Pablo Servigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pablo Servigne
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Autres informations
Site web

Pablo Servigne, né en 1978 à Versailles, est un chercheur français indépendant et transdisciplinaire[1].

Il est ingénieur agronome de Gembloux (Belgique) et docteur en sciences[2],[3] de l’Université libre de Bruxelles (ULB). En 2008, il quitte le monde universitaire pour se consacrer au mouvement de la transition écologique et s’intéresse à l’agriculture urbaine, la permaculture et l’agroécologie. Entre 2010 et 2014, Pablo Servigne travaille à l’association d’éducation populaire « Barricade » à Liège[4] (appelé « éducation permanente » en Belgique).

Depuis 2010, il écrit pour deux journaux belges Imagine demain le monde (écologie) et Kairos (antiproductivisme).

Il a participé aux réflexions du GIRAF (Groupe Interdisciplinaire de Recherche en Agroécologie du FNRS). Depuis 2013, il est membre de l’Institut Momentum (Paris)[5] et depuis 2015, de l’Association Adrastia[6].

Aujourd’hui indépendant, il écrit des articles et des livres et donne des conférences et des formations[7].

Idées et concepts[modifier | modifier le code]

Collapsologie[modifier | modifier le code]

Pablo Servigne est le créateur, avec Raphaël Stevens, du concept de « collapsologie »[8], avec la définition suivante : « Exercice transdisciplinaire d’étude de l’effondrement de la civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder, en s’appuyant sur la raison, l’intuition et des travaux scientifiques reconnus »[9]. Avec Raphaël Stevens, il a publié Comment tout peut s’effondrer - Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes (Seuil, 2015).

Frédéric Joignot analyse l'ouvrage en ces termes :

« Après avoir compilé une impressionnante quantité de méta-analyses portant sur l’aggravation du réchauffement, l’épuisement des ressources énergétiques, alimentaires, forestières, halieutiques et métallifères, leur thèse est claire : les écosystèmes s’écroulent, la catastrophe a commencé pour l’humanité. Elle va s’accélérer. Et la « collapsologie » est la nouvelle science interdisciplinaire qui regroupe les études, faits, données, prospectives, scénarios qui le démontrent[10]. »

Dans la postface du même ouvrage, l'ancien ministre Yves Cochet écrit :

« Y a-t-il matière plus importante que celle traitée dans ce livre ? Non. Y a-t-il matière plus négligée que celle-ci ? Non plus. »

Agriculture post-pétrole[modifier | modifier le code]

Sa formation de base (agronomie) et son intérêt pour l’effondrement[11] l’ont amené à rédiger en 2012 une étude sur l’agriculture post-pétrole pour l’association Barricade[12]. Il est invité par l’ancien eurodéputé Yves Cochet à rédiger un rapport pour le groupe Les Verts/ALE au Parlement européen sur l’avenir de l’agriculture en Europe. Ce rapport qui évoque la possibilité d’un effondrement imminent des systèmes alimentaires industriels en Europe, a été présenté publiquement au Parlement européen de Bruxelles le 17 octobre 2013[13] (édité chez Nature & Progrès Belgique en 2014.)

Résilience[modifier | modifier le code]

Pablo Servigne a participé à un travail conceptuel sur la notion de résilience pour la transition écologique et l’effondrement[14]. Avec Agnès Sinaï, Hugo Carton et Raphaël Stevens[15], il propose quatre déclinaisons de la résilience : la résilience commune, la résilience globale, la résilience locale et la résilience intérieure. Cette dernière se renforce lorsqu’on a pris acte des catastrophes qui ont lieu, et lorsque l’on fait le deuil du monde tel qu’on le connait (dans son fonctionnement, ses objectifs, etc.). Cela implique de passer au-delà de l’effarement, de la colère et de la tristesse, et de réaliser les possibilités nouvelles de renouer avec soi-même, au plus profond ; et avec ses proches (amis, famille et/ou voisins), et envisager ainsi un vivre-ensemble qui part de l’intime, vers le local, le régional, puis le planétaire, voire le cosmique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • L'entraide, l'autre loi de la jungle en collaboration avec Gauthier Chapelle, 2017, 224 p., Éditions Les Liens qui Libèrent (ISBN 979-1-02090-440-9)
  • Petit traité de résilience locale, en collaboration avec Agnès Sinaï, Raphaël Stevens, Hugo Carton, 2015, 144 p., Éditions Charles Leopold Mayer (ISBN 978-2-84377-186-6)
  • Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, en collaboration avec Raphaël Stevens, 2015, 304 p., éditions du Seuil, coll. « Anthropocène » (ISBN 978-2-02-122331-6)
  • Nourrir l’Europe en temps de crise, 2014, 190 p., éditions Nature & Progrès (ISBN 978-2-930386-52-2)

Conférences[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • Feeding Europe in times of crisis: Towards a more resilient food system, 2013, lien
  • Effondrements : comment encaisser les chocs ?, Paris, 2016
  • L'entraide, l'autre loi de la jungle, Paris, Liège, 2018
  • Se nourrir demain : survivre et revivre, 2018

Articles[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]