Angeac-Champagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Angeac et Champagne.

Angeac-Champagne
Angeac-Champagne
Mairie d'Angeac-Champagne.
Blason de Angeac-Champagne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Charente-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cognac
Maire
Mandat
Gérard Faurie
2014-2020
Code postal 16130
Code commune 16012
Démographie
Gentilé Angeacais
Population
municipale
509 hab. (2016 en augmentation de 0,79 % par rapport à 2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 30″ nord, 0° 17′ 47″ ouest
Altitude Min. 17 m
Max. 84 m
Superficie 14,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Angeac-Champagne

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Angeac-Champagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Angeac-Champagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Angeac-Champagne
Liens
Site web 16012.campagnol.fr

Angeac-Champagne est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Elle est constituée des villages d'Angeac-Champagne et de Roissac. Ses habitants sont appelés les Angeacais et Angeacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Angeac-Champagne est une commune située à l'ouest du département de la Charente, proche de la Charente-Maritime, en Grande Champagne, premier cru du cognac.

La commune est située à 10 km au sud de Cognac, 6 km à l'ouest de Segonzac et à 3 km à l'est de Salles-d'Angles. Angoulême, la préfecture charentaise, est à 35 km à l'est. Angeac est aussi à 9 km au nord d'Archiac et 12 km de Jarnac, 19 km de Barbezieux[2].

La commune est en dehors des grands axes de circulation. La D 731, route de Barbezieux à Cognac par Archiac, passe à l'ouest de la commune. Le bourg est desservi par la D 150 qui arrive de Saint-Fort-sur-le-Né et se dirige vers le nord-est, pour rattraper la D 44 de Juillac-le-Coq à Roissac en direction de Cognac et Gensac-la-Pallue. Une route vicinale mène du bourg à Salles-d'Angles, et une autre à Genté, vers le nord-ouest[3].

La gare la plus proche est celle de Cognac, desservie par des TER entre Angoulême, Saintes et Royan.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

De nombreux hameaux parsèment la commune. En particulier, Roissac, situé au nord-est de la commune était une ancienne paroisse, et le village est aussi important que celui d'Angeac.

Le Bois d'Angeac est situé à l'ouest de la commune, à 1 km du bourg[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Angeac-Champagne
Genté Gensac-la-Pallue
Salles-d'Angles Angeac-Champagne Segonzac
Saint-Fort-sur-le-Né Juillac-le-Coq

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Comme toute cette partie rive gauche de la Charente entre Angoulême et Cognac, c'est une zone calcaire datant du Crétacé avec cuestas.

La commune est occupée par le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux, qui occupe une grande partie du Sud Charente. On trouve le Santonien sur une petite bordure nord, aux Longées.

La cuesta du Campanien traverse la commune. Cet escarpement, démarrant à l'ouest à Salles-d'Angles et passant au pied du bourg de Genté, traverse tout le département et va vers l'est en direction de Bouteville, Jurignac et Plassac-Rouffiac. Sur le territoire communal, cet escarpement pénètre à l'est en détachant une butte-témoin située au nord-est de Roissac. Il sépare au nord la plaine de Châteaubernard de la Champagne au sud[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le point culminant de la commune est à une altitude de 84 m, situé au nord-ouest de Roissac. Un autre sommet de 83 m lui fait face, à l'est (borne IGN). Le point le plus bas est à 17 m, situé au Pas de la Tombe en limite sud-ouest de la commune près d'Angles. Le bourg s'étage entre 40 et 70 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Gué de la Fontaine des Trois Pierres.

Le ruisseau de la Motte, petit affluent du et donc sous-affluent de la Charente, limite la commune au sud. Aucun autre cours d'eau traverse la commune, mais de nombreux bassins sont à signaler dans une combe à l'ouest du bourg et qui descend de Roissac[3], ainsi que quelques fontaines dont celle des Trois Pierres à l'est du Bois d'Angeac (localisation à confirmer).

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente.

Le climat est océanique aquitain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Andiacum avant le VIIIe siècle[7], Angiaco en 1150[8],[9], Angeaco in Campania (à dater)[10].

Angeac serait issu du latin Andiacum ou villa Andii ce qui signifie que le village aurait été construit autour de la propriété d'un riche gallo-romain nommé Andius[11]. Le terme Champagne a été rajouté au nom de la commune en 1801 pour la différencier de son homonyme Angeac-Charente. En Saintonge, le terme champagne désigne une plaine calcaire fertile. Il est issu du latin campus qui signifie champ ou plaine.

Roissac serait issu du latin Riatacum ou villa Riatii ce qui signifie que le village aurait été construit autour de la propriété d'un riche gallo-romain nommé Riatus, avec le suffixe -acum indiquant le lieu[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fossés protohistoriques circulaires existent aux lieux-dits Penchant de Lorimont et l'Houme, carrés et circulaires au lieu-dit les Chirons. Des villas romaines sont supposées au Puits d'Angeac, à la Chabanne et une demeure médiévale aux Branges[13].

Les vestiges d'une villa gallo-romaine pouvant dater de la 1re moitié du IXe siècle ont été trouvés en 1904 au lieu-dit la Chabanne. Elle aurait été une résidence de Louis le Débonnaire[14],[13],[Note 1]. Ces vestiges ont disparu.

Angeac, d'abord dépendance des Templiers, a dû être un poste militaire important. C'était une seigneurie qui dépendait du château de Bouteville. Elle passe ensuite au marquisat d'Archiac. Après la mort d'Aymar d'Archiac, elle demeure une terre indivise entre les seigneuries d'Archiac et d'Ambleville. Vers le milieu du XVIe siècle, elle passe en totalité à la seigneurie d'Ambleville à la suite du mariage de François de Jussac, seigneur d'Ambleville avec une demoiselle d'Archiac. Puis la terre d'Angeac, par ventes successives, devint la propriété de César Boscal de Réals, sieur de Mornac, puis de René de la Tour, seigneur de Saint-Fort, avant de passer par héritage à la famille Brémond d'Ars. En 1770, Angeac fut acquis par Jean Roy, ancien procureur du roi à Bouteville, et secrétaire du roi au parlement de Bordeaux.

La famille Roy d'Angeac s'est alliée en 1755 à la famille Dupuy d'Angeac. En 1795, Jean et Léon Dupuy ont fondé, avec Jacques O'tard de la Grange, la maison de cognac O'tard, Dupuy et Cie[15].

Au Moyen-Âge, Roissac appartenait aux comtes d'Angoulême. En 1231, à la suite d'une transaction entre Hugues de Lusignan et Itier II de Barbezieux, Roissac passe de la maison d'Angoulême à celle de Barbezieux.

Dans la seconde moitié du XIVe siècle, faute de successeur mâle du côté d'Henri de Barbezieux, Roissac passe aux La Rochefoucauld en la personne de Geoffroi Ier (fils d'Agnès de Barbezieux et petit-fils d'Itier II).

À la fin du XVe siècle, Roissac s'allia par mariage à Salles et Genté (famille de Mortimer). Les droits sur les marais entraînaient des rixes et des procès avec le seigneur de Gademoulin[15].

Article connexe : Château de Roissac.

La commune d'Angeac est créée en 1793, elle appartient alors au canton de Salles, au district de Cognac et au département de la Charente. En 1801 elle prend le nom d'Angeac-Champagne et se trouve rattachée au canton de Segonzac.

La gare de Roissac sera desservie de 1910 à 1939 par les Chemins de fer économiques des Charentes, sur voie métrique, de Cognac à Barbezieux avec trois allers-retours par jour à la vitesse de 20 km/h. Cette ligne desservait aussi les gares de Cognac, Genté, Segonzac, Juillac-le-Coq, Saint-Fort-sur-le-Né, Archiac et Barbezieux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à l'écusson d’or.
Commentaires : Blason d’Angeac-Champagne.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Bernadette Jullien    
2008 En cours Gérard Faurie SE Juriste
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[17].

En 2016, la commune comptait 509 habitants[Note 2], en augmentation de 0,79 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
315319293279300396400409429
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
887912878845666634606607594
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
589606528523508504493493498
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
489470439473479497499502509
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Angeac-Champagne en 2007 en pourcentage[20].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90  ans ou +
0,4 
8,0 
75 à 89 ans
9,7 
13,7 
60 à 74 ans
11,8 
24,4 
45 à 59 ans
24,9 
20,2 
30 à 44 ans
21,5 
11,5 
15 à 29 ans
14,8 
21,4 
0 à 14 ans
16,9 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[21].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture est une activité importante d'Angeac-Champagne, qui est située dans la zone d'appellation d'origine contrôlée cognac, en Grande Champagne, premier cru classé du cognac[22].

De petits producteurs de cognac, de pineau des Charentes et de vin de Pays charentais sont installés dans la commune.

Distillateurs[modifier | modifier le code]

La commune d'Angeac-Champagne comporte l'une des plus importantes concentration de distilleries de la région d'appellation du Cognac avec ses quatre bouilleurs de profession et près de 100 chaudières installées sur la commune[23]. La Distillerie Michel Boinaud est la plus importante distillerie de la commune mais aussi de la région avec ses 41 alambics charentais traditionnels[24].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un regroupement pédagogique intercommunal entre Angeac-Champagne et Salles-d'Angles. Angeac-Champagne accueille l'école maternelle et Salles-d'Angles l'école élémentaire[25].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Vivien.

L'église paroissiale Saint-Vivien a été construite au XIe siècle puis reconstruite en partie en 1534 et réparée vers 1748 aux frais du curé, Jean Marcus[réf. nécessaire], et enfin revoûtée en 1875. Elle est en forme de croix latine à un vaisseau, couverte en voûte d'ogives[26].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Il existe un souterrain-refuge datant de l'antiquité dont un escalier a été recensé ; mais sa localisation reste inconnue[27].

Fontaine François-1er à Roissac.

L'ensemble fontaine, lavoir, abreuvoirs de Roissac figurait déjà sur le cadastre de 1850[28]. Elle est liée à François Ier qui se serait rendu au château de Roissac pour des rendez-vous de chasse.

Un moulin à vent se trouve à la Millière et un moulin à eau, en ruine, à la Motte, collé à celui de Saint-Fort-sur-le-Né[29].

Le logis d'Angeac est un manoir qui daterait en partie du XVIe siècle et quand René de la Tour l'achète en 1657 le logis était au nord. Des dépendances portent la date de 1733. Un autre logis a été construit à l'ouest et remanié au XIXe siècle ainsi que des dépendances au sud. Le portail d'entrée porte la date de 1882[30].

Logis d'Angeac

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le manoir de Lorimont qui selon certains érudits (dont Martin Civat) existait déjà au XVIe siècle a été reconstruit au XIXe siècle, et porte l'inscription « Fait en 1831. Chaillou Paul »[31].

Le château de Roissac.

Le château de Roissac porte la date de 1830, mais ce serait un château construit au Moyen Âge pour les La Rochefoucauld, à l'emplacement d'une villa gallo-romaine. Le château actuel aurait été bâti pour les Beauchamp vers 1770 et la date de 1830 accompagnée des initiales I.P. correspond à des remaniements des dépendances[32]. Il présente des décors et en particulier dans le salon, des lambris ornés de toiles peintes avec oiseaux, fleurs, fruits, paysages, scène avec un semeur, Moïse et les tables de la Loi. Il a été inscrit comme monument historique le 13 avril 1989[33].

La mairie a été construite en 1897 et 1898 sur les plans de l'architecte de Cognac Lucien Roy, par Locussol entrepreneur à Cognac[29].

Il a été recensé trois fermes datant du XVIIe siècle, dix datant du XVIIIe siècle, et vingt-trois du XIXe siècle. Elles comportent des dépendances puits, lavoirs, distilleries[29].

Le monument aux morts.

Le monument aux morts de la guerre 1914-18 date de 1920[29].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sa résidence Andiacum avait d'abord été supposée à Angeac-Charente. Mais en 1904, ces découvertes ont affermi l'hypothèse d'Angeac-Champagne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 15 mars 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Cognac », sur Infoterre (consulté le 20 novembre 2011)
  7. Cartulaire de Saint-Jean-d'Angély
  8. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac, (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne), p. 172
  9. Paul-François-Étienne Cholet (préf. L.Clouzot), Cartulaire de l'abbaye de Saint-Étienne de Baigne, Niort, L.Clouzot, , 382 p. (lire en ligne), p. XIII
  10. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 334
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 18.
  12. Jean-Marie Cassagne et Stéphane Seguin, Origine des noms de villes et villages de Charente, Jean-Michel Bordessoules, , 311 p. (ISBN 2-913471-06-4), p. 14 et 229
  13. a et b Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 200-201
  14. A. Favraud, Une villa à Angeac-Champagne, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, annexe X, , p. CX-CXIII [Lire en ligne [PDF] Site d'André Balout]
  15. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 42-43
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  20. « Evolution et structure de la population à Angeac-Champagne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010)
  21. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010)
  22. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Liste des communes par circonscriptions », (consulté le 5 décembre 2015)
  23. « L’alambic y est roi », sur SudOuest.fr (consulté le 26 mars 2017)
  24. « Campagne de distillation du Cognac : dompter le temps », sur SudOuest.fr (consulté le 26 mars 2017)
  25. Site de l'inspection académique de la Charente
  26. Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 19
  27. « Souterrain refuge », notice no IA00041979, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Fontaine de Roissac », notice no IA00042032, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. a b c et d « Angeac-Champagne », base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Logis d'Angeac », notice no IA00041977, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « Lorimont », notice no IA00041992, base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. « Château de Roissac (notice) », notice no IA00042033, base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. « Château de Roissac », notice no PA00104551, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]