Florent Boudié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Florent Boudié
Image illustrative de l'article Florent Boudié
Fonctions
Député de la 10e circonscription de la Gironde
En fonction depuis le
(5 ans et 5 jours)
Élection 17 juin 2012
Réélection 18 juin 2017
Législature XIVe et XVe
Groupe politique SRC puis SER
Prédécesseur Jean-Paul Garraud (UMP)
Conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine
En fonction depuis le
(1 an, 6 mois et 12 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Alain Rousset
Conseiller municipal de Sainte-Foy-la-Grande
En fonction depuis le
(3 ans, 2 mois et 26 jours)
Maire Christophe Chalard
Biographie
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Sainte-Foy-la-Grande (Gironde)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste (jusqu'en 2017)
EM/REM (depuis 2016)

Florent Boudié, né le à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde), est un homme politique français. Membre du Parti socialiste (PS) puis de En marche !, il est depuis 2014 conseiller municipal d’opposition de la ville de Sainte-Foy-la-Grande et en 2012, il devient député pour la XIVe législature de la Cinquième République française de la 10e circonscription de la Gironde. Depuis le 13 décembre 2015, il est également conseiller régional et porte-parole de la Nouvelle-Aquitaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils de résistant devenu gendarme à la Libération et d'un d'instituteur[réf. souhaitée], Florent Boudié est né le à Sainte-Foy-la-Grande mais passa son enfance et son adolescence dans la commune de Pineuilh.

À 17 ans, il entre à l'Institut d'études politiques de Bordeaux dont il est diplômé en 1994. Également diplômé d'une maîtrise en droit européen (1995) à l'Université Bordeaux-Montesquieu, il poursuit ses études à l'Université Panthéon-Assas où il obtient un DEA de droit européen. Après ses études, il enseigne le droit public à l'Université Panthéon-Assas puis à l'Université Bordeaux-Montesquieu[réf. souhaitée].

En 2003, il devient conseiller aux transports et à la décentralisation auprès d'Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, puis devient son chargé des travaux rédactionnels jusqu'en octobre 2007. À cette date, il prend les fonctions de directeur de cabinet de Gilbert Mitterrand à la ville de Libourne, jusqu'au mois de mai 2011.

En 2012, il se présente aux élections législatives dans la 10e circonscription de la Gironde. Arrivé en tête au premier tour, devant le député sortant Jean-Paul Garraud, avec respectivement 36,96 % et 32,22 % des suffrages exprimés, il s'impose au second tour, avec 54,60 %.

Membre de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable de l'Assemblée Nationale, Florent Boudié occupe le siège 467.

À l'automne 2012, il est nommé responsable pour le groupe SRC du projet de loi portant sur la participation du public en application de l'article 7 de la charte de l'environnement.

Au mois de janvier 2013, il est nommé responsable pour le groupe SRC du projet de loi portant diverses dispositions dans le domaine des transports.

Florent Boudié est également membre du groupe d'études sur la viticulture et vice-président du groupe d'études dédié aux "politiques de la ruralité" transpartisan créé à l'Assemblée Nationale sous la présente législature.

Nommé le 22 mai 2013 rapporteur pour la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire dans le cadre du projet de loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles, Florent Boudié a notamment défendu, à l'occasion de la première lecture du texte par l'Assemblée Nationale (16-20 juillet 2013), l'intégration dans le texte d'un volet "territorial", en complément du volet "métropolitain". L'objectif de ce nouveau volet du projet de loi vise en particulier à répondre aux fortes préoccupations exprimées par les représentants des villes moyennes, des secteurs péri-urbains et des territoires ruraux face à la consolidation des fonctions métropolitaines dans les grandes agglomérations urbaines. À ce titre, le député de la Gironde a introduit la notion de "pôle d'équilibre et de coopération territorial" dans le projet de loi, destinée, d'une part, à se substituer aux "pays" régis en syndicats mixtes et, d'autre part, à fédérer les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre dans des ensembles collaboratifs, ouverts et souples.

En décembre 2015, il est élu conseiller régional d'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, lors des élections régionales en Gironde[1].

Il soutient Emmanuel Macron, candidat du parti En marche !, pour l'élection présidentielle de 2017[2]. En décembre 2016, sous la menace de blocage de son investiture aux législatives par le Parti socialiste, il annonce finalement soutenir Manuel Valls à la primaire de la Belle alliance populaire. Déçu par la victoire de Benoît Hamon, il retourne vers Emmanuel Macron une nouvelle fois[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]