Game One

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Game One
Image illustrative de l’article Game One

Création
Propriétaire
Slogan « #1 sur le jeu vidéo et la culture geek »
Format d'image 16:9, 576i et 1080i
Langue Français
Pays Drapeau de la France France
Statut Thématique nationale privée
Siège social 22, rue Jacques Dulud
92521 Neuilly-sur-Seine
Ancien nom C:
Site web gameone.net
Diffusion
Aire Drapeau de la France France
Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau de la Belgique Belgique
Diffusion Satellite, câble et IPTV.

Game One est la première chaîne de télévision française consacrée aux jeux vidéo. Elle a été créée en 1998 pour remplacer la chaîne C: qui deviendra C:Direct, le service interactif du bouquet Canal Satellite.

La chaîne n'arrivera dans la thématique jeunesse de TPS qu'en et est maintenant diffusée sur la plupart des bouquets de télévision par câble/satellite/ADSL de France[1].

Game One possède plusieurs déclinaisons : Game One +1 qui diffuse ses programmes à des horaires décalés, J-One qui diffuse des programmes japonais et anciennement Game One Music HD qui diffusait des clips musicaux avec des parties de jeux-vidéo.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts (1998-2001)[modifier | modifier le code]

Game One est créé sur la base de C:, avec notamment Nathalie Coste-Cerdan en tant que directrice (elle était auparavant directrice de C:)[2],[3], les mêmes locaux et sensiblement la même équipe.

Le concept de la chaîne était au départ de ne diffuser que des « clips » de jeux vidéo - en fait des images de jeux vidéo remontées sur des musiques, de la même manière que le sont actuellement les Anime music video. Cependant, Patrick Giordano (ancien journaliste pilier des magazines Amstrad Cent Pour Cent et Player One et travaillant déjà chez C:Direct) tient à développer plusieurs concepts d'émissions et de magazines. Ce sera le point de départ de l'évolution de Game One de chaîne musicale à réelle chaîne thématique[réf. nécessaire].

Plusieurs émissions sont lancées en même temps que la chaîne, certaines devenant emblématiques :

  • Gameplay, l'émission principale de la chaîne présentée par Thiouwz (Mathieu Lemmonier). Cette émission présentait des tests, des prévues, etc.
  • Level One, animée par le journaliste Marcus (Marc Lacombe, ancien rédacteur du magazine Tilt), ainsi que par Edward pour sa version anglaise.
  • @GameOne (prononcer « at Game One »), animée par le journaliste El Didou (Guillaume Lassalle, également ancien de Player One).
  • Les News, présentées par Ness et Mirabelle
  • W@rpzone, émission traitant de sujets sur le jeu vidéo liés avec la musique, le sport, le cinéma, l'animation et la bande dessinée.
  • Focus, émission traitant de la création des jeux vidéo avec interview des créateurs.
  • Top Ten, le classement des 10 meilleures ventes de jeux vidéo présenté par Ness pour le classement français et par Edward pour le classement anglais.

L'équipe est principalement issue de C:, à laquelle viennent s'ajouter de nouveaux arrivants au montage et à la rédaction tels que Alexandre Pilot. Game One avait dès le départ une ambition internationale[4] puisque pendant cette première année, les News sont présentées tous les jours en français et en anglais.

Pendant que la rentrée 1999 se prépare, le premier conflit interne éclate entre Nathalie Costes-Cerdan, Patrick Giordano et El Didou. En effet celui-ci critique la direction dans les premières émissions de la seconde saison de @GameOne. La direction lui oppose que @GameOne n'est pas une émission de libre antenne mais une émission dans laquelle Didou doit interagir avec les téléspectateurs. Une nouvelle émission de @GameOne est tournée dans laquelle Didou persiste et signe : il est renvoyé. Patrick Giordano, qui avait supporté Didou, démissionne et Ness quitte également la chaîne. Ces émissions de @GameOne ne seront jamais diffusées[réf. nécessaire].

Des productions amateur sont diffusées sous l'impulsion d'Alex Pilot, lui-même réalisateur de tels films avant d'entrer à Game One et la chaîne arrive dans la thématique jeunesse de TPS en mars 2000.

La rentrée 2000 se fait dans de nouveaux locaux situés immeuble Quai Ouest à Boulogne-Billancourt (à côté de la tour de TF1). Le matériel vidéo est quasi entièrement rénové et la chaîne dispose d'un grand plateau avec trois caméras et une régie plus complète que ce qui est nécessaire. La régie de diffusion est également située dans les locaux de la chaîne, permettant une plus grande réactivité.[réf. nécessaire]

De nouvelles émissions sont lancées, certaines remplaçant de vieilles émissions datant de 1998. La nouveauté réside essentiellement dans les émissions en plateau (auparavant elles étaient tournées uniquement sur fond bleu) et sur l'accent mis sur les séries, une orientation prise par Patrick Sarréa (dit « Jean-Pat »).[réf. nécessaire]

Le , Game One diffuse sa première émission en direct pour le lancement de la PlayStation 2, en duplex avec une équipe tournant au magasin Virgin Megastore des Champs-Élysées, à Paris. Les images de ce lancement à l'organisation désastreuse (les acheteurs se battaient pour accéder au seul présentoir de consoles disponible) furent diffusées sur toutes les grandes chaînes le lendemain et Game One gagna ses galons de chaîne thématique qui compte dans le PAF[réf. nécessaire].

Quelques initiatives originales sont à signaler, comme la Nuit des films amateurs durant laquelle furent diffusées plusieurs productions de ce genre, les réalisateurs et acteurs ayant été invités dans les locaux de l'antenne pour réaliser une fiction pendant la durée du tournage des plateaux de l'émission. Il y eut aussi une diffusion inédite de la série Nadia, le secret de l'Eau bleue, mélangeant VF et VO - la série ayant été censurée au début des années 1990 pour la version française, les scènes manquantes furent réintégrées en VO[5].

À la suite de la fusion avec Vivendi-Universal, Canal+ quitte l'actionnariat de Game One début 2001[6]. Infogrames, éditeur de jeux vidéo, se retrouve alors actionnaire majoritaire (85 %) et les 15 % restants sont dans les mains de Bruno Bonnell, Thomas Schmider et Christophe Sapet, les trois créateurs d'Infogrames. Cette transition était prévue dès la création de la chaîne[réf. nécessaire]. La direction est remplacée et la crainte qu'Infogrames veuille orienter la ligne éditoriale s'installe dans la rédaction[7].

Retrait de Canal+ et problèmes financiers (2001-2002)[modifier | modifier le code]

En , Michaël Sportouch (ancien d'Ocean France racheté par Infogrames) est nommé directeur de la chaîne et a pour objectif de faire des économies[8]. En effet, Infogrames n'a plus les moyens d'assumer le financement de la chaîne sans Canal+ et doit faire des coupes budgétaires sévères[9],[10]. Ces problèmes financiers entraineront d'importants conflits en internes.

En , certains tests sont censurés. Les nouveaux dirigeants de la chaîne n'acceptent pas que leurs journalistes critiquent les jeux d'Infogrames. Par exemple, le jeu Splashdown (jeu Infogrames dont le test a été globalement positif) a été modifié afin de retirer deux critiques mineures. Les tests portant sur les jeux d'Infogrames sont eux systématiquement relus et censurés[7].

Concernant l'émission Level One, même si ces critiques arrivent à passer à l'antenne, les tests les comportant ne seront pas rediffusés. Par exemple, le jeu Lucky Luke : La Fièvre de l'ouest d'Infogrames fortement critiqué par Marcus (et ayant des critiques similaires dans la presse)[réf. souhaitée] et Tintin : Objectif Aventure n'auront qu'une seule et unique diffusion sur la chaîne[7].

Le , l'un des piliers de la chaîne, Marcus, informe les téléspectateurs durant le dernier Level One en direct qu'à cause des pressions exercées par Infogrames sur les journalistes, il quittera la chaîne avant la fin de la saison. Par crainte d'une interruption par la direction, un autre Level One avait été enregistré à l'avance dans laquelle Marcus faisait la même déclaration[7]. Patrick Sarréa quitte également la chaîne le même jour. Quasiment tous les autres membres de la rédaction annonceront ensuite leur départ : Juliette Lambaere, Alexandre Nassar, Bertrand Jouvray, pour ne citer que ceux apparaissant à l'antenne.

Des démissionnaires iront prouver au CSA que Game One vendait du temps d'antenne à des éditeurs (une pratique strictement interdite) et que la direction censurait le contenu éditorial en rapport avec Infogrames[7]. Le CSA ne donnera pas suite à l'affaire par manque de preuves.

Après avoir quitté la chaîne, Marcus demande à Game One de ne plus utiliser le nom « Level One » qui lui appartenait (étant créateur du concept, Marcus avait déposé la marque). En retour, Game One attaque Marcus pour dépôt de marque frauduleux. Le procès n'ira pas jusqu'au bout car un an plus tard, un accord à l'amiable sera trouvé avec MTV qui rachètera la marque « Level One » à Marcus[11].

Début 2002, les émissions Dawa, Mémoire Vive et Cinematek sont arrêtés. Ces arrêts ont pour but de recentrer la chaîne sur le jeu vidéo et arrêter les divertissements coûteux ne traitant pas de jeux vidéo (malgré le fait que des programmes sans rapport avec cette nouvelle ligne éditoriale continuent à être diffusé)[8].

À la suite du désengagement de Canal+ et de la restructuration complète des équipes pendant l'été 2002, la chaîne entame la rentrée 2002 à son plus bas niveau d'audiences historique.

Ancien du groupe Canal + et passé notamment par le groupe Lagardère, Laurent Lerner est recruté en septembre 2002 pour reprendre en main la programmation de la chaîne et refondre intégralement la grille de programmes. Il se voit également confier dès le premier trimestre 2003 les acquisitions de programmes de la chaîne, en particulier les séries, qu'il va réorienter vers le développement des cases de séries animées japonais.

Arrivé en , Thierry Falcoz devient rédacteur en chef de l'équipe rédactionnelle.

Nouvel actionnaire au sein de la chaîne (2003-2006)[modifier | modifier le code]

En , à la suite de la refonte de la grille des programmes et de la nouvelle stratégie éditoriale de la chaîne, les audiences remontent et atteignent en juillet 2003 leur plus haut niveau historique. Cette période coïncide avec l'arrivée d'un nouvel actionnaire : MTV[12]. La chaîne est dorénavant détenue conjointement par Atari (anciennement Infogrames) et MTV, et commence enfin à faire des bénéfices.

Lors de la saison 2003-2004, la nouvelle équipe de Game One a réussi à faire oublier les problèmes que la chaîne a traversé en 2001-2002 : après une certaine aigreur l'année précédente, les retours des téléspectateurs sont très positifs, et les audiences continuent de progresser tout au long de l'année 2003. Durant cette saison, Game One devient la deuxième chaîne du câble la plus regardée des 15/24 ans, selon Médiamétrie. L'arrivée de MTV en tant qu'actionnaire début 2003 a aussi clôt les problèmes dus à la précédente direction issue d'Infogrames/Atari, laissant les différentes équipes de journalistes et la programmation plus libres d'imprimer leur ton à la chaîne, tandis que les cases de séries explosent[11].

À partir de 2004, l'organisation de la chaîne est modifiée. Les équipes de production se séparant en deux pôles : un pôle « Émissions » et un pôle « Documentaires ».

Le pôle « Documentaires » est sous la responsabilité de Thierry Falcoz, rejoint par Julien Charpentier et Tommy François qui quittent l'antenne pour se consacrer à la réalisation.

Le pôle « Émissions » est sous la responsabilité d'Alexandre Nassar - qui revient après avoir quitté la chaîne en 2002 - en tant que Rédacteur en chef/Chroniqueur, en remplacement de Thierry Falcoz.

À partir de cette saison, Game One produira plusieurs documentaires sur le jeu vidéo. La chaîne achètera aussi des documentaires à Pocket Shami, une société de production audio-visuelle spécialisée sur le Japon créée en 2005 par Alexandre Pilot et Sébastien Ruchet. Malgré leur coût de production ridiculement bas par rapport aux standards en vigueur dans l'industrie (dû au prix d'achat que Game One imposait), ces documentaires sont considérés parmi les meilleurs sur le sujet du jeu vidéo. Aucun de ces documentaires n'a fait l'objet d'aide du CNC[réf. nécessaire].

Au cours de la saison 2005-2006, la grille change complètement plusieurs fois au cours de cette saison, la ligne éditoriale de la chaîne devenant plus floue, conséquence des conflits internes et des problèmes de direction ainsi que des changements récurrents dans la répartition des responsabilités couplée avec l'emprise de plus en plus forte de MTV dans la direction de la chaîne[réf. nécessaire].

Les audiences s'effondrent à nouveau au cours de l'année, mais aux acquisitions, Laurent Lerner signe coup sur coup l'intégralité de la série South Park (auparavant diffusée sur les chaînes du groupe Canal+) et Naruto, jusqu'alors inédite, dans un accord qui garantit aussi la diffusion des saisons suivantes et la première option des séries dérivées. Les audiences vont exploser dès le début de la diffusion de ces séries au premier trimestre 2006, et Game One passe rapidement devant toutes ses concurrentes sur la cible des 15-24 ans. À noter également que l'accord de diffusion de la série Naruto marque le début du partenariat avec Media Participations, qui évoluera vers l'accord-cadre sur lequel s'appuiera en partie quelques années plus tard le lancement de la programmation de J-One. Pour les ayants-droit japonais, le lancement de Naruto en France sera considéré comme le plus réussi au monde, hors du Japon[réf. nécessaire].

Thierry Falcoz décide de quitter Game One en à la suite d'un différend sur le montant de son salaire, et sur des divergences éditoriales. Le départ de Gia est aussi une très mauvaise nouvelle pour les téléspectateurs. La chaîne perd ainsi deux personnalités des plus appréciées et populaires à l'antenne. Le remplacement de Gia sera laborieux, car elle était une des rares journalistes femmes à l'époque, à avoir accompli un parcours aussi complet dans le jeu vidéo (à Consoles + et Nintendo Magazine notamment).

En , la vraie rentrée de Game One a lieu avec beaucoup d'émissions où l'on remarque la « patte » MTV (désormais actionnaire principal) qui fait de cette chaîne celle du jeu vidéo mais qui mise également sur le « high tech ». C'est le retour de Julien Charpentier dit « Magic Julien » qui était présent dans la Game Zone entre 2002 et 2004 ; il quittera de nouveau l'antenne avant la fin de la saison, pour divergences éditoriales. Coretechs, une émission sur les nouvelles technologies, annonce le virage éditorial de la saison suivante.

Nouvelle ligne éditoriale et refonte de l'habillage de la chaîne (2006-2007)[modifier | modifier le code]

En , Game One annonce que sa nouvelle ligne éditoriale ne tourne plus autour du jeu vidéo mais autour de la « génération digitale »[13]. L'habillage change radicalement, le logo en forme de spirale utilisé depuis 1998 est remplacé par un logo dont la première lettre représente l'icône d'un bouton d'alimentation.

  • Le , Tommy François, animateur et journaliste jeu vidéo très expérimenté de l'équipe constituée en 2002, annonce son départ de Game One. Beaucoup de téléspectateurs protestèrent contre la direction de Game One ayant essayé d'étouffer l'affaire avant que Julien et Tommy ne lèvent le voile sur cette histoire à l'antenne.
  • Une semaine plus tard, ce sera au tour de Lionel Abbo, ex-perturbateur des programmes, de prendre la porte de son gré. Selon lui il "ne pouvait plus tolérer qu'on abandonne l'esprit qui a porté la chaîne depuis ses débuts".
  • Après un long conflit avec sa direction tout au long de la saison 2006-2007, Laurent Lerner va également quitter la chaîne à la fin de la saison, laissant définitivement la programmation et les acquisitions de la chaîne aux mains de Jean-Marc Dupire et MTV, qui pourront s'appuyer sur les séries pour reconstruire les audiences de la chaîne.
  • Level One subit le même lifting avec le licenciement de Gérard et Nabil, laissant ainsi Johann Lefèbvre seul.

À la rentrée 2007, de nouvelles séries, diffusées auparavant sur MTV, font leurs apparitions comme Le monde merveilleux de Hulk Hogan, ou encore Rob and Big. La chaîne entame également la rediffusion de Code Lisa.

  • Level One et Coretechs ont disparu de la grille des programmes à la suite du départ de Johann Lefèbvre.
  • Marc Lacombe (alias Marcus) annonce sur son site qu'il sera de retour sur Game One (en supplément de son émission « Chez Marcus » sur Nolife). Il y présentera « Retro Game One » qui sera un magazine sur le Rétrogaming. Il s'agit d'une version remaniée de "Mémoire Vive", l'ancienne émission de Game One sur le Rétrogaming, où les reportages de celle-ci sont remontés et commentés par Marcus.

Développement de chaînes dérivées (2008-2018)[modifier | modifier le code]

  • En 2008, Game One remet son site Internet à neuf et rouvre son forum (il avait été fermé en 2002[8]).
  • La dernière étude Médiamétrie MédiaCabSat sur la période du au a placé Game One comme 2e chaîne thématique française sur les 15-24 ans et les 15-34 ans. Cette étude a mis en valeur une augmentation de +30 % de part d’audience sur les 15-24 ans et une augmentation de +43 % de part d’audience sur les 15-34 ans. Game One a réussi son pari d’élargir son audience globale sur l’ensemble de la population jeune et devient la deuxième chaîne thématique 15-24 ans avec 1,3 % de part d’audience et la deuxième chaîne thématique 15-34 ans avec 1,0 % de part d’audience.

En , Game One lance une chaîne de télévision en HD diffusant des bandes annonces de jeux vidéo avec une musique de fond[14]. La chaîne se nomme Game One Music HD et était disponible sur SFR sur le canal 131 et sur Freebox TV sur le canal 119.

La chaîne passe au format 16/9e le et ses clips sont maintenant diffusés sur Game One Music HD

En , des rediffusions de Level One présenté par Marcus sont remis à l'antenne. Depuis le , Game One arbore un nouvel habillage visuel et sonore. La chaîne Game One +1 diffusant le flux de Game One avec une heure de décalage est également créée.

Game One crée le une chaîne centralisée sur les anime en simulcast, J-One, dès le 4 octobre 2013 à 18h30 sur les bouquets Canalsat et Numericable[15].

  • Julien Tellouck annonce sur son compte Twitter l'arrêt définitif du JT dès la rentrée 2014[16]. L'émission est remplacée par un nouveau programme appelé #TeamG1 présenté par Julien Tellouck et Marcus, accompagnés à tour de rôle par Kythis, Kayané, Genius et Anh Phan.
  • Game One est lancée en haute définition en sur Canalsat et en novembre sur Numericable et Free.
  • Arrêt de la diffusion de Game One Music HD ( sur Bbox, le sur SFR-Numéricable et moins de deux semaines après sur Free)

En , le service Manga One pour l'offre Pickle TV de la TV d'Orange est lancée[17]. Il propose des séries d'animation japonaises dont des inédits en diffusion simultané avec le Japon, des magazines et des reportages.

Célébration des 20 ans de la chaîne et retour de programmes cultes (depuis 2018)[modifier | modifier le code]

Entre octobre et novembre 2018, la chaîne fête ses 20 ans d'existence en rediffusant ses programmes cultes, des images d'archives dans Funky Web et en invitant d'anciens animateurs de la chaîne dans TeamG1. De plus, un nouvel habillage est déployé le 24 octobre 2018[18]. En , Marcus reprend l'animation de Level One et annonce le tournage d'une nouvelle saison de Retro Game One.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • « La chaîne télé des jeux vidéo » (1998-2002)
  • « La chaîne des jeux vidéo » (2002-2004)
  • « La télé très joueuse » (2004-2006)
  • « La chaîne de la génération digitale » (2006-2009)
  • « Générations digitales » (2009-2014)
  • « #OnEstFan » (2014-2015)
  • « Séries-Mangas-Gaming-Actu » (2015-2018)
  • « #1 sur le jeu vidéo et la culture geek » (depuis 2018)

La chaîne[modifier | modifier le code]

Game One est une chaîne de télévision thématique diffusée en France sur les offres de télévision par satellite, par câble et par ADSL. Elle résulte du changement de nom et d'actionnariat de C:, une chaîne de télévision du bouquet Canalsat consacrée à l'univers cyber, lancée le en même temps que la télévision numérique par satellite. Un service de téléchargement, C:Direct, permettait de télécharger des logiciels en direct via le décodeur satellite.

Au départ filiale à 100 % de Canal+, la chaîne a été conçue en 1995 par les équipes d'Alain Le Diberder, alors directeur des nouveaux programmes de Canal+ à la suite de l'approbation du projet mu-télé. En 1998, Infogrames est entré à 50 % du capital de la chaîne dont le nom a été changé en Game One. À cette occasion la société a conservé la même directrice générale, Nathalie Coste-Cerdan et les mêmes locaux. En 2001, Canal+ a revendu ses parts à Infogrames, puis cette dernière société a revendu la chaîne au groupe MTV en 2003.

Depuis le 14 janvier 2020, la chaîne change de numérotation et se trouve désormais sur le canal 158 des offres Canal+ [19].

Thématique[modifier | modifier le code]

Game One a été jusqu'à la rentrée 2006 une chaîne orientée vers le jeu vidéo. Cependant d'autres thématiques très variées ont été abordées au cours des années : bande-dessinée, cinéma, sports extrêmes/de glisse, musique électronique, science-fiction, animation japonaise... Malgré tout, Game One a toujours tenté d'être un acteur incontournable du jeu vidéo en France en y consacrant la majorité de ses émissions et reportages et en essayant de se forger une image de média spécialiste du jeu vidéo.

En 2006 la chaîne change complètement d'orientation en délaissant ce côté pur « jeu vidéo » pour essayer de cibler un public se voulant plus large. Cette nouvelle orientation est clairement énoncée par le slogan de la rentrée 2006 : « La chaîne de la génération digitale ». Côté jeu vidéo il ne reste plus que quelques émissions qui s'y consacrent comme Retro Game One et la Sélec (ainsi que plus anciennement, Playhit). Pour le reste Game One diffuse beaucoup de séries comme Naruto, D.Gray-man, South Park ou Code Lisa et des émissions de télé-réalité comme Le monde merveilleux d'Hulk Hogan, Road Rules, etc. (qui sont par ailleurs des émissions diffusées aussi sur MTV).

Internationalisation[modifier | modifier le code]

Game One a été créée avec l'idée de diffuser ses programmes dans plusieurs pays, en plusieurs langues. Quelques essais peu convaincants ont régulièrement été faits : émission tournée en deux langues la première saison, émissions traduites et vendues dans d'autres pays. Le manque de financement a toujours été un obstacle majeur à la réalisation de cet objectif. Il n'est donc pas exclu que MTV, en rachetant Game One, ait prévu à long ou moyen terme de la diffuser dans d'autres pays. En effet, de 2006 à 2014, une émission portant le même nom que la chaîne est diffusée sur la version allemande de MTV[20]. Le nom et le logo de Game One sont utilisés pour désigner une émission du site Web GameTrailers, appartenant également au groupe MTV[21].

La chaîne est également diffusée au Portugal sur le réseau mobile 3G TMN sur le bouquet Mobile TV.

Pologne[modifier | modifier le code]

La version polonaise de Game One a été lancée le 1er août 1999 comme bloc de programme sur Minimax de 20h à minuit. Elle a été renommée Hyper le 1er août 2001, après que Canal+ ait vendu ses parts de la version française.

Changements d'équipe[modifier | modifier le code]

Game One a une histoire relativement tumultueuse pour deux raisons principales :

  • les différents changements d'actionnaire et/ou de direction se sont toujours accompagnés de changements d'orientation sensibles au niveau éditorial,
  • les équipes de rédaction et les animateurs, parmi lesquels certains journalistes spécialisés dans le jeu vidéo se sont très régulièrement trouvés en confrontation avec les choix éditoriaux des équipes de direction. Il en a résulté des tensions quasi constantes dans toute l'histoire de la chaîne, se terminant souvent en départs ou licenciements d'animateurs et de membres clés de l'équipe.

Pour ces raisons, on rencontre souvent des historiques de Game One sous forme de « périodes » ou d' « ères », termes souvent associés aux animateurs de la chaîne.

  • Dans la première tranche de vie de la chaîne figuraient à l'antenne au fil des saisons Marc Lacombe (Marcus), Ness, Mirabelle, Edward, Guillaume Lassale (El Didou), Juliette Lambaere (Juju), Mathieu Lemmonier (Thiouwz), Olivier Schmitt, Alex Nassar (Nalex), Alex Pilot, Anne Lise Hesme, Patrick Sarréa (Jean-Pat), Pierre Boulay et Bertrand Jouvray (Beb) (Sans oublier, les artisans de l'ombre : Christophe Chauprade (Tof), Tristan Dauly (TreeMan), Jean françois Esteve (Jeff), Sinh Vu Do (Sin), Jean-Philippe Astoux, Fethi Maayoufi, Jean-Mi, Cyril Lambin, Lenny Pomedio, Raphael Cornillon, Jean Buisson-Ramey, Jean Marc Dupire, Sébastien Floc'h, Victorien Guillemonat et Philippe Nègre). Elle dura de à . Ce fut une ère longue et très riche où l'on retrouve quelques anciens de Player One qui contribua à donner une image de marque à Game One.
  • Après le départ de cette équipe, eut lieu une ère de tensions et de troubles, où une majeure partie des programmes était constituée de rediffusions de l'ère précédente.
  • En , l'ambiance se stabilise et la nouvelle équipe arrive, avec notamment la nouvelle formule de la Game Zone. Changement radical tant au niveau de la grille qu'au niveau des plateaux et de l'ambiance, qui mélange humour et information. Les animateurs et chroniqueurs sont plongés dans un décor "chambre d'ado" beaucoup plus chaleureux que les éditions précédentes. Les dominantes couleurs sont dans le rouge brique, le orange, avec quelques parties de murs bleus. Les chroniqueurs et animateurs sont assis confortablement dans des canapés, dans un salon riche en figurines. Une télé dans le fond passe des images de jeux, et une statue grandeur nature d'un personnage de jeu vidéo (Warcraft, Metal Gear Solid, Tekken, Metroid). Les deux animateurs Julien et Julie changeront de position à la mi-saison, et s'installeront sur la partie gauche, debout derrière un bar. Derrière eux, une fenêtre avec un store, diverses figurines clins d'œil à l'univers du jeu. Les chroniqueurs restent sur les canapés dans la partie centrale. Gia, Tommy, Gollum, Magic et Thierry interviennent à tour de rôle. Ces deux saisons furent celles disposant du plateau le plus fouillé, le plus convivial et surtout le plus interactif. Ainsi le plateau pouvait être décoré de milles guirlandes et de sapins pour Noël, ou de chauve-souris et de citrouilles pour Halloween. Les cadreurs s'amusaient aussi régulièrement à jouer avec les plans. De plus, l'improvisation prenait une place prépondérante. Les chroniqueurs n'hésitaient pas à réagir sur les sujets, donnant souvent des séquences de délire incontrôlables, chacun n'hésitant pas à mettre son grain de sel. Pour couronner le tout, Julie avait acquis un répondant caustique face aux vannes de Julien, avec des ripostes le laissant souvent pantois. Ce cocktail explosif a remporté un vif succès, car l'émission ressemblait à aucune autre. Le capharnaüm de l'émission était devenu un rendez-vous suivi, celui d'une réunion de potes dans le salon, qu'on suivait quotidiennement, avec deux épisodes chaque jour. Chaque émission offrait donc son lot de surprises.
  • Puis vint une période à l'aspect plus professionnelle assez courte (car elle dura une seule saison), ce fut l'ère qui vit le retour d'Alex Nassar et l'arrivée de Fabien dans la Game Zone. Le rappeur Gérard Baste, Brahi et Nabil rejoignent Johann au Level One. À la suite du revirement éditorial de la chaîne apporté par l'arrivée de MTV, le plateau adopte un ton beaucoup plus sobre et plus professionnel avec des dominantes bleues, grises et noires. À la manière d'un journal télévisé traditionnel, les animateurs sont alignés derrière de grands comptoirs disposés en V, sur des chaises hautes. Le mur noir du fond affiche le logo de l'émission, de multiples néons bleus et des écrans LCD sur lesquels défilent des images de jeux vidéo. Ce retour à la disposition du plateau des premières heures est supposément du au retour d'Alex Nassar, animateur ayant quitté Game One en 2002, faisant son come-back. Le ton devient plus sérieux, plus rangé, mais aussi plus froid. L'alchimie entre les intervenants de la saison précédente, qui avait fait le succès de la formule, a ainsi été diluée. Les personnalités des chroniqueurs masculins de cette saison, Gollum, Fabien et Alex aux looks similaires, sont bien plus lisses que celles de Thierry, Magic et Tommy. Quant à Gia , avec de très nombreuses chroniques (high tech, accessoires, web, Japon), devient incontournable, de par sa connaissance pointue des jeux, et par son magnétisme à l'écran.

Enfin suivit une ère de complications et de changements successifs à intervalles très rapprochés, où une bonne partie des animateurs furent remplacés. Gia fut remplacée difficilement par Fanny Bouton, Julien Chièze quitta Game One pendant 6 mois puis fit un retour en coulisse, Tommy François, Thierry Falcoz et Julien Charpentier démissionnèrent, Julie arrête l'antenne. Louise Ekland prend le rôle d'animatrice, avant de partir elle aussi avec Johann pour le Morning Café, Gérard Baste et Nabil sont mis dehors, etc. Beaucoup de changements qui déboussolent une grande partie de l'audimat et durant lesquels le jeu vidéo est progressivement mis à l'écart.

  • Depuis 2013, l'équipe d'animation de Game One est composée d'animateurs, de spécialistes et de gamers. Marcus est un animateur historique de la chaîne, ancien testeur pour les magazines de la presse écrite du jeu vidéo. Julien Tellouck est un animateur historique aussi de la chaîne. Kayane et Gen1us sont des Champions de jeux de combat, Genius dans les jeux Tekken et Kayane dans SoulCalibur. Kythis est une gameuse des Call of Duty et Anh Phan est le spécialiste de la technologie et également directeur du site du Journal du Geek; et Thomas Grellier est un spécialiste du jeu vidéo.

Cible[modifier | modifier le code]

Game One a été créé sur la thématique des jeux vidéo, la cible principale étant donc les joueurs de jeux vidéo. En effet, si le jeu vidéo ciblait plutôt un public jeune d'enfants ou d'adolescents dans les années 1980-1990, à partir de 1999 le public des jeux vidéo s'est clairement élargi. Progressivement, avec des jeux s'adressant à une population de plus en plus variée en sexe et surtout en âge, Game One a eu de plus en plus de mal à définir l'ensemble de ses téléspectateurs et donc l'angle, le ton ou l'orientation éditoriale à utiliser. Pour ces raisons, les joueurs ont été nombreux à critiquer la chaîne tout au long des années (et ce quelles que soient les équipes de direction ou de rédaction). Les nombreux changements de grille et conflits internes ont encore aggravé la confusion, et finalement il est très difficile de savoir à qui s'adresse Game One puisque la chaîne elle-même a sans cesse hésité entre s'adresser au joueur occasionnel ne connaissant rien au jeu vidéo et le hardcore gamer. Ces difficultés expliquent sans aucun doute la tentative de repositionnement marketing de la rentrée 2006.[réf. nécessaire]

Game One est une chaîne de télévision qui a souvent déchaîné les passions sur Internet, surtout à chaque changement d'équipe ou de direction. Les animateurs ayant toujours été proches des téléspectateurs, qui les considèrent parfois même, comme des potes dans la vie. Game One est certainement une des seules chaînes en France qui se voit porter autant d'intérêt pour son fonctionnement interne. Le phénomène est à rapprocher de ce que l'on connaît avec certaines grandes radios françaises comme Skyrock ou Fun Radio.[réf. nécessaire]

Organisation[modifier | modifier le code]

Direction[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

La chaîne a occupé de nombreux sièges au cours de son histoire. Ses bureaux, alors que la société éditrice s’appelait encore I-Line avant de devenir Game One SA plus tard, ont d’abord occupé l’Immeuble « Cosmos » au 35, quai André-Citroën et les bancs de montage le 6 bis, rue Auguste-Vitu, dans le 15e arrondissement de Paris. Game One a ensuite déménagé en été 2001 dans sa totalité au quai du Point-du-Jour à Boulogne-Billancourt dans l'immeuble « Quai Ouest » au rez-de-chaussée côté Seine. Ensuite, courant 2003, le siège a été transféré rue d’Oradour-sur-Glane. Plus tard, en 2004-2005 (à préciser), la chaîne a rejoint les bureaux de MTV dans le 10e arrondissement de Paris au 60/62, rue d’Hauteville. En 2010, Game One et MTV ont vu leurs bureaux transférés à l’adresse actuelle, au 22 rue Jacques Dulud à Neuilly-sur-Seine.

Programmes[modifier | modifier le code]

Émissions[modifier | modifier le code]

Émissions actuelles[modifier | modifier le code]

  • Agenda Game One : l'agenda des événements geeks et jeux vidéo du moment.
  • Funky Web : "L'émission qui surfe sur la toile". Présentation des sites web ou des applications utiles ou des vidéos, ainsi que l'actualité des sites web communautaires.
  • La Sélec : la compilation de tous les tests de jeux vidéo de la semaine.
  • #TeamG1 : émission d’actualité du jeu vidéo et du numérique présentée par Julien Tellouck et Marcus.
  • Retro Game One : un magazine sur le rétrogaming présenté par Marc Lacombe, alias Marcus. (fera son retour en 2019 ou 2020)
  • Level One : Marcus teste le premier niveau d'un jeu toujours dans la bonne humeur. Émission reprise à partir de 2002 par Julien Tellouck, Johann Lefèbvre, Yannick Zicot, Gérard Baste et Nabil et de retour fin 2019 presenté par Marcus

Programmes disparus[modifier | modifier le code]

  • Le Tribunal de l'Esport : Sous la houlette du juge Fabien « C0rbier » Martinez, les experts ès Esport dévoileront chaque semaine les dernières nouvelles de l'Esport, débattront en plateau sur des sujets aussi variés que l'équipe League of Legends du PSG Esport, le retour de Rudy, ou les LCS.
  • Game One Box : programme où les animateurs et chroniqueurs de la #TeamG1 testent les nouveaux jeux vidéo.
  • Game One Buzz : zoom sur l'actualité du cinéma, du jeu vidéo, de la bande dessinée, de l'anime et de la musique.
  • Game One E-Sport : depuis la rentrée 2014, le programme est un magazine de sport électronique, présentée par Kayane, championne française de jeux de combat.
  • Marcus vs Julien Tellouck (diffusé depuis juin 2012) : émission dans laquelle les deux présentateurs jouent l'un contre l'autre à un jeu surprise dévoilé au début de l'émission.
  • Next in the city : actualité des nouvelles technologies culturelles et urbaines. Présenté par Alex Nassar et Fabien Gérard.
  • Le Big Show : l'émission était le successeur de la Game Zone, avec des tests de jeux vidéo, des présentations d'objets high-tech par Julien Tellouck et Louise Ekland avec Alex Nassar, Tommy François, Fanny Bouton et Lionel Abbo.
  • DVD sur canapé : toute l'actualité DVD décortiquée par Fethi.
  • Game Zone : toute l'actualité du jeu vidéo en plateau. Présenté par Marcus et Juliette, puis par Nalex, ensuite par Julien Tellouck et Julie accompagnés de chroniqueurs (Tommy, Gollum, Gia , Magic, Thierry et Cyril qui apparut le temps d'une saison).
  • BD One : Sébastien Floc'h présentait les dernières sorties en matière de bande dessinée.
  • Cinématek : les dernières sorties ciné, par Jean Buisson-Ramey.
  • Soundtest : toute l'actualité de la musique électronique par Olivier Schmitt.
  • @ Game One : présenté par El Didou puis Mirabelle, l'animateur répondait aux messages laissés par les téléspectateurs.
  • Tart'Up : présenté par Thiouwz et ses chroniqueurs en direct (Jean Buisson-Ramey, Jérôme Castel, Sébastien Floc'h, Julien Hirsinger et Arnaud Martin).
  • Les incontournables de l'été : 5 minutes consacrées à vanter les mérites d'un jeu.
  • 48 heures : reportage sur les activités d'un professionnel du jeu vidéo.
  • Dawa : Didou et Annelise ensemble pour une heure de direct.
  • Séries limitées : journal sur les nouveautés en Japanimation.
  • Game Play : l'actualité des jeux vidéo en images (news, tests…). Remplacé plus tard par Game Zone.
  • Omnibus : soirée « marathon » composée de la rediffusion de tous les épisodes de la semaine d'une série (Red Dwarf, Cowboy Bebop, etc.).
  • Net Game : le site du jour par Thiouwz.
  • Ça part en live : Coudy et Lapin en direct.
  • Game One Arena : « la plus belle des arènes virtuelles est sur Game One, et nulle part ailleurs… ». Présentée d'abord par Julien Tellouck et Tommy, puis par Johann Lefèbvre et enfin par Lionel et Tommy. Game One Arena est revenu à la saison 2006/2007, présenté par Julien Tellouck, sous le nom de Arena Online.
  • Focus : réalisé par Sébastien Floc'h, puis Alex Pilot et Thierry Falcoz, le making-of d'un jeu vidéo avec des interview de développeurs.
  • Le Monde merveilleux de Brooke et Hulk Hogan : Brooke Hogan a déménagé à Miami Beach et souhaite lancer sa carrière là-bas. En un mot, elle profite de sa liberté loin de l'autorité parentale de son père, le plus célèbre des catcheurs américains.
  • Freestyles : émission idéale pour les amateurs de sensations fortes et d'horizons nouveaux.
  • GameClip : émission diffusant des amv de jeux vidéo.
  • Rob and Big : le quotidien de Rob Dyrdek, un skater intrépide, qui a emménagé avec son garde du corps et ami, Christopher Boykin, alias Big Black.
  • Total Mix : live Musical, Live Dj’s + Mix visuel de jeux.
  • Le JT : journal télévisé présenté par Julien Tellouck regroupant toutes les informations importantes concernant le jeu vidéo ou la chaîne Game One.
  • Le débat de Game One : aux côtés de Marcus, différents "acteurs" des milieux culturels, artistiques high tech ou vidéo-ludique débattent sur l'actualité de ces domaines. En effet, depuis la rentrée 2012-2013 l'émission est thématisée.

Séries[modifier | modifier le code]

Séries actuelles[modifier | modifier le code]

Séries anciennement diffusées[modifier | modifier le code]

Dès le départ et pendant toute son existence jusqu'à présent, la chaîne a diffusé de nombreux dessins animés. Certaines séries, surtout celles de la dernière saison, sont rediffusées pendant l'été.

Animateurs[modifier | modifier le code]

Animateurs actuels[modifier | modifier le code]

  • Anh Phan (depuis 2012)
  • Kayane (depuis 2013)
  • Gen1us (depuis 2013)
  • Julien Tellouck (depuis 2002)
  • Guillaume Dorison (depuis 2020)
  • Marcus (1998-2002 et depuis 2007)
  • Pyro (depuis 2021)
  • Thomas Grellier (depuis 2014) (consultant régulier pour la team G1)
  • Newtiteuf (depuis 2020)
  • Sora (depuis 2020)

Anciens animateurs[modifier | modifier le code]

  • Kythis (2014-2019)
  • Annelise (2001-2002)
  • Brahi (2004)
  • Gerard Baste (2004-2006)
  • Julien Charpentier (2002-2006)
  • Julie Chevillat (2002-2007)
  • Julien Chièze / Gollum (2002-2006)
  • El Didou (1998-1999 et 2001-2002)
  • Célyne Durand (2010-2012)
  • Edward (1998-1999)
  • Louise Ekland (2005-2007)
  • Thierry Falcoz (2002-2005)
  • Tommy François (2002-2006)
  • Gia To (2002-2005)
  • Patrick Giordano (1998-1999)
  • Jean-Pat (1998-2002)
  • Bertrand Jouvay (1998-2002)
  • Juliette (2000-2002)
  • Cyril Lambin (1998-2004)
  • Johann Lefèbvre (2002-2007)
  • Lionel (2002-2006)
  • Mirabelle (1998-1999)
  • Marjolaine (2008)
  • Nabil (2004-2006)
  • Alex Nassar (1999-2002 et 2004-2011)
  • Philippe Nègre (1998-2002)
  • Ness : (1998-1999)
  • Alex Pilot (1998-2002)
  • Rachel Legrain-Trapani (2007-2008)
  • Yannick Zicot (2002-2004)
  • Thiouwz (1998-2012)
  • Fethi (2002-2013)
  • Davina

Voix antenne[modifier | modifier le code]

  • Fethi Maayoufi (Depuis la création de la chaîne)
  • Al f (depuis septembre 2007)

Diffusion[modifier | modifier le code]

Game One (HD) Game One +1
Canal+ 158 -
Canalsat Réunion 57 58
Freebox TV 50 89
SFR TV 60 61 (HD)
Bbox TV 60 61
TV d'Orange

Canaux utilisés au 6/6/18

77 78
Dartybox 71 72
Numericable 50 61 (HD)
Maxsat 45 81
Numericable Belgique 184 -
BeTV-VOO 108
TéléSAT 47
Bis Télévisions 22

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Game One 20 ans : une chaîne pionnière face aux changements », sur fr.ign.com, (consulté le )
  2. « Nathalie Coste Cerdan », sur psl.eu (consulté le )
  3. « La directrice cinéma de Canal + licenciée par Vincent Bolloré », sur lesinrocks.com, (consulté le )
  4. Florent Latrive, « Game One, le MTV du jeu vidéo. La chaîne lancée hier par Canal + et Infogrames vise l'Europe. », sur Libération, (consulté le )
  5. « Histoire : De C: à Game One », sur cpu.dascritch.net, (consulté le )
  6. « Canal+ au régime », sur strategies.fr, (consulté le )
  7. a b c d et e Erwan Cario, « Le trouble double jeu de Game One », sur Libération, (consulté le )
  8. a b et c Julien Chièze et Dave Martinyuk, « Game One en crise ? Entre éthique et souci de rentabilité », PlayStation 2 Magazine, no 62,‎ , p. 134 à 136 (lire en ligne)
  9. « Infogrames Entertainment a accusé une perte de 22,2millions d'euros », sur strategies.fr, (consulté le )
  10. « Infogrames envisage de supprimer 20% de ses effectifs mondiaux », sur strategies.fr, (consulté le )
  11. a et b « Jeux Viens à Vous Marcus 1ère partie », sur trictrac.net, (consulté le )
  12. « communiqué de presse » (version du 11 septembre 2003 sur l'Internet Archive)
  13. « Game One : nouvelles ambitions » (version du 1 décembre 2006 sur l'Internet Archive)
  14. « De nouvelles chaînes sur la Neufbox TV », sur www.lesnumeriques.com, (consulté le )
  15. « J-ONE : une nouvelle chaîne sur le Japon », sur AnimeLand, (consulté le )
  16. « JulienTellouck on Twitter », sur twitter.com/JulienTellouck (consulté le ).
  17. Hélène Quaniaux, « Orange lance Pickle TV, un bouquet de 9 chaînes pour séduire les millenials », sur Presse-citron, (consulté le )
  18. « Game One célèbre ses 20 ans », sur offremedia.com (consulté le )
  19. « Canal+ : pourquoi les numéros de chaînes des abonnés ont changé cette nuit ? - Télé Star », sur telestar.fr, (consulté le )
  20. (de) Michael Brake, « „Wir nehmen’s nicht so superernst“ », sur taz.de, (consulté le )
  21. (en) « MTV Networks’ Gametrailers Announces Partnership With ‘Game One,’ France’s Premiere TV Channel For Gamers » (version du 20 octobre 2011 sur l'Internet Archive), sur GameTrailers,
  22. Roy Lindemann prend la présidence de Game One - Stratégies

Annexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]