Champmillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Champmillon
Champmillon
L'église Saint-Vincent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Val de Nouère
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cognac
Maire
Mandat
Bernard Popelard
2014-2020
Code postal 16290
Code commune 16077
Démographie
Gentilé Champmillonnais
Population
municipale
510 hab. (2016 en diminution de 2,86 % par rapport à 2011)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 23″ nord, 0° 00′ 02″ est
Altitude Min. 21 m
Max. 97 m
Superficie 9,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Champmillon

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Champmillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champmillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champmillon

Champmillon est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Champmillonnais et les Champmillonnaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Champmillon est une commune située à 12 km à l'ouest d'Angoulême et 3 km au sud d'Hiersac, le chef-lieu de son canton.

Commune à la fois rurale et résidentielle de l'aire urbaine d'Angoulême, la commune s'étend du sud au nord entre la Charente en aval d'Angoulême et les faubourgs d'Hiersac.

Champmillon est aussi à 6 km de Châteauneuf-sur-Charente, 4 km de Nersac et de Trois-Palis, 7 km de Roullet-Saint-Estèphe, 14 km de Jarnac[2].

À l'écart des grandes routes, la commune est traversée du nord au sud par la D 7, route de Brossac à Hiersac par Blanzac, qui se dirige au sud vers Sireuil. La D 72, route de Vibrac à Angoulême passe au sud du bourg, chez Cagnon, et coupe la D 7. À ce même carrefour passe aussi la D 84, qui va au sud-ouest à Châteauneuf en longeant la Charente sur sa rive droite et à l'est aussi vers Trois-Palis et Nersac. La D 14, route d'Hiersac à Châteauneuf, traverse l'ouest de la commune[3].

La commune est traversée par le méridien de Greenwich, qui passe 40 m à l'est de l'église[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le bourg même de Champmillon est l'assemblage de plusieurs hameaux : au sud on trouve la mairie et l'église, au centre la Pille avec l'école, et le Levraud, le Raynaud, les Basses Chabannes. Au sud, Chez Cagnon est au carrefour des routes d'Angoulême, de Vibrac et d'Hiersac ; à l'ouest, chez Touchard sur la route d'Hiersac à Châteauneuf est en limite de commune, au nord-est la Petite Chapelle et la Grande Chapelle et tout au nord les premières maisons d'Hiersac près du château d'eau[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Champmillon
Moulidars Hiersac
Saint-Simeux Champmillon Saint-Saturnin
Mosnac Sireuil Trois-Palis

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est sur un plateau calcaire, à la limite du Jurassique qui occupe la moitié nord du département de la Charente et du Crétacé au sud. Le Portlandien (Jurassique supérieur) occupe une partie nord-ouest de la commune et les vallées. Le Cénomanien (Crétacé) occupe le centre de la commune, la limite ouest et la limite sud-est, au-dessus d'une altitude de 60 m environ[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau d'une altitude moyenne de 80 m traversé en son centre par des combes de direction nord-sud et assez profondes, et limité au sud par la vallée de la Charente. Le point culminant est à une altitude de 97 m, situé à la Grande Chapelle au nord-est du bourg (près de la borne IGN), mais de nombreuses hauteurs dans la commune dépassent les 90 m. Le point le plus bas est à 21 m, situé sur la limite sud le long de la Charente. Le bourg est à environ 60 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Champmillon est sur la rive droite de la Charente, en aval d'Angoulême et en amont de Châteauneuf, fleuve qui borde la commune à son extrémité sud.

Des ruisseaux temporaires occupent les vallons à l'ouest et à l'est du bourg ; en particulier le ruisseau des Tapauds à l'ouest. Ces deux ruisseaux se rejoignent chez Cagnon au sud du bourg et le ruisseau temporaire commun se jette dans la Charente au bout de 200 m[3].

Des sources nombreuses ont permis l'implantation de lavoirs dans chaque lieu-dit ou presque. Dans les années 2010, l'association Les amis du Patrimoine de Champmillon a œuvré, en collaboration avec le conseil municipal, à leur rénovation[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Camelon (ou Camilon) en 852[8], Campomilone (non daté), Campo Milonis au XIVe siècle[9], Campo Milonis en 1597[10].

L'origine du nom de Champmillon remonterait au latin campus et à un personnage franc Milon[11], ce qui correspondrait au « champ de Milon »[12]. Un campus est un champ d'honneur, un terrain où deux chefs ennemis se rencontrent et engage le duel, ou plus simplement un terrain cultivé, suivi du nom du propriétaire[13].

Dans le registre paroissial de 1667 apparaît la phrase énigmatique « Avant le siège de Milon, la paroisse de Champmillon se serait appelée Andoury ». Andoury (écrit Andanny en 1691) apparaît en effet à quelques reprises dans les registres paroissiaux, en 1669, 1692 et 1695. Cette hypothèse de Milon, capitaine anglais, qui a alimenté la légende locale, ne peut être acceptée, le nom ancien de Champmillon étant attesté bien avant la guerre de Cent Ans[14]. Andouri apparaît aussi dans l'histoire de la seigneurie de Moulidars[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle on a retrouvé des tombeaux de pierre, des caveaux taillés dans le rocher et un silo, comblés aujourd'hui par leurs propriétaires, des vestiges d'une muraille appelée par les habitants couvent des Ursulines et enfin des médailles trouvées lors de la construction de la route qui mène au bourg[16].

Les habitants de Champmillon devaient donner une fois par an un repas au comte d'Angoulême et à sa suite. Hugues X de Lusignan et sa femme Isabelle Taillefer, par une charte de l'an 1240, changèrent ce droit féodal en rente annuelle de 60 sous, rente qui fut cédée plus tard à l'abbaye de Saint-Cybard. La paroisse fut donnée en partie à cette abbaye par le comte Geoffroy au XIe siècle, et restera en sa possession jusqu'aux guerres de religion[16].

La terre de Champmillon était divisée en plusieurs fiefs, dont les plus importants étaient Pontlevin, la Chapelle et la Pile.

Le fief de Pontlevin (aujourd'hui Pont-Levain[3]), situé dans un vallon, a appartenu jusqu'au XVIIe siècle par les seigneurs du lieu, qui en avaient pris le nom. En 1602, Paul de Pontlevin alla habiter chez sa femme Léa de Lestang, dont la famille étaient seigneurs de Saint-André, et il laissa le domaine aux Guy de Ferrière, seigneurs de Ferrière près de Champniers, qui le gardèrent jusqu'à la Révolution. Pontlevin fut alors donné en ferme puis vendu, et une vaste maison a remplacé le logis.

Le maine de la Pile (aujourd'hui la Pille[3]) est connu pour avoir donné naissance à l'auteur de l'Histoire de l'Angoumois, François Vigier de la Pile, en 1687. Ce domaine a en effet appartenu au XVIe siècle à son ancêtre Jacques Vigier, avocat au parlement de Paris.

La terre de la Chapelle appartenait au XIIIe siècle à Gerdrat de la Chapelle, qui en fit don à l'abbaye de Saint-Cybard. En 1583, le maine de la Chapelle fut inféodé et anobli en faveur de Jean Faligon, procureur fiscal de l'abbaye. Au début du XVIIe siècle, la Chapelle passa par mariage aux Maron, puis par vente en 1737 aux Marchais, négociants à l'Houmeau à Angoulême, en 1835 aux Labrousse. Au début du XXe siècle le logis de la Chapelle appartient à Monsieur Fougerat, riche Parisien, qui en a fait le centre d'un important vignoble et qui a œuvré pour la viticulture en Charente.

Les registres de l'état civil de Champmillon remontent à 1616[14].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1898 1913 Michel Mercier SE  
1913 1919 Hippolyte Nalbert SE  
1920 1923 Fernand Tardy SE  
1923 1937 Marc Grazillier SE  
1937 1947 Anatole Robert SE  
1947 1947 Alphonse Benoit SE  
1947 1959 Roger Pignon SE  
1959 1979 Louis Aubinaud SE  
1979 1991 Claude Grazillier SE  
1991 1994 Daniel Renéaume SE  
1994 1995 Claude Grazillier SE  
1995 2008 Thérèse Savarit SE  
2008 En cours Bernard Popelard SE
-Progressiste[17]
Enseignant en histoire et géographie
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2016, la commune comptait 510 habitants[Note 1], en diminution de 2,86 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
464563555604578575559520518
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
542518474456473430403373395
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
408394318325313286307317320
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
302346358449493528533526510
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Champmillon en 2007 en pourcentage[22].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90  ans ou +
0,4 
3,8 
75 à 89 ans
4,4 
9,1 
60 à 74 ans
11,5 
24,3 
45 à 59 ans
22,2 
24,7 
30 à 44 ans
26,3 
17,9 
15 à 29 ans
15,2 
19,4 
0 à 14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[23].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

Concernant l'évolution de la population, nous savons que la peste a sévi en 1636 et a fait de nombreux ravages. En 1789, il y avait 525 habitants pour 104 feux (foyers). En 1914 elle est descendue à 394 habitants[24] (286 avant la Seconde Guerre mondiale en 1936). Au début du XXIe siècle, la population croît et dépasse dorénavant les 500 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une partie de l'activité agricole. La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[25].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Ancienne maison au bourg

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Champmillon et Trois-Palis. Trois-Palis accueille l'école primaire, et Champmillon l'école élémentaire, nommée les Granges[26].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Vincent, romane, date du XIIe siècle. Elle est classée monument historique depuis 1904[27].

Église Saint-Vincent

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le château de la Chapelle

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Fougerat (1883-1932), pharmacien et viticulteur français, propriétaire du château de la Grande Chapelle[29]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 20 avril 2014)
  2. a et b Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c d e et f Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille d'Angoulême », sur Infoterre, (consulté le 17 novembre 2011)
  7. « Les Amis du Parimoine », (consulté le 2 mai 2014)
  8. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac, (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne), p. 129
  9. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 234,283
  10. Jean Nanglard, « Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. I », dans Bulletin et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, t. II-IV, Angoulême, imprimerie Chasseignac, 1892-1894, 683 p. (lire en ligne)
    Publié sur trois années ; en 1892: p. 1-324, disponible sur Gallica ; en 1893: p. 1-291, disponible sur Gallica ; en 1894: p. 1-66, disponible sur Gallica.
  11. Foerstemann, Altdeutsches Namenbuch, Berlin, 1856, p.929
  12. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 140.
  13. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  14. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 112,113
  15. Gabriel Tricoire, Le Château d'Ardenne et la seigneurie de Moulidars en Angoumois, N.Texier, , 458 p. (lire en ligne)
  16. a et b Alcide Gauguié, La Charente communale illustrée, t. I (arrondissement d'Angoulême), Bruno Sépulchre (Paris, 1982), , 411 p., p. 245-247
  17. http://www.charentelibre.fr/2014/04/25/jean-paul-zucchi-vainqueur-au-finish-face-a-bernard-popelard,1892370.php
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  22. « Evolution et structure de la population à Champmillon en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  23. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  24. Recherches de S.Maillet-Pigeau et JC.Annonier
  25. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Crus du cognac par communes », (consulté le 6 décembre 2015)
  26. Site de l'inspection académique de la Charente, « Les regroupements pédagogiques intercommunaux » (consulté le 21 juillet 2013)
  27. « L'église Saint-Vincent », notice no PA00104279, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Château de la Chapelle », notice no PA00104278, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. Gilles Bernard, Le cognac: À la conquête du monde, Presses universitaires de Bordeaux, , 414 p. (ISBN 2-867816548, lire en ligne), p. 242

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]