Gintama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Gintama
銀魂
(Gin Tama)
Type Shōnen
Genre Action, aventure, comédie, parodie, science-fiction
Manga
Auteur Hideaki Sorachi
Éditeur (ja) Shūeisha
(fr) Kana
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Shōnen Jump
Sortie initiale en cours
Volumes 67
OAV japonais
Studio d’animation Sunrise
Sortie
1re diffusion
Épisodes 7
Anime japonais
Réalisateur
Shinji Takamatsu (épisodes 1-105)
Yoichi Fujita (épisodes 100-265)
Chizuru Miyawaki (épisodes 266-en cours)
Studio d’animation Sunrise (épisodes 1-265)
BN Pictures (épisodes 266-en cours)
Chaîne Drapeau du Japon TV Tokyo
1re diffusion en cours
Épisodes 316+
Film d'animation japonais : Gintama: Shinyaku Benizakura-Hen
Réalisateur
Shinji Takamatsu
Studio d’animation Sunrise
Durée 95 minutes
Sortie
Film d'animation japonais : Gintama the Movie: Final Chapter – Be Forever Yorozuya
Réalisateur
Yoichi Fujita
Scénariste
Studio d’animation Sunrise
Sortie
Light novel : 3-Nen Z-Gumi Ginpachi-sensei
Auteur Tomohito Ōsaki
Illustrateur Hideaki Sorachi
Éditeur (ja) Shūeisha
Prépublication Drapeau du Japon Jump Square
Sortie initiale en cours
Volumes 7

Gintama (銀魂, Gintama?, lit. "Âme d'argent") est un shōnen manga écrit et illustré par Hideaki Sorachi. Il est publié par Shūeisha depuis le 8 décembre 2003 dans l'hebdomadaire Weekly Shōnen Jump et 67 tomes sont sortis en décembre 2016. La version française est licenciée par Kana depuis mars 2007, et 40 tomes ont été édités en novembre 2016.

En 2005, une OAV de Gintama est réalisée par le studio Sunrise à l'occasion du Jump Festa 2005[1]. Elle est suivie par l'adaptation du manga en série télévisée d'animation composée d'un total actuel de 316 épisodes répartis sur plusieurs saisons. Plusieurs autres OAV, ainsi que deux films d'animations respectivement sortis en 2010 puis 2013, sont produits par la suite. Des light novels et jeux vidéo voient également le jour. Un film live est également en cours de production.

Au Japon, le manga Gintama est très populaire. En 2009, il se vend à 2 700 000 exemplaires occupant ainsi la cinquième place après One Piece, Naruto, Bleach et Fullmetal Alchemist (cités respectivement). En novembre 2014, il est classé 3e meilleur manga paru dans le magazine Weekly Shōnen Jump derrière Dragon Ball et One Piece par les lecteurs japonais du magazine Da Vinci[2]. L'anime et les DVD se sont eux aussi classés de nombreuses fois dans le top dix. En avril 2010, Gintama est qualifié de 13e « meilleur anime » entre avril 2009 et mars 2010 par Animage.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'ère Edo, le Japon est envahi par des extraterrestres appelés Amanto, des créatures de formes diverses, mais toutes plus ou moins humanoïdes. Ceux-ci parviennent à vaincre les samouraï après de longs combats. Dès lors, une futurisation radicale tranchant avec le décor classique du Japon se met en place et les Amanto interdisent le port du sabre en public. Malgré tout, il en reste qui préfèrent conserver leur bushido. Dans ce Japon complètement anachronique, subsistent ainsi des personnes qui refusent d'abandonner leur sabre. Parmi eux, Gintoki Sakata, ancien samouraï excentrique qui aide un adolescent nommé Shinpachi Shimura, à sauver sa sœur Tae d'un groupe d'extraterrestres qui veulent la faire rejoindre une maison close. Impressionné par Gintoki, Shinpachi devient son apprenti et travaille avec lui comme homme à tout faire dans le but de payer le loyer de Gintoki[3].

Plus tard, ils sauvent une adolescente extraterrestre, nommée Kagura, d'un groupe de Yakuzas qui veulent se servir d'elle pour sa force surhumaine. Kagura rejoint alors Gintoki et Shinpachi pour travailler comme homme à tout faire et ils deviennent des "Yorozuya Gin-chan". Pendant ses missions, ils vont rencontrer les forces de polices, le Shinsengumi, de nombreuses fois, généralement les deux groupes vont s'allier pour arrêter de dangereux criminels. Ils vont également rencontrer trois anciens camarades d'arme de Gintoki, partenaires durant la guerre d'invasion des Amanto, dont le terroriste Kotarō Katsura avec qui il maintient une relation amicale malgré l'ambition de ce dernier de détruire le bakufu ou encore le contrebandier Tatsuma Sakamoto. À l'inverse, Shinsuke Takasugi agit principalement comme un antagoniste puisqu'il veut détruire le bakufu mais d'une manière plus violente que celle de Katsura.

Univers[modifier | modifier le code]

Le monde de Gintama se trouve en quelque sorte être le nôtre dans une réalité alternative au XIXe siècle. Avec l'arrivée des extraterrestres, le monde a radicalement changé en à peine vingt ans. Curieusement, cela donne plus lieu à des anachronismes (apparitions d'internet, de la télé, des véhicules à moteurs thermiques, des drogues chimiques…) qu'à de la science-fiction (bien qu'elle soit tout de même très présente, mais n'intervenant que rarement sur la vie des protagonistes) ; la plupart des personnages, à quelques exceptions près, portent encore des vêtements japonais traditionnels et habitent presque tous dans des Machiya bien qu'ils aient tous l'eau courante et l'électricité.

La Terre, bien qu'officiellement indépendante est en fait régie en sous-main par des extraterrestres et le gouvernement du Shogun, qui leur est totalement soumis, a mis en place une sorte de milice spéciale chargée de traquer les ennemis du bakufu (et parfois de faire aussi la circulation routière), le Shinsengumi. La population terrienne qui au départ était plutôt farouchement opposée aux Amanto (extra-terrestres), a fini par s'habituer à leur présence et à profiter de la modernité qu'ils leur ont apporté. Il reste néanmoins quelques groupuscules terroristes qui continuent à lutter pour débarrasser la Terre de l'ingérence des Amanto.

Personnages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des personnages de Gintama.

Gintoki Sakata (坂田銀時, Sakata Gintoki?) est le personnage principal de l'histoire. Son métier est celui d'homme à tout faire, il est prêt à faire n'importe quel job pour l'argent. Malgré l'interdiction du port du sabre, il porte toujours un sabre en bois, qu'il aurait acheté lors d'une excursion selon ses dires. Son attitude nonchalante, sa tendance à débiter des futilités et à dire des bêtises de manière très sérieuse sont ses caractéristiques les plus visibles. Autrefois, il s'agissait d'un partisan actif du mouvement jōi, un mouvement tentant d'expulser les Amanto afin de préserver le Bakufu, mais lorsque l'occasion de rejoindre le mouvement à nouveau, Gintoki refusa, préférant suivre ses convictions personnelles.

Shinpachi Shimura (志村新八, Shimura Shinpachi?) est un jeune homme qui s'occupe avec sa sœur du dojo de leur père décédé, déserté depuis l'interdiction de porter un sabre. Il rencontre Gintoki dès le début de l'histoire et est interloqué par son attitude désinvolte, mais sincère. Il le rejoint, après le sauvetage de sa sœur, afin de trouver sa propre voie. À sa grande déception, puisque depuis son association avec Gintoki, les affaires ne sont ni de tout repos, ni prospères et il semble plus aider Gintoki à payer son loyer qu'autre chose. Il représente l'élément le plus censé du groupe même s'il lui arrive de les suivre dans leurs délires. Il a aussi une passion : il est le chef de la garde impériale de O-Tsū, un fan-club dédié à une idole qui monte.

Kagura Yato (神楽?) est une extraterrestre faisant partie du clan Yato. Malgré son apparence de fillette, elle tient de ses origines une force surhumaine. Armée de sa force, d'un parapluie blindé qui fait aussi office d'arme à feu, ainsi que d'un franc-parler désarçonnant, elle rejoint le groupe de Gintoki afin d'économiser pour rentrer sur sa planète. Elle vénère Otae comme une reine et l'appelle "Boss". Malgré son apparence frêle, elle mange énormément, en particulier du sukonbu, une algue marinée dans le vinaigre et particulièrement aigre qu'elle adore.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Thèmes et style[modifier | modifier le code]

L'objectif principal de Hideaki Sorachi dans Gintama est l'utilisation de la « comédie », néanmoins lors de la seconde année de parution du manga l'auteur a commencé à ajouter plus de contenu dramatique et d'action à l'histoire tout en maintenant la thématique principale[4]. Une des plus célèbres signatures du manga, en plus du brisement récurrent du quatrième mur, est la parodie et aucun genre n'est laissé de côté : les mangas (Naruto, One Piece, Death Note, Ken le Survivant, Gundam, Evangelion…), pour la plupart publiés par Shūeisha, dont très souvent Bleach, les deux auteurs Hideaki Sorachi et Tite Kubo étant amis, les films culte comme Star Wars, ou encore les programmes télé japonais (dramas, émissions plateau...), les jeux vidéo, et notamment Dragon Quest, sujet de nombreux running gags.

Les autres types de situations comiques se font le plus souvent sur la culture japonaise (pop-culture, politique, etc.) en la parodiant, les blagues étant parfois difficiles à comprendre pour les lecteurs étrangers. L'humour du manga est décrit par quelques revues comme « bizarre » et « étrange ». Il est aussi décrit comme pouvant être divisé en deux catégories : la « comédie de science-fiction » et la « comédie samouraï », du fait de cet univers mélangeant un Edo historique et un Edo de science-fiction.

La comédie tend à signaler une « obsession de la société moderne » en incluant les jours de fêtes et les figures mythiques célèbres. De plus, il y a certaines références à des figures historiques notamment dans le nom ou dans le caractère des personnages[5]. À côté de cela, l'invasion des extraterrestres au Japon permet de dénoncer de nombreux problèmes sociaux, principalement celui du manque d'égalité sociale.

Réception et critiques[modifier | modifier le code]

En 2009 au Japon, le manga s'est vendu à 2 700 000 exemplaires occupant ainsi la cinquième place après One Piece, Naruto, Bleach et Fullmetal Alchemist (cités respectivement)[6]. En avril 2010, Gintama a été qualifié de treizième « meilleur anime » entre avril 2009 et mars 2010 par Animage[7]. Le tirage total des 45 premiers tomes s'élèvent à plus de 44 000 000 exemplaires[8]. Gintama est à ce jour la 15e série la plus vendue du magazine Weekly Shōnen Jump depuis sa création[réf. nécessaire].

Manga[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des chapitres de Gintama.

La série de Hideaki Sorachi commence sa publication le dans le magazine Weekly Shōnen Jump[9]. En France, le manga est publié aux éditions Kana depuis mars 2007. L'auteur a révélé que la série est basée sur deux one-shots qu'il avait réalisés en 2003 pour la revue Weekly Shōnen Jump[10]. Il a également expliqué avoir rajouté le côté science-fiction pour que le développement de ses personnages soit « à son goût » et ce, après que son éditeur lui a suggéré de faire une série historique[11].

À ses débuts, tout n'était pas assuré pour cette série humoristique. On lui reprochait notamment un trait se rapprochant trop de celui de Masashi Kishimoto (Naruto). Toutefois, le début de sa publication coïncidait avec la fin d'une autre série phare du Jump, Yu-Gi-Oh, lui permettant d'attirer un public à la recherche de nouveautés et d'éviter l'arrêt de sa publication par manque de popularité. Sa grande discrétion est aussi à imputer sur le compte d'une autre série phare ayant commencé dans la même période, Death Note, éclipsant littéralement sa présence auprès des libraires japonais. Malgré ces débuts houleux, la série a su conquérir son public et continue son cours après de nombreuses années et de nombreux volumes.

Gintama a également connu un crossover avec Sket Dance, un manga humoristique de Kenta Shinohara (ancien assistant d'Hideaki Sorachi) également publié dans le Weekly Shōnen Jump, divisé en deux chapitres dans le même numéro du magazine en avril 2011 : le premier est dessiné par Shinohara et contenu dans le volume 21 de Sket Dance (chapitre 180), tandis que le second, dessiné par Sorachi, est contenu dans le volume 41 de Gintama (chapitre 360.5). Ces deux chapitres sont ensuite adaptés en anime dans la série télévisée respective de chacun, d'abord dans l'épisode 227 de Gintama diffusé le 23 septembre 2011, puis la semaine suivante lors de l'épisode 26 de Sket Dance diffusé le 26 septembre 2011[12].

Le 19 décembre 2015, à l'occasion de la Jump Festa, il est annoncé que l'arc final de Gintama débuterait en 2016[13]. Cette information est plus tard confirmée par Hideaki Sorachi via le 63e volume de la série, ce à quoi l'auteur ajoute que le manga devrait se terminer la même année, ou au plus tard en 2017[14]. L'arc final commence alors en juillet 2016 dans le Weekly Shōnen Jump avec le chapitre 596.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Anime[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Gintama (2006)

Une série animée a été produite par le studio Sunrise et a été diffusée sur TV Tokyo entre le et le pour un total de 201 épisodes. L'anime est dirigé par Shinji Takamatsu jusqu'à l'épisode 105, puis par Yoichi Fujita à partir de l'épisode 106.

Yorinuki Gintama-san (2010)

Entre le et le , 51 anciens épisodes aléatoires ont été réadaptés en haute définition sous le titre Yorinuki Gintama-san (The Very Best of Gintama), avec en plus de nouveaux openings et endings.

Deux montages des arcs respectifs de la crise du Shinsengumi (épisodes 101 à 105) et des Quatre Devas de Kabukicho (épisodes 210 à 214), et d'une durée approximative de 95 minutes chacun, sont diffusés dans certaines salles de cinéma japonaises en août 2012[18].

Gintama' (2011)

L'œuvre originale ayant fourni davantage de matière à adapter pendant cet arrêt d'une année, une nouvelle saison de 51 épisodes est ensuite diffusée entre le et le sous le titre Gintama', menant l'anime à un total de 252 épisodes. À partir de cette saison (soit l'épisode 202), l'anime est diffusé en haute définition.

Gintama' Enchousen (2012)

Après un nouvel arrêt et dans le but de promouvoir la sortie du second film d'animation Gintama Kanketsu-hen : Yorozuya yo Eien Nare , l'anime reprend six mois plus tard sous le titre Gintama' Enchousen. L'écart entre la trame du manga et celle de l'anime étant cependant encore trop mince pour assurer la production de nouveaux épisodes sur le long terme, cette saison alterne selon la semaine entre la diffusion d'épisodes inédits et des rediffusions de la première série.

Ainsi, sur les 24 épisodes diffusés entre le [19] et le [8], 11 anciens sont rediffusés en haute définition à la manière de Yorinuki Gintama-san tandis que 13 inédits complémentaires à Gintama' voient le jour, portant par conséquent le nombre total d'épisodes à 265.

Gintama° (2015)

En raison des résultats honorables du film Gintama Kanketsu-hen : Yorozuya yo Eien Nare[20] et à l'avancée de la trame du manga, une nouvelle saison de 51 épisodes, réalisée par Chizuru Miyawaki, est diffusée du au 30 mars 2016 sous le titre Gintama° au Japon et en simulcast sur Crunchyroll dans les pays francophones[21].

Gintama. (2017)

La production d'un nouvel anime est annoncée le [22]. Cette nouvelle saison sera diffusée à partir du au Japon[23] et en en simulcast sur Crunchyroll.

Liste des épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes de Gintama.

La saga animée comporte en totalité 316 épisodes et couvre l'intrigue du manga jusqu'au volume 61 inclus (à l'exception de quelques chapitres comiques non adaptés).

Diffusion par pays[modifier | modifier le code]

Génériques[modifier | modifier le code]

Openings

Pray, chanté par Tommy Heavenly6
Tōi Nioi, chanté par YO-KING
Gin-iro no sora, chanté par Redballoon
Kasanaru Kage, chanté par Hearts Grow
Donten, chanté par DOES
Anata Magic, chanté par MONOBRIGHT
Stairway Generation, chanté par Base Ball Bear
Light Infection, chanté par Prague
Tougenkyou Alien, chanté par Serial TV Drama
Dilemma, chanté par ecosystem
Wonderland, chanté par FLiP
LET'S GO OUT, chanté par Amoyamo
Sakura Mitsu Tsuki, chanté par SPYAIR
DAY x DAY, chanté par BLUE ENCOUNT
Pride Kakumei chanté par CHiCO Honeyworks
Beautiful Days chanté par OKAMOTO'S
KNOW KNOW KNOW chanté par DOES

Endings

Fūsen Gum, chanté par CAPTAIN STRAYDUM
Mr.Raindrop, chanté par Amplified
Yuki no Tsubasa, chanté par Redballoon
Candy Line, chanté par Hitomi Takahashi
Shura, chanté par DOES
Kiseki, chanté par Snowkel
SIGNAL, chanté par KELUN
Speed Of Flow, chanté par The Rodeo Carburettor
Sanagi, chanté par POSSIBILITY
This world is yours, chanté par Plingmin
I, Ai, Ai, chanté par Ghostnote
Kagayaita, chanté par SHIGI
Asa Answer, chanté par PENGIN
Wo Ai Ni, chanté par Hitomi Takahashi
Wonderful Days, chanté par ONE☆DRAFT
Sayonara no Sora, chanté par QWAI
Samurai Heart (Some Like it Hot!!), chanté par SPYAIR
Balance Doll, chanté par Prague
Anagura, chanté par Kuroneko Chelsea
Nakama, chanté par Good Coming
Moonwalk, chanté par Monobright
Expect, chanté par PAGE
Destiny, chanté par Negoto
Saigo Made, chanté par Aqua Timez
Glorious Days, chanté par THREE LIGHTS DOWN KINGS
Acchi Muite, chanté par Swimy

Différences avec le manga[modifier | modifier le code]

L'œuvre originale contenait déjà de nombreux running gags et brisait le quatrième mur, mais l'adaptation animée permet d'aller encore plus loin et donne les très célèbres plans fixes, les discussions cassantes sur le budget du staff et sur le staff en lui-même, les fausses fins, les séquences réutilisées ouvertement (comme la fameuse scène du kotatsu), etc. Également, l'anime est globalement très fidèle au manga mais contient toutefois quelques épisodes filler occasionnels qui sont, à l'inverse de la plupart des autres animes fleuves utilisant ce procédé, très appréciés du public bien que peu fréquents.

OAV[modifier | modifier le code]

Gintama Jump Festa 2005: Nanigoto mo Saisho ga Kanjin nanode Tasho Senobi wo Suru Kurai ga Chodo Yoi

Cette OAV de 30 minutes, antérieure à la diffusion de la série télévisée, a été réalisée à l'occasion du Jump Festa 2005[24]. Elle adapte le chapitre 17 du manga additionné d'un certain nombre de scènes originales et présente brièvement les personnages.

Gintama Jump Festa 2008: Shiroyasha Koutan (Gintama : La naissance de Shiroyasha)

Cette OAV de 10 minutes a été réalisée à l'occasion du Jump Festa 2008[25].

Gintama: Dai Hanseikai

Cet OAV de 15 minutes a été diffusée le 25 mars 2010 à l'occasion du festival Gintama Harumatsuri et de l'arrêt provisoire de l'anime[26].

Gintama: Shinyaku Benizakura Hen Special

Cette OAV de 10 minutes, annonçant la reprise de l'anime en 2011, est sortie le 15 décembre 2010 par l'intermédiaire du le DVD du film Gintama: Shinyaku Benizakura-Hen.[27]

Gintama: Jump Festa 2014

À l'occasion des 10 ans du manga, une OAD de 25 minutes adaptant le chapitre 312 avec des scènes supplémentaires, d'abord diffusé le 9 novembre 2014 lors de l'évènement Jump Special Anime Festa 2014[28], sort ensuite 3 avril 2015 avec le tome 58 du manga[29].

Gintama°: Aizome Kaori-hen

Deux nouvelles OAD adaptant l'arc Aizen-kou (chapitres 492 à 496 du manga) sont sorties respectivement le 4 août 2016 et le 4 novembre 2016 avec les tomes 65 et 66 du manga[30].

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Gintama: Shinyaku Benizakura-Hen

Ce premier film est sorti le [31]. Il reprend l'intrigue de l'arc Benizakura avec une nouvelle animation et des scènes inédites

Gintama Kanketsu-hen : Yorozuya yo Eien Nare

Ce second film est sorti le [8]. Celui-ci propose cette fois-ci une histoire originale scénarisée par Hideaki Sorachi (auteur du manga) lui-même. En deux jours, celui-ci a généré 281,8 millions de yens de bénéfice, tandis que le premier avait généré 200 millions de yens[32].

Doublage[modifier | modifier le code]

Personnages Voix japonaises[33]
Gintoki Sakata Tomokazu Sugita
Shinpachi Shimura Daisuke Sakaguchi
Kagura Rie Kugimiya
Kotarō Katsura Akira Ishida
Toshirō Hijikata Kazuya Nakai
Sougo Okita Kenichi Suzumura
Harada Unosuke Kenta Miyake
Otose-san Kujira
Sadaharu Mikako Takahashi
Isao Kondō Susumu Chiba
Sagaru Yamazaki Tetsuharu Ohta
Catherine Yū Sugimoto

Film live[modifier | modifier le code]

L'adaptation du manga en film live est annoncée en juin 2016[34]. Le film est réalisé par Yūichi Fukuda et sa diffusion est prévue pour 2017[35].

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Différents jeux basés sur Gintama sont sortis au Japon, tous édités par Namco Bandai Games :

Light novels[modifier | modifier le code]

Une série de romans nommée 3-Nen Z-Gumi Ginpachi-sensei, écrite par Tomohito Ōsaki et illustrée par Hideaki Sorachi, l'auteur original du manga, est prépubliée dans le magazine Jump Square de Shūeisha. Le premier volume est sorti le [42] et sept volumes sont sortis au [43].

Guidebooks[modifier | modifier le code]

Différents guidebooks sont sortis au Japon:

  • Manga :
    • Gintama Official Character Book - Gin Channel! (銀魂公式キャラクターブック「銀ちゃんねる!」, Gintama Official Character Book - Gin Chaneru!??), (ISBN 4-08-874086-6), sorti le [44].
    • Gintama Official Character Book 2 - Fifth Grade (銀魂公式キャラクターブック2 「銀魂五年生」, Gintama Official Character Book 2 - Gonen-Sei?), (ISBN 978-4-08-874805-4), sorti le [45].
  • Anime :
    • Gintama Official Animation Guide "Gayagaya Box" (オフィシャルアニメーションガイド 銀魂あにめガヤガヤ箱?) (ISBN 978-4-08-874806-1), sorti le [46].
    • Une série de 3 character books nommée Gintama Character Book (銀魂キャラクターズブック, Gintama Kyarakutazu Bukku?) est sorti entre le et le [47],[48],[49].
    • Official Animation Guide Gintama Anime Paraparakan (オフィシャルアニメーションガイド 銀魂あにめパラパラ館?), (ISBN 978-4-08-782372-1), sorti le [50].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Gintama (OVA) », sur Anime News Network (consulté le 6 mars 2011)
  2. (en) « Readers Vote for the Top 20 'Most Powerful' Jump Manga », sur Anime News Network,‎ (consulté le 30 janvier 2015)
  3. Hideaki Sorachi, Gintama, volume 1, Kana, (ISBN 978-2-505-00078-5)
  4. Hideaki Sorachi, Gintama, volume 6, Kana, (ISBN 978-2-505-00268-0)
  5. Hideaki Sorachi, Gintama, volume 7, Kana, (ISBN 978-2-505-00288-8)
  6. (en) « Classement 2009 des séries manga au Japon », sur Anime News Network (consulté le 6 mars 2011)
  7. (ja)« Tokuma Shoten », Animage,‎
  8. a, b et c « Gintama : Le second film », sur Manga-news
  9. (ja) « Couverture du Jump du 8 décembre 2003 »
  10. Hideaki Sorachi, Gintama, volume 2, Kana, (ISBN 978-2-505-00105-8)
  11. Hideaki Sorachi, Gintama, volume 3, Kana, (ISBN 978-2-505-00157-7)
  12. (ja) Mynavi Corporation, « 杉田智和の演技にも注目!? 銀魂×SKETのコラボアニメが放送 », sur マイナビニュース (consulté le 26 mars 2016)
  13. « "Gintama" Manga (May) Enter Its Final Arc », sur Crunchyroll (consulté le 24 mars 2016)
  14. « Fin annoncée pour Gintama, 09 mars 2016 », sur manga-news.com (consulté le 24 mars 2016)
  15. (en) « Séries publiées par Kana », sur Anime News Network (consulté le 5 mars 2011)
  16. (en) « Séries publiées par Viz Media », sur Anime News Network (consulté le 5 mars 2011)
  17. (en) « Séries publiées par Tokyopop », sur Anime News Network (consulté le 5 mars 2011)
  18. (en) « Gintama: Yorinuki Gintama-san on Theater 2D », sur MyAnimeList.net (consulté le 13 mars 2016)
  19. (en) « New Gintama Anime Episodes to Resume on TV », sur Anime News Network
  20. « 'Final' Gintama Film Director Discusses Possible Continuation », sur Anime News Network (consulté le 24 mars 2016)
  21. « Gintama arrive sur Crunchyroll ! », sur manga-news.com,‎ .
  22. « Une nouvelle série animée pour Gintama ! », sur AnimeLand,‎ (consulté le 21 septembre 2016)
  23. (en) « New Gintama Anime Premieres on January 8, Switches to Late Night Timeslot », sur Anime News Network,‎ (consulté le 27 novembre 2016)
  24. « Gintama - Jump Festa 2005 », sur http://www.animeka.com/ (consulté le 5 juillet 2012)
  25. « Gintama: Shiroyasha Koutan », sur http://www.nautiljon.com/ (consulté le 5 juillet 2012)
  26. (en) « Gintama: Dai Hanseikai », sur MyAnimeList.net (consulté le 13 mars 2016)
  27. (en) « Gintama: Shinyaku Benizakura-hen Special », sur MyAnimeList.net (consulté le 13 mars 2016)
  28. « Épisode spécial de l’anime Gintama, annoncé », sur http://adala-news.fr/ (consulté le 15 juillet 2014)
  29. « L'anime Gintama OAD, Daté Au Japon | », sur adala-news.fr (consulté le 13 mars 2016)
  30. « L'anime Gintama OAD 2016, Daté Au Japon | », sur adala-news.fr (consulté le 13 mars 2016)
  31. « Gintama: Shinyaku Benizakura-Hen », sur http://www.nautiljon.com/ (consulté le 5 juillet 2012)
  32. « Les premiers chiffres du film animation Final Gintama The Movie, révélés », sur http://adala-news.fr/
  33. (en) « Gintama (TV) », sur Anime News Network (consulté le 12 avril 2012)
  34. (en) « Gintama Manga Gets Live-Action Film Adaptation in 2017 Starring Shun Oguri », sur Anime News Network,‎ (consulté le 27 novembre 2016).
  35. (en) « Live-Action Gintama Film Reveals Main Cast » (consulté le 21 septembre 2016)
  36. « Fiche technique de Gintama DS », sur Jeuxvideo.com (consulté le 22 mai 2012)
  37. « Fiche technique de Gintama DS: Gintoki vs Hijikata », sur Jeuxvideo.com (consulté le 22 mai 2012)
  38. « Fiche technique de Gintama DS Quest », sur Jeuxvideo.com (consulté le 22 mai 2012)
  39. « Fiche technique de Gintama sur PlayStation 2 », sur Jeuxvideo.com (consulté le 22 mai 2012)
  40. « Fiche technique Gintama sur Wii », sur Jeuxvideo.com/ (consulté le 22 mai 2012)
  41. « J-Stars Victory Vs: Gintoki (Gintama) & Ryotsu (Kochikame) jouables », sur http://adala-news.fr/ (consulté le 30 septembre 2013)
  42. (ja) « 銀魂 3年Z組銀八先生 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  43. (ja) « 銀魂 帰ってきた3年Z組銀八先生フォーエバ- さらば、愛しき3Zたちよ », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 5 octobre 2012)
  44. (ja) « 銀魂公式キャラクターブック「銀ちゃんねる!」 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  45. (ja) « 銀魂公式キャラクターブック2 「銀魂五年生」 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  46. (ja) « オフィシャルアニメーションガイド 銀魂あにめガヤガヤ箱 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  47. (ja) « 銀魂キャラクターズブック VOL.1 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  48. (ja) « 銀魂キャラクターズブック VOL.2 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  49. (ja) « 銀魂キャラクターズブック VOL.3 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  50. « オフィシャルアニメーションガイド 銀魂あにめパラパラ館 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]