Death Note

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Death Note
Image illustrative de l'article Death Note
Logo de la franchise Death Note.
デスノート
(Desu Nōto)
Type Shōnen
Genres Policier, Fantastique, Thriller psychologique, Surnaturel, Mystère, Suiri
Thèmes Crime, Shinigami
Manga
Scénariste Tsugumi Ōba
Dessinateur Takeshi Obata
Éditeur (ja) Shūeisha
(fr) Kana
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Shōnen Jump
Sortie initiale
Volumes 13
Anime japonais
Réalisateur
Scénariste
Studio d’animation Madhouse
Compositeur
Licence (ja) Nippon Television
(fr) Kana Home Video
Chaîne Drapeau du Japon Nippon Television
1re diffusion
Épisodes 37

Autre

Death Note (デスノート, Desu Nōto?, littéralement Cahier de la Mort) est un shōnen manga écrit par Tsugumi Ōba et dessiné par Takeshi Obata. Il est prépublié dans le magazine Weekly Shōnen Jump de à , par la suite publié en douze tankōbon depuis jusqu'à par Shūeisha. La version française est éditée par Kana de jusqu'à .

À la suite du succès du manga, une adaptation en anime de 37 épisodes est réalisée par Tetsurō Araki au sein du studio Madhouse et diffusée du au sur Nippon Television au Japon. En France, l'anime est diffusé à partir du sur MCM et de sur Virgin 17.

Death Note est également adapté en trois films live, sortis au Japon entre 2006 et 2008, puis directement en DVD en France par Kazé. Une adaptation en drama est également diffusée en 2015 sur Nippon TV au Japon et en simulcast sur Crunchyroll dans les pays francophones. Plus récemment, il a été repris dans un film du même nom sorti sur Netflix en 2017.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les cahiers de la mort sont d'apparence anodine, si ce n'est leur titre en lettres gothiques qui trahit de plus sombres desseins.

Light Yagami est un lycéen surdoué qui juge le monde actuel criminel, pourri et corrompu. Sa vie change du tout au tout le jour où il ramasse par hasard un mystérieux cahier intitulé « Death Note ». Son mode d'emploi indique que « la personne dont le nom est écrit dans ce cahier meurt ». D'abord sceptique, Light décide toutefois de tester le cahier et découvre que son pouvoir est bien réel. Il rencontre l'ancien propriétaire du Death Note, un dieu de la mort nommé Ryûk. Celui-ci déclare avoir volontairement laissé tomber son carnet dans le but de se divertir.

Light décide d'utiliser le Death Note pour exterminer les criminels, dans le but de bâtir un monde parfait dont il sera le dieu. Il apprend peu à peu à se servir des pouvoirs du cahier et de ses règles : l'utilisateur ne peut tuer une personne que s'il connait son visage, en y inscrivant son prénom et son nom de famille. Il peut également en préciser la cause et les circonstances détaillées, la cause par défaut étant la crise cardiaque.

Les nombreuses morts inexpliquées de criminels à travers le monde attirent l'attention d'Interpol et du mystérieux L, un détective particulièrement talentueux, mais dont personne ne connaît l'identité. L décide d'enquêter sur le tueur en série, surnommé « Kira » (キラ?, dérivé de la prononciation japonaise de « killer ») par le grand public.

Personnages[modifier | modifier le code]

Cosplay des personnages de Light Yagami, L, Ryuk et Misa Amane.
Light Yagami (夜神 月, Yagami Raito?)
Personnage principal de l'histoire, Light est un lycéen surdoué qui juge le monde actuel corrompu et perverti. Quand il trouve par hasard le Death Note abandonné par un dieu de la mort (Ryuk), il décide de l'utiliser pour exterminer tous les criminels, sous le nom de Kira (mot japonais dérivé de killer, « tueur » en anglais). Son but est de créer un monde utopique débarrassé du crime, où il pourra régner en dieu. Sa santé mentale et son humanité s'altèrent au fur et à mesure que l'histoire progresse.
L (エル, Eru?)
Principal adversaire de Light, L est considéré comme le meilleur détective au monde, bien que son identité soit inconnue. Il enquête sur l'affaire Kira. Il se fait appeler Ryûzaki et Hideki Ryuga. Son nom réel reste inconnu dans les 12 premiers tomes du manga, mais son véritable nom, L Lawliet (エル・ローライト, Eru Rōraito?), est dévoilé dans le 13e tome, How to read it. Son comportement excentrique n'a d'égal que son intelligence.
Ryuk (リューク, Ryūku?)
Ryuk est un dieu de la mort qui s'ennuie profondément dans le monde des dieux de la mort. Possédant deux Death Note, il en abandonne un dans le monde des humains dans le but de se divertir. Il suit Light partout (car celui-ci est le nouveau propriétaire du Death Note et Ryuk se doit de le suivre jusqu'à la mort de Light) mais reste neutre par rapport aux événements.
Misa Amane (弥 海砂, Amane Misa?)
Misa est une jeune fille qui admire Kira et ses actions. Assez puérile, elle est un mannequin très populaire, une Idol (アイドル, aidoru?, starlette), au style vestimentaire axé sur le « gothic lolita » et punk. Elle est amoureuse de Light et ferait n'importe quoi pour lui. Elle aussi a un Death Note et son dieu de la mort s'appelle Rem. Elle est considérée comme le deuxième Kira. Elle a fait l'échange des yeux afin d'être utile à Kira, ce qui signifie qu'elle peut voir le nom et la durée de vie de n'importe qui.
Soichiro Yagami (夜神 総一郎, Yagami Sōichirō?)
Chef de la police et père de Light, Sôichirô a une grande confiance envers son fils et un amour sans limites pour sa fille et sa femme. Il a un grand sens de la justice et n'hésite pas à s'allier avec L pour lutter contre Kira qu'il considère comme un dangereux assassin.
Même lorsqu'il sera hospitalisé pour surmenage après avoir fait une attaque cardiaque, il n'hésitera pas à prendre un camion pour stopper la diffusion des cassettes envoyées par le 2e Kira (Misa), malgré tout il s'oppose à ce que son fils rejoigne le bureau d'enquête trop vite.
Near (ニア, Nia?)
Near est un des candidats à la succession de L. Il a grandi à la « Wammy's House », un orphelinat réservé aux enfants surdoués. Calme et calculateur, il a de nombreux points communs avec L. Son signe particulier est qu'il adore jouer avec des jouets d'enfants, ce qui lui valait de nombreuses moqueries lorsqu'il était à l'orphelinat. Il est celui qui, en partie avec l'aide de Mello, trouve des preuves et démontre que Light est Kira. Son vrai nom est Nate River (ネイト・リバー, Neito Ribā?).
Mello (メロ, Mero?)
Mello est, comme Near, un des candidats à la succession de L et a également grandi à la « Wammy's House ». Son signe particulier est qu'il mange toujours du chocolat, signe qui sera repris par Near à la fin du manga en son hommage. D'un naturel emporté, son but est de surpasser L et Near. Son vrai nom est Mihael Keehl (ミハエル・ケール, Mihaeru Kēru?).
Rem (レム, Remu?)
Rem est un dieu de la mort femelle plutôt sérieuse et intelligente. Elle est très proche de Misa, pour qui elle a des sentiments et se sacrifie pour elle au milieu de l'anime/manga.
C'est quelqu'un de très calme et elle sait garder son sang-froid dans n'importe quelle situation.
Mikami Teru (魅上 照, Teru Mikami?)
Mikami Teru est considéré comme étant le quatrième Kira, son exécutant plus exactement. Il est un très fervent partisan de Kira et pense de la même manière, d'ailleurs, il considère Kira comme un dieu, et a accueilli sa « venue sur terre » (littéralement le moment où Kira a commencé à être reconnu mondialement : dans les médias et la presse) comme la venue d'un dieu venant punir les gens mauvais.
Sidoh (シドウ, Shidō?)
Dieu de la mort qui a égaré son Death Note. Ryuk le ramasse et le donne à Light Yagami. Le cahier tombe ensuite dans les mains de Mello.
Jealous (ジェラス, Jerasu?)
Dieu de la mort qui a tué la personne qui allait tuer Misa Amane, il meurt donc pour avoir rallongé la vie d'une humaine. Son Death Note, que Rem a ramassé, a été donné par cette dernière à Misa.

Kiyomi Takada

Présentatrice de la chaîne NHN et porte-parole de Kira dans la deuxième partie de la série. Elle joue l'intermédiaire entre Light et Mikami pour transmettre les ordres de Light. Elle était l'ancienne petite amie de Light à l'université. Elle meurt tuée par Light dans un incendie à la fin de la série.

Analyse[modifier | modifier le code]

Bien que classé comme shōnen manga de par sa prépublication, et donc ciblant un public jeune et masculin[1], Death Note présente plusieurs niveaux de lecture ; aussi des thèmes politiques et philosophiques sont-ils identifiés et abordés par les commentateurs, à défaut d'avoir été volontairement lancés par l'auteur, Tsugumi Oba, qui estime qu'il n'y a aucun message, aucune idéologie dans ce manga qui se résume donc, à ses yeux, à un combat stratégique et psychologique entre Light et ses adversaires[2] :

La peine de mort et la justice[modifier | modifier le code]

Un Shinigami (dieu de la mort) représenté dans le bestiaire surnaturel Ehon hyaku monogatari, vers 1841.

Ces problématiques sont abordées avec les meurtres d'un Light auto-proclamé juge de l'humanité par la grâce du Death Note, mais aussi via l'attitude de ses poursuivants, qui n'hésitent pas à bafouer les droits de l'homme pour parvenir à identifier Kira[3]. Chacun des protagonistes, finalement, lutte pour sa conception de la justice en agissant à l'opposé de l'idéal défendu, ce qui, somme toute, transcende les clivages et appelle à un rejet du manichéisme en la matière. Tsugumi Oba déclare ainsi que Near, à la fin du manga, « invite chacun de nous à se joindre à sa réflexion [sur la justice] » lorsqu'il se livre à la critique des agissements de Kira[4]. Death Note laisse alors aux spectateurs la question « Qu’est-ce que la justice ? »

Le Bien et le Mal[modifier | modifier le code]

Light est persuadé d'agir au nom du Bien puisqu'il vise à devenir le dieu d'un monde idéal car expurgé de toute criminalité. Mais, dans le même temps, la méthode utilisée pour parvenir à cette utopie est le meurtre en série, et l'assassinat des innocents qui osent se dresser sur son chemin… Un paradoxe qui peut, là aussi, s'interpréter comme une volonté de relativiser ces deux notions antinomiques[5]. Le scénariste, Tsugumi Oba, est plus absolu : tout en se défendant d'avoir voulu véhiculer la moindre idéologie ou message philosophique, il précise qu'à titre personnel, il voit en Light « le mal absolu », et ajoute que « L n'est pas forcément mieux »[4]. Au-delà, la question de la corruption de la nature humaine par le pouvoir est abordée : Light, qui ne voyait au départ en le Death Note qu'un moyen de bâtir son monde utopique, a progressivement glissé vers l'obsession de devenir un dieu, au point, à la fin du manga, de sombrer dans la folie[3].

La dissimulation[modifier | modifier le code]

Le détective connu sous le pseudonyme de « L » ne communique en public que sous la forme de la lettre L dans la police d'écriture Old London.

L'un des enjeux pour les personnages est de cacher à tout prix leur identité et/ou leur apparence : Light pour ne pas être démasqué et arrêté, les autres pour ne pas se révéler à Kira[6].

La religion[modifier | modifier le code]

Elle est aussi abordée car Light estime être le dieu de son nouveau monde. De plus, dans la version animée, L nettoie les pieds de Light peu avant qu'il ne meure à cause du stratagème impliquant Misa et la participation de Rem. Light serait donc le « Juda » de L. Sans parler de la passion de Ryuk pour les pommes, le fruit défendu. Ainsi que dans l'émission de Sakura TV, le temple de Kira, Demegawa a fait construire un temple dédié à Kira, la seule différence par rapport à la Bible est que Demegawa prend cette initiative tout seul. Dans l'anime, le premier générique d'ouverture montre une reprise de la sculpture La Pietà de Michel-Ange, la Vierge Marie remplacée par le personnage Naomi Misora et Jésus par Raye Penber. Certaines musiques font aussi référence à la religion : l'anime débute par un Kyrie Eleison, prière et chant religieux traditionnel, ou encore le thème de l'anime reprenant les airs de Carmina Burana : O Fortuna, elle-même fondée sur un recueil de poèmes religieux.

Manga[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Liste des volumes[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

L'écriture de Death Note s'est déroulée de manière similaire pour les différents chapitres. Tsugumi Ōba écrit dans un premier temps le scénario, puis l'envoie à Takeshi Obata. Ce dernier le lit et détermine le découpage des cases. Obata dessine ensuite lui-même tout ce qui concerne les personnages et l'univers visuel. Ses assistants appliquent enfin ses consignes et réalisent les bâtiments ou les décors[7].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Anime[modifier | modifier le code]

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]
Épisodes[modifier | modifier le code]
Musiques[modifier | modifier le code]

La musique de l'anime a été créée par les compositeurs Taniuchi Hideki et Yoshihisa Hirano (en). Trois Original SoundTrack sont sortis, avec notamment les thèmes musicaux des personnages principaux. La variété de ces musiques va des chants grégoriens (dont certains en latin) aux airs métal saturés.

Génériques de la série télévisée
Générique Épisodes Début Fin
Titre Artiste Titre Artiste
1 1 – 19 The World Nightmare Alumina Nightmare
2 20 – 37 What's up, People? Maximum the Hormone Zetsubou Billy Maximum the Hormone
Diffusion par pays[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

  1. Death Note RoadShow Rewrite: Vision of God d'une durée de deux heures a vu le jour en 2007 au Japon et est sorti en France directement en DVD sous le nom de Death Note Relight : La vision d'un Dieu le [9].
  2. Death Note RoadShow Rewrite 2: L wo Tsugu Mono d'une durée d'une heure et trente minutes a vu le jour en 2008 au Japon et est sorti en France directement en DVD sous le nom de Death Note Relight 2 : La relève de L le [10].

DVD[modifier | modifier le code]

  • Quatre coffrets DVD collectors contenant une figurine sont sortis pour la série animée :
  1. Le premier composé de 11 épisodes le [11] ;
  2. Le deuxième composé de 13 épisodes le [12] ;
  3. Le troisième composé de 13 épisodes le [13].
  4. Un coffret regroupant l'intégrale des épisodes est sorti le [14].
  • Un coffret intégrale regroupant les 37 épisodes est également sorti le [18].
  • Puis, deux DVD simples sont sortis pour les films d'animations :
  1. Death Note Relight : La vision d'un Dieu est sorti le [9] ;
  2. Death Note Relight 2 : La Relève est sorti le [10].

Doublage[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]
Personnages Voix japonaises[8] Voix françaises[8]
Light Yagami Mamoru Miyano Alexis Tomassian
Ryûk Shido Nakamura Emmanuel Karsen
L Kappei Yamaguchi Guillaume Lebon
Misa Amane Aya Hirano Charlyne Pestel
Near Noriko Hidaka (en) Vincent de Bouard
Mello Nozomu Sasaki Emmanuel Garijo
Watari Kiyoshi Kobayashi (en) Pierre Dourlens
Teru Mikami Masaya Matsukaze (en) Bruno Choël
Kiyomi Takada Māya Sakamoto
Matt Tomohiro Nishimura (en) Bruno Dubernat
La police japonaise[modifier | modifier le code]
Personnages Voix japonaises[8] Voix françaises[8]
Sôichirô Yagami Naoya Uchida (en) Philippe Dumond
Tôta Matsuda Ryo Naitou (en) Charles Pestel
Shuichi Aizawa Keiji Fujiwara Laurent Larcher
Kanzô Mogi Kazuya Nakai
Hideki Ide Hideo Ishikawa
Hirokazu Ukita Hidenobu Kiuchi
Les Dieux de la Mort[modifier | modifier le code]
Personnages Voix japonaises[8] Voix françaises[8]


Rem Kimiko Saito (en) Maïk Darah
Sidoh Kazuki Yao
Jealous Kenichi Matsuyama Pascal Massix
Armonia Justin Beyonllemason Hideyuki Umezu
Zerhogie Kibou Tokumei
Dellidublly Tetsuo Goto (en)
Gook Takeharu Onishi Pascal Massix
Le groupe Yotsuba[modifier | modifier le code]
Personnages Voix japonaises[8] Voix françaises[8]
Kyûsuke Higuchi Issei Futamata Patrick Borg
Reiji Namikawa Hirofumi Nojima Nessym Guetat
Takeshi Ooi Kiyoyuki Yanada Marc Alfos
Shingô Midô Eiji Hanawa Bruno Dubernat
Suguru Shimura Hiroyuki Yokoo
Masahiko Kida Masaki Aizawa
Eiichi Takahashi Rintarō Nishi Pascal Massix
Arayoshi Hatori Yukitoshi Tokumoto Jonathan Amram
Autres personnages[modifier | modifier le code]
Personnages Voix japonaises[8] Voix françaises[8]
Sayu Yagami Haruka Kudō Céline Rotard
Sachiko Yagami Ai Satou (en) Claire Conty
Naomi Misora Naoko Matsui Marianne Leroux
Raye Penber Hideo Ishikawa Cédric Dumond
Hitoshi Demegawa Chafurin Pascal Massix
Anthony Rester Masaki Aizawa Jean-Louis Faure
Stephen Gevanni Hiroki Takahashi Thibaut Belfodil
Hal Lidner Akeno Watanabe Stéphanie Lafforgue
Aiber Takuya Kirimoto (en) Bruno Dubernat
Wedy Miki Nagasawa Virginie Kartner
Yuri Ami Koshimizu Isabelle Thomas
Kiichirô Osoreda Katsuhisa Houki (en) Pascal Massix
Rod Ross Masaki Aizawa Michel Vigné

Live-action[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Le manga a été adapté au cinéma, sous la forme de quatre films en prises de vue réelles :

En 2015, après la diffusion du drama[19], un préquel de 3 courts épisodes « Death note: New Génération[20] » sort a l’occasion d'un nouveau film, ce quatrième film intitulé Death Note: Light Up the New World. Réalisé par Shinsuke Sato, celui-ci est sorti le . Il s'agit d'une « suite interdite » des deux films de 2006 réalisés par Shūsuke Kaneko[21], puisqu'elle ne réfère a aucune adaptation du manga.

Une adaptation américaine, Death Note, par la Warner Bros.[22], est longtemps restée au point mort en raison de désaccords sur le scénario. Shane Black a assuré qu'il réaliserait le film après Iron Man 3, sorti en 2013[23], mais en juillet 2014, Gus Van Sant est également pressenti[24]. Finalement, Adam Wingard est choisi pour réaliser l'adaptation, qui est diffusée à partir du sur Netflix[25].

En France, les adaptations cinématographiques suivantes sont sorties directement en DVD :

Pièce de théâtre[modifier | modifier le code]

Une adaptation en pièce de théâtre est annoncée en [31]. Celle-ci est jouée du 6 au à Tokyo puis en mai à Osaka et Nagoya. Light Yagami est joué par Kenji Urai et Hayato Kakizawa, tandis que L est joué par Teppei Koike[32]. Elle est ensuite jouée du au en Corée su Sud, avec un cast différent : Hong Kwang-ho pour Light et Kim Junsu pour L[33].

Drama[modifier | modifier le code]

L'adaptation en série live est annoncée en [34]. Le cast de cette série est différent des précédents films live[35] : Light est joué par Masataka Kubota et L par Kento Yamazaki[36]. La série de 11 épisodes est diffusée à partir du sur Nippon TV au Japon et en simulcast sur Crunchyroll dans les pays francophones[37].

Livre audio[modifier | modifier le code]

Un livre audio développé par Bastei Lübbe (en) sort en version française sur Audible le . D'une durée de 10h46, il se compose de 12 chapitres et est lu par les mêmes doubleurs que ceux de la série d'animation, dont Alexis Tomassian (Light Yagami), Guillaume Lebon (L), Emmanuel Karsen (Ryûk), Philippe Dumond (Soishiro Yagami), Charlyne Pestel (Misa Amane) et Charles Pestel (Tôta Matsuda)[38],[39].

Mangas one-shots[modifier | modifier le code]

Trois one shots autour de l'univers de Death Note ont été publiés, par le même scénariste et le même dessinateur.

  • Le premier est le pilote de la série composé de 55 pages. Il présente Taro Kagami, 13 ans, qui reçoit le Death Note du shinigami Ryuk. Il l'utilise comme un simple journal intime, avant de réaliser son pouvoir[40].
  • Le second a été publié en 2008 à l'occasion de la sortie du film L : Change the World et est composé de 44 pages. Il se déroule trois ans après la fin du manga, où un nouveau Kira apparaît, mais ne ciblant que des personnes à l'agonie ayant le désir de mourir[40].
  • Le dernier a été publié dans le magazine Jump Square en Février 2020 et est composé de 87 pages. Il se déroule en 2019, Ryûk retourne dans le monde des humains pour offrir le Death Note à un nouveau détenteur se nommant Tanaka Minoru. Mais ce dernier, au lieu d'utiliser le carnet, décide de le vendre en le mettant aux enchères[41].

La première histoire est publiée en France dans le tome 13 de la série publiée par Kana. Elle est de nouveau publiée avec les deux autres histoires dans un recueil Death Note: Short Stories sorti le , toujours par les éditions Kana. Le tome est également composé de plusieurs mini-histoires à tendance humoristique, d'une histoire sur le quotidien de L du point de vue de Watari et une histoire racontant comment L est devenu détective[40],[42].

Parodie[modifier | modifier le code]

Une parodie de Death Note créée par Amano Kaito et Sakano Hiro est disponible chez Gekko sous le nom de Death Joke[43].

Romans[modifier | modifier le code]

Une adaptation romancée de Death Note, intitulée Death Note Another Note: The Los Angeles BB Murder Cases a été écrite par Nisio Isin, et a été éditée le au Japon par l'éditeur Shūeisha[44] et le en France par Kana[45]. Une adaptation du film L: Change the World écrit par 'M' a également vu le jour le au Japon[46] et le en France[47].

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Trois adaptations en jeu vidéo sont parues sur Nintendo DS : Death Note: Kira Game le [48], Death Note: L o Tsugu Mono le [49] et L: The Prologue to Death Note - Rasen no Wana le [50] au Japon. Par ailleurs, on retrouve la présence de Light Yagami, L/Ryuzaki, Ryuk, Misa Amane, Near et Mello dans les jeux Jump Super Stars et Jump Ultimate Stars[51].

Réception[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Death Note s'est classée n°2 sur Kono Manga ga Sugoi! de Takarajimasha! liste des meilleurs mangas de 2006 et 2007 pour les lecteurs masculins[52]. La série a été nominé pour le 38e Prix Seiun dans la catégorie manga lors de la 46e convention de science-fiction au Japon en 2007[53]. La série a remporté le Eagle Award 2008 du manga préféré, voté par les fans britanniques[54]. Selon une enquête menée en 2007 par le Ministère de la Culture du Japon, Death Note occupe la 10e place parmi les meilleurs mangas de tous les temps[55]. Il a également reçu plusieurs nominations telles que le meilleur manga aux American Anime Awards 2006[56], le Prix Culturel Osamu Tezuka 2007[57], une sélection officielle au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême 2008[58], et Obata a été nominé pour Meilleur crayonneur / encreur aux Eisner Awards 2008[59]. Death Note a été inclus sur la liste des 10 meilleurs romans graphiques pour adolescents de l'American Library Association en 2007[60]. L'édition française du manga s'est vu remettre en 2008 le prix Bob-Morane pour la catégorie « Bande dessinée traduite »[61]. Death Note remporte le prix du Meilleur manga traduit à la 3e édition du prix brésilien Geeks d'Ouro en 2021[62].

Réception commerciale[modifier | modifier le code]

En , le manga Death Note s'est vendu à plus de 20 millions d'exemplaires dans le monde[63], dont plus d'un million en France[7]. Au , le manga s'est écoulé à 26,5 millions d'exemplaires dans le monde[64]. En avril 2015, Death Note avait plus de 30 millions d'exemplaires en circulation[65].

Réception critique[modifier | modifier le code]

L' écrivain d'Anime News Network, Zac Bertschy, a qualifié Death Note de "récit à suspense étonnamment captivant et original qui soulève une poignée de questions intéressantes sur la moralité". Il a noté que la différence entre la série et les autres mangas du même groupe démographique était très grande en raison des meurtres commis par le personnage principal ainsi que de la façon dont il cache son identité de Kira. Bien que Bertschy ait mentionné que certains lecteurs de mangas shōnen seraient surpris par les thèmes sombres de Death Note, il a fait l'éloge de la série pour son "grand art, sa belle histoire et ses personnages convaincants"[66].

D'après Patrick Gaumer[67], spécialiste de la bande dessinée : « Tant par sa narration que par son graphisme, la série s'impose comme un des modèles du genre » et devient « un véritable phénomène de société ».

En 2006, les fans japonais ont souligné les similitudes entre Death Note et le manga one-shot de 1973 The Miraculous Notebook (不思議な手帖) de Shigeru Mizuki. Le site Comipress a rapporté que la seule différence entre l'histoire du one-shot et le manga Death Note est qu'il n'y a pas de Shinigamis[68]. Bien que ce fait soit une coïncidence, Ohba a déclaré qu'il n'avait aucune inspiration particulière pour son histoire[69].

Postérité[modifier | modifier le code]

Interdiction[modifier | modifier le code]

Au début de 2005, les autorités scolaires de Shenyang, la capitale du Liaoning (République populaire de Chine), ont interdit Death Note[70]. La cause immédiate était que les étudiants avaient modifié des cahiers pour ressembler à Death Note, puis écrit les noms de connaissances, d'ennemis et d'enseignants dans les livres[71]. L'interdiction visait à protéger la "santé physique et mentale" des élèves contre les contenus d'horreur qui "induisent en erreur des enfants innocents et déforment leur esprit"[72]. Jonathan Clements a suggéré que les autorités chinoises ont agi en partie contre la "superstition", mais aussi contre les éditeurs illégaux et pirates de Death Note[73]. L'interdiction a été étendue à d'autres villes chinoises, dont Pékin, Shanghai et Lanzhou dans la province du Gansu[74]. Des versions en langue chinoise légalement publiées de Death Note sont publiées à Hong Kong[75]. Le , le ministère chinois de la Culture a répertorié Death Note parmi les 38 titres d'anime et de manga interdits en Chine[76].

En 2007, le bureau de l'éducation du comté de Pingtung, à Taïwan, a demandé aux enseignants de prêter attention à toute influence négative sur les élèves du primaire lisant le manga[77].

Les écoles publiques d'Albuquerque au Nouveau-Mexique, aux États-Unis, ont tenu une audience en mai 2010 pour interdire le manga Death Note des écoles de leur district ; il a été rejeté à l'unanimité[78].

Après que des volumes de Death Note aient été trouvés lors du suicide en février 2013 d'une jeune fille de 15 ans à Ekaterinbourg, en Russie, un groupe local de parents a commencé à faire campagne pour réglementer tous les médias basés sur la série, affirmant que cela avait un effet négatif sur l'esprit des enfants[79]. En , les enquêteurs ont conclu que le manga n'avait pas poussé la jeune fille à se suicider[80]. En , il a été signalé que la série, ainsi que Last Hero Inuyashiki et Tokyo Ghoul, avaient été interdites de distribution sur deux sites Web non spécifiés en Russie[81].

Imitation criminelle[modifier | modifier le code]

Fin , la police trouve plusieurs morceaux de corps d'un homme (notamment le bas de l'abdomen) dans la commune de Forest (Bruxelles, Belgique) dans le parc Duden. Les morceaux étaient accrochés de deux papiers portant tous deux la mention écrite : « WATASHI WA KIRA DESU »[82]. La police pense d'abord à une blague macabre d'un étudiant en médecine mais n'exclut pas le meurtre car le corps reste non identifié. En , la police découvre qu'il s'agissait bien d'un meurtre : la victime se nommait Sidi Larbi Ezzoubairi [83]. Les meurtriers présumés sont arrêtés en . Ils expliquent que la victime, dont ils ignoraient le nom, résidait avec eux lorsqu'une dispute a éclaté. Les auteurs lui ont demandé de quitter les lieux, mais celui-ci refusa. De nombreux coups ont alors été portés, entraînant la mort, à la suite de quoi eut lieu le dépeçage. La victime était alors âgée de 37 ans[84],[85],[86],[87],[88].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir le commentaire du scénariste à ce sujet : Death Note tome 13 : How to read, page 69, Kana Éditions.
  2. Death Note tome 13 : How to read, pages 69 et 183, Kana Éditions.
  3. a et b Bidubulk.
  4. a et b Death Note tome 13 : How to read, page 69, Kana Éditions.
  5. PhénixWebMag.
  6. Shinmanga.com.
  7. a et b « Conférence publique de Takeshi Obata », sur review-channel.com, .
  8. a b c d e f g h i j k l m et n « Fiche de l'anime », sur animenewsnetwork.cc (consulté le )
  9. a et b « Fiche produit de Death Note Relight » consulté le 26 décembre 2011
  10. a et b « Fiche produit de Death Note Relight 2 » consulté le 26 décembre 2011
  11. « Fiche produit du coffret collector 1 » consulté le 9 octobre 2011
  12. « Fiche produit du coffret collector 2 » consulté le 9 octobre 2011
  13. « Fiche produit du coffret collector 3 » consulté le 9 octobre 2011
  14. « Fiche produit du coffret intégrale collector » consulté le 9 octobre 2011
  15. « Fiche produit du coffret slim 1 » consulté le 9 octobre 2011
  16. « Fiche produit du coffret slim 2 » consulté le 9 octobre 2011
  17. « Fiche produit du coffret slim 3 » consulté le 9 octobre 2011
  18. « Fiche produit du coffret intégrale » consulté le 9 octobre 2011
  19. (en) « Death Note (2015 TV series) », Wikipedia,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. (en) « Death Note: New Generation », Wikipedia,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. (en) « Live-Action Death Note Films Get 2016 Sequel by Gantz Helmer Sato », sur Anime News Network, (consulté le ).
  22. Warner acquiert les droits de Death Note
  23. « Death Note, The Movie - Le projet relancé », sur manga-news.com
  24. « Gus Van Sant réalisateur de la version US de Death Note » consulté le 2 septembre 2014
  25. (en) Caitlin Busch, « The First Teaser for Netflix's 'Death Note' Is Finally Here », sur Inverse (en), (consulté le ).
  26. « Death Note film 1 » consulté le 26 décembre 2011
  27. « Death Note film 2 » consulté le 26 décembre 2011
  28. « Death Note film 3 » consulté le 26 décembre 2011
  29. « Death Note films 1 et 2 » consulté le 26 décembre 2011
  30. « Death Note Trilogie » consulté le 26 décembre 2011
  31. « Death Note au théatre », sur manga-news.com
  32. (en) « Death Note The Musical Practice Video Previews Japanese Songs », sur Anime News Network, (consulté le ).
  33. (en) « ′Death Note′ The Musical Unveils JYJ′s Kim Junsu and More in Korean Cast », sur mwave.interest.me, (consulté le ).
  34. (en) « Death Note Manga Gets Live-Action TV Drama in July », sur Anime News Network, (consulté le ).
  35. (en) « Live-Action Death Note TV Drama to Feature New Cast, Near », sur Anime News Network, (consulté le ).
  36. (en) « Live-Action Death Note Show Casts Misa, Light's Father », sur Anime News Network, (consulté le ).
  37. « Le drama Death Note arrive en simulcast sur Crunchyroll », sur manga-news.com, .
  38. Camille Cado, « Le manga à succès Death Note est de retour… en livre audio », sur ActuaLitté, (consulté en )
  39. « Death Note en série audio chez Audible », sur manga-news.com, (consulté en )
  40. a b et c « DEATH NOTE Short stories », sur nautiljon.com (consulté le )
  41. sparkk, « Death Note : le manga culte s'offre un nouveau chapitre en février », sur 9emeart.fr (consulté le )
  42. « Death Note : le one-shot Short Stories sortira en mai 2021 », sur Serieously, (consulté le )
  43. « Death Joke », sur manga-news.com
  44. (ja) « Sortie de Death Note Another Note: The Los Angeles BB Murder Cases », sur j-books.shueisha.co.jp (consulté le )
  45. « Death Note roman 1 : Another Note », sur kana.fr
  46. (ja) « Sortie de L : Change the World en roman », sur http://j-books.shueisha.co.jp/ (consulté le )
  47. « Death Note roman 2 : L change the world », sur kana.fr
  48. « Fiche technique du jeu vidéo Death Note », sur http://www.jeuxvideo.com/
  49. « Fiche technique du jeu vidéo Death Note 2 », sur jeuxvideo.com
  50. « Un prologue pour Death Note », sur http://www.jeuxvideo.com/
  51. « Aperçu de Jump Super Stars », sur jeuxvideo.com
  52. « 【公式発表!!】『このマンガがすごい!』歴代ランキング作品を一挙大公開!! | このマンガがすごい!WEB », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  53. « 2007年星雲賞 », sur sf-fan.gr.jp,‎ (consulté le )
  54. (en) Egan Loo, « UK Fans Give Eagle Award to Death Note Manga », sur Anime News Network, (consulté le )
  55. (en) « The Top 50 Manga Series », sur japanprobe.com, (consulté le )
  56. (en) « Finalists for the American Anime Awards », sur icv2.com (consulté le )
  57. (en) Egan Loo, « 11th Annual Tezuka Cultural Prize Winners Announced », sur Anime News Network, (consulté le )
  58. (en) Mikhail Koulikov, « Manga Nominated for Awards at Angouleme Festival », sur Anime News Network, (consulté le )
  59. (en) Egan Loo, « Manga Listed Among Eisner Award Nominees for 2008 », sur Anime News Network, (consulté le )
  60. « ALA | 2007 Top Ten Great Graphic Novels for Teens », sur ala.org, (consulté le )
  61. « Palmarès du 10e prix Bob-Morane », sur bedeo.fr,
  62. « GEEKS d'OURO », sur geeksdeouro.com (consulté le )
  63. (en) « Death Note Author Arrested on Weapons Offence », sur ComiPress, .
  64. (en) « Top Manga Properties in 2008 », sur comipress.com, .
  65. (ja) « DEATH NOTE:日テレで今夏連ドラ化決定 ニアも登場 », sur MANTANWEB(まんたんウェブ) (consulté le )
  66. (en) Zac Bertschy, « Death Note GN 1 », sur Anime News Network, (consulté le )
  67. Gaumer 2010
  68. « The Origin of Death Note? », sur comipress.com (consulté le )
  69. « Tsugumi Ohba Talks about Inspiration for Death Note and Justice », sur comipress.com (consulté le )
  70. « 沈阳中学生竟传播“死亡笔记”引发各界忧虑 », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  71. (en) « Beijing bans scary stories to protect young », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  72. (en) Christopher Macdonald, « Death Note Stirs Controversy in China », sur Anime News Network, (consulté le )
  73. (en) « 'Death Note' days numbered », sur chinadaily.com.cn (consulté le )
  74. « THE BEAT » Blog Archive » DEATH NOTE banned in Beijing », sur pwbeat.publishersweekly.com, (consulté le )
  75. « Chinese Students Fight Back at Death Note Ban », sur comipress.com (consulté le )
  76. (en) « China bans 38 Japanese anime & manga titles including "Attack On Titan" », sur SBS PopAsia, (consulté le )
  77. Hou Chien-chuan, « Officials ask teachers to monitor `Death Note\' fans - Taipei Times », sur Taipei Times, (consulté le )
  78. (en) Egan Loo, « Death Note Ban in Albuquerque High Schools Fails Vote », sur Anime News Network, (consulté le )
  79. (en) « Parents in Russia request ban on 'Death Note' », sur Japan Today, (consulté le )
  80. (ru) Андрей ГОРБУНОВ, « Следователи решили, что «Тетради смерти» не доводили уральскую школьницу до самоубийства », sur ural.kp.ru,‎ (consulté le )
  81. (en) Rafael Antonio Pineda & Crystalyn Hodgkins, « Death Note, Inuyashiki, Tokyo Ghoul, Elfen Lied Anime Banned from Streaming in Russia on Some Sites Due to Lack of Age Restriction », sur Anime News Network, (consulté le )
  82. « Watashi wa Kira desu » qui veut dire « Je suis Kira (tueur) », à noter que « desu » est la graphie correcte en romanji, mais se prononce « dess ».
  83. « L'un des "tueurs au manga" arrêté au Gabon et incarcéré à Forest »
  84. « Forest : le tueur aux mangas», publié le 1er octobre 2007
  85. (en) « Notes near Body Parts in Belgium Linked to Death Note », sur Anime News Network], .
  86. Gilbert Dupont, « Un tueur psychopathe », sur dhnet.be, .
  87. Belgique : les « tueurs aux mangas » arrêtés, dépêche AFP sur Le Figaro.fr, publiée le 20 septembre 2010.
  88. « Les tueurs aux mangas arrêtés trois ans après les faits » consulté le 5 août 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]