Découplage (écologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Découplage.

Le découplage est un terme d'économie et d'écologie qui désigne l'objectif de séparer la prospérité économique (génération de revenu, croissance économique) de la consommation de ressources et d'énergie (impact environnemental négatif, émissions de gaz à effet de serre, etc.)[1],[2],[3]. Réussir à croître sans augmenter les atteintes à l’environnement est un enjeu du développement durable.

Groupe international d'experts sur les ressources[modifier | modifier le code]

Le découplage de la croissance économique et des dégradations de l'environnement est un objectif du Groupe international d'experts sur les ressources[4]. Le Groupe international d'experts sur les ressources et le Programme des Nations unies pour l'environnement ont publié les rapports Decoupling Natural Resource Use and Environmental Impacts from Economic Growth [Découpler l'utilisation des ressources naturelles et les répercussions environnementales de la croissance économique] (2011) et Decoupling 2: Technologies, Opportunities and Policy Options [Découplage 2 : technologies, opportunités et option politique] (2014)[5].

En 2016, le Groupe international d'experts sur les ressources a publié un rapport indiquant que la productivité matérielle mondiale a diminué depuis l'an 2000[6]. Depuis cette année[évasif], la croissance des flux de matières est plus forte que la croissance du produit intérieur brut[6]. C'est le contraire du découplage, situation que certains qualifient de surcouplage.

Découplage relatif et découplage absolu[modifier | modifier le code]

Dans Prospérité sans croissance, Tim Jackson souligne l'importance de distinguer le découplage relatif du découplage absolu[1] :

  • Le découplage relatif : fait référence à une diminution de l'intensité écologique par unité de production économique. Dans cette situation, les impacts sur les ressources diminuent par rapport au PIB (mais l'impact environnemental et le PIB augment tous deux).
  • Le découplage absolu fait référence à une situation dans laquelle les impacts environnementaux diminuent en termes absolus. L'efficacité des ressources doit augmenter au moins aussi rapidement que la production économique et doit continuer à s'améliorer à mesure que l'économie croît, si l'on veut que le découplage absolu se réalise.

Entre 1990 et 2015, l'intensité de carbone par dollar de PIB a diminué de 0,6 % par an (découplage relatif), mais la population a augmenté de 1,3 % par an et le revenu par habitant a également augmenté de 1,3 % par an[1]. C'est-à-dire que les émissions de carbone ont augmenté de 1,3 + 1,3 − 0,6 = 2 % par an, entraînant une augmentation de 62 % en 25 ans (les données ne reflètent aucun découplage absolu)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Tim Jackson (trad. André Verkaeren, préf. Patrick Viveret), Prospérité sans croissance : Les fondations pour l'économie de demain, De Boeck, , 2e éd. (1re éd. 2010), 304 p. (ISBN 9782807301603), chap. 5 (« Le mythe du découplage »), p. 119-138.
  2. Rabouin Benoît, Le découplage entre croissance économique et émission de gaz à effet de serre est-il possible ?, Université de Sherbrooke, 2016.
  3. Thierry Lefèvre, « Le concept de découplage entre utilisation des ressources et croissance », Planète viable, 9 septembre 2013 (page consultée le 18 juillet 2016).
  4. (en)International Resource Panel, site du Programme des Nations unies pour l'environnement (page consultée le 18 juillet 2016).
  5. (en) Decoupling (reports), Panel international des ressources et Programme des Nations unies pour l'environnement (page consultée le 18 juillet 2016).
  6. a et b (en) Global material flows and resource productivity. An assessment study of the UNEP International Resource Panel, Programme des Nations unies pour l'environnement, 2016 (page consultée le 12 octobre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]