Hiersac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hiersac
La mairie d'Hiersac
La mairie d'Hiersac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Hiersac
Intercommunalité Communauté de communes de la région de Châteauneuf
Maire
Mandat
David Chagneaud
2014-2020
Code postal 16290
Code commune 16163
Démographie
Gentilé Hiersacais
Population
municipale
1 068 hab. (2011)
Densité 145 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 10″ N 0° 00′ 20″ E / 45.6694, 0.0056 ()45° 40′ 10″ Nord 0° 00′ 20″ Est / 45.6694, 0.0056 ()  
Altitude Min. 43 m – Max. 120 m
Superficie 7,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de Charente
City locator 14.svg
Hiersac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de Charente
City locator 14.svg
Hiersac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hiersac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hiersac
Liens
Site web www.mairie-hiersac.fr

Hiersac est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Le bourg d'Hiersac est situé à 12 km à l'ouest d'Angoulême, sur la RN 141 entre Angoulême et Cognac.

Hiersac, chef-lieu de canton, est aussi situé à 9 km au nord de Châteauneuf, 13 km au sud-est de Rouillac, 14 km à l'est de Jarnac, 26 km de Cognac et 51 km de Saintes[1].

La route principale est la N 141, qui dévie le bourg par le nord, et qui est aussi la route Centre-Europe Atlantique entre Guéret, Limoges, Angoulême et Saintes. La D 14 va du nord au sud de Rouillac à Châteauneuf et Barbezieux. La D 7 va vers le sud-est vers Roullet-Saint-Estèphe et Blanzac[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

En dehors du bourg, la commune d'Hiersac ne compte qu'un hameau un peu important, Marange, situé au nord de la commune, qui a donné son nom à une forêt importante au Moyen Âge séparant l'Angoumois de la Saintonge, forêt dont il ne reste rien[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Hiersac
Douzat Asnières-sur-Nouère
Moulidars Hiersac Saint-Saturnin
Champmillon

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune occupe un plateau calcaire datant du Jurassique supérieur (Portlandien)[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau légèrement bombé et faiblement incliné vers le sud-ouest, d'une altitude moyenne de 100 m. Le point culminant est à une altitude de 120 m, situé à 1 km au nord-est du bourg (borne IGN). Le point le plus bas est à 43 m, situé sur la limite sud-ouest (combe de Gratte-Loup). Le bourg est à environ 80 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune située en hauteur est parcourue par aucun cours d'eau. À son extrémité nord-est, un petit ruisseau affluent de la Nouère descendant de Douzat la limite[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique aquitain et semblable à celui de la ville de Cognac où est située la station météorologique départementale.

Données climatiques
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,8 3,8 6,2 9,4 12,4 14,4 14 12,1 8,9 4,7 2,6 7,8
Température moyenne (°C) 5,4 6,7 8,5 11,1 14,4 17,8 20,2 19,7 17,6 13,7 8,6 5,9 12,5
Température maximale moyenne (°C) 8,7 10,5 13,1 15,9 19,5 23,1 26,1 25,4 23,1 18,5 12,4 9,2 17,7
Ensoleillement (h) 80 103,9 153,3 184,5 204,9 239,6 276,4 248,3 199,4 159 96,8 78,8 2 024,9
Précipitations (mm) 80,4 67,3 65,9 68,3 71,6 46,6 45,1 50,2 59,2 68,6 79,8 80 783,6
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Cognac de 1961 à 1990[6].
Article connexe : Climat de la Charente.

Histoire[modifier | modifier le code]

Hiersac était au Moyen Âge un tout petit hameau, caché dans un coin de la forêt de Marange, qui, à cette époque, couvrait toute la contrée. Tout ce pays appartenait aux comtes d'Angoulême. Le comte Jean, grand-père du roi François Ier, céda en toute propriété le village d'Hiersac et ses dépendances aux moines de l'abbaye Notre-Dame de La Couronne, qui en devinrent alors les maîtres absolus, avec droit de haute, moyenne et basse justice, qu'ils conservèrent jusqu'à la Révolution.

Des foires importantes ont été ordonnancées à Hiersac dès l'année 1806; mais, par suite du mauvais vouloir des habitants, elles n'avaient pu tenir à cette époque, et c'est seulement à partir de 1831, qu'elles ont pu avoir lieu régulièrement[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hiersac est chef-lieu de canton.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 François Melin    
2008   Patricia Duclos SE Conseillère fiscale
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 068 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
630 593 575 622 621 637 673 770 772
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
835 865 833 824 780 677 696 669 596
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
640 601 555 537 537 528 626 619 686
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
692 798 850 966 1 005 1 065 1 082 1 068 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Hiersac en 2007 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90  ans ou +
2,6 
7,2 
75 à 89 ans
9,7 
14,8 
60 à 74 ans
13,6 
25,1 
45 à 59 ans
20,3 
19,6 
30 à 44 ans
21,2 
16,4 
15 à 29 ans
14,8 
16,2 
0 à 14 ans
17,9 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Hiersac a gardé de nombreux services publics et en particulier gendarmerie et poste.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Thomas était une cure qui doit dater de la seconde moitié du XIIe siècle. De nos jours, elle se compose de trois travées et d'un chœur à chevet plat, tous voûtés d'ogives. Elle a beaucoup souffert à diverses époques, et ses voûtes furent refaites par Charles d'Orléans et son épouse Louise de Savoie, dont les armes sont sculptées sur une clef. Les contreforts des murs, de grande dimension, ne peuvent être attribués à l'époque romane[12].

Elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1941[13].

L'église Saint-Thomas
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts près de la mairie

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille d'Angoulême », sur Infoterre,‎ 1973 (consulté le 17 novembre 2011)
  6. « Cognac, Charente(16), 30m - [1961-1990 »], sur infoclimat.fr (consulté le 1er janvier 2013)
  7. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, vol. I : Arrondissement d'Angoulême, Martin-Buchey, Châteauneuf,‎ 1914 (réimpr. Éd. de la Tour Gile, 1996), 672 p. (ISBN 2-878022-6-88)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  10. « Evolution et structure de la population à Hiersac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010)
  12. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. II, Angoulême, imprimerie Roux et Despujols,‎ 1897, 588 p.
  13. « Église d'Hiersac », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]