Basket-ball aux Jeux olympiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Basket-ball aux Jeux olympiques
Description de l'image Basketball pictogram.svg. Description de l'image Olympic rings.svg.
Généralités
Sport Basket-ballVoir et modifier les données sur Wikidata
1re apparition Berlin, 1936
Organisateur(s) CIO
Éditions masculin : 20e en 2020
féminin : 12e en 2020
Périodicité tous les quatre ans
Nations masculin : 12
féminin : 12
Épreuves deux

Palmarès
Tenant du titre masculin États-Unis
féminin États-Unis
Plus titré(s) masculin États-Unis (16)
féminin États-Unis (9)
Plus médaillés masculin États-Unis (19)
féminin États-Unis (11)
Plus d'apparitions masculin États-Unis (19)
féminin États-Unis (11)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours voir :
Basket-ball aux Jeux olympiques d'été de 2020

La première apparition du basket-ball aux Jeux olympiques date de 1904 aux Jeux de Saint-Louis. Fort logiquement c’est aux États-Unis que ce sport fut présenté au public olympique. Il ne s’agit là que d’une épreuve en démonstration, qui voit s’opposer trois équipes de New York.

Il fallut attendre 1936 et les Jeux de Berlin pour que le basket-ball devienne une épreuve officielle, voyant le couronnement des États-Unis. Jusqu’en 1976, la compétition est réservée aux hommes, et ce n'est qu’aux Jeux de Montréal qu’apparaît la compétition féminine. La variante 3x3 devient discipline olympique à Tokyo en 2020 aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1936 à 1968[modifier | modifier le code]

Les Américains remportent ces sept olympiades. En 1936, sous les yeux de James Naismith, les États-Unis gagnent, sous la pluie et sur un terrain en extérieur plein d'eau et de boue, 19 à 8 contre le Canada[1]. À Londres en 1948, les Américains avec leur géant Bob Kurland (2,13 m), battent en finale 65 à 21 la France[2]. Cette équipe de France avait réussi l'exploit de se qualifier en finale, après avoir battu le Chili 53 à 52 et surtout d'arracher la prolongation après un panier du milieu du terrain de Jacques Perrier[2].

Les États-Unis l'emportent en 1952, 86 à 58 contre l'URSS[3]. En 1956, l'équipe américaine emmenée par leur leader Bill Russell gagnent leurs huit matches par un écart de 53,5 points[3] et remporte la finale sur le score de 89 à 55 contre l'URSS[4]. En 1960 à Rome, l'équipe américaine emmenée par leur quatuor Oscar Robertson, Jerry Lucas, Jerry West et Terry Dischinger, gagne le tournoi avec une moyenne de points de 101,8[3] avec des victoires en poule finale 90 à 63 contre le Brésil et 81 à 57 contre l'URSS[4]. En 1964, les États-Unis l'emportent 73 à 59 face à l'URSS[4]. En 1968 à Mexico, les Américains avec Spencer Haywood en leader, gagnent la finale 65 à 50 contre la Yougoslavie[4].

Munich 1972[modifier | modifier le code]

La compétition masculine a longtemps été dominée par les États-Unis. Ceux-ci restent invaincus jusqu'en 1972 (63 victoires d'affilée aux JO)[5], lors des Jeux de Munich. La finale de 1972 oppose, comme lors de nombreuses éditions, les États-Unis à l'URSS. Après avoir mené toute la rencontre, les Soviétiques se voient dépassés à trois secondes de la fin par deux lancers francs de Doug Collins (50-49 pour les États-Unis[5]). Les événements qui suivent constituent l'une des plus grosses polémiques de l'histoire du basket-ball international : les Soviétiques remettent en jeu mais ne parviennent pas à marquer avant le terme. Puis, après des discussions qui voient le secrétaire général de la FIBA, Renato William Jones, descendre sur le terrain, un temps mort est accordé aux Soviétiques, les trois dernières secondes étant de nouveau à jouer. La remise en jeu est faite et les Soviétiques ne parviennent pas à marquer. Mais de nouveau, les discussions arrivent : le chronomètre ayant été mal réglé, les trois secondes sont de nouveau accordées aux Soviétiques. Ceux-ci remettent en jeu et Palauskas transmet une balle qui traverse le terrain à Aleksandr Belov qui marque sans opposition sous le panneau américain et l'URSS gagne sur le score de 51 à 50[5].

Les Soviétiques viennent de mettre fin au règne américain sur le basket-ball. Malgré une réclamation des Américains, qui sera examinée la nuit entière par les juges, la médaille d'or est bien entre les mains de l'équipe soviétique. Les Américains, en guise de protestation, n'acceptèrent pas cette médaille[6],[7],[8].

De 1976 à 1988[modifier | modifier le code]

Les éditions suivantes, les Américains reprennent leur domination de la compétition avec une victoire 95 à 74 contre la Yougoslavie en 1976[9] et une autre finale gagnée 96 à 65 contre l'Espagne en 1984 avec Michael Jordan, Patrick Ewing et Chris Mullin en fer de lance[10]. La Yougoslavie (Dražen Dalipagić, Dragan Kicanović et Krešimir Ćosić en meilleurs joueurs) remportant l'édition de Moscou, 86 à 77 contre l'Italie, les Américains étant absents en raison du boycott[11],[N 1]. Depuis les Jeux de 1984 à Los Angeles, le ballon officiel de la compétition est réalisé par Molten.

En 1988, lors des Jeux de Séoul, la demi-finale oppose l'URSS aux États-Unis. Les deux adversaires n'ont pas été opposés l'un à l'autre depuis la finale de Munich en 1972. L'URSS est menée par Arvydas Sabonis, qui revient d'une blessure au tendon d'Achille, soignée par les médecins des Portland Trail Blazers, franchise américaine qui possède les droits sur le pivot lituanien. La sélection américaine est composée, comme toujours, d'une équipe d'universitaires, dont les têtes d'affiches se nomment David Robinson, Danny Manning, Mitch Richmond[12]. Les Soviétiques gagnent la rencontre sur le score de 82 à 76[11] avant de remporter le titre (76-63[10]) face aux Yougoslaves de l'autre grande vedette du basket-ball européen, Dražen Petrović.

Depuis 1989[modifier | modifier le code]

1992 à 2008[modifier | modifier le code]

Cette dernière défaite de 1988 convainc les Américains que leur politique d'envoyer une équipe universitaire pour défendre leurs couleurs aux Jeux n'est plus suffisante. En , la FIBA[13], en éliminant la distinction entre joueurs amateurs et joueurs professionnels, autorise les joueurs de NBA à participer aux Jeux. Les Jeux de Barcelone voient les Américains aligner une équipe qui portera le nom de « Dream Team » : onze joueurs de la NBA, dont les meilleurs joueurs mondiaux Michael Jordan, Magic Johnson, Larry Birdetc. sont associés à un joueur universitaire. Ils dominent aisément la compétition, remportant la médaille d'or face à la Croatie de Dražen Petrović et Toni Kukoč en s'imposant de 32 points (117-85[10]).

Lors de l'édition suivante, à Atlanta, une nouvelle sélection de joueurs de la NBA domine toujours la compétition et l'emporte en finale 95 à 69 face à la Yougoslavie[14]. Mais, à Sydney en 2000, les premiers signes de la réduction de l'écart avec les autres nations apparaissent : les États-Unis remportent en phase de poule une mince victoire (85-76) sur la Lituanie[15]. De nouveau opposés à cette équipe en demi-finale, les Américains sont proches de l'élimination lorsque Šarūnas Jasikevičius manque un tir à 3 points à la dernière seconde du match, qui aurait donné la victoire à son équipe (victoire américaine 85-83[15]). Enfin, en finale, la France, reste longtemps au contact avant de s'incliner 85 à 75[16].

La leçon n'est pas retenue, et l'édition de 2004 voit les Américains s'incliner à trois reprises, successivement en poule face aux Portoricains (92-73) aux Lituaniens (94-90), et en demi-finale devant les Argentins d'Emanuel Ginóbili (89-81). Ceux-ci remportent le titre face aux Italiens (84-69)[17].

En 2008, les États-Unis (Kobe Bryant, LeBron James, Dwyane Wade…), mieux préparés, renouent avec le titre olympique en remportant la finale face à l'Espagne (Pau Gasol, Juan Carlos Navarro…) sur la marque de 118 à 107[18].

Depuis 2012[modifier | modifier le code]

Lors de l'édition de 2012 à Londres, les États-Unis (Kevin Durant, LeBron James, Kobe Bryant, etc) l'emportent encore une fois face à l'Espagne sur le score de 107 à 100[19].

Les Américains (Kevin Durant, Carmelo Anthony, Paul George…) enregistrent leur quinzième victoire aux Jeux Olympiques de Rio en 2016 (la troisième d'affilée depuis 2008). Ils ont pourtant été inquiétés en phase de poule par les Australiens (victoire 98-88[20]), les Serbes (94-91[21]) et les Français emmenés par Tony Parker (100-97[22]). Mais lors des matches couperets, ils dominent facilement les Argentins (105-78[23]) en quart de finale, un peu plus difficilement les Espagnols (82-76[24]) en demi-finale et largement les Serbes en finale (96-66[25]).

Aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 (se déroulant en 2021 pour cause de pandémie de Covid-19), les Américains (Kevin Durant, Damian Lillard, Devin Booker…) sont battus lors de leur premier match par les Français (Rudy Gobert, Evan Fournier, Nicolas Batum…) (83-76[26]) et finissent deuxièmes de leur poule[27]. Ces deux équipes se retrouvent en finale après avoir éliminé respectivement l'Espagne (95-81 en quart), l'Australie de Patty Mills (97-78 en demi) pour les Américains et les Italiens (84-75 en quart), les Slovènes de Luka Dončić (90-89 en demi) pour les Français[28]. Cette finale voit les États-Unis prendre leur revanche en s'imposant de cinq points (87-82)[29].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Masculin[modifier | modifier le code]

Année Ville Médaille d'or, Jeux olympiques Médaille d’or Médaille d'argent, Jeux olympiques Médaille d’argent Médaille de bronze, Jeux olympiques Médaille de bronze
1936 Berlin États-Unis Canada Canada Mexique
1948 Londres États-Unis France Brésil
1952 Helsinki États-Unis URSS Uruguay
1956 Melbourne États-Unis URSS Uruguay
1960 Rome États-Unis URSS Brésil
1964 Tokyo États-Unis URSS Brésil
1968 Mexico États-Unis Yougoslavie URSS
1972 Munich URSS États-Unis Cuba
1976 Montréal États-Unis Yougoslavie URSS
1980 Moscou Yougoslavie Italie URSS
1984 Los Angeles États-Unis Espagne Yougoslavie
1988 Séoul URSS Yougoslavie États-Unis
1992 Barcelone États-Unis Croatie Lituanie
1996 Atlanta États-Unis Yougoslavie Lituanie
2000 Sydney États-Unis France Lituanie
2004 Athènes Argentine Italie États-Unis
2008 Pékin États-Unis Espagne Argentine
2012 Londres États-Unis Espagne Russie
2016 Rio de Janeiro États-Unis Serbie Espagne
2020 Tokyo États-Unis France Australie

Féminin[modifier | modifier le code]

Année Ville Médaille d'or, Jeux olympiques Médaille d’or Médaille d'argent, Jeux olympiques Médaille d’argent Médaille de bronze, Jeux olympiques Médaille de bronze
1976 Montréal URSS États-Unis Bulgarie
1980 Moscou URSS Bulgarie Yougoslavie
1984 Los Angeles États-Unis Corée du Sud Chine
1988 Séoul États-Unis Yougoslavie URSS
1992 Barcelone Drapeau : Équipe unifiée Équipe unifiée de l’ex-URSS Chine États-Unis
1996 Atlanta États-Unis Brésil Australie
2000 Sydney États-Unis Australie Brésil
2004 Athènes États-Unis Australie Russie
2008 Pékin États-Unis Australie Russie
2012 Londres États-Unis France Australie
2016 Rio de Janeiro États-Unis Espagne Serbie
2020 Tokyo États-Unis Japon France

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Ce tableau présente le bilan, par nations, des médailles obtenues au basket-ball lors des Jeux olympiques d'été, de 1936 à 2020. Le rang est obtenu par le décompte des médailles d'or, puis en cas d'ex æquo, des médailles d'argent, puis de bronze. Le palmarès est dominé par les États-Unis qui ont remporté 25 des 32 épreuves[30].

Rang Nation Or Argent Bronze Total
Olympic rings.svg Tableau des médailles 1936-2020
1 Drapeau des États-Unis États-Unis 25 2 3 30
2 Drapeau de la Russie Russie ( / Drapeau : Équipe unifiée) 5 4 7 16
3 Drapeau de la Serbie Serbie (Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie / ) 1 6 3 10
4 Drapeau de l'Argentine Argentine 1 0 1 2
5 Drapeau de l'Espagne Espagne 0 4 1 5
Drapeau de la France France 0 4 1 5
7 Drapeau de l'Australie Australie 0 3 3 6
8 Drapeau de l'Italie Italie 0 2 0 2
9 Drapeau du Brésil Brésil 0 1 4 5
10 Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 0 1 1 2
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 0 1 1 2
13 Drapeau du Canada Canada 0 1 0 1
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 0 1 0 1
Drapeau de la Croatie Croatie 0 1 0 1
Drapeau du Japon Japon 0 1 0 1
17 Drapeau de la Lituanie Lituanie 0 0 3 3
18 Drapeau de l'Uruguay Uruguay 0 0 2 2
18 Drapeau de Cuba Cuba 0 0 1 1
Drapeau du Mexique Mexique 0 0 1 1
Drapeau de l'Australie Australie 0 0 1 1
Rang Nation Or Argent Bronze Total
Olympic rings.svg Tableau masculin
1 États-Unis 16 1 2 19
2 Russie ( URSS) 2 4 4 10
3 Serbie[N 2] 1 5 1 7
4 Argentine 1 0 1 2
5 Espagne 0 3 1 4
6 France 0 3 0 3
7 Italie 0 2 0 2
8 Canada 0 1 0 1
Croatie 0 1 0 1
10 Lituanie 0 0 3 3
Brésil 0 0 3 3
12 Uruguay 0 0 2 2
13 Cuba 0 0 1 1
Mexique 0 0 1 1
Australie 0 0 1 1
Rang Nation Or Argent Bronze Total
Olympic rings.svg Tableau féminin
1 États-Unis 9 1 1 11
2 Russie
( / Drapeau : Équipe unifiée)
3 0 3 6
3 Australie 0 3 2 5
4 Brésil 0 1 1 2
Bulgarie 0 1 1 2
Chine 0 1 1 2
France 0 1 1 2
Serbie
( Yougoslavie)
0 1 1 2
9 Corée du Sud 0 1 0 1
Espagne 0 1 0 1
Japon 0 1 0 1

Sportifs les plus titrés[modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

Basketteurs les plus médaillés aux Jeux olympiques après les Jeux de Tokyo 2020.

Femmes
Joueuse Pays Médaille d'or, Jeux olympiques Médaille d'argent, Jeux olympiques Médaille de bronze, Jeux olympiques Total
Diana Taurasi Drapeau des États-Unis États-Unis000 5 0 0 5
Sue Bird Drapeau des États-Unis États-Unis 5 0 0 5
Teresa Edwards Drapeau des États-Unis États-Unis 4 0 1 5
Lisa Leslie Drapeau des États-Unis États-Unis 4 0 0 4
Sylvia Fowles Drapeau des États-Unis États-Unis 4 0 0 4
Lauren Jackson Drapeau de l'Australie Australie 0 3 1 4
Kristi Harrower Drapeau de l'Australie Australie 0 3 1 4
Tamika Catchings Drapeau des États-Unis États-Unis 3 0 0 3
Sheryl Swoopes Drapeau des États-Unis États-Unis 3 0 0 3
Dawn Staley Drapeau des États-Unis États-Unis 3 0 0 3
Katie Smith Drapeau des États-Unis États-Unis 3 0 0 3
Tina Charles Drapeau des États-Unis États-Unis 3 0 0 3
Rachael Sporn Drapeau de l'Australie Australie 0 2 1 3
Trisha Fallon Drapeau de l'Australie Australie 0 2 1 3
Sandy Brondello Drapeau de l'Australie Australie 0 2 1 3
Belinda Snell Drapeau de l'Australie Australie 0 2 1 3
Laura Summerton Drapeau de l'Australie Australie 0 2 1 3
Suzy Batkovic Drapeau de l'Australie Australie 0 2 1 3
Hommes
Joueur Pays Médaille d'or, Jeux olympiques Médaille d'argent, Jeux olympiques Médaille de bronze, Jeux olympiques Total
Carmelo Anthony Drapeau des États-Unis États-Unis 3 0 1 4
Guennadi Volnov Drapeau de l'URSS Union soviétique 1 2 1 4
Sergei Belov Drapeau de l'URSS Union soviétique 1 0 3 4
Kevin Durant Drapeau des États-Unis États-Unis 3 0 0 3
David Robinson Drapeau des États-Unis États-Unis 2 0 1 3
LeBron James Drapeau des États-Unis États-Unis 2 0 1 3
Krešimir Ćosić Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 1 2 0 3
Rajko Žižić Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 1 1 1 3
Andro Knego Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 1 1 1 3
Dražen Dalipagić Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 1 1 1 3
Šarūnas Marčiulionis Drapeau de l'URSS Union soviétique puis Drapeau de la Lituanie Lituanie 1 0 2 3
Arvydas Sabonis Drapeau de l'URSS Union soviétique puis Drapeau de la Lituanie Lituanie 1 0 2 3
Rimas Kurtinaitis Drapeau de l'URSS Union soviétique puis Drapeau de la Lituanie Lituanie 1 0 2 3
Maigonis Valdmanis Drapeau de l'URSS Union soviétique 0 3 0 3
Jānis Krūmiņš Drapeau de l'URSS Union soviétique 0 3 0 3
Valdis Muižnieks Drapeau de l'URSS Union soviétique 0 3 0 3
Dražen Petrović Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
puis Drapeau de la Croatie Croatie
0 2 1 3
Pau Gasol Drapeau de l'Espagne Espagne 0 2 1 3
Rudy Fernández Drapeau de l'Espagne Espagne 0 2 1 3
Juan Carlos Navarro Drapeau de l'Espagne Espagne 0 2 1 3
José Manuel Calderón Drapeau de l'Espagne Espagne 0 2 1 3
Felipe Reyes Drapeau de l'Espagne Espagne 0 2 1 3
Gintaras Einikis Drapeau de la Lituanie Lituanie 0 0 3 3

Pays[modifier | modifier le code]

Liste des nations ayant participé au tournoi olympique de basket-ball depuis les Jeux olympiques d'été de 1936.

  • Le classement obtenu est mentionné
  • Un "blanc" signale une non qualification au tournoi olympique
  • Un tiret "–" indique que le pays n'a pas d'existence juridique à l'époque considérée
  • Un "b" signifie un boycottage.

Épreuve masculine[modifier | modifier le code]

Pays 1936
Drapeau de l'Allemagne nazie
1948
1952
1956
1960
1964
1968
1972
1976
1980
1984
1988
1992
1996
2000
2004
2008
2012
2016
2020
NP MR
Allemagne[NH 1] 15e 12e b 8e 7e 10e 8e 6 7e
Angola b 10e 11e 12e 12e 12e 5 10e
Argentine 15e 4e b 9e 1re 3e 4e 8e 7e 8 1re
Australie 12e 9e 9e 8e 8e 7e 4e 6e 4e 4e 9e 7e 7e 4e 3e 15 3e
Belgique 19e 11e 2 11e
Brésil 9e 3e 6e 6e 3e 3e 4e 7e 5e 9e 5e 5e 6e 5e 9e 15 3e
Bulgarie 7e 5e 16e 10e 10e b 4 5e
Centrafrique b b 10e 1 10e
Canada 2e 9e 9e 9e 14e 4e b 4e 6e 7e 9 2e
Chili 9e 6e 5e 8e b 4 5e
Chine b b 10e 11e 12e 8e 10e 8e 8e 12e 12e 9 8e
Corée du Sud 14e 16e 14e b 9e 12e 5 9e
Croatie[NH 2] 2e 7e 6e 5e 4 2e
Cuba 13e 9e 11e 7e 6e b 6 6e
Égypte 15e 19e 9e 16e 12e b 12e 12e 7 9e
Espagne b 14e 7e 11e 4e 2e 8e 9e 9e 7e 2e 2e 3e 6e 13 2e
Estonie[NH 3] 9e 1 9e
États-Unis 1er 1er 1er 1er 1er 1er 1er 2e 1er b 1er 3e 1er 1er 1er 3e 1er 1er 1er 1er 19 1er
Finlande 9e 11e 2 9e
France 19e 2e 8e 4e 10e 11e 2e 6e 6e 2e 10 2e
Grande-Bretagne 20e 9e 2 9e
Grèce 5e 5e 5e 3 5e
Hongrie b 16e 16e 9e 13e b 4 9e
Inde 12e 1 12e
Iran 14e b b 11e 3 12e
Irak 22e b 1 22e
Irlande 23e 1 23e
Italie 7e 17e 17e 4e 5e 8e 4e 5e 2e 5e 5e 2e 5e 13 2e
Japon 9e 10e 15e 10e 14e 11e b 11e 7 9e
Lettonie[NH 3] 15e 1 22e
Lituanie[NH 3] 3e 3e 3e 4e 4e 8e 7e 7 3e
Mexique 3e 4e 9e 12e 12e 5e 10e 7 3e
Maroc 16e b b 1 16e
Nigeria b 10e 11e 10e 3 10e
Nouvelle-Zélande 11e 10e 2 10e
Panama 12e b 1 12e
Pérou 8e 10e 15e b 3 8e
Philippines 5e 12e 9e 7e 11e 13e 13e b 7 5e
Pologne 4e 7e 6e 6e 10e 7e b 6 4e
Porto Rico 13e 4e 9e 6e 9e b 7e 8e 10e 6e 9 4e
Russie[NH 3],[NH 4] b 8e 9e 3e 3 3e
Sénégal 15e 15e 11e 3 11e
Serbie-et-Monténégro[NH 5] 11e 2e 2 2e
Singapour 13e 1 13e
Suède 10e 1 10e
Suisse 9e 21e 2 9e
Taïwan[NH 6] 15e 18e 11e b b 3 11e
Tchécoslovaquie 9e 7e 9e 5e 8e 6e 9e b 7 5e
République tchèque 9e 1 9e
Thaïlande 15e b 1 15e
Tunisie b b 11e 1 11e
Turquie 19e b 1 15e
Olympic flag.svg Équipe unifiée 4e 1 4e
Uruguay 6e 5e 3e 3e 8e 8e b 6e 7 3e
URSS b b 2e 2e 2e 2e 3e 1re 3e 3e b 1re 9 1re
Venezuela 11e 1 11e
Yougoslavie 6e 7e 2e 5e 2e 1re 3e 2e 2e 6e 10 1re
Nombre d'équipes classées 21 23 16 15 16 16 16 16 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12
Édition 1936 1948 1952 1956 1960 1964 1968 1972 1976 1980 1984 1988 1992 1996 2000 2004 2008 2012 2016 2020

Notes :

  1. Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est de 1968 à 1988.
  2. Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie de 1936 à 1988.
  3. a b c et d Drapeau de l'URSS Union soviétique de 1952 à 1988.
  4. Drapeau : Équipe unifiée Équipe unifiée de l’ex-URSS en 1992.
  5. Actuellement Drapeau de la Serbie Serbie, Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie de 1936 à 1988 et de 1996 à 2002.
  6. Flag of the Republic of China.svg République de Chine de 1936 à 1956.

Épreuve féminine[modifier | modifier le code]

Pays 1976
1980
1984
1988
1992
1996
2000
2004
2008
2012
2016
2020
NB MR
Angola 12e 1 12e
Australie 5e 4e 3e 2e 2e 2e 3e 5e 8e 9 2e
Belgique 7e 1 7e
Biélorussie 6e 9e 2 6e
Brésil 7e 2e 3e 4e 11e 9e 11e 7 2e
Bulgarie 3e 2e 5e 3 2e
Canada 6e 3e 11e 10e 8e 7e 9e 7 3e
Chine 4e 6e 2e 9e 9e 4e 6e 10e 5e 9 2e
Corée du Sud 2e 7e 10e 4e 12e 8e 10e 7 2e
Croatie 10e 1 10e
Cuba 5e 4e 6e 9e 4 4e
Espagne 5e 6e 5e 2e 6e 5 2e
États-Unis 2es 1ers 1ers 3es 1ers 1ers 1ers 1ers 1ers 1ers 1ers 11 1ers
France 5e 2e 4e 3e 4 2e
Grèce 7e 1 7e
Grande-Bretagne 11e 1 11e
Hongrie 4e 1 4e
Italie 6e 8e 8e 3 6e
Japon 5e 7e 10e 8e 2e 5 2e
Lettonie 9e 1 9e
Mali 12e 1 12e
Nouvelle-Zélande 11e 8e 10e 3 8e
Nigeria 11e 11e 1 11e
Pologne 8e 1 8e
Porto Rico 12e 1 12e
République tchèque 5e 7e 7e 3 5e
Russie 5e 6e 3e 3e 4e 5 3e
Sénégal 12e 12e 2 12e
Serbie 3e 4e 2 3e
Slovaquie 7e 1 7e
Tchécoslovaquie 4e 1 4e
Turquie 5e 6e 2 5e
Ukraine 4e 4 4e
URSS 1re 1re 3e 3 1re
Olympic flag.svg Équipe unifiée 1re 1 1re
Yougoslavie 3e 6e 2e 3 2e
Zaïre Zaïre[NF 1] 12e 1 12e
Nombre d'équipes classées 6 6 6 8 8 12 12 12 12 12 12 12
Édition 1976 1980 1984 1988 1992 1996 2000 2004 2008 2012 2016 2020

Notes :

  1. RD Congo depuis 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les États-Unis, Porto Rico, l'Argentine, le Canada, la Chine, et le Mexique refusèrent de se rendre aux Jeux olympiques de Moscou en 1980, pour protester contre l'invasion des troupes soviétiques en Afghanistan
  2. Inclut les médailles gagnées par les athlètes du Royaume de Yougoslavie (1920-1936), de la République fédérale socialiste de Yougoslavie (1948-1992) et de la République fédérale de Yougoslavie (1996-2000), utilisant le code YUG. N'inclut pas les médailles de la Serbie-Montenegro (SCG, 2002-2006), ni d'aucune autre nation de l'ex-Yougoslavie depuis 1992 (CRO, SLO, BIH, MKD). N'inclut pas non plus les médailles remportées par les athlètes yougoslaves concourant comme athlètes indépendants (IOP) en 1992.
  3. Semjonova a la nationalité lettone depuis la chute de l'URSS mais n'a pas joué pour ce pays aux Jeux olympiques

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maxi-Basket n°153S, août 1996, p.  44.
  2. a et b Le Basket Français, de Thibaut Brossard, Julien Guérineau, Didier Le Corre et Pierre Matigot, Les Jeux Olympiques de 1948, p.  61.
  3. a b et c Maxi-Basket n°153S, août 1996, p.  45.
  4. a b c et d Maxi-Basket n°153S, août 1996, p.  51.
  5. a b et c Maxi-Basket n°153S, août 1996, p.  47.
  6. (en) Games of the XXth Olympiad -- 1972, sur usabasketball.com, consulté le 4 août 2008.
  7. (en) Classic 1972 USA vs. USSR Basketball game, sur espn.go.com, consulté le 4 août 2008.
  8. La fabuleuse histoire des Jeux olympiques, Robert Parienté, Guy Lagorce, (ISBN 2830707745).
  9. Maxi-Basket n°153S, août 1996, p.  52.
  10. a b et c Maxi-Basket n°153S, août 1996, p.  53.
  11. a et b Maxi-Basket n°153S, Aout 1996, p.  48.
  12. (en) Games of the XXIVth Olympiad - 1988, sur usabasketball.com, consulté le 4 août 2008
  13. (en) The history of FIBA and international basketball, sur usabasketball.com, consulté le 5 août 2008.
  14. Maxi-Basket n°154, août-septembre 1996, p.  60.
  15. a et b Maxi-Basket n°212, Octobre-Novembre 2000, p.  66.
  16. Site de l'équipe.fr, JO 2000 basket-ball, phase finale
  17. Maxi-Basket n°260, Septembre 2004, p.  28.
  18. Maxi-Basket n°304, Septembre 2008, p.  32.
  19. (en) « Résultats finale : USA - Espagne », sur london2012.fiba.com, (consulté le ).
  20. « Résultats tour préliminaire groupe A : USA - Australie », sur rio2016.com, (consulté le ).
  21. « Résultats tour préliminaire groupe A : USA - Serbie », sur rio2016.com, (consulté le ).
  22. « Résultats tour préliminaire groupe A : USA - France », sur rio2016.com, (consulté le ).
  23. « Résultats quart de finale : USA - Argentine », sur rio2016.com, (consulté le ).
  24. « Résultats demi-finale : USA - Espagne », sur rio2016.com, (consulté le ).
  25. « Résultats finale : USA - Serbie », sur rio2016.com, (consulté le ).
  26. Le Journal de Saône-et-Loire, 26 juillet 2021, pages sports, Jeux Olympiques/Basket-ball : Les Bleus s'offrent un exploit face à "Team USA", p.  31.
  27. « Classement finale : Phase de groupes », sur fiba.basketball, (consulté le ).
  28. L'Équipe, 8 août 2021, JO 2021 Basket Finale hommes : Les promesses de l'argent (Tableau JO), p.  13.
  29. L'Équipe, 8 août 2021, JO 2021 Basket Finale hommes : Les promesses de l'argent, p.  12.
  30. (en) « Basketball », sur sport-reference.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La fabuleuse histoire des Jeux olympiques, Robert Parienté, Guy Lagorce, (ISBN 2830707745)
  • Le Basket Français, De thibaut Brossard, Julien Guérineau, Didier Le Corre et Pierre Matigot, Éditions du stade, 1999, 160 pages, (ISBN 2-84552-000-X)
  • Maxi-Basket n°153S, 154, 212, 260 et 304.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]