Ressource naturelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prise de harengs

De manière générale, une ressource naturelle est une substance, un organisme ou un objet présent dans la nature et qui fait, dans la plupart des cas, l'objet d'une utilisation pour satisfaire les besoins (énergies, alimentation, agrément, etc.) des humains, animaux ou végétaux.

Il peut s'agir :

Depuis les années 1970[réf. nécessaire], cette notion évolue et tend à s’élargir aux ressources nécessaires à tout organisme ou écosystème, ainsi qu'à tous les secteurs socio-économiques. Ainsi les surfaces de sols bioproductifs disponibles (une composante du foncier agricole), la qualité de l'eau ou de l'air, l'aspect des paysages, la biodiversité... constituent d'autres aspects des ressources naturelles.

La vulnérabilité ou la faible disponibilité ou la faible renouvelabilité de certaines ressources caractérisent les ressources non renouvelables (exemple : le pétrole), par opposition aux ressources renouvelables (ex. : la biomasse) qui ne sont pas pour autant inépuisables. Alors que l'humanité s'étend démographiquement et en termes d'empreinte écologique, la gestion durable des ressources[1].

Histoire du concept[modifier | modifier le code]

La notion de ressource naturelle (exprimée sous cette forme précise) semble relativement récente. Elle a de plus beaucoup évolué depuis les années 1970 accompagnant les avancées de la connaissance scientifique et des progrès techniques (la diversité est ainsi devenue une nouvelle ressource, pour le génie génétique, ressource valorisée par le brevetage du vivant, par ailleurs très discuté pour des raisons éthiques et de risque écotechnologique).

On a d’abord considéré comme ressources naturelles la biomasse utile et les « matières premières » , puis les formes d’énergie utiles aux hommes et en particulier à l’agriculture, à la sylviculture et à la pêche, puis à l’industrie (bois de feu, traction animale, moulins à vent et à eau, puis carburants fossiles et enfin nucléaire).
Par exemple, de l'Antiquité à l’ère industrielle, le sel avait une grande valeur, non parce qu’il était rare sur la planète, mais parce qu’il était vital pour la santé (il servait à la conservation d'aliments par le salage), et peu accessible loin de la mer, et qu’il faisait l’objet de taxes importantes. Le pétrole (encore inconnu) avait alors bien moins de valeur.
Ces valeurs ont été renversées au XIXe et XXe siècles où les ressources fossiles sont devenues vitales pour l’industrie, la pêche et l’agriculture, mais aussi pour le bâtiment, les transports et de nombreux services. Et si le coltan a une valeur tant pour les Européens, Américains et autres pays technologiquement avancés, mais aussi pour certaines régions africaines sous-développées, c'est parce que les rapports marchands les ont mis en contact.

Peu à peu la valeur d'aménité de certaines ressources est apparue ; plus difficile à quantifier, mais bien réelle, traduite par exemple par l'engagement de nombreuses personnalités et courants pour la protection de la naturalité (Wilderness) aux États-Unis et par les romantiques européens, dont les peintres de l’école de Barbizon qui ont obtenu le classement de la Forêt de Fontainebleau près de Paris. L’augmentation actuelle des prix des terrains aux abords des milieux naturels et paysages remarquables en est une autre manifestation. Les aménités sont aussi et par exemple en France prise en compte par la LOADDT (Loi Voynet).

À la fin du XXe siècle avec l’apparition et la rapide diffusion du concept de développement durable, en réaction notamment à la dégradation et raréfaction ou disparition de nombre des ressources naturelles, la notion de fonctionnalité écologique et de service écologique a élargi celle de ressource naturelle aux ressources utiles ou indispensables non seulement à l’Homme, mais aussi à l’ensemble des écosystèmes. Un nouveau paradigme apparaît alors clairement : les ressources planétaires sont limitées, elles rendent des services indispensables voire irremplaçables, mais surtout, elles apparaissent comme le produit des écosystèmes et plus généralement de la biodiversité, qui en tant que tels deviennent eux-mêmes des ressources vitales à protéger pour pouvoir les exploiter durablement ou pour qu’ils continuent à produire leurs services « gratuits », en particulier produire l’oxygène, l’eau, les sols, qui nous sont vitaux. Cette approche a notamment été précisée par l'Évaluation des écosystèmes pour le millénaire, première évaluation mondiale de l’état de santé des écosystèmes et de leurs fonctionnalité).

On qualifie maintenant un élément écopaysager de ressource naturelle quand il peut satisfaire un des besoins de l'être humain, mais aussi des communautés écologiques qui constituent les écosystèmes. Les habitats naturels, résultant pour partie de l’activité des espèces qui y vivent, sont ainsi eux-mêmes considérés comme des ressources naturelles.

La loi constitutionnelle sur la charte de l'environnement, rappelle [2] que « les ressources et les équilibres naturels ont conditionné l’émergence de l’humanité ; (...) l’avenir et l’existence même de l’humanité sont indissociables de son milieu naturel » (28 février 2005).

Classement ou hiérarchisation des ressources[modifier | modifier le code]

Les ressources peuvent être classées comme étant « pas, peu, difficilement, coûteusement ou lentement renouvelables ou vitales » et/ou selon un critère de type « remplaçables / irremplaçables ».

Valeur économique[modifier | modifier le code]

Les tenants de l’approche économique classique considèrent qu’une matière première d’origine naturelle, voire un service écosystémique peuvent être considérés comme étant une ressource naturelle de valeur à partir du moment où celle-ci aura acquis une valeur économique et marchande. Hormis pour les matériaux (ex. : fibres végétales, argile...) et les carburants (fossiles ou non), il reste néanmoins difficile de quantifier la valeur de telles ressources, souvent immatérielles (pour les services qu'elles rendent) en unités monétaires.

Ressources vitales[modifier | modifier le code]

Les ressources dites naturelles peuvent aussi être classées selon certaines de leurs caractéristiques ressources plus ou moins vitales (ex. : l'air et en particulier l'oxygène issu de la photosynthèse sont particulièrement vitaux ; tout en étant une ressource encore très commune).

La biodiversité est parfois qualifiée de « ressource des ressources » en tant qu'elle est la source première de nombreuses ressources vitales telles que l'air, l'eau potable et tout ce que nous mangeons, ainsi qu'une grande partie des sources d'énergie (fossiles et biomasse), des médicaments, des fibres textiles ou papetières, etc.

Renouvelabilité[modifier | modifier le code]

Les exigences de développement durable ont conduit à classer les ressources naturelles selon leur caractère renouvelable ou non. On s'attache ainsi à une utilisation durable des ressources, afin de respecter les critères environnementaux, sociaux et économiques du développement durable.

Les ressources naturelles sont fréquemment classées en deux catégories :

Avantages[modifier | modifier le code]

On parle ainsi d’avantage physique ou écologique offerts par certaines ressources naturelles, via les écosystèmes ; tel qu'un microclimat (bocage, zone boisée, prairies...) ou la proximité d'un cours d’eau ou d’un lac (pour l'irrigation, la lutte contre les incendies), d'une nappe ou de la mer (pour la pêche et le tourisme), etc.

Services rendus[modifier | modifier le code]

Un écosystème peut avoir une valeur importante, voire vitale de service (et donc de ressource), même s'il n'est pas exploité.
Ces services écologiques sont encore mal évalués (quantitativement et en termes d'équivalence en valeur économique), mais ils prennent une grande importance, en particulier pour la fonction de puits de carbone que jouent les mers, sols et forêts dans les cycles qui stabilisent rétroactivement le climat.

Exploitation plus ou moins efficace ou efficiente des ressources naturelles[modifier | modifier le code]

L'exploitation des ressources naturelles est une activité constante et vitale pour tout être vivant. Quand une ressource est limitée naturellement, suite à une catastrophe naturelle (incendie, inondation...), ou à une action humaine, il peut y avoir surexploitation, puis éventuelle disparition de la ressource.
Les phénomènes de surexploitation semblent très rares dans la nature où ils sont régulés par des boucles de rétroactions écologiques (une espèce qui surexploite son environnement est affaiblie faute de ressource, ses populations régressent, ce qui laisse à ses ressources le temps de se reconstituer, ou les individus se heurtent à des réactions des espèces exploitées (ex : production de tanins amers par les végétaux consommés par des herbivores)
L'homme semble être devenu un cas particulier, qui de par sa multitude et ses capacités, a considérablement développé l'exploitation des ressources naturelles en activités industrielles (organisées pour) du type extraction du pétrole ou de minerais, la pêche ou l'exploitation du bois.

La plupart des activités primaires sont directement associées à l'exploitation primaire ou secondaire (transformation, recyclage) des ressources naturelles :

  • agriculture, pêche, sylviculture, culture ou exploitation des champignons, fruits sauvages, etc. ;
  • production de fibres animale et végétale ;
  • exploitation de matériaux minéraux ;
  • activités d'exploitation d'énergies primaires (plus ou moins fossiles et renouvelables) ;
  • le puisage ou la purification de l'eau ;
  • valorisations technologiques, biotechnologiques et industrielle du vivant ;
  • etc.

Mais les experts ont montré que les activités tertiaires (services) contribuent également à exploiter indirectement des ressources naturelles, à travers les transports et l'énergie consommée dans les bâtiments.

Raréfaction et gaspillage des ressources naturelles[modifier | modifier le code]

L'un des très grands enjeux du XXIe siècle est la diminution des ressources naturelles disponibles par rapport aux besoins des êtres humains. C'est la raison pour laquelle on parle de plus en plus de développement durable.

Les ressources en eau deviennent insuffisantes dans certaines régions du monde.

La ressource en poissons marins est déjà mise à mal.

Bien avant la fin de ce siècle, plusieurs ressources non renouvelables devraient être épuisées ou quasi-épuisées si leur rythme d'extraction se poursuit. Il en est ainsi du pétrole, pour lequel les experts discutent de la date de survenue du pic pétrolier, mais aussi du gaz naturel (pic gazier), de l'uranium, et de nombreux minerais. Plus généralement on parle de pic de Hubbert lorsque la moitié du stock d'une ressource naturelle est épuisé et que la production commence à décroître.

Des statistiques existent sur l'évolution quantitative du stock de ressources naturelles.

La raréfaction des ressources naturelles peut être mesurée par un indicateur simple, l'empreinte écologique. Les études du World Wide Fund for Nature montrent que l'empreinte écologique globale de l'humanité dépasse depuis les années 1970 la capacité de la Terre à renouveler les ressources naturelles.

En 2011, L'AEE a évalué les stratégies de 31 États en matière d'efficience pour l'usage des ressources. Sa conclusion est que d'importants progrès restent à faire, ainsi qu'en matière d'information environnementale et affichage environnemental [3]. Elle invite à éclaircir les notions de découplage, d’usage durable, minimal ou soutenable des ressources souvent considérés comme des synonymes. En 2011, seuls l'Allemagne, l'Autriche et la région Flandres (Belgique) ont des stratégies spécifiquement dédiées à l'usage efficace des ressources et seuls cinq pays (Autriche, Chypre, Espagne, Hongrie et Pologne) avaient formellement et officiellement défini ce qu'ils entendaient par « ressources » dans leurs politiques. Nombreux sont les pays qui ont dit avoir des difficultés à interpréter la notion d'« utilisation efficace des ressources » et à l'articuler à l'« économie verte ». Les autres ont mis en place des stratégies sectorielles qui concernent le plus souvent l'eau, les matières premières, l'énergie et les déchets, avec des approches plus souvent techniques et sur l'offre que basées sur une gestion de la demande note le rapport de l'AEE. La biodiversité ou diversité génétique en tant que ressources semblent plus difficiles à appréhender. Certaines régions ont des stratégies d'efficacité concernant des ressources en voie d'épuisement (matériaux, ressources halieutiques...). L'AEE juge les objectifs souvent flous ou insuffisamment détaillés (ex. : recyclage des déchets, part d'énergie renouvelable dans la consommation énergétique totale (23 % d'énergie renouvelable dans la consommation totale d'énergie en 2020 pour la France), arrêt de la perte de biodiversité). La Suède cherche à réduire son empreinte écologique en réduisant l'impact environnemental de sa consommation globale et les Pays-Bas font de même pour le secteur des importations (important en termes d'énergie grise et autres impacts cachés délocalisés dans l'espace et le temps). L'AEE cite quelques labels comme l'Ange bleu allemand) qui prend en compte la conservation des ressources, le Cygne nordique qui évalue l'efficacité de l'usage des ressources ou les objectifs d'affichage environnemental en France[4].

Vision économique[modifier | modifier le code]

La terre, qui était considérée par les physiocrates comme un facteur essentiel de création de valeur, n'est plus considérée comme un facteur de production par les économistes classiques et néoclassiques, qui ne retiennent comme facteurs de production que le capital et le travail. Jean-Baptiste Say (1767-1832), économiste classique, affirmait ainsi : « Les richesses naturelles sont inépuisables, car, sans cela, nous ne les obtiendrions pas gratuitement. Ne pouvant être ni multipliées ni épuisées, elles ne sont pas l’objet des sciences économiques »[5].

Les matières premières vendues (mais non les ressources exploitées) sont comptabilisées comme consommations intermédiaires dans la comptabilité nationale : ainsi, les ressources naturelles n'ont de valeur, dans le modèle économique occidental, que par la quantité de capital et de travail nécessaire à leur extraction. Les ressources en elles-mêmes n'ont pas de valeur économique. Pour les théories économiques dominantes, tout se passe comme si les ressources naturelles étaient inépuisables.

Or nous savons maintenant que le progrès technique, qui dans les modèles économiques génère une augmentation de la production et de la richesse économique, peut contribuer à détruire le capital naturel.

Pour tenter de tenir compte des contraintes environnementales, certains économistes commencent à parler de capital naturel pour les ressources naturelles.

Comme la croissance économique a des effets négatifs sur le stock de ressources naturelles, certains économistes proposent de corriger le produit intérieur brut pour tenir compte de la destruction de richesse naturelle induite par la production, en définissant un PIB vert.

Informations sur les ressources naturelles[modifier | modifier le code]

Des informations de marché sur les produits de base (produits agricoles, énergies fossiles, minerais, boissons), sont disponibles sur le site de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement[6]. Ces informations ont été publiées à la demande des pays du sud. On y trouve la description des produits, des informations sur la qualité, les secteurs d'utilisation, le marché (production), les filières, les sociétés, les techniques, les prix, et les politiques économiques. On n'y trouve pas d'informations sur les réserves des ressources non renouvelables.

Concernant l'énergie, des informations sont disponibles dans l'article ressources et consommation énergétiques mondiales, section ressources énergétiques mondiales.

Un dossier approfondi sur les méthodes de calcul des réserves de pétrole (réserves prouvées, réserves possibles, réserves ultimes) est disponible sur le site de Jean-Marc Jancovici, expert en environnement[7].

Concernant les réserves pétrolières, les informations officielles de l'OPEP, des compagnies pétrolières, et des gouvernements, sont contestées par les experts de l'Association for the Study of Peak Oil and Gas (ASPO, association pour l'étude du pic pétrolier et gazier), et des sociétés indépendantes[8], elles-mêmes confirmées par l'Agence internationale de l'énergie, qui prévoient le pic pétrolier pour la décennie 2010, voire quelques années plus tôt.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Giljum, S., Behrens, A., Hintergerber, F., Lutz, C. and Meyer, B. (2008), Modelling scenarios towards a sustainable use of natural resources in Europe. In: Environmental Science and Policy 11 (3), 204-216.
  2. Charte de l'environnement, annexée à la Constitution (voir les « considérants » 1 et 2)
  3. Cyril Magnin, L'Agence européenne de l'environnement (AEE) a publié un rapport sur l'efficacité de l'usage des ressources dans l'Union européenne (UE). Actu-Environnement, 11 octobre 2011
  4. Philippe Collet , Affichage environnemental : premières leçons de l'expérimentation, Actu-Environnement, 2011-10-14
  5. Traité d’économie politique, 1803
  6. Informations de marché sur les produits de base, sur le site de la Conférence des Nations sur le commerce et le développement
  7. Qu'est-ce qu'une réserve de pétrole ? En avons-nous pour longtemps ?
  8. Jean-Luc Wingert, La vie après le pétrole, pages 57 à 79

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Rotillon (2010), Économie des ressources naturelles, La découverte, collection repère, Paris, 2005, réédité 2010