Vincent Mignerot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vincent Mignerot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (44 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Association Adrastia (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Vincent Mignerot, né en 1978 à Lyon, est un essayiste français[1]. Ses travaux portent sur la synesthésie et la collapsologie[2],[3].

Parcours[modifier | modifier le code]

Titulaire d’une maîtrise en psychologie clinique obtenue en 2003, puis technicien cordiste en 2004, il devient en 2006 responsable d’agence dans les travaux d’accès difficile. En parallèle, il publie des essais qui s’attachent à penser la singularité de l’espèce humaine, en particulier sur ce qui la conduit à détruire l’équilibre écologique vital dont elle dépend, menaçant sa propre existence à terme.

Idées développées dans ses essais[modifier | modifier le code]

Dans ses ouvrages, notamment Le piège de l'existence et Transition 2017[4],[5], Vincent Mignerot synthétise les caractéristiques adaptatives essentielles de l'humain. L'espèce humaine s'est distinguée des autres espèces animales « grâce à la maîtrise d'outils complexes » et s'est affranchie ainsi, dans sa capture d'énergie croissante, de certaines contraintes naturelles. Ce processus évolutif s'est « toujours fait dans la soustraction des ressources nécessaires aux écosystèmes pour leur propre équilibre »[6] ce qui a pour conséquence induite l'affaiblissement à terme des communautés humaines au point parfois de les menacer dans leur propre existence. Autrement dit, plus nous nous développons, plus nous vivons nombreux et de plus en plus longtemps, plus nous détruisons l'environnement, plus vite nous nous affaiblissons, et plus vite nous précipitons notre chute. Vincent Mignerot en déduit que ce processus est inscrit en l'Homme depuis l'origine, et qu'il porte en lui, depuis toujours, au sein même de son angoisse existentielle, le germe de sa propre autodestruction.

Association Adrastia[modifier | modifier le code]

Il est fondateur et président d’honneur de l'association « Adrastia » (du grec ancien Adrasteia : « auquel on ne peut échapper »), qui estime qu'« un déclin de notre civilisation est inévitable »[6].

Projet Synesthéorie[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, Vincent Mignerot participe à un travail conceptuel sur la notion de synesthésie[7]: le Projet Synesthéorie a pour objectif l’étude des synesthésies en tant que perceptions multimodales conscientes et de leurs apports historiques et actuels dans l'art, la philosophie et la science[8],[9]. Synesthète lui-même, c'est à ce titre qu'il est interrogé par Le Point[10], par France Musique[11], ou par la RTS[12]. Depuis 2015, il est membre du Groupement de recherche esthétique, art et science, CNRS, université René Descartes[13].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le petit camion jaune, Jacques André Éditeur, 2005. (ISBN 978-2-915009-415)
  • Essai sur la raison de tout, éditions Solo, 2014. (ISBN 978-2-955084-618) (1re version 2008 préfacée par le philosophe Christian Godin[14] (ISBN 978-2-847290-783)).
  • Le piège de l'existence : pour une théorie écologique de l'esprit, éditions Solo, 2014. (ISBN 978-2-955084-601)
  • Synesthésie et probabilité conditionnelle : Lire le langage de programmation de l'Univers[15], Éditions Solo, 2014. (ISBN 978-2-955084-625)
  • « Heuraesthesia: When Synaesthesia Fertilizes the Mind » in Aesthetics and Neuroscience, Scientific and Artistic Perspectives (Kapoula, Zoi, Vernet, Marine (eds)), Springer, 2016. (ISBN 978-3-319-46233-2)
  • Transition 2017 : Réformer l'écologie pour nous adapter à la réalité, Éditions Solo, 2017. (ISBN 978-2-955084-656)
  • Participe à l'ouvrage collectif : Collapsus : Changer ou disparaître ? Le vrai bilan sur notre planète, sous la direction de Laurent Aillet et Laurent Testot, éditions Albin Michel, . (ISBN 978-2-2264-4897-2)
  • Participe à l'ouvrage collectif L'Effondrement de l'empire humain : Regards croisés, sous la direction de Manon Commaret et Pierrot Pantel, éditions Rue de l'échiquier, , (ISBN 978-2-3742-5240-7).
  • L’Énergie du déni : Comment la transition énergétique va augmenter les émissions de CO2, éditions Rue de l'échiquier, , (ISBN 978-2-3742-5279-7).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice BnF [1]
  2. « Vincent Mignerot », sur Babelio (consulté le ).
  3. « Résumés », sur imj-prg.fr (consulté le ).
  4. « Existe-t-il une science du pire ? », sur France Culture (consulté le ).
  5. « Transition 2017 – 2/4 : Écologie et post-vérité », sur Adrastia, (consulté le ).
  6. a et b (en) « « Le déclin de notre civilisation est inéluctable » (Interview) », sur Mr Mondialisation, (consulté le ).
  7. « Synesthésie - Synesthéorie », sur Synesthéorie (consulté le ).
  8. « Conférence : heuresthésie – MindFhack - Synesthéorie », sur Synesthéorie, (consulté le ).
  9. « Ateliers : les paysages sonores – UNESCO - Synesthéorie », sur Synesthéorie, (consulté le ).
  10. Le Point.fr, « Vidéo - Vincent Mignerot - Êtes-vous synesthète ? », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  11. « Visite sonore de l'exposition L'Art et la machine en compagnie d'un synesthète », sur France Musique (consulté le ).
  12. « La synesthésie, lorsque les chiffres deviennent des couleurs - Play RTS » [vidéo], sur Play RTS (consulté le ).
  13. « Groupement de recherche « Esthétique, art et science » ».
  14. « Ouvrages collectifs », sur christian-godin.com (consulté le ).
  15. « Livre : Synesthésie », sur Synesthéorie (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]