Gacé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gacé
Le château.
Le château.
Blason de Gacé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Vimoutiers
Intercommunalité communauté de communes des Vallées d'Auge et du Merlerault
Maire
Mandat
François Dreux
2014-2020
Code postal 61230
Code commune 61181
Démographie
Population
municipale
1 901 hab. (2014)
Densité 292 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 35″ nord, 0° 17′ 49″ est
Altitude Min. 179 m – Max. 316 m
Superficie 6,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Gacé

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Gacé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gacé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gacé
Liens
Site web www.gace.fr

Gacé est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 1 901 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Gacé se trouve sur l'axe Rouen-Le Mans. La Touques arrose la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est attesté sous les formes de Gaci vers 1055 et Waci en 1066[2].

Les toponymistes considèrent la finale comme une évolution phonétique du suffixe gallo-roman *(I)-ACU, issu du gaulois -acon (celtique commun *-āko-), localisant à l'origine, puis marquant la propriété. La forme est caractéristique de l'ouest (sud de la Normandie, Maine, Haute-Bretagne, Anjou, etc.), ailleurs au nord ouest et au nord, cette finale est notée -y, -ay (-ai dans l'Orne par correctisme officiel) ou -ey.

Par contre, l'analyse du premier élément Gac- ne fait pas l'unanimité.

Remarques : 1/ le nom de personne gallo-roman Vassius serait issu du gaulois vassos « serviteur, soumis » (cf. vasseur, vassal, valet. cf. breton gwaz « homme, mari »). 2/ Le passage de [v] à [g] (par l'intermédiaire de [w]) suppose une influence germanique qui se serait exercée sur la consonne initiale de l'anthroponyme [v] devenu [w] puis [g(w)]. On la note, entre autres, dans certains noms communs, par exemple : WADUgué (peut-être latin vadum, assimilé au vieux bas francique *wad) ; WESPA → guêpe (latin vespa, assimilé au vieux bas francique *wespa), etc. 3/ Il existe effectivement un nom de personne germanique Wasso cf. Vassonville (Seine-Maritime), Boisgasson (Eure-et-Loir) et le nom du poète Wace (autrement Gace, etc.), nom de famille normand Vasse. Dans la partie septentrionale de la Normandie, le [w] est passé à [v] vers le XIIe siècle, sans aboutir à [g] comme dans la partie méridionale (cf. Ligne Joret). 3/ Vassy (Calvados, Vadceium en 1107 (DRS), Vaceium en 1187, Vaacey 1303) est mentionnée sous la forme Waacie vers 1066. Cependant, ses autres formes anciennes n'impliquent pas véritablement un apparentement avec Gacé[7]. De même, Wassy (Haute-Marne, Finis Vuaseacinsis, 662, Vuasciacus, 1066-80, Waseium, 1171, Waissi) peut difficilement contenir le même anthroponyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.  (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
  • Voie romaine Rouen-Le Mans.
  • Hugues le Grand y a séjourné.
  • Vers 1041, Raoul de Gacé, connétable de Normandie, est seigneur de Gacé.
  • En 1119, les paysans de Gacé sont épargnés par Richard de Laigle.
  • Au milieu du XIIIe siècle, les du Merle deviennent seigneurs de Gacé par mariage de Guillaume V du Merle[8] avec Marie de Nollent de Tancarville, dame de Gacé, jusqu'au mariage vers 1380 d'Agnès du Merle, dame de Gacé, de la Ferté-Fresnel et du Merlerault avec Jean de La Champagne, seigneur d’Avrilly.
  • À la suite du mariage de Jeanne de La Champagne, fille de Jean, avec Nicolas Paynel, la famille Paynel possède Gacé jusqu'en 1414, quand Jeanne Paisnel, unique héririère de Nicolas, se marie avec Louis d'Estouteville[9].
  • Occupation de la cité par les Anglais durant la guerre de Cent Ans. En 1417, les Anglais fortifièrent Gacé. La ville revient à la France en 1449 sur l'intervention du sire D'Orval.
  • Prise du château par les Chouans en 1800.
  • Affaire criminelle Albert Leclercq en 1924[10].
  • Destruction du centre de Gacé en , qui fut la 1re ville sinistrée de l'Orne.
  • Voie ferrée Sainte-Gauburge (Orne) au Mesnil-Mauger (Calvados) (désaffectée).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Gacé

Les armes de la commune de Gacé se blasonnent ainsi :
D'argent au lion de gueules, couronné d'or et lampassé d'azur[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Mairie dans des locaux du château.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983 (?)[12] mars 2008 Albert Debotté    
mars 2008[13] en cours François Dreux[14]   Professeur de technologie
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et trois adjoints[15].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 1 901 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour Gacé[16]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 1].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
1 046 1 186 1 246 1 296 1 501 1 588 1 643 1 941 2 024
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 848 1 700 1 649 1 654 1 693 1 704 1 744 1 726 1 740
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 651 1 743 1 725 1 701 1 566 1 666 1 849 1 950 1 978
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
2 170 2 397 2 192 2 247 2 041 2 140 2 065 1 901 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château (musée et mairie).

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Gacé est jumelée avec :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6). p. 308.
  3. ibidem.
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. 2. Formations non-romanes ..., Volume 2, Librairie Droz 1991. p. 758.
  5. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes de l'ancienne Gaule, I, p. 211a.
  6. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Presses Universitaires de Caen, 1996 (ISBN 2-905461-80-2). p. 131.
  7. E. Nègre, op. cit., volume I, p. 593.
  8. Guillaume V du Merle baron du Merlerault, Messei et Goron était né vers 1210.
  9. Jersey : ses antiquités, ses institutions, son histoire
  10. a et b Jean-François Miniac (préf. Alain Lambert), Les Grandes Affaires criminelles de l'Orne, Paris, Éditions de Borée, coll. « Les Grandes Affaires criminelles », , 336 p. (ISBN 978-2-84494-814-4)
  11. « Gacé Orne », sur GASO, la banque du blason (consulté le 19 août 2016)
  12. « Derniers vœux d'Albert Debotté, maire de Gacé, avant son retrait », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté en 19 août 2016)
  13. « Gacé. François Dreux facilement réélu », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 août 2016)
  14. Réélection 2014 : « Municipales à Gacé. François Dreux a été réélu maire », sur Ouest-france.fr (consulté le 30 mars 2014)
  15. « Gacé (61230) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 mai 2014)
  16. Date du prochain recensement à Gacé, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  19. « Château de Gacé », notice no PA00110811, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. Musée de la dame aux camélias

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :