Jean-Marc Borello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borello.
Jean-Marc Borello
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Groupe SOS
Biographie
Naissance
Nationalité

Jean-Marc Borello, né le est un dirigeant associatif français.

Il est président du directoire du Groupe SOS. Il est délégué national d'En marche !

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Borello naît le [1] à Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône[2].

Entre un père militaire et une mère ouvrière, il passe son enfance à Gardanne au coeur du bassin minier de Provence et suit les classes du lycée d'Aix-en-Provence. Il devient en 1977 éducateur spécialisé dans un centre d’accueil pour jeunes délinquants[2]. Jean-Marc Borello mène pendant sa carrière d'éducateur un projet expérimental qui aboutira à ce que sont aujourd'hui les Centre éducatifs Fermés ou les Centre éducatifs Renforcés : il passe plusieurs mois en tête à tête avec un jeune déclaré "inassumable en milieu carcéral", une histoire racontée par un sociologue.[3]

En 1981, il entre au cabinet de Gaston Defferre à la ville de Marseille[4]. De 1984 à 1986, il est chef de cabinet de Gilbert Trigano, délégué chargé des nouvelles formations[5] auprès du Premier ministre, Laurent Fabius.

Parallèlement, il est nommé en 1982 chargé de mission à la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT)[2]. Il fonde en 1984 avec Régine l'association SOS Drogue international — avec laquelle il ouvre des centres d'aide aux usagers de drogue[6] — et dirige en parallèle le groupe Carré de Régine[2],[5]. L'association SOS Drogue International se développe, d'autres associations la rejoignent pour créer le Groupe SOS (qui n'a pas d'actionnaires et ne distribue donc pas de dividendes[5]). Jusqu'alors bénévole, Jean-Marc Borello devient en 1998 salarié du Groupe SOS, dont il est président du directoire[2].

Très engagé dans la lutte contre Sida, Jean-Marc Borello est dans les années 90 et 2000 Président de l'Union des Associations de Lutte contre le Sida (UNALS), Vice-Président d'Ensemble contre le Sida (association présidée par Pierre Bergé) et d'Elus locaux Contre le Sida (association présidée par Jean-Luc Romero). Les associations de lutte contre le sida Apparts, Arcat, Envol insertion et le Kiosque info sida toxicomanies rejoignent le Groupe SOS qui représente le premier acteur associatif français dans ce domaine.[7]

Jean-Marc Borello est dans les années 1990 administrateur de l’institut des Tournelles, association de protection de l’enfance[8]. Alors que le directeur de l’institut est soupçonné de viol sur un mineur, Borello le défend à la barre, convaincu de l'impossibilité d'« histoires de pédophilie » dans cette institution[9]. Le directeur sera condamné à douze ans de prison en 2004[10],[11].

En 2010, Jean-Marc Borello devient le premier président du Mouvement des entrepreneurs sociaux (MOUVES)[6] qu'il a contribué à créer.

Avec les années et le développement important que connaît le Groupe SOS, la reconnaissance s'amplifie : surnommé « Bernard Tapie », « Vivendi » ou « le Bill Gates du social » par la presse[12], Jean-Marc Borello est désigné en 2016 par la Fondation Schwab entrepreneur social de l'année parmi douze personnalités choisies dans le monde entier[13] ; en 2017 il reçoit le Grand Prix de l'esprit d'entreprendre[14] Acteurs économiques La Tribune. Il est par ailleurs chevalier de la Légion d'honneur et officier de l'ordre national du Mérite. Il est administrateur de plusieurs fondations (Veolia, Accor...)[4].

En , il devient délégué national d'En marche !, mouvement présidé par Emmanuel Macron[15], dont il a été l'enseignant lorsque celui-ci était étudiant à Sciences Po Paris[16]. Il est membre de la commission d'investiture du mouvement pour les élections législatives[5].

En 2017 les Conseils d'Administration du Groupe SOS décident qu'en cas de départ de Jean-Marc Borello le poste de Président du Groupe SOS sera supprimé et qu'une gouvernance collective sera mise en place au sein du Directoire du groupe, ce qui sera alors une première pour une organisation de cette taille. La même année Jean-Marc Borello et le Groupe SOS, associé au chef étoilé Thierry Marx et à son école «Cuisine Mode d'emplois», remportent la gestion du Pavillon de l'Elysée ; c'est la première fois qu'une structure de l'économie sociale et solidaire développe son activité sur "la plus belle avenue du monde"[17].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • SOS contre toute attente, Paris, Rue de l'échiquier, coll. « Conversations solidaires », , 158 p. (ISBN 978-2-917770-04-7, notice BnF no FRBNF42100373) ;
  • Avec François Bottollier-Depois et Nicolas Hazard, L'entreprise du XXIe siècle sera sociale ou ne sera pas, Paris, Rue de l'échiquier, , 317 p. (ISBN 978-2-917770-26-9, notice BnF no FRBNF42690083) ;
  • Avec Thomas Bout, Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles : sur les pas du fondateur du groupe SOS, Paris, Rue de l'échiquier, coll. « Conversations solidaires », , 191 p. (ISBN 978-2-917770-49-8, notice BnF no FRBNF43708139) ;
  • Sous la dir. de Nathalie Calmé, avec Jean-Guy Henckel, Manifeste pour un monde solidaire, Paris, Le Cherche midi, coll. « Pour un monde meilleur », , 219 p. (ISBN 978-2-7491-3504-5, notice BnF no FRBNF44275371).
  • Pour un capitalisme d’intérêt général, Paris, Débats Publics, coll. "Sens" sous la direction de Patrick Poivre d'Arvor, 2017, 193 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice BnF.
  2. a, b, c, d et e Annie Kahn, « Jean-Marc Borello : un patron sans but lucratif », sur lemonde.fr, .
  3. Maryse Vaillant, Les prises en charge difficiles, Vaucresson, Centre national de formation et d'études de la jeunesse,
  4. a et b Marc Landré, Jean-Marc Borello, le grand patron (social) qui murmure à l'oreille d'Emmanuel Macron, lefigaro.fr, 27 avril 2017
  5. a, b, c et d Marc Landré, « Jean-Marc Borello, conseiller privé de Macron », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », samedi 13 / dimanche 14 mai 2017, page 36.
  6. a et b Léa Lejeune, « Jean-Marc Borello, traversée en solidaire », sur liberation.fr, .
  7. « ELCS infos »
  8. Les victimes des Tournelles réclament justice, leparisien.fr, 15 mars 2001
  9. Jacqueline Coignard, Défilé chic pour défendre l'ex-éducateur des Tournelles., liberation.fr, 6 mai 2006
  10. Robert Mégel condamné à 12 ans de réclusion, lemonde.fr, 12 mai 2006
  11. Le canard enchaîné, « Des rumeurs malignes », hebdomadaire,‎
  12. « Jean-Marc Borello, traversée en solidaire », quotidien,‎ (lire en ligne)
  13. (en) « Introducing the Schwab Foundation’s Social Entrepreneur of the Year 2016 Awardees »
  14. « Revivez le prix de l'esprit d'entreprendre »
  15. Nathalie Raulin, « Macron refuse l'appel au rassemblement de Valls », sur liberation.fr, .
  16. Marc Vignaud, « Jean-Marc Borello, le vrai patron de Macron », Le Point,‎ (lire en ligne).
  17. « Jean-Marc Borello offre au Groupe SOS le Pavillon de l'Élysée », sur lefigaro.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]