Fleurac (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleurac.

Fleurac
Fleurac (Charente)
La mairie de Fleurac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Jarnac
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cognac
Maire
Mandat
Nicole Deschamphamlaère
2014-2020
Code postal 16200
Code commune 16139
Démographie
Population
municipale
249 hab. (2015 en augmentation de 6,41 % par rapport à 2010)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 18″ nord, 0° 04′ 56″ ouest
Altitude Min. 49 m
Max. 93 m
Superficie 2,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Fleurac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Fleurac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fleurac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fleurac

Fleurac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Située à 20 km à l'ouest d'Angoulême et 8 km au nord-est de Jarnac, Fleurac est la moins étendue du canton de Jarnac.

Fleurac est aussi à 7 km de Rouillac, 9 km d'Hiersac et 19 km de Cognac[1].

La N 141, route Centre-Europe Atlantique, entre Angoulême, Cognac et Saintes, passe à 3 km au sud du bourg. À l'écart des routes importantes, le bourg est desservi par la D 157 et la D 384, nord, sud et sud-ouest, et une route communale vers l'est menant à Échallat[2].

La gare la plus proche est celle de Jarnac, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Cognac, Saintes et Royan.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Petite en surface, la commune renferme peu de hameaux. On peut toutefois citer : les Michauds, dans le sud de la commune, les Martins, à la limite de la commune de Vaux-Rouillac, les Bouffanauds et les Naulais, à l'est[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fleurac
Vaux-Rouillac
Foussignac Fleurac Échallat
Mérignac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune occupe un plateau calcaire qui s'abaisse doucement vers le sud, et qui appartient au Portlandien (Jurassique supérieur)[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune est traversée du nord au sud par la vallée de la Guirlande, dans laquelle le bourg est construit. Le point culminant est à une altitude de 93 m, situé au coin nord-ouest de la commune. Le point le plus bas est à 49 m, situé sur la Guirlande en limite sud. Le bourg est à environ 70 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau la Guirlande, affluent de la Charente, venu de la commune voisine de Vaux-Rouillac, traverse toute la commune du sud au nord. Le bourg de Fleurac domine sa rive droite.

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous la forme Floyraco au XIVe siècle[6],[Note 1].

Cette forme ancienne est de type occitan (latinisée) et semblable à celles des noms de lieux méridionaux de type Floirac. Le toponyme a sans doute été francisé d'après Fleur-[Note 2].

L'origine du nom de Fleurac remonterait à un nom de personne gallo-romain Florus ou Florius auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à « domaine de Florius »[7]. Des deux, c'est plutôt Florius qui explique les formes anciennes de type Floyr-, car sinon on ne saurait expliquer la présence d'un yod antéposé (qui a migré dans la syllabe précédente).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Fleurac était le siège d'une seigneurie qui relevait de la terre de Jarnac. Le premier seigneur connu est un de La Porte, qui vivait au XIVe siècle et qui épousa une demoiselle Perrette de l'Isle. Il est probable que cette demoiselle appartenait à la famille qui possédait Fleurac avant les de La Porte.

De cette dernière famille, nous connaissons Ithier de la Porte, que nous voyons figurer, en 1467, dans le ban de la sénéchaussée d'Angoumois et Isaïe de la Porte, qui vivait dans la première moitié du XVIIe siècle[8].

La terre de Fleurac passa ensuite dans la famille de Couvidou. Fleurac dépendant alors de la paroisse de Vaux-Rouillac, et afin de n'avoir pas à se déplacer pour se rendre aux offices, Jean de Couvidou fit ériger au château de Fleurac une chapelle, qui fut bénie le , ainsi que le constate un procès-verbal, conservé dans les archives de la paroisse de Houlette. Cette chapelle occupait l'emplacement sur lequel a été bâtie celle qui existe actuellement.

Jean de Couvidou avait épousé Madeleine de Céris, dont il eut trois enfants : Françoise, qui épousa Jacques de Couhé, écuyer, sieur de la Mothe-Chambernaud, paroisse de Suris, Alexandre de Couvidou, qui lui succéda dans la seigneurie de Fleurac et Catherine de Couvidou.

L'entrée du château

Alexandre de Couvidou laissa la seigneurie de Fleurac à son fils Louis-Alexandre de Couvidou, qui épousa, le , Marie Texier, fille de feu M. Texier, conseiller du roi, lieutenant-général des traites foraines à Civray.

Au XVIIIe siècle, les Couvidou vendirent la terre de Fleurac à messire Abraham Bonniot ; puis ils allèrent habiter Saint-Palais-sur-Mer, près de Royan. Lors de la Révolution, ils passèrent en jugement à Saintes.

Le nouvel acquéreur de la terre de Fleurac était un riche négociant, fournisseur de la marine à Rochefort, qui acheta également les fiefs nobles de Triac et de Salignac et qui, afin de s'anoblir, acquit également, moyennant la somme de 55 000 livres, la charge de Secrétaire du roi, maison et couronne de France près le parlement de Bordeaux. Cette charge anoblissait le titulaire et ses descendants.

La paroisse de Fleurac dépendait autrefois de celle de Vaux-Rouillac, aussi n'y avait-il pas d'église avant la fin du XIXe siècle; cette église a été construite grâce à une souscription, et elle était desservie par le curé de Mérignac[9].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2008 Michel Reboul    
2008 en cours Nicole Deschamphamlaère SE Enseignante
Les données manquantes sont à compléter.

Fiscalité[modifier | modifier le code]

La fiscalité en 2007 est d'un taux de 18,65 % sur le bâti, 38,33 % sur le non bâti, et 6,98 % pour la taxe d'habitation.

La communauté de communes de Jarnac prélève la taxe professionnelle au taux 10,26 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2015, la commune comptait 249 habitants[Note 3], en augmentation de 6,41 % par rapport à 2010 (Charente : +0,58 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
349400422379392347355383420
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
405351353320318278253251245
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
242245225203204191192208244
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
251257238244232230229228249
2015 - - - - - - - -
249--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Fleurac en 2007 en pourcentage[14].
HommesClasse d’âgeFemmes
4,0 
90  ans ou +
11,3 
15,3 
75 à 89 ans
23,1 
21,4 
60 à 74 ans
13,8 
20,4 
45 à 59 ans
15,3 
20,4 
30 à 44 ans
15,3 
7,2 
15 à 29 ans
11,1 
11,2 
0 à 14 ans
10,0 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une partie importante de l'activité agricole. La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[16].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
  • L'église paroissiale Sainte-Élisabeth a été construite sur l'emplacement de l'ancienne chapelle du château, et bénie en 1879. Elle est d'une grande simplicité ; c'est un petit monument moderne édifié avec le produit d'une souscription recueillie dans la contrée[17],[18].
  • Le château de Fleurac, datant initialement du XIVe siècle, a été restauré à grands frais dans le dernier quart du XIXe siècle. Il est entouré d'un parc magnifique. C'est aujourd'hui une demeure privée[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Forme sans doute tardive ; voir aussi Fleurac (Dordogne), Floyracum au XIIIe siècle
  2. Avant les repeuplements du XVe siècle à la suite des ravages de la guerre de Cent Ans en Aquitaine, Angoumois et Saintonge étaient en langue d'oc et la toponymie dans les Charentes en garde de nombreuses traces.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b et c Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Cognac », sur Infoterre (consulté le 20 novembre 2011)
  6. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 60
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 291.
  8. Frédéric Chassebœuf, Châteaux en Poitou-Charentes, Prahecq, Patrimoines et Médias, coll. « Belles visites », , 173 p. (ISBN 2-910137-91-0, OCLC 71887670)
  9. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 179,180
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « Evolution et structure de la population à Fleurac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  16. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Crus du cognac par communes », (consulté le 6 décembre 2015)
  17. Jean Nanglard, « Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. I », dans Bulletin et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, t. II-IV, Angoulême, imprimerie Chasseignac, 1892-1894, 683 p. (lire en ligne)
    Publié sur trois années ; en 1892: p. 1-324, disponible sur Gallica ; en 1893: p. 1-291, disponible sur Gallica ; en 1894: p. 1-66, disponible sur Gallica.
  18. « Église de Fleurac », notice no IA00042836, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Château de Fleurac », notice no IA00042527, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]