Florent Boudié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Florent Boudié
Fonctions
Député de la 10e circonscription de la Gironde
En fonction depuis le
(6 ans, 3 mois et 25 jours)
Élection 17 juin 2012
Réélection 18 juin 2017
Législature XIVe et XVe
Groupe politique SER puis LREM
Prédécesseur Jean-Paul Garraud (UMP)
Conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine
En fonction depuis le
(2 ans, 10 mois et 2 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Alain Rousset
Conseiller municipal de Sainte-Foy-la-Grande
En fonction depuis le
(4 ans, 6 mois et 15 jours)
Maire Christophe Chalard
Biographie
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Sainte-Foy-la-Grande (Gironde)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste (jusqu'en 2017)
EM/REM (depuis 2016)

Florent Boudié, né le à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde), est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste, il devient député pour la XIVe législature de la Cinquième République française de la 10e circonscription de la Gironde puis conseiller régional et porte-parole de la région Nouvelle-Aquitaine en décembre 2013.

Il est réélu député en 2017, après avoir rejoint La République en marche. Il siège à la commission des Lois de l'Assemblée Nationale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils de résistant devenu gendarme à la Libération et d'un d'instituteur[réf. souhaitée], Florent Boudié est né le à Sainte-Foy-la-Grande et passe son enfance et son adolescence dans la commune de Pineuilh.

À 17 ans, il entre à l'Institut d'études politiques de Bordeaux dont il est diplômé en 1994. Également diplômé d'une maîtrise en droit européen (1995) à l'Université Bordeaux-Montesquieu, il poursuit ses études à l'Université Panthéon-Assas où il obtient un DEA de droit européen. Après ses études, il enseigne le droit public à l'Université Panthéon-Assas puis à l'Université Bordeaux-Montesquieu[réf. souhaitée].

En 2003, il devient conseiller aux transports et à la décentralisation auprès d'Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, puis devient son chargé des travaux rédactionnels jusqu'en octobre 2007. À cette date, il prend les fonctions de directeur de cabinet de Gilbert Mitterrand à la ville de Libourne, jusqu'au mois de mai 2011.

En 2012, il se présente aux élections législatives dans la 10e circonscription de la Gironde. Arrivé en tête au premier tour, devant le député sortant Jean-Paul Garraud, avec respectivement 36,96 % et 32,22 % des suffrages exprimés, il s'impose au second tour, avec 54,60 %.

Membre de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable de l'Assemblée Nationale, il occupe le siège 467 jusqu'à la fin de la XIVe législature.

À l'automne 2012, il est nommé responsable pour le groupe SRC du projet de loi portant sur la participation du public en application de l'article 7 de la charte de l'environnement.

Au mois de janvier 2013, il est nommé responsable pour le groupe SRC du projet de loi portant diverses dispositions dans le domaine des transports.

Florent Boudié est également membre du groupe d'études sur la viticulture et vice-président du groupe d'études dédié aux "Politiques de la Ruralité" créé à l'Assemblée Nationale en 2012 pour défendre la place des territoires ruraux dans la République.

Nommé le 22 mai 2013 rapporteur pour la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire dans le cadre du projet de loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles, Florent Boudié a notamment défendu, à l'occasion de la première lecture du texte par l'Assemblée Nationale (16-20 juillet 2013), l'intégration dans le texte d'un volet "territorial", en complément du volet "métropolitain". L'objectif de ce nouveau volet du projet de loi visait à répondre aux préoccupations exprimées par les représentants des villes moyennes, des secteurs péri-urbains et des territoires ruraux face à la consolidation des fonctions métropolitaines dans les grandes agglomérations urbaines. À ce titre, le député de la Gironde introduit la notion de "pôle d'équilibre et de coopération territorial" dans le projet de loi, destinée, d'une part, à se substituer aux "Pays" régis en syndicats mixtes et, d'autre part, à fédérer les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre dans des ensembles collaboratifs, ouverts et souples.

Au cours de la législature 2012-2017, il est également nommé rapporteur pour la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire du projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales ainsi que du projet de loi portant nouvelle organisation territoriale de la République.

En décembre 2015, il est élu conseiller régional d'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, lors des élections régionales en Gironde[1]. Il est alors désigné porte-parole d'Alain Rousset, président de la région Nouvelle Aquitaine. Il démissionne alors du mandat de conseiller municipal de Sainte-Foy-la-Grande pour se conformer à la règle du non cumul des mandats.

Dès le printemps 2016, il soutient Emmanuel Macron, adhère au mouvement En marche ! et intègre le comité politique (COPOL) du candidat pour l'élection présidentielle de 2017[2]. En septembre 2016, il crée avec plusieurs autres parlementaires issus du Parti Socialiste, un groupe intitulé "La Gauche avec Macron". Au mois de décembre 2016, il accepte de parrainer Manuel Valls dans le cadre de la primaire de la Belle alliance populaire, considérant qu'une même famille de pensée doit se rassembler, des modérés de la droite républicaine à Manuel Valls en passant par Emmanuel Macron[3]. Il confirme néanmoins son soutien au candidat En Marche!, ce qui lui vaut d'être exclu du Parti Socialiste et de se voir retirer l'investiture socialiste en vue des élections législatives des 11 et 18 juin 2017. Le 11 mai 2017, il fait partie des 27 députés sortants investis candidats de La République en Marche. Confronté à un candidat du Parti Socialiste au premier tour de l'élection législative ayant obtenu 4,94 % des suffrages, il remporte le second tour avec 67,90 % des voix face à la candidate du Front National[4].

Florent Boudié est désormais membre de la Commission des Lois de l'Assemblée Nationale.

Il est responsable du projet de loi sur l'immigration au sein du groupe LREM (chargé des discussions avec le cabinet du ministre Gérard Collomb)[5]. Il pilote également un groupe de travail de députés LREM sur l'islam[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gironde : vos 47 élus au Conseil régional,Sud ouest, 14 décembre 2015
  2. [1]
  3. « Gironde : le député PS Florent Boudié soutient Emmanuel Macron », sur SudOuest.fr (consulté le 11 mai 2017)
  4. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  5. Manuel Jardinaud et Mathilde Mathieu, « Migrants: Collomb verrouille son texte malgré les haut-le-cœur de députés LREM », sur Mediapart, (consulté le 1er avril 2018).
  6. Mathilde Siraud, « Les députés LaREM planchent sur l'islam de France », sur lefigaro.fr, (consulté le 22 juillet 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]