Halte à la croissance ?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Halte à la croissance
Rapport au Club de Rome
Image illustrative de l'article Halte à la croissance ?
Logo du Club de Rome.

Titre original (en) The Limits To Growth
Présenté le 1972
Commanditaire Club de Rome
Auteur(s) Donella Meadows
Dennis Meadows
Jørgen Randers (en)
William W. Behrens III
(du Massachusetts Institute of Technology)
Type Rapport
Sujet Impact écologique de la croissance économique et démographique

Halte à la croissance ? : Rapport sur les limites de la croissance (en anglais The Limits To Growth, littéralement « Les limites à la croissance »), également connu sous le nom de « Rapport Meadows », est le titre en français d'un rapport demandé à des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) par le Club de Rome en 1970, et publié en 1972.

Reposant sur un modèle informatique de type dynamique des systèmes appelé World3, il est la première étude importante soulignant les dangers écologiques de la croissance économique et démographique que connaît le monde à cette époque.

Le rapport rédigé par Donella Meadows, Dennis Meadows, Jørgen Randers (en) et William W. Behrens III est publié en 1972 en anglais et traduit et publié en français en 1973.

Le rapport a souvent été envisagé dans la perspective d'une croissance zéro, qui ne se trouve pas explicitement mentionnée par les auteurs.[1], ce rapport a suscité de nombreuses controverses.

Thèse[modifier | modifier le code]

La croissance et ses limites[modifier | modifier le code]

À l’époque du rapport, la croissance démographique ne cessait d’augmenter année après année. Au XVIIe siècle, la population mondiale était de 500 millions d’âmes et croissait de 0,3 % par an, soit un doublement tous les 250 ans. Mais au début des années 1970, elle avait atteint 3,6 milliards d’habitants, doublant tous les 32 ans. Par une prolongation tendancielle, on pouvait donc s’attendre à une population de plus de 12 milliards d’individus au milieu du XXIe siècle.

Mais la croissance économique mondiale est encore plus rapide que la croissance démographique. La production industrielle a crû d’environ 7 % par an au cours des années 1960, ce qui correspondait à un doublement tous les 10 ans[2]. Cette croissance est par ailleurs très inéquitablement répartie et se concentre dans les pays développés, accroissant ainsi les disparités de développement : « les riches s'enrichissent et les pauvres font des enfants ».

Cette croissance n'est cependant pas sans risque. Sur le plan démographique, les ressources alimentaires ne sont pas illimitées. Si la loi des rendements décroissants s'applique, la mise en culture de nouvelles terres sera non seulement plus coûteuse mais aussi moins profitable au fur et à mesure de l'augmentation des besoins alimentaires. L’accroissement des rendements agricoles ne fera que retarder la disette qui s’annonce, à laquelle risquent de s’ajouter les problèmes d’approvisionnement en eau potable[3]. La pollution tue ou rend malade, et diminue les rendements agricoles, en stérilisant les sols, en tuant les abeilles.

Sur le plan économique, les ressources énergétiques telles que le pétrole ou le gaz ne seraient pas suffisantes pour assurer la pérennité d’une croissance exponentielle au-delà du XXIe siècle. Ici encore, les progrès scientifiques ne sont susceptibles que de retarder l’échéance de la pénurie. On peut à l’avance prévoir que la croissance sera dans le siècle à venir handicapée par le prix croissant des ressources naturelles[4]. De plus la croissance est à l'origine d’une très forte pollution[5], qui avec elle connaît une croissance exponentielle ; or il est évident que la planète ne peut absorber une quantité illimitée de pollution.

Le « système mondial » serait menacé[modifier | modifier le code]

Selon le rapport, le monde peut être perçu comme un ensemble global dont les parties sont interdépendantes. Le développement économique est induit par la croissance. Celle-ci est stimulée par la croissance démographique et une exploitation croissante des ressources naturelles. Cette croissance économique provoque de la pollution[6], qui elle-même sera cause de recul économique et/ou démographique. Par le jeu de ces interactions, une consommation excessive des ressources naturelles peut entraîner une crise économique durable. Ainsi la croissance économique s’arrêtera faute de matières premières (énergie, ressources minières, appauvrissement des sols, épuisement des ressources halieutiques, etc.), la population diminuera faute de nourriture et/ou, comme par le passé, au moyen de conflits armés.

Cela conduit les auteurs à envisager pour l’avenir plusieurs scénarios : pénurie de matières premières et/ou hausse insupportable de la pollution. Chacun de ces deux scénarios provoquerait la fin de la croissance quelque part durant le XXIe siècle. Le progrès technique ne ferait que différer l’effondrement inéluctable de l’écosystème mondial, incapable de supporter cette croissance exponentielle.

Tous les scénarios présentés par les auteurs ne mènent pas à un effondrement. Mais ils constatent que les seuls scénarios sans effondrement sont ceux qui abandonnent la recherche d'une croissance exponentielle sans limite de la production.

Substituer l’équilibre à la croissance[modifier | modifier le code]

Selon cette thèse soutenue dans le rapport Meadows, il faudraitt mettre fin à la croissance afin de sauver le système mondial d’un effondrement prochain[7] et stabiliser à la fois l’activité économique et la croissance démographique. Selon les auteurs, plus la prise de décision sera tardive, plus elle deviendra difficile à mettre en place.

Sur le plan démographique, les auteurs prônent des mesures telles que la limitation de deux enfants par couple. Sur le plan économique, ils évoquent des taxes de l’industrie, afin d’en stopper la croissance et réorienter les ressources ainsi prélevées vers l’agriculture, les services et surtout la lutte contre la pollution.

Pour que cette économie sans croissance puisse être acceptée les auteurs proposent de répartir les richesses[8] afin de garantir la satisfaction des besoins humains principaux. L’objectif est donc « un affranchissement de la faim et du dénuement qui reste, aujourd’hui encore, le privilège de si peu d’hommes sur la terre ».

Suites du rapport[modifier | modifier le code]

La recherche est préalablement financée par la Volkswagen Foundation (en)[9]. En 1972, le Club de Rome a parrainé la publication du rapport[10], et les réflexions sur la croissance économique contenues dans le premier rapport du Club de Rome sont à l'origine de l'émergence du concept de développement durable, qui cherche à concilier les aspects économiques, sociaux et environnementaux (trois « piliers ») du développement. En 1987 est publié le rapport Brundtland, qui donne sa définition officielle au développement durable (ou soutenable)[11].

En 2008, Graham Turner, chercheur au CSIRO, reprend dans un article[12] trois des scénarios les plus caractéristiques du rapport Meadows de 1972 (scénarios « business as usual », « monde super-technologique » et « monde stabilisé »), qu'il confronte à des données mondiales pour la période 1970–2000 : population, natalité/mortalité, production de nourriture, production industrielle, pollution et consommation de ressources non renouvelables. Il constate que, sur la période 1970–2000, ces données numériques étaient proches des valeurs que le rapport Meadows présentait pour le scénario « business as usual », et que, par contre, les scénarios « monde super-technologique » et « monde stabilisé » du rapport Meadows ne correspondaient pas à l'évolution que le monde avait connue à la fin du XXe siècle. Il termine son analyse en disant que « la comparaison de données présentée ici vient corroborer la conclusion de Halte à la croissance ? selon laquelle le système mondial suit une trajectoire qui n’est pas durable, sauf s’il se met à réduire, rapidement et de manière substantielle, son comportement consomptif tout en accélérant ses progrès technologiques. »

Critiques[modifier | modifier le code]

Le rapport Meadows a été critiqué par plusieurs économistes, qui ont reproché à ses auteurs d'avoir négligé les bases de la théorie économique.[précision nécessaire]

Friedrich Hayek, prix Nobel d'économie (1974) et représentant de l'école autrichienne d'économie à tendance libérale, a commenté ce rapport à l'occasion de son discours de réception du prix : « l'immense publicité donnée récemment par les médias à un rapport qui se prononçait au nom de la science sur les limites de la croissance, et le silence de ces mêmes médias sur la critique dévastatrice que ce rapport a reçu de la part des experts compétents, doivent forcément inspirer une certaine appréhension quant à l’exploitation dont le prestige de la science peut être l’objet »[13]. Parmi les examens les plus sévères que Hayek mentionne figurent In Defence of Economic Growth de Wilfred Beckerman (1974) et Economic Growth and Stability (1974) de Gottfried Haberler, dans lequel ce dernier recense des critiques plus anciennes faites par des experts. Hayek appuie Haberler, qui décrit ces critiques comme « dévastatrices »[pourquoi ?].

Prix[modifier | modifier le code]

Ce rapport a valu à Dennis Meadows le prix japonais en 2009[14].

Éditions[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

    • 1972 : The Limits To Growth, Chelsea Green Publishing,
    • 1993 : Donella Meadows, Jorgen Randers, et Dennis Meadows, Beyond the Limits. Confronting Global Collapse, Envisioning a Sustainable Future ;
    • 2004 : Donella Meadows, Jorgen Randers, et Dennis Meadows, Limits to Growth. The 30-Year Update[15].

En français[modifier | modifier le code]

    • 1973 : Halte à la croissance ?, Paris, Fayard
    • 2012 : Les limites à la croissance (dans un monde fini), avec une préface de Jean-Marc Jancovici[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans l'édition révisée de 2004, les auteurs répondent explicitement à cette proposition qui a été tirée de leur livre : « La durabilité ne signifie pas la « croissance zéro ». Une société obsédée par la croissance a tendance à fuir toute mise en doute du principe de croissance. Mais mettre en doute la croissance ne signifie pas la rejeter et la renier. Ainsi qu'Aurelio Peccei, fondateur du Club de Rome, le montrait du doigt, faire une telle confusion revient à remplacer une simplification excessive par une autre. »
  2. En 1970, lorsque est demandé ce rapport au MIT, la croissance économique est entrée dans de nombreux esprits comme un fait durable n’ayant apparemment que peu d’obstacles devant elle. Ce point sera contredit par la crise économique qui touchera les pays industrialisés dès 1973, même si celle-ci avait peu à voir avec les problèmes écologiques.
  3. On trouve ici une analyse semblable à la célèbre étude du pasteur Thomas Robert Malthus (Essai sur le principe des populations, 1798) qui avait énoncé la loi selon laquelle la population connaissait une croissance géométrique (2-4-8-16-...) tandis que la production agricole ne pouvait au mieux suivre qu’une croissance arithmétique (1-2-3-4-...) et en avait conclu qu’il fallait absolument empêcher la croissance démographique si on voulait éviter une désastreuse disette. Un autre classique, David Ricardo (Des principes de l'économie politique et de l'impôt, 1817) avait quant à lui expliqué en quoi le rendement décroissant des terres, combiné à l’accroissement de la population, devait amener l’économie vers un état stationnaire et sans croissance.
  4. De fait, un an après la publication de ce rapport, le monde connaissait le premier choc pétrolier.
  5. Ce point suscite de vifs débats chez les économistes. Certains économistes ont avancé que la croissance était dans un premier temps nuisible à l’environnement, puis, passé un certain seuil, devenait bénéfique. Selon eux, ce seuil aurait déjà été franchi par les pays industrialisés. Voir la courbe environnementale de Kuznets.
  6. Ce que les auteurs du rapport Meadows appellent « pollution » n'est pas ce qu'on entend habituellement par ce mot. C'est un phénomène planétaire et non local, qui, au-delà d'un certain seuil, a des effets négatifs sur la santé humaine et la productivité agricole de plus en plus grands lorsqu'elle augmente.
  7. Cette thèse de la croissance zéro a eu de nombreux héritiers, en particulier la revendication par certains altermondialistes d'une « décroissance soutenable ».
  8. Cette mesure en faveur des plus pauvres est cette fois-ci en totale rupture avec les analyses de Malthus, pour qui la meilleure façon de prévenir la hausse de la population consiste à ne lui porter aucune assistance. Selon Malthus, une telle mesure économique serait contradictoire avec la recherche de l’équilibre démographique.
  9. (de) 40 Jahre "Grenzen des Wachstums": Öffentliche Abendveranstaltung mit Dennis Meadows - VolkswagenStiftung, 28 novembre 2012
  10. Moisés Naím, «Malthus, Marx ou Marché ?», Slate, 8 juillet 2011 [lire en ligne].
  11. Ministère de l'écologie en France, Comment est née la notion du développement durable ? [1].
  12. Environmental Change/resources/SEEDPaper19.html Confronter Halte à la croissance ? à 30 ans de réalité - Graham Turner, Global Environmental Change, août 2008
  13. Friedrich Hayek, The Pretence of Knowledge, Conférence à la mémoire d'Alfred Nobel, le 11 décembre 1974
  14. (en) Laureates of the Japan Prize : The 2009 (25th) Japan Prize - Prix japonais
  15. Cf. un compte-rendu de lecture de l'ouvrage dans la revue Développement durable et territoires et un résumé en français des différentes options analysées dans l'ouvrage.
  16. Les limites de la croissance : le Rapport Meadows francisé [lire en ligne]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Donella Meadows, Dennis Meadows, Jørgen Randers et William W. Behrens, « The Limits to Growth », Universe Books, 1972 (ISBN 978-0-4510-9835-1).
  • Jean-Marc Jancovici, « Qu'y a-t-il donc dans le Rapport du Club de Rome ? », Manicore.com, février 2003 [lire en ligne].
  • Ugo Bardi, « La malédiction de Cassandre », octobre 2011 [lire en ligne].
  • (en) Jørgen Randers, « 2052: A Global Forecast for the Next Forty Years », Chelsea Green Publishing Co, mai 2012 (ISBN 978-1-6035-8421-0).
  • « Les Limites à la croissance (dans un monde fini) », éditions Rue de l'échiquier, mai 2012.
  • (en) John Sulston, « Growth, Interrupted : Why the Planet Needs More Than Just Economic Development », Foreign Affairs, 30 août 2012 [lire en ligne].
  • (en) Frances Beinecke, Dennis Meadows, Jørgen Randers, John Harte, Bjorn Lomborg, « Is Growth Good? », Foreign Affairs, septembre/octobre 2012 [lire en ligne].
  • (en) Graham Turner, Cathy Alexander, « Limits to growth was right, new research shows we're nearing collapse », The Guardian, 2 septembre 2014 [lire en ligne].

Liens externes[modifier | modifier le code]

{…}