Saint-Preuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Preuil
Saint-Preuil
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Charente-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cognac
Maire
Mandat
Marie-Jeanne Vian
2014-2020
Code postal 16130
Code commune 16343
Démographie
Gentilé Saint-Preuillais
Population
municipale
288 hab. (2016 en diminution de 1,37 % par rapport à 2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 49″ nord, 0° 10′ 15″ ouest
Altitude Min. 40 m
Max. 146 m
Superficie 12,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Saint-Preuil

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Saint-Preuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Preuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Preuil

Saint-Preuil est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Saint-Preuillais et les Saint-Preuillaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Saint-Preuil est une commune de l'ouest de la Charente, située à 4 km au sud-est de Segonzac et 26 km à l'ouest d'Angoulême, et en Grande Champagne, vignoble premier cru de cognac.

Elle est à 9 km à l'ouest de Châteauneuf, 10 km au sud de Jarnac, 14 km au nord de Barbezieux et 16 km au sud-est de Cognac[2].

À l'écart des grandes routes, la commune est traversée du nord au sud par la D 90, route reliant Lignières-Sonneville à Saint-Même-les-Carrières, et qui traverse le bourg. La D 699 d'Angoulême à Archiac et Jonzac par Châteauneuf passe au sud de la commune à 3 km du bourg. La D 1, route de Barbezieux à Segonzac, traverse l'extrême ouest de la commune. La D 95, route de Bouteville à Cognac, passe en limite nord[3].

La gare la plus proche est celle de Châteauneuf ou de Jarnac, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Cognac, Saintes et Royan.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune compte quelques hameaux : Puybert, en bas et en face du bourg, le Maine aux Bretons et chez Vidaud à l'ouest, Puymerle et Ségéville au nord[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Preuil
Saint-Même-les-Carrières
Segonzac Saint-Preuil Bouteville
Lignières-Sonneville Bonneuil

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune occupe un plateau calcaire du Crétacé. La partie basse de la commune, au nord (Ségéville, le Chillot) est occupée par le Santonien, mais tout le reste de la commune est dans le Campanien, calcaire plus crayeux qui occupe une grande partie du Sud Charente et qu'on appelle Champagne dans la région de Cognac. Quelques petites zones d'argile sableuse datant du Tertiaire occupent les sommets des plateaux, notamment à l'est du bourg (bois de Mongin).

Une cuesta de Campanien faisant face au nord traverse le nord de la commune, entre Puymerle et la table d'orientation. Assez caractéristique du paysage de la rive gauche de la Charente entre Angoulême et Cognac, on peut la suivre à l'ouest vers Segonzac et à l'est vers Jurignac, Plassac-Rouffiac, Villebois-Lavalette, etc. Elle sépare la Champagne de la plaine de Châteaubernard[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Au sud de cette cuesta, le relief de la commune est donc particulièrement vallonné. Le bourg de Saint-Preuil est niché dans une vallée assez profonde, descendant vers l'ouest. Les collines entourant cette vallée forment des crêtes dépassant souvent les 120 m d'altitude. Le point culminant de la commune est à une altitude de 146 m, situé dans le bois de Mongin à l'est du bourg. Le point le plus bas est à 40 m, situé au nord sur la limite communale, aux Courades. Le bourg est à environ 95 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aucun cours d'eau parcourt la commune. En revanche, on trouve quelques fontaines ainsi qu'un lavoir au pied du bourg. Dans le vallon du bourg, à l'ouest de la commune, le ruisseau temporaire de la Trente se dirige vers Segonzac[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous la forme ancienne latine Sanctus Praejectus (non datée, Moyen Âge)[7], qu'on retrouve dans d'autres documents anciens[8].

L'origine du nom de Saint-Preuil remonterait à Praejectus, évêque d'Auvergne du VIIe siècle. Ce même évêque a aussi donné son nom aux communes comme Saint-Priest Ce lien renvoie vers une page d'homonymie en Auvergne, Saint-Projet Ce lien renvoie vers une page d'homonymie (Charente, Lot, Tarn-et-Garonne), dont les formes anciennes sont Sanctus Prejectus[9].

Pendant la Révolution, la commune s'est appelée provisoirement Preuil-Champagne[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fossés circulaires protohistoriques près du logis de la Bataille, un ensemble d'enclos et de fosses à Cruzelles et des cercles funéraires protohistoriques près du hameau des Courades signent l'ancienneté de l'occupation[11].

Un des fils de François de Jussac, baron d'Ambleville, portait le titre de chevalier de Saint-Preuil. Il fut maréchal de camp et périt sur l'échafaud, en 1641, par ordre du cardinal de Richelieu[12],[13].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Avant guerre 1961 Albert Boujut   Viticulteur
1961 1971 Guy Montassier   Forgeron
1971 1995 Paul Courtin   Viticulteur
1995 2008 Philippe Boujut   Viticulteur
2008 2014 Huguette Desbordes SE Enseignante spécialisée
2014 En cours Marie-Jeanne Vian    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2016, la commune comptait 288 habitants[Note 1], en diminution de 1,37 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
673585611636660642658671670
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
681646611592515468447432467
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
510437482479496452460423410
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
408368317288289299300282288
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 54,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,1 %, 15 à 29 ans = 11 %, 30 à 44 ans = 23,3 %, 45 à 59 ans = 27 %, plus de 60 ans = 16,5 %) ;
  • 45,7 % de femmes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 10,9 %, 30 à 44 ans = 27,7 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 19 %).

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (54,3 % contre 48,4 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Saint-Preuil en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ans ou +
0,0 
5,5 
75 à 89 ans
7,3 
10,4 
60 à 74 ans
11,7 
27,0 
45 à 59 ans
21,2 
23,3 
30 à 44 ans
27,7 
11,0 
15 à 29 ans
10,9 
22,1 
0 à 14 ans
21,2 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture est la principale ressource de Saint-Preuil, qui est située dans la zone d'appellation d'origine contrôlée cognac, en Grande Champagne, premier cru classé du cognac[20].

De petits producteurs de cognac, de pineau des Charentes et de vin de pays sont installés dans la commune.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le Relais de Saint Preuil est une demeure d'hôtes membre de Relais du silence [21]. Son propriétaire a créé l'agence d'œnotourisme Cognac Tasting Tour[22].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école de Saint-Preuil a fermé en 2008.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Projet date de la fin du XIIIe siècle et a été remaniée au XVe siècle période de construction du clocher. Les voûtes ont été détruites au XVIe siècle par les protestants. L'église a été restaurée sous la direction de Cartaud, architecte à Segonzac en 1837, 1880 à 1881, 1898 et la voûte du chœur a été remontée.

Elle est à plan allongé, à un vaisseau, en voûte d'ogives avec coupole sur pendentifs. L'escalier en hors-œuvre est en vis sans jour[23].

La stèle protestante du bois de la Combe des Loges commémore les assemblées du désert tenues en ce lieu écarté aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le moulin de la Métairie date de la fin de XIXe siècle.

De nombreuses fermes et maisons, des puits forment un patrimoine rural du XVIIIe siècle[23].

Le lieu-dit chez Rivière présente des constructions datées de 1680, 1715 et 1767. Ceci en fait l'un des derniers ensembles représentatifs de l'architecture agricole des XVIIe et XVIIIe siècles en Grande Champagne, vignoble premier cru de cognac.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monument aux morts
  • Jean Fougerat (1863-1932) : pharmacien, inventeur du sirop Rami, viticulteur et bienfaiteur, officier de la Légion d'honneur, a possédé une partie du vignoble au Chillot[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 14 mai 2015)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Cognac », sur Infoterre (consulté le 20 novembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 367
  8. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 625.
  10. Jacques Baudet et Jacques Chauveaud, Bulletins et mémoires, Société archéologique et historique de la Charente, , « Toponymie révolutionnaire en Charente », p. 272-278 [lire sur le site d'André J.Balout (page consultée le 19 juillet 2012)] [PDF]
  11. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 205-206
  12. A. Janvier, François de Jussac d'Ambleville, sieur de Saint-Preuil, mareschal des camps et armées du roi Louis XIII, vol. 20, Bibliothèque de l'école des chartes, (lire en ligne), p. 536-537
  13. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 344-345
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. « Évolution et structure de la population à Saint-Preuil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2010)
  20. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Liste des communes par circonscriptions », (consulté le 5 décembre 2015)
  21. Relais de Saint-Preuil
  22. Cognac tasting tour
  23. a et b « Saint-Preuil », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]