Rover (automobile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis MG Rover)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rover.

Rover
logo de Rover (automobile)
Logo de Rover
illustration de Rover (automobile)
La 75, dernier véhicule haut de gamme de la marque.

Création 1904
Dates clés 1986 : British Leyland devient Rover Group
1988 : Rachat par British Aerospace
1994 : Rachat par BMW
2000 : Rachat par Phoenix Venture Holdings et création du groupe MG Rover
Disparition 2005
Fondateurs John Kemp Starley et William Sutton
Forme juridique SA (Société anonyme)
Slogan Dans l'ordre de parution :
- « Relax »
- « A class of its own »
- « Above all it's a rover »
Siège social - Coventry, (West Midlands) (1904-1947)
- Solihull, (West Midlands) (1947-1986)
- Longbridge, (Birmingham) (1986-2000)
Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni
Activité Constructeur automobile
Produits Automobile
Société mère Rover Company (en) (1878-1967)
British Leyland (1967-1988)
Austin Rover Group (en) (1982-1988)
British Aerospace (1988-1994)
BMW (1994-2000)
Phoenix Venture Holdings (en) (2000-2005)
Sociétés sœurs MG

Rover est une ancienne marque automobile anglaise lancée en 1904. Elle faisait partie du groupe MG Rover de mars 2000 jusqu'à sa mise en faillite en avril 2005. Les droits d'utilisation du nom Rover appartiennent maintenant à Tata Motors, mais actuellement celui-ci ne s'en sert pas. Depuis 2007, la marque de voitures de sport MG est la propriété du constructeur chinois SAIC.

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Article connexe : John Kemp Starley.

L'entreprise a été fondée par John Kemp Starley et William Sutton en 1877 à Coventry [1]. Les deux hommes étaient des partenaires pour la construction de machines à coudre puis de bicyclettes à partir de 1869, qui furent les premières à être dites « de sécurité » avec des roues de même diamètre et la roue arrière entraînée par une transmission à chaîne. La marque utilisait le logo du Longship.

En 1888, Starley construisit une voiture électrique, mais sa production ne fut jamais lancée. En 1896, J. K. Starley & Co. fut renommé « Société de cycle Rover ».

Lancement[modifier | modifier le code]

Rover 8 de 1922.

Après la mort de Starley, l'entreprise changea de nom et commença à construire des automobiles avec le coupé Rover 8 dont la production débutera en 1904. La production de ce modèle cessa en 1924, mais la société continua à produire de grosses berlines tels que la Rover 14.

Durant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1930, anticipant d'éventuelles hostilités, le gouvernement britannique lança un programme de réarmement qui inclut la construction d'usines de l'ombre payées par le gouvernement et gérées par les industriels de l'automobile, dans le but de participer à la production de moteurs d'avion. Deux furent confiées à Rover : la première à Acocks Green, Birmingham en 1937 et la seconde, plus grande, à Solihull, démarra en 1940. L'usine originale de Helen Street à Coventry fut sévèrement endommagée par des bombardements en 1940 et 1941 et ne reprit jamais une production complète.

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1947, elle commença la production de la Land Rover. Ce modèle étant un grand succès, la société put financer des recherches sur les véhicules dotés d'une turbine à gaz. Cependant, Rover s'adressa à Buick pour les moteurs V8 de ses séries P5 et P6.

Fusions[modifier | modifier le code]

En 1967, Rover fusionne avec la Leyland Motor Company (British Motor Corporation) pour devenir British Leyland dont les difficultés de qualité de fabrication des années 1970 ruinèrent celles de l'intérieur de la Rover SD1 de 1976.

Au début des années 1980, l'usine de Solihull fut utilisée seulement pour la fabrication des Land Rover tandis que le reste de la gamme était produit dans les usines anciennement Austin et Morris de respectivement Longbridge et Cowley avec des moteurs du constructeur japonais Honda. British Leyland fut renommé « Rover Group ».

Après avoir été renommée Rover Group, l'entreprise est rachetée par British Aerospace (Bae) en 1988[2].

En 1994, BMW prit le contrôle de la société et développa la Rover 75, qui sortit en 1999. L'objectif de BMW était, en redressant la situation financière de l'entreprise, de devenir un groupe plus généraliste. Mais après six années infructueuses, BMW jette l'éponge.

Déclin[modifier | modifier le code]

Rover a fait perdre 3 milliards d'euros à BMW et la firme de Munich a limogé Bernd Pischetsrieder son patron de l'époque. Après avoir passé 6 ans dans le giron de BMW, la part de marché de l'entreprise s'éffondre avec 5,8 % des immatriculations au Royaume-Uni et 6,5 % sur l'année 1999 malgré l'injection de 3,45 milliards de livres d'aides publiques depuis 1975 [3]. Rover a souffert du déficit de productivité chronique du site de Longbridge et du lancement tardif de la Rover 75, ainsi que d'une absence de stratégie marketing claire.

Les véhicules[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des véhicules Rover.


Organisation du groupe Rover[modifier | modifier le code]

Société mère et filiales[modifier | modifier le code]

L'entreprise Rover faisait partie de nombreux groupes durant ces années d'activités.

Logo de British Leyland.
  • BMW (1994-2000)
    • Rover
    • MG
    • Mini
    • Land Rover
  • MG Rover (2000-2005)
    • Rover
    • MG

Gouvernance[modifier | modifier le code]

  • John Towers : président du conseil d'administration ;
  • Kevin Howe : directeur général[4] ;
  • Bod Beddow : directeur des ressources humaines ;
  • Chris Bowen : directeur des opérations ;
  • John Millet : directeur financier ;
  • John Sanders : directeur des ventes et marketing ;
  • Rod Oldaker : directeur du développement et de la production ;
  • Tony Shine : directeur de la chaîne d'approvisionnement.

Répartition du capital[modifier | modifier le code]

  • MG Rover Capital anciennement Rover Financial Services (portefeuille de prêts automobiles relatifs aux véhicules Rover)
  • MG Rover Powertrain Ltd (en), centre de développement des moteurs situé à Longbridge[5].
  • Studley Castle (en), centre de formation et marketing de Rover.
  • Techtronic 2000, société de financement mise en place par Phoenix (en) pour le rachat de Rover.

Les sites du constructeur[modifier | modifier le code]


[modifier | modifier le code]

Groupe MG Rover[modifier | modifier le code]

MG Rover Group
logo de Rover (automobile)
Logo du groupe MG Rover

Création Mars 2000 (suite au rachat par Phoenix Venture Holdings (en))
Disparition Avril 2005 (faillite)
Fondateurs John Kemp StarleyVoir et modifier les données sur Wikidata
Personnages clés Kevin Howe (Directeur général)[7]
Forme juridique SA (Société anonyme)
Siège social Longbridge, Birmingham
West Midlands, Angleterre
Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni
Activité Constructeur automobile
Produits Automobile
Société mère Phoenix Venture Holdings (en)
(2000-2005)
Filiales Rover et MG
Site web www.mgmotor.co.uk

Le , la société Rover et MG sont revendues au prix symbolique de dix livres, à quatre industriels, les Phoenix Venture Holdings (en), menés par son ancien PDG, John Tower. Elle fut rebaptisée MG-Rover, avec son siège social et sa seule usine à Longbridge, un quartier du sud-ouest de Birmingham. En plus de Rover et MG, les Phoenix Venture Holdings (en) étaient intéressés pour racheter les droits des marques Triumph et Riley, mais BMW a refusé.

Deux jours plus tard, la marque de véhicules tout-terrain Land Rover (les autres modèles apparentés Range Rover et les usines de Solihull et de Gaydon) est revendue à Ford.

Cependant, BMW a conservé la marque Mini et les droits de production du nouveau modèle[8] que le constructeur allemand a sorti en 2001. BMW a également conservé l'usine de Cowley pour la fabrication de la nouvelle Mini.

À l'été 2006, BMW confirme qu'il a conclu un accord pour céder les droits de la marque Rover mais n'a pas encore nommé l'acquéreur ; Shanghai Automotive Industry Corporation, très intéressé, entre en pourparlers avec BMW[9]. Avant de finaliser la vente, BMW décide d'attendre 90 jours pour laisser le temps à Ford d'envisager d'utiliser son option d'achat qui était comprise dans le rachat de Land Rover. Finalement, Ford décide d'user de son droit d'option d'achat, ce qui a permis au constructeur américain de garantir la protection commerciale de Land Rover[10].

Lors de la cession de Land Rover par Ford à l'indien Tata Motors en mars 2008, les droits de la marque Rover sont inclus dans le contrat de vente.

MG Rover en difficulté financière et rachat par les chinois[modifier | modifier le code]

Durant cinq ans, le groupe vécut sur ses acquis, en restylant régulièrement ses différents modèles : 25, 45 et 75. Avec des ventes en chute libre, MG Rover fut incapable d'investir pour développer de nouveaux projets. De nombreuses tentatives d'alliances avec d'autres constructeurs furent pourtant tentées pour trouver de l'argent frais, mais sans succès. Le dernier échec du groupe sera la CityRover sortie en 2003 afin de remplacer la Rover 100. C'était la dernière citadine produite par le groupe avant sa faillite en 2005[11]. N'étant rien d'autre qu'une Tata Indica indienne rebadgée pour le marché européen. Cette dernière souffrait de graves problèmes de qualité et de finition et donc se vendait très mal, ce qui a fini par faire couler la firme.

Le , le groupe MG Rover fut mis en faillite. Ses administrateurs judiciaires annoncèrent la fin de la compagnie avec la liquidation totale de l'entreprise et le licenciement de 5 000 salariés des 6 100 restants. Les administrateurs judiciaires ont évalué les pertes mensuelles de 20 à 25 millions de livres (soit de 30 à 37 millions d’euros), ce qui a refroidi les derniers repreneurs potentiels intéressés par MG Rover. Les deux fonds de pension des salariés ont également fait faillite, avec 400 millions de livres de déficit, ce qui n'est pas le cas du fonds de 17 millions de livres des quatre directeurs.

Le , la plupart des actifs du groupe MG Rover ont été vendus par BMW à Nanjing Automobile (NAC)[12].

En 2007, le constructeur chinois Nanjing Automobile a fait part de sa volonté de redémarrer la production en conservant environ 1 200 salariés. La production devrait être assurée à la fois en Chine et sur le site historique de Longbridge. Toutefois, la Nanjing Automobile maintient sa volonté de développer la marque MG en présentant une nouvelle gamme fin 2007, avec des modèles toujours conçus et assemblés à Longbridge (pour les ventes Europe), mais avec certaines pièces fabriquées en Chine pour réduire les coûts, tout en conservant une qualité de fabrication digne de l'image de la marque et des standards européens. La relance de la marque MG et la commercialisation d'un premier modèle débutèrent en Chine le 28 août 2007 avec la MG 7 (en) (même plateforme que la Rover 75/MG ZT) destinée au marché chinois et dont la production est assurée à l'usine de Nankin (Pukou) inaugurée fin mars 2007. Elle fut donc rebaptisée Roewe, dont le logo s'inspire ouvertement de celui de Rover. La gamme Roewe s'échelonne aujourd'hui comme suit : la Roewe 250 (ex Rover 25), la Roewe 550 et la Roewe 750 (ex Rover 75).

Le , le groupe chinois Shanghai Automotive Industry Corporation (SAIC) signe un accord de fusion avec Nanjing Automobile Corporation (NAC) et achète pour 2,1 milliards de yuans (286 millions de dollars) la maison mère de la NAC, Yuejin Motor, qui reçoit en échange 5 % du capital du constructeur shanghaïen : du même coup, la marque MG se trouve incorporée à la SAIC qui entend relancer en Europe l'usine de Longbridge (le site historique de Rover mais surtout le lieu originaire de la marque Austin dont la NAC a acquis les droits d'utilisation en 2005). Officiellement, les projets de la SAIC seraient de poursuivre la relance de MG en Europe et d'utiliser la base de Longbridge comme fenêtre ouverte sur l'Europe. Lors de la signature de cette fusion SAIC/NAC, le vice-président Chen Hong a affirmé : « Nous allons continuer à promouvoir la marque MG à l'étranger pour dynamiser nos exportations ». La première voiture refabriquée à Longbridge en juillet 2008 fut la MG TF, dont la reprise de la production s'effectua en grande pompe, avec en prime une série limitée pour fêter les 85 ans de MG (la 85th anniversary).

En 2008, la Roewe 750 (ex-Rover 75) est secondée par un nouveau modèle, la 550, qui commencera à être produit sur le site de Longbridge à partir de la fin de l'année 2010.

Données chiffrées[modifier | modifier le code]

Production du groupe MG-Rover
Année Marques Production (unités)
2001 Rover 134 155
MG 28 989
Total (MG + Rover) 163 144
2002 Rover 95 082
MG 47 846
Total (-14 %) 142 928
2003 Rover 83 940
MG 52 125
Total (-5 %) 136 065
2004 Rover 63 842
MG 43 741
Total (-26 %) 107 583

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]