Cyclisme féminin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Coureuse cycliste)
Aller à : navigation, rechercher
L’admissibilité de cette page est actuellement débattue.

Vous êtes invité à donner votre avis sur cette page de discussion, de manière argumentée en vous aidant notamment des critères d’admissibilité ou en présentant des sources extérieures et sérieuses.

Merci de ne pas retirer cet avertissement tant que la discussion n’est pas close.

Conseils d’utilisation

Après avoir apposé le modèle {{suppression}} sur une page, suivez les étapes expliquées sur Wikipédia:Pages à supprimer :

Cyclisme féminin
Picto
Fédération internationale UCI
Image illustrative de l'article Cyclisme féminin
Des coureuses pendant une épreuve de cyclisme féminin.

Le cyclisme féminin est la pratique du cyclisme par les femmes. Cette pratique sportive est soutenue par l'union cycliste internationale[1].

Compétitions[modifier | modifier le code]

Tour de France au féminin[modifier | modifier le code]

Resté anecdotique pendant de nombreuses années, le cyclisme féminin prend un essor important avec l'organisation, en 1984, du Tour de France féminin. En effet, la Grande Boucle féminine internationale (anciennement Tour de France féminin) est une course cycliste sur route par étapes, qui s'est disputée chaque année entre 1984 et 2009 en France, exclusivement par des femmes. La course était considérée comme l'un des trois grands tours féminins avec le Tour d'Italie féminin et le tour de l'Aude. Maria Canins (italienne) remporte le Tour de France en 1985 et en 1986, la Néerlandaise Leontien Van Morseel en 1992 et 1993, puis ce fut au tour de Jeannie Longo, qui le remporte trois années de suite (1987, 1988 et 1989)[2].

De 1984 à 1989, un Tour de France féminin est couru en levée de rideau de l'épreuve masculine. Cette épreuve est organisée par la Société du Tour de France organisatrice du Tour de France masculin. En 1990, cette épreuve change de nom et de format : elle devient le Tour de la CEE féminin qui s'arrête en 1993.

Jeux Olympiques[modifier | modifier le code]

Les jeux Olympiques accueillent une épreuve féminine sur route depuis 1984, des compétitions féminines sur piste depuis 1988[3]. En 2012, pour rétablir la parité aux jeux Olympiques de Londres, le programme du cyclisme féminin est similaire au programme du cyclisme masculin : il comprend une course sur route (médaille d'or pour Marianne Vos, néerlandaise), une course contre la montre (médaille d'or pour Kristin Armstrong, américaine), une épreuve de vitesse (médaille d'or pour Anna Meares, australienne), une compétition de Keirin féminin (médaille d'or pour Victoria Pendleton, britannique), l'omnium (médaille d'or pour Laura Trott, britannique), la vitesse par équipes, la poursuite par équipes, ainsi qu'un cross-country en V.T.T. (médaille d'or pour Julie Bresset, française) et une compétition de B.M.X. (médaille d'or pour Mariana Pajón, colombienne)[4].

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

La Coupe du monde a été créée en 1998. Sa première édition fut remportée par la Lituanienne Diana Ziliute[3].

Édition Vainqueur Deuxième Troisième
1998 Drapeau : Lituanie Diana Žiliūtė Drapeau : Italie Alessandra Cappellotto Drapeau : États-Unis Deirdre Demet-Barry
1999 Drapeau : Australie Anna Wilson[5] Drapeau : Allemagne Hanka Kupfernagel Drapeau : Australie Tracey Gaudry
2000 Drapeau : Lituanie Diana Žiliūtė Drapeau : Finlande Pia Sundstedt Drapeau : Pays-Bas Mirjam Melchers
2001 Drapeau : Australie Anna Millward[5] Drapeau : Pays-Bas Mirjam Melchers Drapeau : Suède Susanne Ljungskog
2002 Drapeau : Allemagne Petra Rossner Drapeau : Pays-Bas Mirjam Melchers Drapeau : Allemagne Regina Schleicher
2003 Drapeau : Royaume-Uni Nicole Cooke Drapeau : Allemagne Regina Schleicher Drapeau : Pays-Bas Mirjam Melchers
2004 Drapeau : Australie Oenone Wood Drapeau : Allemagne Petra Rossner Drapeau : Allemagne Angela Brodtka
2005 Drapeau : Australie Oenone Wood Drapeau : Suède Susanne Ljungskog Drapeau : Pays-Bas Mirjam Melchers
2006 Drapeau : Royaume-Uni Nicole Cooke Drapeau : Allemagne Ina-Yoko Teutenberg Drapeau : Suisse Annette Beutler
2007 Drapeau : Pays-Bas Marianne Vos Drapeau : Royaume-Uni Nicole Cooke Drapeau : Allemagne Ina-Yoko Teutenberg
2008 Drapeau : Allemagne Judith Arndt Drapeau : Pays-Bas Suzanne de Goede Drapeau : Pays-Bas Marianne Vos
2009 Drapeau : Pays-Bas Marianne Vos Drapeau : Suède Emma Johansson Drapeau : Pays-Bas Kirsten Wild
2010 Drapeau : Pays-Bas Marianne Vos Drapeau : Suède Emma Johansson Drapeau : Pays-Bas Kirsten Wild
2011 Drapeau : Pays-Bas Annemiek van Vleuten Drapeau : Pays-Bas Marianne Vos Drapeau : Suède Emma Johansson
2012 Drapeau : Pays-Bas Marianne Vos Drapeau : Allemagne Judith Arndt Drapeau : États-Unis Evelyn Stevens
2013 Drapeau : Pays-Bas Marianne Vos Drapeau : Suède Emma Johansson Drapeau : Pays-Bas Eleonora van Dijk
2014 Drapeau : Royaume-Uni Elizabeth Armitstead Drapeau : Suède Emma Johansson Drapeau : Pays-Bas Marianne Vos
2015 Drapeau : Royaume-Uni Elizabeth Armitstead Drapeau : Pays-Bas Anna van der Breggen Drapeau : Belgique Jolien D'Hoore

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Les Championnats du monde ont été créés en 1895 pour les hommes, et seulement en 1958 pour les femmes.

Certaines épreuves mentionnées, comme le 500 m femmes, sont toutes récentes. Réservé aux femmes, il se dispute seul contre la montre sur 500 mètres, départ arrêté avec un classement au temps. La cycliste accélère le plus rapidement possible jusqu'à sa vitesse maximale, puis tente de la maintenir jusqu'à la ligne d'arrivée. Les meilleurs temps pour le 500 mètres départ arrêté tournent autour de 34 . Les tactiques ne sont pas prédominantes dans cette compétition. Il s'agit purement d'un test de puissance et de techniques précises[6].

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En 1941, sous le régime de Vichy, Jean Borotra interdit aux femmes de participer à des compétitions cyclistes, jugeant que le ce sport est nocif pour elles[7].

Grandes cyclistes féminines[modifier | modifier le code]

  • Félicia Ballanger : Coureuse cycliste sur piste française née en 1971
  • Maria Canins : Coureuse cycliste sur route italienne née en 1949, double vainqueur du Tour de France (1985, 1986)
  • Geneviève Gambillon : Coureuse cycliste sur route française née en 1951, double championne du monde sur route (1972, 1974)
  • Jeannie Longo : Coureuse cycliste sur route et sur piste française née en 1958
  • Fabiana Luperini : Coureuse cycliste sur route italienne née en 1973, vainqueur du Tour de France féminin et du Tour d'Italie.
  • Leontien van Moorsel : Coureuse cycliste sur route et sur piste néerlandaise née en 1970, vainqueur du Tour de France féminin (1992) et du Tour de la C.E.E. (1992), championne du monde du 50 km par équipes et de poursuite (1990, 2001), sur route (1991, 1993) et du contre-la-montre (1998, 1999). Elle a remporté la poursuite, la course sur route et le contre-la-montre aux Jeux de Sydney (2000)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Femme et la bicyclette, par le Dr J. Alvin, 1895
  • Rémy Pigois, Cyclisme féminin, Editions Amphora, (ISBN 978-2851803078)
  • (en) Selene Yeager, The Bicycling Big Book of Cycling for Women : Everything You Need to Know for Whatever, Whenever, and Wherever You Ride, Rodale Press Inc., , 320 p. (ISBN 978-1623364861)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le cyclisme féminin à l'honneur », sur le site de l'UCI (consulté le 24 juillet 2016).
  2. « L Un peu d'histoire... », Mémoire du cyclisme (consulté le 13 octobre 2015)
  3. a et b « Le cyclisme féminin », Encyclopédie Unversalis (consulté le 13 octobre 2015)
  4. « Le cyclisme », Encyclopédie Unversalis (consulté le 13 octobre 2015)
  5. a et b Anna Wilson s'est mariée en 2000 et son nom est devenu Millward.
  6. « Cyclisme », Encyclopédie Larousse (consulté le 13 octobre 2015)
  7. Fabienne Broucaret, Le sport féminin: Le sport, dernier bastion du sexisme?, Michalon, (ISBN 978-2-84186-657-1, lire en ligne), p. 23

Lien externe[modifier | modifier le code]