Aller au contenu

Hiersac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hiersac
Hiersac
La mairie d'Hiersac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cognac
Maire
Mandat
Martine Beaumard
2020-2026
Code postal 16290
Code commune 16163
Démographie
Gentilé Hiersacais
Population
municipale
1 160 hab. (2021 en augmentation de 12,95 % par rapport à 2015)
Densité 158 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 10″ nord, 0° 00′ 20″ est
Altitude Min. 43 m
Max. 120 m
Superficie 7,36 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Angoulême
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Val de Nouère
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Hiersac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Hiersac
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
Hiersac
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Hiersac
Liens
Site web www.mairie-hiersac.fr

Hiersac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Hiersacais et les Hiersacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Le bourg d'Hiersac est situé à 12 km à l'ouest d'Angoulême, sur la RN 141 entre Angoulême et Cognac.

Hiersac, chef-lieu de canton, est aussi situé à 9 km au nord de Châteauneuf, 13 km au sud-est de Rouillac, 14 km à l'est de Jarnac, 26 km de Cognac et 51 km de Saintes[2].

La route principale est la N 141, qui dévie le bourg par le nord, et qui est aussi la route Centre-Europe Atlantique entre Guéret, Limoges, Angoulême et Saintes. La D 14 va du nord au sud de Rouillac à Châteauneuf et Barbezieux. La D 7 va vers le sud-est vers Roullet-Saint-Estèphe et Blanzac[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

En dehors du bourg, la commune d'Hiersac ne compte qu'un hameau un peu important, Marange, situé au nord de la commune, qui a donné son nom à une forêt importante au Moyen Âge séparant l'Angoumois de la Saintonge, forêt dont il ne reste rien[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune occupe un plateau calcaire datant du Jurassique supérieur (Portlandien)[4],[5],[6].

Le relief de la commune est celui d'un plateau légèrement bombé et faiblement incliné vers le sud-ouest, d'une altitude moyenne de 100 m. Le point culminant est à une altitude de 120 m, situé à 1 km au nord-est du bourg (borne IGN). Le point le plus bas est à 43 m, situé sur la limite sud-ouest (combe de Gratte-Loup). Le bourg est à environ 80 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier d'Hiersac.

La commune est située dans le bassin versant de la Charente au sein du Bassin Adour-Garonne[7]. La commune située en hauteur est parcourue par aucun cours d'eau. À son extrémité nord-est, un petit ruisseau affluent de la Nouère descendant de Douzat la limite[8],[Carte 1].

Gestion des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Charente ». Ce document de planification, dont le territoire correspond au bassin de la Charente, d'une superficie de 9 300 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin Charente[9]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [10].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique aquitain et semblable à celui de la ville de Cognac où est située la station météorologique départementale.

Données climatiques
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,8 3,8 6,2 9,4 12,4 14,4 14 12,1 8,9 4,7 2,6 7,8
Température moyenne (°C) 5,4 6,7 8,5 11,1 14,4 17,8 20,2 19,7 17,6 13,7 8,6 5,9 12,5
Température maximale moyenne (°C) 8,7 10,5 13,1 15,9 19,5 23,1 26,1 25,4 23,1 18,5 12,4 9,2 17,7
Ensoleillement (h) 80 103,9 153,3 184,5 204,9 239,6 276,4 248,3 199,4 159 96,8 78,8 2 024,9
Précipitations (mm) 80,4 67,3 65,9 68,3 71,6 46,6 45,1 50,2 59,2 68,6 79,8 80 783,6
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Cognac de 1961 à 1990[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Hiersac est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[12]. Elle est située hors unité urbaine[13]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Angoulême, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[13]. Cette aire, qui regroupe 94 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (78,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (81,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (43 %), cultures permanentes (27,4 %), zones urbanisées (15,2 %), zones agricoles hétérogènes (6,3 %), forêts (6,3 %), prairies (1,8 %)[16]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune d'Hiersac est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse) et séisme (sismicité modérée). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[17]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[18].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux d'Hiersac.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 90,2 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 496 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 496 sont en aléa moyen ou fort, soit 100 %, à comparer aux 81 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[19],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[20].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982 et 1999. Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989 et 2003 et par des mouvements de terrain en 1999[17].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une ou des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Hirsaco, Yrciaco au XIIIe siècle[22].

L'origine du nom de Hiersac remonterait à un nom de personne latin Hirtius auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Hirciacum, « domaine de Hirtius »[23]. Certains toponymistes y voyaient un nom de personne germanique Hericius[24],[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le chemin des Anglais, voie ancienne supposée romaine d'Angoulême à Saintes par Cognac, après avoir franchi la Charente à Basseau, traversait la commune d'est en ouest[26].

Au Moyen Âge, Hiersac était un petit hameau caché dans un coin de la forêt de Marange, qui, à cette époque, couvrait toute la contrée. Tout ce pays appartenait aux comtes d'Angoulême. Le comte Jean, grand-père du roi François Ier, céda en toute propriété le village d'Hiersac et ses dépendances aux moines de l'abbaye de La Couronne, qui en devinrent alors les maîtres absolus, avec droit de haute, moyenne et basse justice, qu'ils conservèrent jusqu'à la Révolution.

Les registres de l'état civil remontent à 1613.

Des foires importantes ont été ordonnancées à Hiersac dès l'année 1806 le 12 de chaque mois; mais, par suite du mauvais vouloir des habitants, elles n'avaient pu se tenir à cette époque, et c'est seulement à partir de 1831, qu'elles ont pu avoir lieu régulièrement.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique d'Angoulême à Rouillac appelée le Petit Rouillac[27]. Le bâtiment de la gare existe encore en 2014, et la déviation de la route nationale faite dans les années 1980 emprunte une partie du tracé de la ligne, qui se dirigeait vers Angoulême par Saint-Saturnin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hiersac est chef-lieu de canton.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2008 François Melin    
2008 2014 Patricia Duclos SE Conseillère fiscale
2014 En cours David Chagneaud SE Employé au Conseil départemental

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[29].

En 2021, la commune comptait 1 160 habitants[Note 2], en augmentation de 12,95 % par rapport à 2015 (Charente : −0,78 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
630593575622621637673770772
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
835865833824780677696669596
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
640601555537537528626619686
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
6927988509661 0051 0651 0821 0331 137
2021 - - - - - - - -
1 160--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,4 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,2 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 555 hommes pour 582 femmes, soit un taux de 51,19 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,59 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
4,0 
8,8 
75-89 ans
11,9 
20,5 
60-74 ans
20,1 
20,9 
45-59 ans
19,1 
16,0 
30-44 ans
14,8 
14,8 
15-29 ans
17,7 
17,8 
0-14 ans
12,5 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2021 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,7 
9,2 
75-89 ans
12 
20,6 
60-74 ans
21,3 
20,7 
45-59 ans
20,3 
16,8 
30-44 ans
16 
15,6 
15-29 ans
13,4 
16,1 
0-14 ans
14,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une partie importante de l'activité agricole. La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[34].

Certains producteurs vendent cognac, pineau des Charentes et vin de pays à la propriété.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Hiersac a gardé de nombreux services publics et en particulier gendarmerie et poste.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Thomas était une cure qui doit dater de la seconde moitié du XIIe siècle. De nos jours, elle se compose de trois travées et d'un chœur à chevet plat, tous voûtés d'ogives. Elle a beaucoup souffert à diverses époques, et ses voûtes furent refaites par Charles d'Orléans et son épouse Louise de Savoie, dont les armes sont sculptées sur une clef. Les contreforts des murs, de grande dimension, ne peuvent être attribués à l'époque romane[35].

Elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1941[36].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts près de la mairie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique d'Hiersac » sur Géoportail (consulté le 21 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le ).
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b et c Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille d'Angoulême », sur Infoterre, (consulté le ).
  7. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le ).
  8. « Fiche communale d'Hiersac », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le ).
  9. « SAGE Charente », sur gesteau.fr (consulté le ).
  10. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Cognac, Charente(16), 30m - [1961-1990] », sur infoclimat.fr (consulté le ).
  12. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  13. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Angoulême », sur insee.fr (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  17. a et b « Les risques près de chez moi - commune d'Hiersac », sur Géorisques (consulté le ).
  18. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  19. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  20. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune d'Hiersac », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  22. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 237,284
  23. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 353.
  24. Foerstemann, Altdeutsches Namenbuch, Berlin, 1856, p.616
  25. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  26. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 129
  27. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p.
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Hiersac (16163) », (consulté le ).
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  34. « Décret n° 2009-1146 relatif à l'AOC Cognac », sur legifrance, (consulté le ).
  35. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. II, Angoulême, imprimerie Roux et Despujols, , 588 p.
  36. « Église d'Hiersac », notice no PA00104384, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :