Descente (cyclisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Une pilote de VTT de descente à la Coupe du Monde 2012 à La Bresse.

Le VTT de descente ou vélo de descente (appelé en anglais downhill mountain biking et abrégé DH) est une discipline sportive qui consiste à descendre, à l'aide d'un VTT, des pistes, spécialement conçues, en montagne avec un profil exclusivement descendant. Le pilote doit faire preuve d'engagement, de technicité et posséder un sens aiguisé du pilotage pour affronter les racines, dévers, bosses, sauts et autres obstacles naturels rencontrés lors d'une descente. En compétition il s’agira de descendre individuellement la piste en le minimum de temps[1],[2].

Matériel[modifier | modifier le code]

Le vélo de descente requière un équipement et un vélo adapter à la discipline. Le matériel requis est souvent cher. Fabriqués à plus faible échelle et répondant à des besoins de solidité et de fiabilité, les vélos de descente coûtent souvent plusieurs milliers d'euros. De 2 000 € pour les vélos entrés de gamme jusqu'à environ 12 000 € pour les plus perfectionnés[réf. nécessaire].

Équipement du pilote[modifier | modifier le code]

L'équipement du pilote se compose essentiellement de protection. Leur rôle est essentiel pour se protéger en cas de chute ou de collisions imprévues (arbres, pierres, branches, etc.). Il est souvent recommandé de porter au minimum d'un casque intégral, d'un masque ou de lunettes, d'une protection dorsale, de genouillères, de coudières et de gants long[2],[3]. Comme autre protection on peut retrouver : gilet de protection, protection cervicales, jambière et sous-short de protection.

À cella peut s'ajouter des chaussures et des habits adaptées à la pratique.

Le vélo[modifier | modifier le code]

VTT de descente basé sur un cadre de Devinci Wilson.

Le vélo de descente emprunte ses caractéristiques à la fois au VTT et au motocross. Il doit être avant tout résistant, et doit disposer de suspensions efficaces. Les roues et le cadre sont spécialement conçus pour résister à d'importantes contraintes. La légèreté devenant de plus en plus importante, de nombreux pilotes réusinent et ajoutent des composants pour gagner quelques grammes précieux dans les pédalages et les relances[réf. nécessaire].

Toujours dans cette optique de légèreté, plusieurs procédés issus d'autres industries sont aujourd'hui utilisés avec succès :

  • forgeage à froid ;
  • usinage de pièces CNC ;
  • utilisation de tubes à épaisseur variable ;
  • hydroformage (Lapierre DH920 2010, Trek session DH) ;
  • les fibres de carbone (GT Fury, Santa Cruz V10 Carbon, Lapierre DH team, Trek session, Specialized,etc.) ;
  • simulation numérique par la méthode des éléments finis.

Les vélos sont quasi exclusivement tout suspendu (possédant une suspension avant et arrière). Le débattement est généralement de 200 mm au niveau de la fourche et du bras oscillant. La fourche et l’amortisseur sont indisciplinables pour absorber les impacts importants et répétés que subi le vélo[2].

Le cadre[modifier | modifier le code]

Le cadre d'un VTT de descente dispose d'un centre de gravité relativement bas pour favoriser la stabilité et la maniabilité. Il est généralement en aluminium, parfois en carbone. Sa géométrie est très spécifique, tout comme la cinématique qui privilégie le travail de la suspension au rendement. En raison des fortes contraintes, les cadres utilisent de nouveaux standards surdimensionnés : jeu de direction en 1"1/2, boîtier de pédalier en 83 mm, axe traversant de 12×150 mm voire 12×157 mm sur certains modèles récents.

La fourche[modifier | modifier le code]

La fourche est un modèle double T, dont le diamètre des plongeurs est relativement important (35-40 mm)[4]. L'axe de roue est surdimensionné, 20 mm pour une plus grande rigidité (assurant une plus grande sensibilité). De nombreux réglages sont disponibles sur les modèles haut de gamme : précontrainte, compression basse et haute vitesse, détente et parfois durcissement en fin de course. La détente se produit grâce à un ressort hélicoïdal (acier, titane) ou pneumatique. La fourche est la plupart du temps d'environ 200 mm de débattement.

L'amortisseur[modifier | modifier le code]

Il s'agit avec la fourche d'un élément très important, qui doit être adapté au cadre (cinématique, entre-axe, course). Les amortisseurs utilisent de l'huile et un ressort (hélicoïdal ou pneumatique) dont le tarage varie en fonction du cadre et du poids du pilote. De nombreux réglages sont disponibles (précontrainte, compression basse et haute vitesse, détente basse et haute vitesse, durcissement en fin de course, pro pedal, etc.) pour s'adapter aux différents terrains.

Les freins[modifier | modifier le code]

Tous les vélos de descente actuels disposent de freins à disques hydrauliques avant et arrière de grand diamètre, généralement 203 mm, ce qui correspond à 8 pouces. En comparaison, le vélo cross-country se contente généralement de disques (ou rotors) de 160 mm ou 180 mm de diamètre, parfois de freins sur jantes, mécaniques ou hydrauliques. Un rotor de plus grand diamètre combine deux avantages : une puissance de freinage plus élevée et un refroidissement plus efficace du disque de frein afin de contrer la surchauffe synonyme de défaillance des freins. Le disque offre un avantage certain face au voilage et aux conditions extrêmes, mais a le défaut de chauffer nettement plus rapidement qu'un frein sur jante classique. Certains fabricants proposent des disques semi-flottants ou flottants, permettant un meilleur refroidissement de la piste de freinage, ou des disques en matériaux composites, en l’occurrence la marque Hope en propose avec ses freins Tech 4.

La transmission[modifier | modifier le code]

Le vélo de descente est équipé d'un unique plateau, d'un guide-chaîne, d'un tendeur de chaîne, et parfois d'une protection du plateau. Ceci permet d'empêcher la chaîne de sauter dans des portions rocailleuses et ne pas perdre de temps dans un sport où chaque seconde compte. En revanche, il comporte à l'arrière un dérailleur et une cassette à plusieurs pignons, comme les autres VTT. En compétition, les vélos sont majoritairement dotés d'une cassette de vélo de route, dont l'étagement et le poids sont plus réduits. Cela permet aussi de réduire la différence de tension au niveau de la chaîne et, par conséquent, l'utilisation d'un dérailleur à chape courte, offrant une indexation plus franche et précise.

À noter que de très rares cadres disposent de boîte de vitesses intégrées (quelques Nicolaï, GT IT1, Lahar, Zerode, Diamondback, Vario).

Le poste de pilotage[modifier | modifier le code]

La potence est plus courte afin de favoriser le placement sur l'arrière et la vivacité.

Pour des raisons géométriques, le cintre est généralement moins relevé. En effet, les fourches de 200 mm induisent une direction haute, ce qui nuit à l'abaissement du centre de gravité et affecte la précision de l'avant du vélo. Le cintre est aussi plus large afin d'améliorer la précision et le maintien.

La selle est placée plus en arrière du vélo que sur un vélo de cross-country. Elle est généralement positionnée de sorte qu'elle ne dérange pas les déplacements du cycliste vers l'arrière lorsqu'un transfert de masses est nécessaire à l'approche d'un obstacle. Le pédalier étant relativement plus en avant, le pédalage sur un vélo de descente est donc moins efficace que sur un vélo de cross-country.

Les pédales peuvent être de type « plates » ou « automatiques ». À ce jour, les pédales automatiques ont tendance à s'imposer à très haut niveau, même si les pédales plates restent utilisées, chacune ayant ses avantages et ses défauts.

Les pneus[modifier | modifier le code]

Les pneumatiques sont très importants sur un VTT de descente. Ils disposent d'une section et de crampons larges, et d'une carcasse renforcée permettant d'éviter de nombreux pincements et crevaisons. Les gommes sont souvent très tendres, pour plus d'adhérence. Les conditions climatiques et le type de terrain rencontré (dur et sec ou humide, pierreux et cassant ou plutôt lisse, avec ou sans racines, avec peu/beaucoup de relances) jouent un rôle décisif sur le choix des pneus. Les pneus sont souvent à tringle dite « souple » afin de maximiser l'adhérence, la contrepartie étant le frottement sensiblement plus élevé et un risque de déjantage supérieur. Les pneus tubeless sont de plus en plus utilisés dans cette discipline. Ils ont l'avantage d'éviter les crevaisons par pincement et offrent plus d’adhérence. Cependant ils restent plus coûteux et plus difficiles à mettre en place.

Pistes[modifier | modifier le code]

Les pistes de descente se présentent habituellement sous forme d'un sentier exclusivement descendant, plus ou moins large et raide. Celui-ci peut être relativement roulant ou jonchés de racines et de pierres. Des éléments telle que des sauts, des virages relevés ou des passerelles en bois sont construits le long de la piste obligeant le pilote à négocier au mieux ces obstacles.

En montagne on trouve des stations (couramment appelée bikepark) qui propose, à la manière des stations de ski, un ensemble de pistes aménagées et dédiées à la discipline et disposant de remonté mécanique[2].

Compétition[modifier | modifier le code]

L'Australien Jared Rando aux Championnats du monde de descente-VTT 2009 à Canberra, en Australie.

Les principales épreuves de descente sont la Coupe du monde de VTT et les Championnats du monde de VTT et de trial, ainsi que les Championnats[5] et coupes de France[6]. Une descente en compétition dure généralement entre trois et cinq minutes[7]

D'autres courses très importantes en Europe sont les courses IXS. Les plus importantes sont les IXS European Cups. Il existe aussi les IXS downhill cups, puis les IXS Rookies cups pour les plus jeunes. La IXS Downhill Cup South America commence à attirer de plus en plus de monde[8].

La plupart des pays ont leurs propres séries de courses nationales, comme l'Italie, l'Espagne, l'Angleterre, le Canada, l'Amérique, etc.[9]

Le pilote[modifier | modifier le code]

Au vu des résultats de ces dernières années, il est difficile de pointer un archétype du pilote efficace. Cependant les pilotes polyvalents, à la fois puissants, physiques et fins en pilotage sont souvent aux places d'honneur et limitent les pertes de temps sur les tracés très atypiques. Certains affirment que le fait qu'un « physique de gagnant » n'ait pas encore émergé montre que ce sport n'est pas encore arrivé à maturité, d'autres affirment justement que c'est la preuve qu'il s'agit d'un sport complet et subtil[réf. nécessaire].

Quelques marques de vélos de descente[modifier | modifier le code]

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus sur les bandeaux.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Les listes peuvent demeurer si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Par défaut de sourçage d'ensemble, ce sont chacun des items qui devront être sourcés.  (septembre 2017).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « A propos Mountain Bike », sur UCI.org (consulté le 1er novembre 2019)
  2. a b c et d « Qu'est-ce que le VTT de descente - Downhill ? », sur montblanclive.com (consulté le 1er novembre 2019)
  3. « 10 conseils pour débuter le VTT de descente », sur Adrenaline Hunter Magazine, (consulté le 1er novembre 2019)
  4. (en) « A buyer's guide to mountain bike suspension. », Dirt Mountain Bike,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2018)
  5. Règlement Championnat de France VTT DH http://www.ffc.fr/wp-content/uploads/2014/03/REGLEMENT-VTT-CHAMPIONNAT-de-FRANCE-DH-2016.pdf?9f2ea3
  6. Règlement Coupe de France VTT DH http://www.ffc.fr/wp-content/uploads/2014/03/REGLEMENT-VTT-COUPE-DE-FRANCE-DH-2015.pdf
  7. « Mais comment différencier le DH et enduro en VTT ? », sur Red Bull (consulté le 2 novembre 2019)
  8. (en) « iXS Downhill Cup », sur www.ixsdownhillcup.com (consulté le 17 octobre 2018)
  9. (en) « Find National Events for Bike Racing | USA Cycling », sur USA Cycling, (consulté le 17 octobre 2018)