Répartition des richesses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’économie
Cet article est une ébauche concernant l’économie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La répartition des richesses est la façon dont le patrimoine est détenu par les individus dans une société. Il s’agit d’un stock, et non pas d’un flux ; la répartition des revenus mesure, elle, un flux.

C'est la troisième étape du circuit économique défini par Jean-Baptiste Say dans son Traité d'économie politique.

Elle donne lieu à de vives controverses entre les différentes écoles de pensées économiques. Les marxistes soutenant par exemple une théorie de la répartition des richesses dans le système capitaliste basée sur l'exploitation du prolétariat, là où les néoclassiques, à la suite de John Bates Clark, cherchent généralement à prouver que la répartition en économie de marché est juste et efficace.

Les inégalités de richesse sont plus marquées, mais elles ne représentent pas directement le niveau de vie. En particulier, le patrimoine d’une partie de la population est négatif (jeunes adultes qui se sont endettés pour financer leurs études, etc.).

L’analyse de la répartition des richesses peut porter sur le patrimoine financier (titres...) ou sur le patrimoine total (y compris immobilier...).

Situation économique mondiale[modifier | modifier le code]

Une étude de l'UNU-WIDER, institut mondial de l’UNU pour la recherche sur l’économie du développement (dépendant de l'ONU)[1], datant de 2008, signale un écart gigantesque en ce qui concerne la répartition de la richesse mondiale, puisque :

  • 2 % de l'humanité détient 50 % du patrimoine des ménages,
  • 50 % de l'humanité détient 1 % du patrimoine des ménages

Une étude du Crédit Suisse démontre qu'en 2013 :

  • 10% des plus fortunés détiennent 86% des actifs mondiaux
  • 1% des plus fortunés représentent à eux seuls 46% des actifs mondiaux

Une étude du Crédit Suisse[2] démontre qu'en 2014 :

  • 10% des plus fortunés détiennent 86% des actifs mondiaux
  • 1% des plus fortunés représentent à eux seuls 48% des actifs mondiaux

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]