Mario David (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mario David et David.
Mario David
Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Jacques Paul Jules Marie David
Naissance
Charleville, France
Nationalité Drapeau de la France France
Décès (à 68 ans)
13e arrondissement de Paris, France
Films notables Le gendarme se marie
Oscar

Jacques Paul Jules Marie David, connu le nom de scène Mario David, est un acteur français, né le à Charleville (Ardennes) et mort le dans le 13e arrondissement de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est dans son enfance scolarisé à l'école de Saint-Léonard-de-Noblat. Il débute très tôt sa carrière artistique dans le monde du cirque et du cabaret en y étant à la fois clown, acrobate et dompteur de fauves[1]. Il effectue aussi une carrière honorable dans le culturisme qui lui permet de développer un physique imposant dont il tirera avantageusement parti dans la suite de sa carrière. Habitué aux seconds rôles, il endosse souvent le rôle du truand candide, de la brute naïve, de la force de la nature au cœur tendre.

Robert Dhéry l'engage dans sa célèbre troupe Les Branquignols[1] et, en 1954, Robert Hossein l'emploie à son tour au théâtre du Grand-Guignol.

À la télévision, on le voit dans Les Cinq Dernières Minutes de Claude Loursais, dans Vidocq de Marcel Bluwal, dans La Tête des autres, de Raymond Rouleau et Les Saintes chéries de Jean Becker et dans Les Dossiers secrets de l'inspecteur Lavardin de Claude Chabrol.

C'est surtout au cinéma qu'il devient une figure populaire grâce à ses nombreuses apparitions dans des seconds rôles, notamment aux côtés de Louis de Funès. On retient son apparition dans le film Oscar, d'Édouard Molinaro, où il se livre à une démonstration de pectoraux et triceps savoureuse. Il y incarne Philippe Dubois, le masseur un peu benêt et naïf, rôle qu'il tint d'abord au théâtre dans la pièce éponyme dès la mise en scène de Jacques Mauclair en 1958, puis de nouveau en 1971. À l'écran, il est également dirigé par Jean Renoir dans Le Caporal épinglé sorti en 1962. Claude Chabrol, encore, souvent l'intègre à la distribution artistique de ses œuvres, par exemple dans Les Bonnes Femmes en 1960, Landru en 1963 ou encore Les Fantômes du chapelier en 1982. Un de ses derniers rôles, en 1994, est dans un autre film de Claude Chabrol, L'Enfer[1].

Il collabore avec Robert Hossein dans la mise en scène théâtrale de grands moments de la Révolution française.

Il est marié à Françoise Cornu, avec qui il a une fille prénommée Elisa.

Mario David meurt d'une embolie pulmonaire à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris[1]. Il est inhumé dans la sixième section du cimetière de Louyat à Limoges il repose près illustres personnages Martial Valin militaire, Chef d'état-major de l'Armée de l'air à la Libération , Jean-Joseph Sanfourche Peintre ou François Reichenbach cinéaste.

Le 16 février 2017 le maire de Limoges Emile-Roger Lombertie nomme une rue Mario David commencant et se finissant par la rue Pierre Desproges.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Court métrage[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Mario David », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]