencer le 396 ci de la Chevrolet. Le 390 offre de bonnes accélérations mais peine à prendre du régime, plus lourd de 100 kilos par rapport au 289 ci, mais il est tout de même une réussite, car vendu moins cher que ce dernier.

Pendant ce temps, Shelby s'aligne et va se constituer une petite gamme, toujours alignée sur les bases Ford : GT 350, GT500 (à partir de 1967) doté du V8 428 ci Police Interceptor de 355 chevaux, puis en 1968 apparaît le 428 Cobra Jet, la GT500 avec ce moteur est appelée GT500 KR pour King of Road (« roi de la route »). Considéré comme un modèle d'anthologie, les millésimes 1967-1968 présentent pourtant une érosion de ventes. La Shelby 1967 vue dans le film 60 secondes chrono est en réalité une Mustang modifié en Shelby pour les usages du film.

Production
Coupé Cabriolet Fastback Total
1967 356 271 44 808 71 072 472 121
1968 249 447 25 376 42 581 317 404

1969 - 1970[modifier | modifier le code]

Ford Mustang Mach 1 de 1969

1969 est une année de transition entre deux modèles de carrosseries de la première génération de Mustang mais aussi entre la Mustang « pony car » et la Mustang « muscle car ».

Si les coupés et cabriolets ne subissent que peu de modifications, avec une fausse prise d'air orientée vers l'arrière et une allure plus agressive, c'est le « fastback », désormais nommé « sportsroof » (« toit sport »), qui est le plus modifié.

Plus basse, ligne tendue avec un toit toujours plus fuyant, des prises d'air réduites prenant place devant les ailes au niveau de la ceinture de caisse suivant les finitions. Ce type de carrosserie préfigure celle de la deuxième grosse évolution esthétique des Mustang, et sera utilisée pour les versions Mach 1.

Les caractéristiques communes aux deux variantes de carrosseries sont :

  • la calandre, qui voit disparaître le corral, remplacé par un logo du type de celui présent sur les ailes avant les années précédentes - les feux avant sont pour la première fois au nombre de quatre, dont deux dans la grille, les feux en extrémité d'ailes sont plus reculés que les années précédentes ;
  • le panneau arrière, légèrement incurvé, s'incline vers l'avant, avec des feux au relief plus marqué.

1970 marque l'année de la généralisation de la base sports roof de l'année précédente pour les trois types de carrosserie, avec disparition complète des fausses prises d'air latérales.

La modification la plus flagrante se situe au niveau de la calandre, dont les feux prennent maintenant position dans la calandre, de fausses prises d'air les remplaçant aux extrémités d'ailes. Le panneau arrière présente des feux arrière renfoncés et devient plat.

La gamme se compose de six modèles : Coupé Hardtop, Coupé Grandé (finition « luxe »), Coupé SportsRoof, Convertible (cabriolet), Mach 1 et Boss.

Production
Coupé Cabriolet Fastback Mach 1 Total
1969 150 640 14 746 61 980 72 458 299 824
1970 96 150 7 673 45 934 40 970 190 727

1971 - 1973[modifier | modifier le code]

Ford Mustang 1971 décapotable

Dernières modifications de cette série, avec une nouvelle calandre, plus agressive. Les feux de route reprennent leur position en extrémité extérieure de calandre, les feux additionnels sont positionnés horizontalement en 1971 et 1972, et les feux arrière prennent une forme trapézoïdale sur un support quasi vertical.

En 1973, les phares additionnels sont en position verticale, le pare-chocs avant se fait plus proéminent.

Le toit du SportsRoof se tend encore plus vers l'horizontale (effet surtout dû à un épaississement de l'arrière de la voiture).

Cinq modèles sont toujours disponibles :

  • D'allure sportive mais sage, le Coupé, fourni de base avec un six cylindres, s'adresse à la famille américaine moyenne.
  • Le Cabriolet, pour ceux qui aiment rouler cheveux au vent.
  • Un air racé, mais fourni de base avec le six cylindres pour la version SportsRoof
  • Version luxueuse du Coupé, la Grande se distingue, entre autres, par son toit vinyle.
  • Et enfin, surnommée The Driving Machine, la Mach1.
Production
Coupé Cabriolet Fastback Mach 1 Total
1971 83 102 6 121 23 956 36 499 149 678
1972 75 395 6 121 16 622 27 675 125 073
1973 76 704 11 853 10 820 35 440 134 267

Mustang II[modifier | modifier le code]

Mustang II
Ford Mustang

Marque Ford
Années de production 1974 - 1978
Classe Pony car
Moteur et transmission
Moteur(s) L4 140 ci
V6 171 ci Cologne
V8 302 ci
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé, Hatchback

Sa période de production est de 1974 à 1978. La Mustang II n'est en rien comparable avec la première génération à l'exception peut-être des 1964-1966. Elles sont basées sur les plates-formes de la Ford Pinto et de la Capri européenne. En raison du choc pétrolier survenu quelques années avant la sortie de la Mustang II, les modèles furent équipés de moteurs Ford Allemagne. En effet, la mode n'étaient définitivement plus aux grosses cylindrées mais plutôt aux moteurs économiques et efficaces. La conception est aussi complètement différente. Lee Iacocca a souhaité pour cette nouvelle version une voiture dotée d'une très bonne tenue de route, mieux conçue et plus européenne. Elle est donc créée selon une philosophie totalement différente, ce n'est plus le coupé bon marché des débuts ou la Muscle car des années précédentes mais un petit coupé semi-luxueux. Au départ, le succès fut mitigé, Ford vendit seulement 18 000 Mustang II durant le premier mois. Cependant, avec le coup de l'embargo pétrolier Arabe et l'augmentation du prix de l'essence les ventes grimpèrent en flèche.

La Mustang, lorsqu'elle a été conçue, était une petite voiture (pour le marché américain) à l'allure sportive pouvant emporter quatre passagers, c'est ce qui composait son cahier des charges. Ses motorisations n'en faisaient pas la Muscle car que tout le monde a en tête, si l'on fait abstraction du V8 289 HiPo et des Shelbys apparues aux débuts puis des Boss en milieu de la première génération, modèles somme toute assez confidentiels, la Mustang était plutôt destinée au cruising. Là où la Mustang s'est éloignée du concept des origines, ce n'est pas en cette année 1974 mais à partir de 1969 (le mouvement s'est néanmoins amorcé en 1967) avec l'arrivée massive des big blocks et des châssis massifs, faisant passer la Mustang du rang de Pony car au rang de Muscle car. Au niveau gabarit, on n'est plus dans la catégorie compact mais mid-size, où se situent une bonne partie des Muscle cars de la grande époque.

La Mustang II est en fait un juste retour aux sources : une voiture compacte (elle rejoint le gabarit de 1964), à l'allure sportive, et toujours très abordable. Elle reprend aussi nombre d'éléments stylistiques caractéristiques qui ont commencé à disparaître dès 1969, notamment la moulure latérale en C (1969) et les feux extérieurs à la calandre (1970). Elle n'est pas performante, c'est un fait, mais c'est ce qui fait qu'elle rejoint la première Mustang sur un point important : c'est la voiture sortie au bon moment. Elle est adaptée à son époque.

Les différentes versions disponibles :

  • Hardtop : modèle de base au format coupé 2+2 tricorps
  • Ghia : carrosserie identique au modèle de base, mais le toit est recouvert sur sa moitié d'un toit vinyle.
  • Hatchback : transformation de la carrosserie à la manière des précédents Fastbacks et Sportsroof, le coffre est prolongé dans la ligne du toit.
  • Mach I : version performance, mais qui consistait en réalité principalement d'ajouts esthétiques.
  • Cobra II :
  • King Cobra : cobra sur laquelle est dessiné un graph peint à la main sur son capot.

1974 - 1978[modifier | modifier le code]

1974[modifier | modifier le code]

Ford Mustang Coupé de 1974

Bien que la Mustang II ait été conçue pour accueillir le V8 (certains exemplaires de présérie présentés à la presse en étaient équipés), seuls deux moteurs sont disponibles pour cette année ; un 4 cylindres de 140 ci (2,3 L) et un V6 optionnel de 171 ci (2,8 L). En plein choc pétrolier, Ford US n'a visiblement pas fait le nécessaire pour finaliser l'installation du V8 tout en permettant d'ajouter la climatisation, option indispensable aux USA.

Les acheteurs peuvent opter pour deux versions, le « Hardtop » qui est un coupé 2+2 tricorps ou la « Ghia » avec toit vinyle et autres options « luxe », ainsi que le moteur V6 Mach 1. Ce sera d'ailleurs la seule année où un V8 ne sera pas disponible pour la Mustang sur le marché américain, ce qui vaudra à Ford de nombreuses plaintes des clients.

Au Mexique, par contre, la crise pétrolière et les notions de normes de pollution ne sont pas spécialement au programme d'autant que la Mustang n'est pas destinée au même public qu'aux USA. Ford Mexique, qui assemble les Mustang, décide donc d'offrir au catalogue un V8 entièrement fabriqué sur place, avec une boîte manuelle ou automatique. Ce V8 de 302 ci à carburateur double-corps développe 205 ch « SAE Brut » (ils n'ont pas encore basculé sur les « SAE Net » de 1972), sans catalyseurs. La climatisation, équipement de confort pas spécialement indispensable compte tenu du relief du pays, n'est pas offerte.

1975[modifier | modifier le code]

Le modèle de 1975 est légèrement différent de celui de 1974, avec un compartiment moteur, un capot et une grille de calandre modifiés pour permettre l'installation du V8 et de la climatisation. Le tunnel de transmission est légèrement élargi pour laisser plus de place à la boîte automatique C4. Le nouveau moteur est un V8 de 302 ci (5,0 L) à carburateur double-corps de 140 ch livré uniquement avec une boîte automatique. Il se révélera au final être un excellent V8 pour l'époque. Le bouchon de remplissage du réservoir passe sous la nervure longeant la caisse du fait de l'apparition d'un réservoir additionnel en option. Cette année-là, l'option d'un toit ouvrant, jusqu'alors métallique et coulissant, est étoffée d'une option de toit ouvrant en verre (qui s'entrouvre et est amovible), appelé « Moon roof ».

Les vitres latérales de la finition Ghia sont réduites, mais en fait il s'agit simplement de blocs en mousses déposés sur les vitres du coupé standard et recouverts par le vinyle du toit, les glaces restant les mêmes. Ces vitres réduites sont appelées « Opera Windows ».

1976[modifier | modifier le code]

Un kit carrosserie pour la version Hatchback est disponible dès cette année-là sous le nom de Cobra II. Celui-ci comprend des doubles lignes allant du capot au coffre, des bandes latérales griffées « Cobra II » sans oublier un béquet en trois parties à l'arrière et une prise d'air factice sur le capot orientée soit avant, soit arrière.

La finition Stallion disponible uniquement cette année la était purement cosmétique et offert aussi sur les Ford Maverick et Ford Pinto. Il incluait les baguettes de tour de vitres noirs, bras d'essuie-glace noirs, grille de calandre noire sans Pony, bas de caisse noirs (du pare-chocs avant au pare-chocs arrière), jantes Styled Steel Wheels, baguettes de bas de caisse chromé et sticker Stallion sur les ailes avant. Les couleurs disponibles se limitaient à Silver Metallic, Bright Red, Bright Yellow, Polar White et Silver Blue Glow (en option).

1977[modifier | modifier le code]

L'unique changement pour 1977 est que les Cobra II seront produites directement chez Ford.

1978[modifier | modifier le code]

Finalement pour relancer les ventes en 1978, la Mustang II sera équipée en option du moteur V8 302 ci (5,0 L) plus performant et d'un kit plus massif avec spoiler sous le pare-chocs qui lui vaudra le nom de « King Cobra » avec des décalcomanies dont notamment un énorme Cobra sur le capot. Les suspensions sont aussi améliorées. Ce sera en fait une édition limitée produite à environ 5 000 exemplaires. Des ingénieurs travaillant chez Ford à l'époque de la conception de cette version ont affirmé qu'ils s'étaient largement inspirés de la Pontiac Trans Am au succès grandissant.

Production de la Mustang II
Coupé Ghia Hatchback Mach 1 Total
1974 177 671 89 477 74 799 44 046 385 993
1975 85 155 52 320 30 036 21 062 181 575
1976 78 508 37 515 62 312 9 232 187 567
1977 67 783 29 510 49 161 6 719 153 173
1978 81 304 34 730 68 408 7 968 192 410

Mustang III Fox[modifier | modifier le code]

Mustang III
Marque Ford

Si la Mustang II reprenait les éléments stylistiques propres à la première génération, la nouvelle venue crée un choc : un peu plus grande mais plus légère, une ligne aérodynamique tout en angles, très européenne, un nouveau châssis et un intérieur très spacieux. Elle ne conserve de la Mustang que les proportions, perdant tous les éléments stylistiques propres au modèle, y compris le logo de calandre qui émigre sur le capot, avant de disparaître de la carrosserie en 1983 (on le retrouvera occasionnellement à l'intérieur).

Généralement, lorsqu'on parle de la génération 1979-1993, on parle des Mustang « Fox ». C'est en fait le nom de code du projet lié au châssis. Ce nom est issu de l'Audi 80, commercialisée aux USA sous le nom d'Audi Fox. Le châssis utilisé pour cette nouvelle génération s'inspire fortement de celui de l'Audi. On y retrouve le train avant à suspension MacPherson modifiée, et le pont rigide guidé par quatre tirants. Toutefois la Mustang « Fox » n'est pas la première voiture de la production Ford à utiliser cette nouvelle plate-forme puisqu'on la trouvera tout d'abord sous les Ford Fairmont et Mercury Zephyr puis sous les Mercury Capri (sœur presque jumelle de la Mustang), Mercury Cougar et Ford Thunderbird.

Elles se divisent en plusieurs finitions :

  • Mustang : modèle de base, peu d'options
  • Ghia : finition « luxe » du modèle de base (1974-1978)
  • Cobra : version sport (1979-1981)
  • L : modèle de base, « Notchback » uniquement (1982-1993)
  • LX : remplaçante des modèles GL et GLX (1984-1993)
  • GL : modèle intermédiaire disponible en « Notchback » et en « Hatchback » (1982-1983)
  • GLX : finition « luxe » remplaçante de la Ghia (1982-1983)
  • GT : version sport remplaçante de la Cobra (1982-1993)
  • SVO : modèle équipé d'un L4 Turbo et d'appendices aérodynamique(1984-1986)
  • SVT Cobra et Cobra R : modèle sport haut de gamme (1993)
  • SSP : version destinée aux forces de l'ordre, en fait des LX en V8 5 L.

La série Fox se découpe en deux sous-générations : la génération 4-phares, de 1979 à 1986, et la génération Aero, de 1987 à 1993.

1979-1986 : Quatre phares[modifier | modifier le code]

1979[modifier | modifier le code]

Contrairement à la génération précédente, Ford n'a fort heureusement pas fait l'impasse sur le V8, toutes les motorisations de l'année précédente ont donc été reprises. On retrouve donc le L4 2,3 L Lima de 88 ch, le V6 2,8 L Cologne de 110 ch et le V8 5,0 L de 140 ch, mais aussi une petite nouveauté, le L4 2,3 L Lima Turbo de 130 ch. Ce nouveau moteur devait concurrencer le V8 en offrant des performances censément similaires du fait de la différence de poids tout en offrant une meilleure économie a l'usage, mais le résultat n'était pas probant et de nombreux soucis de fiabilité liés à sa conception ont vite grevé son image. Le 2,8 L Cologne a été retiré en cours d'année, remplacé par le L6 3,3 L de 95 ch, en fait le L6 200 ci que l'on trouvait sous le capot des Mustang en 1965.

Côté carrosserie, le cabriolet n'est toujours pas à l'ordre du jour. Les normes américaines de l'époque ne le permettant toujours pas sans imposer des contraintes stylistiques qui n'étaient pas du goût des constructeurs locaux. On retrouve donc le « Notchback », 2 portes trois volumes, et le « Hatchback », 3 portes. La carrosserie « Hatchback » reprend le principe de la banquette rabattable, offrant ainsi une capacité de chargement assez impressionnante pour une Mustang de 940 litres banquette rabattue.

Les finitions standard sont aussi relativement réduites, se limitant au modèle de base, à la Ghia (disponible aussi bien en « Notchback » qu'en « Hatchback » contrairement à la génération précédente) et a la Cobra. La Ghia, finition luxueuse, se distingue par sa moquette plus épaisse, des vide-poches dans les portes, des bas de caisse et des entourages de vitres chromés (avec une baguette supplémentaire sur le haut des portes) le demi-toit en vinyle. La motorisation standard étant le V6 (puis L6). La Cobra, finition sportive, se distingue par sa peinture bi-ton (bas de caisse noir satiné), ses entourages de vitres noirs (avec la même baguette supplémentaire que la Ghia), un jeu de stickers, une prise de capot (factice comme habituellement) orientée vers l'avant et le train roulant TRX (suspensions calibrées spécifiquement pour ces pneumatiques). La motorisation standard n'est pas le V8 comme on pourrait s'y attendre, mais le tout nouveau 2,3 L Turbo.

En cours d'année, une série spéciale a été proposée. Pour la seconde fois de son histoire, la Mustang a été sélectionnée pour officier en tant que Pace Car aux 500 Miles d'Indianapolis. Trois exemplaires ont été préparés pour l'épreuve. Ils se distinguent des Mustangs de série par une légère préparation moteur confiée à Roush (légère dans le sens qu'elle ne vise pas la puissance maximum mais la fiabilité avant tout, et basée sur des éléments Ford en grande majorité), une boîte légèrement revue, mais surtout une préparation carrosserie (masque avant et prise d'air de capot factice spécifiques, T-top et becquet de hayon, peinture et décoration spécifique) et intérieur (sellerie Recaro). Les versions proposées au public reprennent la quasi-totalité des modifications esthétiques (seul le T-top sera remplacé par le toit ouvrant en verre) mais aucune des modifications mécaniques. 10 478 exemplaires seront commercialisés, la majorité en 2,3 L Turbo à boîte manuelle.

Les portières ont une particularité qui permet d'identifier rapidement une Mustang 1979 : cette année la uniquement, les poignées d'ouverture intérieures sont situées au bas des portes (en haut des portes les années suivantes) et les loquets de verrouillage à l'horizontale dans les accoudoirs (ils retrouveront leur place habituelle l'année suivante).

1980[modifier | modifier le code]

Peu de modifications cette année-là. Côté motorisation, le V8 5,0 L est remplacé par une version allégée de 4,2 L. Ce moteur, peu performant et peu évolutif, grève des performances qui ne sont déjà pas exceptionnelles tout en n'offrant pas l'économie à l'usage espérée. Le reste des motorisations est reconduit.

Côté carrosserie, c'est la Cobra qui évolue le plus, bénéficiant du masque avant, de la prise d'air inversée et du becquet arrière de la série « Pace car » de l'année précédente.

Une version spéciale de la Mustang en 2,3 L Turbo, produite à très peu d'exemplaires (onze, selon les sources) est disponible, la McLaren M81. Cette Mustang devait courir en IMSA.

1981[modifier | modifier le code]

Aucune évolution si l'on fait exception de l'apparition de l'apparition du toit T-top dans le catalogue d'options et de quelques modifications esthétiques intérieures mineures ainsi que la disparition (silencieuse) du 2,3 L Turbo (toujours disponible toutefois au Canada).

1982[modifier | modifier le code]

La Cobra et la Ghia disparaissent du catalogue. Ford a en fait changé sa façon de nommer ses finitions pour cette année. On trouve donc comme finition de base les L (en « Notchback » uniquement) et GL (finition intermédiaire disponible dans les deux carrosseries), mais aussi la finition GLX (remplaçant la Ghia) et le retour de la finition GT (remplaçant la Cobra).

Les motorisations ne sont pas en reste. Si Ford a conservé le L4 2,3 L (atmosphérique uniquement) et le L6 3,3 L, le V8 retrouve sa cylindrée de 5,0 L (en boîte manuelle uniquement, la boîte auto devant se contenter du 4,2 L). Cette nouvelle version du 5,0 L, nommée H.O., délivre 157 ch, la publicité américaine annonce alors « The Boss is back » (« Le patron est de retour »), cette Mustang offre des performances que l'on n'a pas retrouvé dans les modèles produits depuis la Mustang II (1974-1978).

La finition GT reste assez proche de la finition Cobra des années précédentes. En fait, la seule différence porte sur la prise d'air, orientée dorénavant vers l'avant.

Cette année-là, la Mustang est disponible pour les forces de l'ordre, via un package SSP. La California Highway Patrol (CHiP'S) en commandera 406 exemplaires.

1983[modifier | modifier le code]

Ford Mustang GT de 1986

Si dans les années précédentes il était possible d'obtenir des cabriolets, il s'agissait de conversions artisanales, mais Ford persistait à ne pas proposer cette carrosserie au catalogue. Cette erreur est corrigée en 1983. Cette année voit aussi le remplacement du L6 3,3 L par un nouveau six cylindres en V cette fois, de 3,8 L (Essex).

Esthétiquement, peu d'évolutions. À l'intérieur, sellerie et panneaux de portes évoluent légèrement, mais c'est surtout la calandre et les feux arrière qui apportent le plus gros du changement. La nouvelle calandre est toujours de type « coupe-frites », mais trapézoïdale plutôt que rectangulaires, et les feux arrières perdent leur disposition verticale, offrant par la même occasion des clignotants séparés.

1984[modifier | modifier le code]

Petit ménage dans les finitions, la GT est conservée, ainsi que la L, mais les GL et GLX sont remplacées par la LX. Côté motorisations, retour du L4 2,3 L Turbo, modifié suite aux déboires de la version d'origine et en profitant au passage pour passer à l'injection tout en développant 143 ch. Le V8 quant à lui, passe à carburateur quatre corps, passant pour l'occasion à 175 ch.

Une série spéciale GT350 est proposée cette année en guise de modèle pour le vingtième anniversaire. C'est avant tout un package esthétique : carrosserie blanche, intérieur rouge, bandes décoratives et logo au tableau de bord.

Une nouvelle venue fait son apparition. La SVO, pour Special Vehicle Operations. Cette version de la Mustang, aux trains roulants (jantes 16" à cinq boulons) et à l'aérodynamique retravaillés, n'est disponible qu'en L4 2,3 L Turbo, mais avec Intercooler, développant alors 175 ch. Censée concurrencer les sportives européennes, elle n'a pas eu le succès escompté, peut être que la mauvaise image que cette motorisation a eu les années précédentes a joué, ou peut être tout simplement le tarif, assez élevé par rapport au reste de la gamme.

1985[modifier | modifier le code]

Nouvelle évolution du masque avant, plus aérodynamique mais toujours à quatre phares. À l'intérieur, la modification principale porte sur l'arrière des versions « Hatchback », offrant une banquette rabattable 1/3-2/3 (d'une seule pièce les années précédentes).

Côté motorisations, le 5,0 L H.O. (High Output) continue à monter en puissance, atteignant 210 ch avec de nouvelles culasses, un nouvel arbre à cames et des poussoirs à rouleau, mais toujours avec l'aide du carburateur (une version CFI, injection mono-point et moins puissante, est installée sur les versions à boîte automatique). Côté finitions, il ne reste plus que les LX et GT. Les modèles L et Turbo GT (appellation canadienne) disparaissent du catalogue (avec le 4 cylindres Turbo excepté pour la SVO).

La SVO évolue elle aussi en cours d'année, avec une face avant encore plus aérodynamique et une augmentation de puissance (205 ch). Une nouvelle venue pointe son nez dans le monde de la Mustang, un nom qui est encore associé aux Mustangs performantes ; la Saleen.

1986[modifier | modifier le code]

C'est la fin de la première sous-génération, les ventes continuent de baisser, le look 4-phares commençant à dater sérieusement la Mustang. Peu d'évolutions donc, hormis pour le 5,0 L H.O. qui passe a l'injection multipoint (205 ch), quelle que soit la boîte associée. La SVO est reconduite sans la moindre modification. C'est sa dernière année.

Les ventes de la Mustang, au cours de cette génération, vont chuter très rapidement. Si 1979 voit les ventes « exploser » avec plus de 360 000 unités, elles vont rapidement approcher les 120 000 unités en 1983 pour remonter, timidement, vers 220 000 en 1986. Ford, ayant le sentiment que la Mustang a perdu sa place dans son segment de marché, envisage au milieu des années 1980 de la remplacer. Son choix se porte sur une version coupé de la Mazda 323. Fort heureusement, l'idée sera vite abandonnée suite aux nombreux courriers des fans de la Mustang. Ce coupé traction avant trouvera sa place néanmoins en remplaçant la Ford EXP (une Ford Escort 2-places) et deviendra la Ford Probe.

1987-1993 : Aero[modifier | modifier le code]

C'est la génération que l'on trouve le plus facilement aux États-Unis à un prix très abordable. Très prisée des amateurs de « runs », surtout en LX 5,0 L. Ses versions SSP ont connu un gros succès auprès des forces de l'ordre, et causé de grosses déceptions sur les routes, surprenant nombre de conducteurs par leurs performances.

1987[modifier | modifier le code]

V8 5,0 L HO

Nouveau style, bien plus aérodynamique, mais choix beaucoup plus réduit. Les modifications portent avant tout sur la carrosserie, avec une face avant plus fluide inspirée de celle des SVO 1985-1986, des vitres latérales arrières affleurantes apportant plus de luminosité à l'habitacle et sur l'intérieur, avec un nouveau tableau de bord moins massif.

Côté finitions, le choix est réduit aux LX et GT, mais les trois carrosseries, Notchback, Hatchback, et cabriolet, restent quand même au programme. Côté motorisations, si la LX est disponible en standard avec le L4 2,3 L Injection de 88 ch, la GT bénéficie du V8 5,0 L H.O. de 225 ch doté de nouvelles culasses par rapport à 1986. Les V6 et L4 Turbo sont abandonnés.

La LX se distingue de la GT, en dehors de la motorisation, par une suspension moins ferme et une direction assistée moins directe. La sellerie aussi est différente, moins sportive. Néanmoins, il est tout a fait possible par le biais des options de se créer une LX performante (ce dont ne se priveront pas les forces de l'ordre US via le package SSP) en optant pour le V8, avec sa suspension sport. Cette combinaison est aujourd'hui encore très prisée des amateurs de « runs », le « Notchback » étant plus rigide et plus léger que le « Hatchback ».

1988[modifier | modifier le code]

Dernière année du T-top, supprimé en milieu d'année.

1989[modifier | modifier le code]

Aucune évolution ...

1990[modifier | modifier le code]

Les ventes sont stables, relativement basses, mais raisonnables par rapport à la concurrence. La nouvelle Mustang est a l'étude, prévue pour sortir en 1994. L'airbag fait son apparition côté conducteur uniquement, imposant une modification de la colonne de direction et du combiné instrument.

Une première série spéciale sera proposée en 1990, nommée par les amateurs « 7 Up ». Il s'agissait d'une série de 500 cabriolets préparée à l'origine en collaboration avec le fabriquant de boissons du même nom mais dont le programme publicitaire a finalement été annulé. Elles se distinguent des Mustangs de série par leur couleur, vert émeraude, un intérieur cuir blanc et des jantes 5-branches blanches de 16 pouces.

1991[modifier | modifier le code]

Petite évolution pour le L4 2,3 L. Un nouvel arbre à cames et de nouvelles culasses à deux bougies par cylindre (soit 8 bougies pour un 4 cylindres) portent la puissance à 110 ch. Pas de quoi battre des records d'autant que la plage de couple évolue vers le haut, mais une légère amélioration néanmoins.

Les ventes de la Mustang atteignent le plus bas niveau depuis sa sortie, descendant sous la barre des 100 000 unités.

Les versions équipées du moteur de 5,0 L sont équipées de série de nouvelles jantes de 16 pouces. sa performance est unique.

1992[modifier | modifier le code]

Série spéciale Vibrant Red, intérieur Oxford White.

1993[modifier | modifier le code]

Ford Mustang Cobra de 1993

Série spéciale Canary Yellow, intérieur noir.

Baisse de la puissance associée à un changement des pistons. En fait la baisse n'est pas vraiment réelle, il s'agit plutôt d'une meilleure estimation que pour les années précédentes. Lorsque la SVO a disparu du catalogue en 1987, la Mustang n'offrait plus de version « performance ». Ceci est corrigé grâce au nouveau département SVT (Special Vehicle Team) qui sort la Cobra et la Cobra R.

La Cobra 1993 se distingue extérieurement par des éléments de carrosserie spécifiques, mais surtout par des trains roulants améliorés et un moteur de 5,0 L H.O. (High Output) équipé de culasses GT40 portant la puissance à 235 ch.

La Cobra R bénéficie de la même motorisation que la Cobra avec en supplément un train roulant encore plus travaillé (amortisseurs Koni), de plus gros freins, un radiateur d'huile moteur.. Étant orientée course, elle ne bénéficie pas des équipements optionnels de confort comme la climatisation ou la radio et n'a pas de banquette arrière.

Mustang IV[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, la Mustang 1994 n'est plus disponible n version coupé,coupé 2+2 et cabriolet.Elle affiche une carrosserie deux portent le pavillon sportif évoque un coupé fastback,dans le style de ce qu'il était en 1965,et,sur la même plate-forme, est également créé en cabriolet en cabriolet... Ford propose la Mustang 1994 avec un choix de deux type de carrosserie, deux moteurs (V6 et V8), deux transmission ( BVM5 ou BVA4).Onze teintes extérieures sont proposées(dont jaune canari,rouge,bleu vif et vert Highland pour la Bullitt...)

Mustang IV
Marque Ford

1994-2004[modifier | modifier le code]

Ford Mustang V8 5,0 L GT convertible (« cabriolet ») de 1995.
Ford Mustang coupe de 2004

La Mustang garde des lignes modernes et arrondies en attendant la sortie de la nouvelle version 2005. Le préparateur Saleen prend le relais de Shelby pour les modèles des années 1980 et 1990.

Moteurs offerts :

1994-1995 :

  • V6 3,8 L développant 145 ch et 215 ft·lb (livres-pied) de couple
  • V8 5,0 L développant 215 ch et 285 ft·lb
  • V8 5,0 L développant 240 ch et 285 ft·lb (cobra)

1996-1998 :

  • V6 3,8 L développant 150 ch et 215 ft·lb
  • V8 4,6 L développant 215 ch et 290 ft·lb
  • V8 4,6 L développant 225 ch et 290 ft·lb (1998 GT)
  • V8 4,6 L développant 305 ch et 305 ft·lb (cobra)

1999-2004 :

  • V6 3,8 L développant 190 ch et 225 ft·lb
  • V6 3,9 L développant 193 ch et 225 ft·lb (2004 Base)
  • V8 4,6 L développant 260 ch et 300 ft·lb
  • V8 4,6 L développant 265 ch et 305 ft·lb (Bullit 2001)
  • V8 4,6 L développant 320 ch et 317 ft·lb (cobra 99-01)
  • V8 4,6 L développant 390 ch et 390 ft·lb (cobra 03-04)

Ford Mustang V 2005-2013[modifier | modifier le code]

Mustang V
Marque Ford
Ford Mustang 2005 GT convertible
Ford Mustang 2010 convertible
Ford Mustang GT Hertz Convertible
Ford Mustang GT Hertz Convertible
Saleen S281 convertible à Rimouski et transformés en 2007 à partir d'une Mustang GT.
Mustang GT 500R convertible de 5,4 litres et 800 chevaux.

Les Mustang 2005, produites depuis octobre 2004, revues dans un style fluide mais proche de l'origine (1966-1967), ont rapidement séduit. Elles retrouvent ce qui faisait leur succès : un gros moteur fort en couple à la sonorité travaillée, un pont arrière rigide et une belle ligne. Aux États-Unis, ce nouveau modèle a beaucoup de succès, que ce soit dans la version de base avec un V6 de 210 chevaux ou avec le V8 de 300 chevaux disponible en version GT[3].

Une version Shelby GT 500 avec un moteur de 5,4 litres, 32 soupapes à compresseur de 500 chevaux est apparue en 2007.

L'engouement persiste peut-être parce que, depuis 1964, la Mustang reste une voiture « sportive » relativement bon marché. De plus, elle reste, par la force des choses, l'une des dernières représentantes des muscle cars, puisque presque toutes les autres (Pontiac Firebird, Pontiac Trans Am, etc.) ont disparu depuis lors, à l'exception de la Chevrolet Camaro et de la Dodge Challenger.

Il existe plusieurs préparateurs de Mustang officiels, à commencer par Shelby avec la GT 500 modèle 2007, un revival pour fêter le 40e anniversaire de la sortie de la fameuse GT 500 1967, équipée d'un bloc de Ford GT allégé de 50 ch, soit 500 chevaux. Un modèle plus récent est sorti sur la base d'une Ford Mustang millésime 2008, la GT 500 KR, en série limitée de 1 008 exemplaires commémorative de la GT 500 KR de 1968, celle-ci développant près de 545 chevaux, avec l'ajout d'une admission directe. Les deux modèles de Shelby existent en versions coupé et cabriolet. Particularité entre Shelby et les autres préparateurs, les GT 500 et GT 500 KR sont au catalogue Ford. Pour un supplément non négligeable de 45 000 $, Shelby transforme une GT 500 en Super Snake pouvant développer jusqu'à 700 ch.

Le deuxième constructeur officiel est Saleen avec trois modèles pour 2007 :

  • Le premier, la Saleen S281 Stage 1, est équipé d'un kit carrosserie avec échappement, jupes latérales, bas de caisse renforcé, capot et coffre sellerie spécifiques. Elle ne ressemble plus à une Mustang GT Premium sortant d'usine. Pour ce premier modèle, seul l'échappement et une admission font leur apparition sur le plan technique.
  • Le second modèle, la Saleen S281 Stage 2, est un peu plus nerveux, fort de 465 chevaux (425 livres de couple). Pour l'aspect extérieur, il s'agit d'une voiture similaire au premier modèle. Sur le plan technique, elle est équipée d'un compresseur à 2 bars, de freins plus puissant, et de pneus plus larges pour une meilleure stabilité.
  • Le dernier modèle pour cette année 2007 est bien plus radical, fort de 505 chevaux. Tout est révisé pour faire de cette voiture la reine des départs arrêtés. Un modèle bien plus abouti que la GT 500, celle-ci ne s'offrant que le luxe d'un compresseur. Il est possible sur une Saleen d'ajouter de multiples accessoires, tels que des freins en céramique, un bas de caisse en carbone ou un intérieur parsemé de carbone. Une version plus musclée est arrivée en 2008 en réponse à la GT 500 KR de Shelby, forte de plus de 545 chevaux.

En août 2007, Saleen a écopé d'une amende de 700 000 dollars pour non-respect des normes de pollution de l'État de Californie[4].

La Ford Mustang Saleen est incarnée par un robot Decepticon dénommé Barricade dans le film Transformers en 2007. On peut voir un clin d'œil du film sur la concurrence entre Ford Mustang (Barricade) et Chevrolet Camaro (Bumblebee dans ses deux modes).

Saleen a produit la plus puissante Mustang de série de l'histoire, la S281 Sterling Edition, produite à seulement vingt-cinq exemplaires, développant 620 ch, elle est livrée dans une tenue unique grise bi-ton et reçoit un intérieur tout alcantara avec tableau de bord recouvert du même tissu, des jantes de 20 pouces, des étriers 6-pistons et des appuie-têtes brodés d'un laurier contenant un 25.

Le troisième constructeur officiel est Roush, avec trois modèles, comme chez Saleen, dénommés « Stage 1 », « 2 » et « 3 ». On y trouve un kit carrosserie, une admission modifiée, des échappements inox rectangulaires ou ronds à la sonorité inhabituelle, un choix de jantes multiples de 17 à 20 pouces.

Ford Mustang Shelby GT-H.[modifier | modifier le code]

Ford a produit en collaboration avec Caroll Shelby une tres rare version GT "Hertz" en 1966 nommée aussi "GT-H". Ces modèles destinés uniquement aux agences de location Americaine n'étaint pas disponibles à la vente. En plus d'une préparation mécanique les "H" reçevaient une peinture noire et des bandes dorées traversant la voiture et sur le bas des flancs. Ces modèles devenus tres rares sont desormais tres recherchés et particulièrement onereux. Ford réitère 40 ans plus tard l'opération de partenariat avec l'agence de location et louera en 2006 des coupés puis en 2007 des cabriolets. La recette reste la même avec une unique laque noire et des bandes dorées mais également un capot moteur gonflé retenu avec goupilles de securité. On trouve également une calandre chromée avec logo décentré, des monogrammes en bas des ailes avant et d'autres petits détails. L'interieur est lui aussi traité de façon particulière avec une sellerie portant le nom du préparateur brodée sur les sièges et une plaquette signée "Caroll Shelby" sur la planche de bord ainsi que des compteurs portant la signature du sorcier de Las Vegas. On notera aussi un échappement specifique et une puissance qui fait passer le V8 4.6 de 300 à 325 chevaux, il en sera réalisé 500 exemplaires tous disponibles dans les plus grands aeroports du continent Americain. Le cabriolet disponible en 2007 reçoit les mêmes artifices avec en plus un arceau comme Shelby les montait à l'époque pour assurer un maximum de rigidité. Specificité de cette version à ciel ouvert, l'imposition d'une boite de vitesses automatique et une puissance légèrement revue à la baisse avec 319 chevaux. Cette version sera limitée aussi à 500 exemplaires.

Ford Mustang Bullitt[modifier | modifier le code]

Ford Mustang Bullit

Les amateurs n'ont sans doute pas oublié la Mustang que conduisait Steve McQueen dans le film de 1968 Bullitt. La Mustang Bullitt 2008-2009 est une Mustang GT 2008 très légèrement préparée. Elle bénéficie de la même motorisation ; un V8 de 4,6 litres DOHC 24 soupapes développant 315 chevaux.

Les modifications portent surtout sur l'esthétique du véhicule avec, évidemment, la légendaire teinte vert sombre (dite « Dark Highland Green »), une suspension abaissée, l'absence de becquet de coffre, un rapport de pont plus court (3,73:1) un échappement spécifique, une barre anti-rapprochement griffée « Bullitt » sous le capot et les reproductions des jantes Bullitt d'époque en 18 pouces. Les phares anti-brouillard de la Mustang GT seront supprimés pour laisser place à une simple grille noire. Au niveau des équipements intérieurs, la Bullitt 2008 bénéficie d'un levier de vitesses court, d'une boîte de vitesses manuelle à cinq rapports, un tableau de bord en aluminium brossé et un cadran de compteur unique.

Cette Mustang de série limitée n'est sortie qu'à 7 700 exemplaires. Elle était également disponible en noir verni.

Fiche technique (données constructeur)[modifier | modifier le code]

Mustang 2005 GT Premium Cabriolet
Une Mustang en Alabama en 2007

N.B. : en Europe, comme en Amérique du Nord, du fait du décalage entre l'année civile et l'année automobile, les modèles 2005 sont disponibles fin 2004.

  • Moteurs :
    • V8 Ford de 4,6 L, 24 soupapes, arbre à cames en tête (SOHC) + VCT (Variable Cam Timing), alimentation : injection électronique, puissance : 300 ch, couple maxi : 434 Nm à 4 500 tr/min
    • V6 Ford de 4,0 L, 12 soupapes, arbre à cames en tête (SOHC), alimentation : injection électronique, puissance : 210 ch, couple maxi : 325 Nm à 3 500 tr/min
  • Transmission : AR + TCS, boîte de vitesses : manuelle 5 rapports ou automatique 5 rapports en option
  • Poids : 1 580 kg ; rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 5,26 (V8)
  • Freins : 4 disques ventilés ; pneus : AV et AR 235/55 ZR 17 (V8 GT), 215/65 R 16 (V6)
  • Performances (vitesse maximale) :
    • V8 GT : 248 km/h (limité électroniquement) ; 0 à 100 km/h : 5,1 s (boîte manuelle) 5,5 s (boîte automatique)
    • V6 : 190 km/h (limité électroniquement) ; 0 à 100 km/h : 6,9 s (boîte manuelle) 7,6 s (boîte automatique)
  • Consommation moyenne : 12 litres/100 km.

Fiche technique (données constructeur) à partir de 2011[modifier | modifier le code]

  • V8 Ford de 5,0 L, 32 soupapes, Double arbres à cames variable indépendant (Ti-VCT) : injection électronique, puissance : 412 ch, couple maxi : 529 Nm
  • V6 Ford de 3,7 L, 24 soupapes, Double arbres à cames variable indépendant (Ti-VCT) : injection électronique, puissance : 305 ch

2011 : nouveaux moteurs V6 et V8[modifier | modifier le code]

Ford a développé de nouveaux moteurs sur les versions 2011 (disponibles dès 2010).

Un nouveau moteur V8 dont le nom du projet était Coyote a été développé par Ford. Les principales innovations sont un bloc en aluminium, l'augmentation de la cylindrée à 5,0 L et l'ouverture variable des soupapes. Le résultat est une augmentation de puissance (426 ch) et une diminution de consommation de carburant. Un nouveau V6 a été développé sur les mêmes bases d'innovations que le V8. La cylindrée est de 3,6 L pour une puissance de 305 ch.

En 2011 (millésime 2012), une version spécifique Boss 302 a été présentée sur la base du V8 porté à 450 ch. Un système de double clé permet une gestion électronique (injection, suspension) soit « civile » pour route ouverte, soit « racing » (« course ») pour la piste.

Ford Mustang VI en 2014[modifier | modifier le code]

Ford Mustang 2015

Pour le millésime 2014 de la célèbre Pony Car, Ford a annoncé sa commercialisation en Europe. Afin de plaire au marché spécifique du vieux continent, Ford a également annoncé qu'un 4 cylindres 2,3L (basé sur le 2,0 EcoBoost de la Focus ST) ramené à plus de 300 ch était en cours de développement. L'offre européenne contiendra aussi le V8 qui a fait son succès outre-Atlantique, mais les V6 ne traverseront pas l'océan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thibaut Amant, Le guide de la Ford Mustang. Historique-Evolution-Identification-Conduite-Utilisation-Entretien, éditions E-T-A-I.
  • Jean-Louis Bellat, Mustang, une américaine en France, éditions E-T-A-I.
  • Patrick Affouard, Mustang, le temps des copains, éditions E-T-A-I.

Brad Bowling « Ford Mustang », éditions E-T-A-I.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :