Verrières (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verrières.

Verrières
Verrières (Charente)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Charente-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cognac
Maire
Mandat
Michel Desafit
2014-2020
Code postal 16130
Code commune 16399
Démographie
Gentilé Verriérois
Population
municipale
349 hab. (2016 en diminution de 0,85 % par rapport à 2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 34′ 19″ nord, 0° 15′ 55″ ouest
Altitude Min. 21 m
Max. 98 m
Superficie 13,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Verrières

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Verrières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verrières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verrières

Verrières est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Verriérois et les Verriéroises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Verrières est une commune de l'ouest du département de la Charente, proche de la Charente-Maritime, située dans la Grande Champagne, premier cru du cognac, et sur la rive droite du .

Le bourg est à 6 km au nord-est d'Archiac, 6 km au sud-ouest de Segonzac, 14 km au nord-ouest de Barbezieux, 15 km au sud de Cognac et 34 km à l'ouest d'Angoulême[2].

La commune est bordée au nord par la .736 entre Segonzac et Saint-Fort, où elle rejoint la D 731, route de Cognac à Barbezieux. La D 44 de Saint-Fort à Ambleville dessert le bourg. La D 151 borde la commune à l'ouest et longe le Né[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'habitat est dispersé et la commune compte de nombreux hameaux : chez Piron, le Bouquet, Chabran, l'Écharprie, chez Leroux, la Courade près du bourg, etc.[3]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Verrières
Juillac-le-Coq
Saint-Fort-sur-le-Né Verrières Ambleville
Saint-Palais-du-Né Criteuil-la-Magdeleine

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est occupée par le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux, qui occupe une grande partie du Sud Charente. La vallée du Né est occupée par des alluvions récentes du Quaternaire[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un bas plateau assez vallonné d'une altitude moyenne de 70 m, bordé au sud-ouest par la vallée du Né. Le point culminant de la commune est à une altitude de 98 m, situé en limite nord-est (mont Bouchet). Le point le plus bas est à 21 m, situé le long du Né en limite ouest. Le bourg est à environ 60 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le , affluent de la Charente en aval de Cognac, borde la commune au sud. En fait il s'agit d'un de ses bras qui délimite l'île du Breuil sur la commune de Saint-Palais. Quelques sources sont à signaler sur le flanc de la vallée comme la Font de Rode et la Font de Zade.

Près du bourg, la source de la Font est aussi à signaler, alimentant deux lavoirs[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Vitreriis en 1110, Veireries, Veirires, Veireres, Veireires[7].

Le nom de Verrières est issu du mot latin vitrum signifiant « verre » avec le suffixe augmentatif -aria[8]. Il peut s'agir du surnom d'une personne, passé en nom de lieu, « domaine de Verrier »[9].

La commune a été créée Verrière en 1793 et devient Verrières en 1801[10]. Toutefois, le nom de la paroisse est orthographié Verrières sur la carte de Cassini (XVIIIe siècle)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fossés protohistoriques au Fief du Chêne, des restes de thermes d'une villa à Plassac, des céramiques dans divers points montrent l'ancienneté de l'occupation[11].

Les registres de l'état civil remontent à 1692.

Au début du XXe siècle, l'industrie était représentée par trois moulins à blé, mus par le Né, à Jallet, Alville et chez Piron[12].

Administration[modifier | modifier le code]

Créée en 1793 comme commune du canton de Lignière, Verrières est passée dans le canton de Segonzac en 1801[10].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
depuis 1995 En cours Michel Desafit SE Retraité des services financiers

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2016, la commune comptait 349 habitants[Note 1], en diminution de 0,85 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
698851741758853867872876881
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
867857804807712614584555532
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
605603537544550503518535526
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
537474409406401374370343349
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Verrières en 2007 en pourcentage[16].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,1 
9,3 
75 à 89 ans
9,1 
12,0 
60 à 74 ans
13,4 
19,1 
45 à 59 ans
21,4 
24,6 
30 à 44 ans
23,5 
16,9 
15 à 29 ans
13,4 
17,5 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département de la 'Charente en 2007 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

Verrières qui a perdu 40 % de sa population durant la crise du phylloxéra durant la seconde moitié du XIXe siècle reste à 50 % de sa population de la première moitié du XIXe siècle.

Économie[modifier | modifier le code]

La viticulture est une activité importante de Verrières, qui est située dans la zone d'appellation d'origine contrôlée cognac, en Grande Champagne, premier cru classé du cognac[18].

De petits producteurs de cognac, de pineau des Charentes et de vin de pays sont installés dans la commune.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Saint-Fort-sur-le-Né et Verrières. Saint-Fort accueille l'école primaire et Verrières l'école élémentaire, avec une classe. Le secteur du collège est Segonzac[19].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Palais qui comporte une crypte date du XIIe siècle. Elle aurait été en grande partie démolie par les protestants et provisoirement réparée en 1600, puis restaurée de 1668 à 1670, en 1759, et enfin au XIXe siècle. Elle possède une belle voûte avec clefs pendantes et nervures datant du XVIe siècle. C'est, avec l'église de Pranzac, le seul exemple qu'il y ait en Charente de ce genre de voûte[12]. L'église est inscrite monument historique par arrêté du 26 mai 1986[20],[21].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Il reste trois moulins, un à Verrières, un à Jallet et un chez Piron[23].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 2 août 2015)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c d et e Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Cognac », sur Infoterre (consulté le 20 novembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac, (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne)
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 708.
  9. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  10. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 208
  12. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 398
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. « Evolution et structure de la population à Verrières en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  18. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Liste des communes par circonscriptions », (consulté le 5 décembre 2015)
  19. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 23 juillet 2012)
  20. « Église Saint-Palais (notice) », notice no IA00042435, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Église Saint-Palais », notice no PA00104533, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Croix hosannière de l'ancien cimetière », notice no PA00104532, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Base Mérimée

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]